Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES97,99 €
CD55,99 €

Rock - Paru le 26 mai 1967 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comment faire mieux que Revolver ? En signant Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band, pour beaucoup, le plus grand disque de pop et de rock de tous les temps. Pour ne pas dire l’une des œuvres d’art les plus marquantes de la culture populaire de la seconde moitié du XXe siècle… Après avoir découvert les possibilités sans fin que leur offraient le studio d’enregistrement, John, Paul, George et Ringo poursuivent ici leurs folles expériences. Plus cinquième Beatles que jamais, le producteur George Martin déroule un tapis de trouvailles qui influenceront la pop à venir. Lorsque ce huitième opus studio parait en juin 1967, l’heure est évidemment au psychédélisme tous azimuts et cet album-concept est un vrai trip hallucinatoire (pas seulement pour Lucy In The Sky With Diamonds). A l’image du patchwork de sa mythique pochette, Sergent Pepper's brasse de la pop pure, du rock’n’roll viril, des séquences totalement planantes, des escales presque world, de la chanson rétro, des comptines pour enfants, des bruits d’animaux et même de la musique classique ! Côté composition enfin, le tandem Lennon/McCartney est au sommet de son art, livrant de nouvelles chansons toujours aussi influentes. Cette édition du 50e anniversaire propose l’album entièrement remixé par Giles Martin, le fils de, ainsi que des prises alternatives. De quoi exciter les fanatiques des Fab Four bien évidemment mais aussi de quoi laisser un brin perplexe les puristes car, il est bon de le rappeler, la vraie version originale de ce monument a été conçue et pensée par les Beatles et George Martin non pas en stéréo mais en mono… © MZ/Qobuz
HI-RES58,49 €
CD41,99 €

Crooners - Paru le 21 avril 2015 | FRANK SINATRA HYBRID

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Plus de cent titres pour voyager à travers toute la carrière de The Voice ! Des chansons enregistrées entre 1939 et 1979 pour les labels Columbia Records, Capitol Records et Reprise Records. Paru à l'occasion du centenaire du roi des crooners, voilà un coffret parfaitement construit et surtout idéal pour bien cerner l'évolution de Sinatra et la capacité de son chant à s'adapeter à ses partenaires de l'instant. Un vrai must disponible en qualité Hi-Res 24-Bit. © CM/Qobuz
HI-RES31,99 €
CD27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Soutenue par la direction puissante et ardente de Carlo Maria Giulini dans la flamme de sa jeunesse (Ouverture, scène du Commandore), cette interprétation de Don Giovanni demeure l'une des plus passionnantes de la discographie. Le chant et l'intelligence d'Elisabeth Schwarzkopf sont à leur zénith, le Leporello de Taddei est un équilibre entre raffinement et bouffonnerie, le Don Giovanni de Wächter est aussi nonchalant qu'ardent. Bref, une version ... incontournable ! © Qobuz« Carlo Maria Giulini flamboie, l'orchestre sachant scintiller le giocoso, ombrer le dramma, courir vers l'abîme avec une sorte de vertige emporté, suspendre le mouvement pour soutenir l'interrogation : il est partenaire de l'action, dans le détail comme dans le geste ouvert d'un bout à l'autre, dans l'arche de l'œuvre parcourue. Et la distribution est sensationnelle, accordant à chaque personnage sa caractérisation la plus subtile, de l'Elvire calcinée d'Elisabeth Schwarzkopf, poussée au bout d'elle-même, corps et âme emportés, à l'Anna virtuose de Joan Sutherland coulée dans une fureur presque limpide, en passant par le Don Giovanni d'Eberhard Waechter, qui, avec la tranquille évidence de l'Ange dans le fameux film de Pasolini, Théorème, vient bouleverser l'Ordre sans éclat superflu, mais avec un chic admirable. Tous, ils sont tous à leur place, exactement, dans ce tableau sans cesse recolorée par Giulini, maître d'œuvre qui veille à tout, à l'intensité expressive des sentiments affrontés autant qu'à la tendresse qui passe, l'inquiétude humaine, le trouble — le tout maintenu sans répit dans cette avancée, cette progression, cette chevauchée dramatique qui, à elle seule, inscrit la vérité passionnante et passionnée de ce Don Giovanni exemplaire. » (Alain Duault, Le Guide du disque compact classique, Belfond, Le Pré aux Clercs, 1991)« Totem lyrique, version studio de référence, le Don Giovanni de Mozart enregistré en 1959 par Carlo Maria Giulini pour EMI est un plébiscite, qui valut au chef d'orchestre la rare consécration d'un Disque d'or reçu en 1992 et qui dépasse aujourd'hui les 150 000 exemplaires vendus en France (plus de 1,5 millions dans le monde). D'autres Don Giovanni ont vécu, bu, mangé et aimé, mais celui qui fut réalisé dans les studios londoniens d'Abbey Road reste insurpassable par la qualité d'une distribution somptueuse et équilibrée (Elisabeth Schwarzkopf, qui fut la grande Elvira de son temps) et par la direction incandescente et raffinée de Giulini à la tête du Philharmonia Orchestra. Aux côtés des versions de Fritz Busch (1936), Bruno Walter (1942), Wilhelm Furtwängler (1954), Josef Krips (1955), Dimitri Mitropoulos (1956) et, plus près de nous, Bernard Haitink (1984), Nikolaus Harnoncourt (1989) ou Roger Norrington (2003), la verve de Giulini, sa vitalité, sa noblesse, son sens inné du théâtre et sa frondeuse élégance font de cette version un must inégalé. » (Le Monde, 25 mars 2004, "Don Giovanni, un classique inégalé")« On ne discute pas une réalisation Legge aussi mythique que celle-ci : on l'écoute en osant à peine émettre quelques menues réserves. Giulini est au meilleur de son art, non encore statufié, pondéré mais alerte, ferme, nerveux, précis. Et puis un Italien, enfin, attentif à la pertinence du récitatif comme à la transparence orchestrale. Il faut que la magie musicale de cette direction soit enivrante pour nous faire accepter un plateau plutôt inégal. Wächter, en macho mal dégrossi, Taddei capable du meilleur comme de la charge, Alva moins mauvais qu'ailleurs, Cappuccilli maladroit et Frick exotique : il en fallait moins pour tout gâcher. Leurs conquêtes heureusement nous aguichent. Schwarzkopf encore et toujours, en Elvira, irrésistible, Sutherland seule à rendre justice à la coloratura de "Non mi dir", Scutti adorable. Et surtout l'état de grâce comme rarement dans un studio... » (Jean Cabourg, Avant-Scène Opéra N° 172, 1996)"La plus humaine, la plus émouvante, la plus complexe, la plus achevée des versions de Don Giovanni." (Diapason)
HI-RES36,99 €48,99 €(24%)
CD26,49 €34,99 €(24%)

