Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES79,99 €
CD67,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
En cet automne 2015, Warner Classics réédite l'intégrale des enregistrements que le violoniste Itzhak Perlman a réalisés pour son label d'antan, EMI Classics. On retrouve naturellement tous les grandes références qui jalonnaient alors le marché discographique des années 1970 et 1980 : les extraordinaires Concertos de Beethoven et Brahms avec Carlo Maria Giulini, un exemplaire Concerto de Sibelius à Pittsburgh sous la direction d'André Previn, les Caprices de Paganini, ou bien encore les Sonates & Partitas de J. S. Bach - à la fois l'une de ses plus grandes réussites et aussi l'une des très rarement citées parmi les interprétations de cet himalaya du violon. En 58 albums, dont tout juste un moins de la moitié est disponible sur Qobuz en Hi-Res 24 bits, c'est l'art d'un musicien brillant, souvent curieux, à la sonorité de velours, à la musicalité naturelle, à l'exigence sans failles, qui se dévoile à nouveau. Merci monsieur Perlman de tant de générosité et de bonheur ! (LP/Qobuz
HI-RES30,49 €
CD25,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
« Nettement moins imposant que la somme monumentale de Warner à la gloire de Menuhin, ce coffret mérite néanmoins une attention toute particulière. Oserais-je écrire qu’il réunit l’essence même du génie de l’artiste et le meilleur de son art, à commencer par les premiers enregistrements ? Réalisés entre mars 1928 et février 1930, ils allaient forger sa légende. L’instinct musical et la technique du gamin ont de quoi sidérer. [...] À douze ans, il épousait l’esprit de chaque pièce (Handel, Bloch, Mozart) comme s’il les avait jouées dans une vie antérieure. Quatre concertos donnent la dimension émotionnelle du Menuhin trentenaire, tout d’abord une Symphonie espagnole et un Concerto n° 1 de Bruch (1945) sous la baguette vif-argent de Monteux. [...] Le soliste habite chaque phrase d’une âme volcanique dans laquelle se mêlent ivresse et sanglots ; son archet parle avec une urgence qui n’appartient qu’à lui. Menuhin est là au sommet de son art : son expression a trouvé sa profondeur imaginative tout en gardant la fraîcheur de son instinct de jeune homme.» (Diapason, mai 2016 / Jean-Michel Molkhou)« [...] Le meilleur de cette sélection se concentre incontestablement dans les œuvres concertantes : sa coopération avec Monteux et Munch est du plus haut niveau et ces interprétations surpassent ses autres enregistrements. Le reste est intéressant, quoique pas capital, mais l’on peut se laisser tenter par les nombreuses pièces brèves, qui ne manquent pas de charme et ne font pas double emploi avec le gros coffret Warner "Le Siècle de Menuhin" [...] » (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2013 | Warner Classics International

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Classique - Paru le 27 janvier 2019 | Everest

Hi-Res Livret
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2019 | Everest

Hi-Res Livret
HI-RES25,99 €
CD22,49 €

Rock progressif - Paru le 29 juillet 2016 | BMG Rights Management (UK) Ltd.

Hi-Res
Quel ambitieux premier album ! Pour l’un des premiers supergroupes (Greg Lake de King Crimson, Keith Emerson de The Nice et Carl Palmer d’Atomic Rooster), il était nécessaire de montrer qu’en plus de former une tête d’affiche de rêve, les musiciens étaient capables de créer quelque chose de magique ensemble. L’alchimie prend de suite et Emerson, Lake & Palmer devient l’un des plus grands groupes que le rock progressif n’ait jamais connu. Entre guitare fuzz, fûts martelés et compositions pensées pour que le clavier domine, la musique est une autoroute directe vers les étoiles. Sorti en 1970, Emerson, Lake & Palmer crée à lui tout seul le genre art rock et raconte une histoire dont les chapitres se muent en chansons. © AR/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Classique - Paru le 9 juin 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le quatuor à cordes occupe une place essentielle dans la vie de Bartók. Ses six quatuors furent composés (entre 1907 et 1939) à des tournants majeurs de son évolution créative. Du ton élégiaque du Premier Quatuor (reflet d’un amour malheureux) à la tristesse et à la parodie ironique du Sixième écrit à la veille de la Seconde Guerre mondiale, en passant par les formes palindromiques et la “musique nocturne” évocatrice des Quatrième et Cinquième, ce corpus représente sans doute le plus grand défi interprétatif du genre, aux côtés des quatuors de Beethoven. Défi relevé ici avec maestria ici par le jeune Heath Quartet. (c) harmonia mundi
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 26 août 2016 | Azica Records

