Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,99 €

Quatuors - Paru le 9 mai 2018 | BMC Records

Distinctions 5 de Diapason
Fondé en pleine guerre à Budapest par son premier violon Sándor Végh en 1940, le Quatuor Végh (appelé ici « Végh and His Quartet »), qui fit les beaux jours des discophiles du monde entier, a joué strictement dans la même formation pendant quarante ans, un exploit qui est la source de sa cohérence et de sa profonde connaissance du répertoire. En 1946 les Végh quittent la Hongrie pour s’établir à Paris et participent au Concours de Genève qu’ils remportent avec brio, après une exceptionnelle interprétation du Cinquième Quatuor de Bartók qui fait sensation. Il faut dire que Sandor Végh avait été l’élève de Jenö Hubay et de Zoltán Kodály, avant de diriger les débuts du fameux Quatuor Hongrois qui avait étroitement travaillé les œuvres de Bartók avec le compositeur. Aussitôt propulsé dans une carrière mondiale à la suite de ce prix si convoité à une époque où il y avait encore peu de concours internationaux, le Quatuor Végh est acclamé dans le monde entier jusqu’en Afrique australe. Restés célèbres pour leur deux enregistrements des quatuors de Beethoven (en 1952 à Boston, puis au début des années 1970 à La Chaux-de-Fonds, en Suisse) et de ceux de Béla Bartók, les Végh ont cessé leur activité en 1980, après avoir changé de second violon et d’altiste. Quant à Sándor Végh, idolâtré par Carlos Kleiber, il continua une carrière de chef d’orchestre jusqu’à sa mort survenue en 1997. Le présent album est le premier jalon (deux autres sont d’ores et déjà annoncés) d’une série de publications comportant des enregistrements rares, voire inédits. Les surprises sont nombreuses ici avec le splendide Deuxième Quatuor d’Ernest Bloch, le Quatuor en si mineur de Samuel Barber, en entier, avant que son célébrissime « adagio » transcrit pour orchestre à cordes pour Toscanini ne fasse oublier le reste de l’œuvre. On ne boudera pas notre plaisir avec le Second Quatuor qu’Arthur Honegger écrivit dans sa jeunesse sous le coup de son admiration pour ceux de Beethoven et celui de Hanns Jelinek, ce compositeur autrichien un peu oublié qui fut l’élève privé de Berg, ainsi que, « last but not least », cet ensorcelant crypto-poème d’amour qu’est la Suite lyrique d’Alban Berg. © François Hudry/Qobuz
CD34,97 €

Classique - Paru le 29 avril 2008 | Burning Fire

HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1960 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1960 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 juillet 2018 | Orfeo

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Orfeo

CD8,99 €

Classique - Paru le 30 juillet 2009 | Archipel - Walhall

HI-RES2,49 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1957 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1960 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD39,96 €

Classique - Paru le 23 août 2011 | Classique Perfecto

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Orfeo

CD9,99 €

Classique - Paru le 25 avril 2014 | SWRmusic

CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 février 2008 | Naxos Classical Archives

CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 juin 2007 | Naxos Classical Archives

CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 juin 2007 | Naxos Classical Archives