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les neuf symphonies de Beethoven ont été enregistrées par Herbert von Karajan en 1961-1962 en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Berlin — un des orchestres symphoniques les plus réputés au monde —, et publiées sur le label DG en 1963. Première intégrale enregistrée, parmi les nombreuses éditées par le chef d’orchestre autrichien ensuite, celle de 1963 reste la plus aboutie et la plus habitée. Techniquement remarquable, elle est un des sommets de sa discographie. © Qobuz
HI-RES23,49 €
CD20,49 €

Rock - Paru le 1 décembre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Best New Reissue
Après un premier opus assez magique de country alternative bien pêchue (A.M.) mais conçu au moment de la séparation turbulente de son groupe Uncle Tupelo, Jeff Tweedy prend cette fois son temps pour accoucher du second album de Wilco. Déjà, l’œuvre est ambitieuse car double. Un format qui, mêlé à ses ressemblances musicales, fera écrire à pas mal de journalistes au moment de la sortie du disque en octobre 1996 que Tweedy signe ici son Exile On Main Street. Comme pour le chef d’œuvre des Rolling Stones, l’éclectisme est de mise avec du rock’n’roll basic, du bluegrass, du country rock, du psychédélisme, du folk et de la soul moite. Avec des guitares lâchées en liberté, de la pedal steel, des cuivres et tout un instrumentarium illimité, le Wilco de Being There tisse une impressionnante toile entre les Stones de l’âge d’or, les Replacements, les Beatles et le Big Star de l’album Third. Alternant ballades et tempêtes électriques, Tweedy montre surtout qu’avec une base finalement assez classique et intemporelle, il rafle la mise avec ses chansons grandioses et ses compositions à l’architecture renversante…Cette Deluxe Edition remastérisée propose, en plus de l’album original, quinze bonus inédits incluant notamment des versions alternatives d’I Got You et Say You Miss Me ainsi qu’un live enregistré le 12 novembre 1996 au Troubadour de Los Angeles et une session pour la station de radio de Santa Monica KCRW captée le lendemain. © MZ/Qobuz
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Punk - New Wave - Paru le 9 septembre 2016 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollocks, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. Cette édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, inédits et titres live. © MZ
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Rock - Paru le 8 novembre 1971 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
En trois albums, Led Zeppelin a prouvé l’étendu de la palette sonore qu’il pouvait proposer. Blues rustiques, ballades folk ou déflagrations rock’n’roll totalement homériques, le tandem Page/Plant réussit avec ce quatrième album publié à la fin de l’année 1971 à rester original et surtout juste génial en matière d’écriture. Il suffit juste de consulter certains des titres des chansons de ce Led Zeppelin IV pour tomber à la renverse : Black Dog, Rock’n’Roll, Going To California, When The Levee Breaks sans oublier Stairway To Heaven, l’une des chansons les plus célèbres et populaires de l’histoire du rock ! Et si chacun des quatre membres du groupe britannique est un maitre en son domaine, c’est l’unité, cette alchimie unique, qui impressionne sur Led Zeppelin IV totalement essentiel. © MD/Qobuz
HI-RES28,49 €
CD24,49 €