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 mars 2019 | Gramola Records

Hi-Res Livret
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Group International

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Le virtuose du piano jazz, apparu sur la scène jazz rock des années 70, n'est jamais plus fascinant qu'en piano acoustique. Enregistré ici dans une salle bourrée d'étudiants, le voici nous racontant ses influences et les morceaux déterminants de sa vie musicale. Un disque que l'on écoute comme on prendrait une leçon de piano jazz. JMP©Qobuz
HI-RES26,99 €
CD17,99 €

Quatuors - Paru le 18 janvier 2019 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] le Quatuor Diotima retourne, avec Bartók, vers les sources de la modernité. Il offre d’un tel sommet de la musique du XXe siècle une intégrale patiemment mûrie au concert. Son approche âpre et analytique, mais respirant souvent plus large que bon nombre de versions rivales dans cette esthétique, culmine dans les premier et troisième quatuors. [...] » (Diapason, mars 2019 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2017 | Concert-Disc

Hi-Res Livret
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Jazz - Paru le 19 janvier 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Une grande variété de sources et d’influences. La musique de Bobo Stenson ne s’est jamais limitée à un territoire unique, à une entité monolithique. Pas vraiment le genre du pianiste suédois qui embarque son univers dans de multiples recoins de la musique improvisée, quelle soit jazz ou autre. De quoi être en phase avec l’esthétique ECM, label dont il est l’un des éminents poulains depuis plus de quatre décennies… Son trio 100% suédois (Anders Jormin à la contrebasse et Jon Fält à la batterie) prend fermement position dans le monde indécis de 2017 avec ce Contra La Indecisión, un disque aussi magnifique que décisif. Fidèle à ses habitudes, le groupe étaie ici l’originalité de son approche. En plus d’improvisations collectives et de compositions originales signées Stenson et Jormin, on trouve au menu la chanson qui donne son titre à l’ensemble, composée par le Cubain Silvio Rodríguez, l’adaptation d’une chanson folklorique slovaque signée par Béla Bartók, une pièce extraite des Cançons I Danses de Federico Mompou ou encore la célèbre Elégie d’Erik Satie ! La force physique et mentale du trio et la singularité de chacun de ses membres sont telles que toutes ces influences viennent se fondre e manière cohérente en un tout organique d’une profonde originalité. Reste au touché lyrique de Stenson ainsi qu’au phrasé teinté de folk de Jormin à l’archet de rendre Contra La Indecisión exquis au possible… © MZ/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 12 mai 2015 | Cedille

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Concert-Disc

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Concert-Disc

Hi-Res Livret
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Piano solo - Paru le 31 août 2018 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Depuis que les premiers compositeurs ont donné à leurs pièces des titres tels que « nocturnes » ou « sérénades », il existe de la musique spécifiquement destinée à évoquer le crépuscule ou la nuit. Par contre, ce n’est qu’à partir de l’ère romantique que la nuit a commencé à rimer, musicalement du moins, avec inquiétude, voire terreur. Les Phantasiestücke de Schumann (1837) comportent au moins un mouvement nocturne dans lequel la nuit est présentée sous un jour (ose-t-on dire) quasiment terrorisé : In der Nacht, un des plus grands moments schumanniens, concentré en à peine quatre minutes. Soixante dix ans plus tard, Ravel poussait la terreur encore plus loin avec Le Gibet, le mouvement central de Gaspard de la nuit – encore la nuit –, un gibet où les pendus balancent doucement au son de la cloche nocturne ; tandis que Scarbo qui referme le triptyque évoque un gnome de cauchemar. Enfin, si En plein air de Bartók ne se passe pas forcément la nuit de bout en bout, le quatrième mouvement, Musiques nocturnes, reste l’un des moments les plus inquiétants de toute la littérature pianistique. Né à Budapest en 1968, Dénes Várjon a étudié auprès de György Kurtág et d’András Schiff. Lauréat des prix Liszt ainsi que des concours Géza Anda et Leo Weiner de Budapest, il se produit dorénavant aux festivals de Salzbourg, Lucerne, Davos, ou encore avec l’Orchestre de Chambre de Vienne, la Tonhalle de Zürich, l’Academy of St. Martin-in-the-Fields, la Kremerata Baltica. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 9 janvier 1970 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res