Rock - Paru le 24 février 1975 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Pour son sixième enregistrement studio qui parait en février 1975, Led Zeppelin a vu grand et déballe un double album de quinze titres ! Surtout, Jimmy Page et Robert Plant semblent revenir ici à la hargne du hard-rock de leurs débuts. Avec des embardées comme Custard Pie, The Rover ou bien encore In My Time Of Dying, l’énergie est de sortie et les riffs de Page font très mal. Mais Led Zep propose ici ce qu’il sait également faire, à savoir des ballades habitées comme avec avec Down By Seaside, des parenthèses acoustiques (Bron-Y-Aur) mais aussi des expériences de fusion world comme sur le mythique Kashmir, sommet de l’album où les violons arabisants donnent à la musique une saveur inédite. Cette réédition deluxe propose sept inédits comme notamment des versions alternatives et inédites de Brandy & Coke, Everybody Makes It Through et Driving Through Kashmir. © MD/Qobuz
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1966 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
On parle volontiers d'une "tension ahurissante et quasi expressionniste" en décrivant la direction musicale de Karl Böhm dans son interprétation de Tristan et Isolde. Dans cet enregistrement de légende, réalisé à Bayreuth en 1966, il faut y ajouter la voix et l'incarnation de Birgit Nilsson qui fut une des plus grandes Isolde du siècle dernier et le Tristan héroïque de Wolfgang Windgassen pour mesurer ce que cet enregistrement a d'exceptionnel. Quant à Christa Ludwig, c'est probablement la meilleure Brangäne de la discographie du chef-d'oeuvre de Wagner. Arrêtons les superlatifs et écoutons... © François Hudry/Qobuz
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Group International

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Figure emblématique des années 80, Grace Jones a connu une carrière musicale en dents de scie d'où se détachent nettement Warm Leatherette et ce Nightclubbing, album de toutes les audaces. A nouveau produit par le facétieux Chris Blackwell, patron du label Island, cet opus paru en mai 1981 dispose à son bord de musicien-pointures de l'étoffe de Sly Dunbar et Robbie Shakespeare, ainsi que Wally Badarou aux claviers ou encore Jack Emblow à l'accordéon sur le mythique I've Seen That Face Before (Libertango), pinacle de l'album, magnifiquement "clippé" par Jean-Paul Goude, le compagnon de Miss Jones. Musicalement, le titre du LP (et un des morceaux) est un clin d’œil à l'iguane Iggy Pop, et le célèbre Demolition Man a été écrit par Sting alors encore en charge de Police. Grace reprend et adapte également des morceaux de Flash & The Pan, Harry Wanda, David Bowie, Bill Withers et Marianne Faithfull. Loin de sa période disco des familles, la Jamaïcaine et sa bande signe un album mature, équilibré, hyper produit, et ce, jusqu'à la pochette ultra-culte dont les versions "posters" ornent encore bien des échoppes dans le monde entier... © PPG/Qobuz
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Dès leur premier album éponyme enregistré à Londres durant l’automne 1968, ces quatre chevelus britanniques plastiquent les Tables de la Loi du blues rock. Une voix élastique et rugissante digne des plus grands chanteurs noirs américains, un tsunami guitaristique et une rythmique bodybuildée comme jamais, Led Zeppelin invente un rock’n’roll poids lourd (heavy) porté par un son surpuissant. La source de cette musique est évidemment le blues de Chicago, urbain à souhait. Un blues qui d’ailleurs se fait joliment tabasser (I Can’t Quit You Baby et You Shook Me de Willie Dixon) et peut virer au folk mystique (Black Mountain Side). Avec Hendrix, Beck et Clapton, Jimmy Page – déjà impressionnant au sein des Yardbirds – révolutionne ici la guitare électrique, osant toutes les figures stylistiques possibles et imaginables. Aucun doute, cet acte de naissance est déjà un acte de bravoure. © MZ/Qobuz
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Rock - Paru le 24 octobre 2014 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
La recette a beau être la même, on croque dans Houses Of The Holy avec toujours la même envie. L’alliage de blues musclé (The Ocean), de rock en 3D (The Song Remains The Same), de folk lumineux, voire des trois à la fois (Over The Hills And Far Away) est à nouveau au programme d’un cinquième album doté d’une production encore plus puissante mais d’un tempo parfois plus apaisé (superbe Rain Song baigné dans un mellotron féérique). Led Zep s’amuse même à joliment dérouter comme sur le reggae D'yer Mak'er ou le funky The Crunge. Après quatre albums mythiques, Page et Plant avaient donc encore assez d’imagination débordante et de génie musical pour accoucher d’un nouveau disque indispensable. © MD/Qobuz
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Rock - Paru le 5 octobre 1970 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
En deux albums seulement, la révolution zeppelinienne a dévasté la planète rock. Page et Plant ont secoué le blues électrique comme personne, il est temps de montrer comment leur univers électrique peut évoluer et grandir. Avec Led Zeppelin III,enregistré de mai à août 1970, ils élargissent leur champ de vision, s’ouvrant au folk (Bron-Y-Aur Stomp) et même aux effluves de l’Orient (Friends). A l’arrivée, avec ses autres perles que sont notamment Immigrant Song et Since I’ve Been Loving You, ce troisième opus est un indispensable pour bien cerner le cas de l’un des groupes les plus populaires et influents des années 70. © MZ/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Opérette - Paru le 1 septembre 1976 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Si la perfection existe peu en art et dans la vie, cet enregistrement la touche du doigt. On assiste ici à un moment assez unique où tous les ingrédients se sont donnés rendez-vous. La plasticité et la stupéfiante élégance d'un Carlos Kleiber en état de grâce permanent insufflent à ce disque une vie et une intensité vraiment uniques. Réunir des têtes d'affiche comme Julia Varady, Lucia Popp, Hermann Prey et René Kollo ne fut pas une mince affaire et le résultat est assez miraculeux. Le coup de génie de Kleiber fut de confier le rôle du Prince Orlofsky à la basse Ivan Rebroff (alors connu dans le monde entier) en voix de fausset. Une mystification d'autant plus drôle que Rebroff était lui-même un faux chanteur russe puisque né à Berlin et de nationalité allemande. Enregistré à Munich, au Nationaltheter, les 9-14 & 28 octobre 1975. © François Hudry/Qobuz
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Rock - Paru le 25 septembre 2015 | Rhino Atlantic

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Souvent considéré comme l'un des meilleurs batteur de fusion au monde, Billy Cobham réunit ici une vertigineuse collection de ses débuts en tant que bandleader chez Atlantic Records. La liste des noms avec lesquels l’Américain originaire du Panama a collaboré peut donner le tournis… En vrac : Jan Hammer, Tommy Bolin, John Abercrombie, John Williams, Randy Brecker, Michael Brecker, John Scofield sont quelques artistes qui ont eu le privilège d’avoir Cobham dans leur section rythmique. Ce coffret The Atlantic Years 1973-1978 qui regroupe huit albums originaux (à savoir Spectrum (1973), Crosswinds (1974), Total Eclipse (1974), Shabazz (1974), A Funky Thide Of Sings (1975), Life & Times (1976), Live On Tour In Europe (1976) et Inner Conflicts (1978)) est un outil idéal pour se rendre compte de la virtuosité et de l’explosivité du musicien. © LG/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Quitte à nous répéter (mais on ne risque pas trop grand’chose à bien répéter, dans le milieu musical…), l’on n’est pas toujours aussi bien servi que par soi-même : nombre de compositeurs sont d’exécrables chefs d’orchestre lorsqu’il s’agit de donner leurs propres œuvres. Ce n’est certes pas le cas de Benjamin Britten qui sut merveilleusement diriger sa musique – ainsi que celle des autres, d’ailleurs. Pour la Discothèque idéale, il nous a semblé indispensable qu’y figure l’enregistrement réalisé par Britten en personne de son premier opéra, Peter Grimes, non pas dans la foulée de la création mondiale (assurée en 1945 par Reginald Goodall), mais en 1958 avec une distribution légèrement différente, même si le rôle principal reste chanté par Peter Pears. L’ouvrage avance sans pitié, dans un lyrisme exacerbé et une certaine âpreté orchestrale parfaitement en osmose avec le livret et le contenu orchestral, les rôles féminins ne tombent pas dans le mièvre ou le belcantisant, et le chœur – un véritable personnage à part entière – se donne entièrement, avec passion et fougue. Ajout indispensable à l’Idéale Discothèque qobuzienne. (SM)
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Jeux vidéo - Paru le 24 novembre 2015 | Brave Wave Productions

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz