Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 4 décembre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
Cet album a beau débuter par une autocitation harmonique des Heures hindoues, c’est, dans l’ensemble, l’esprit de Serge Gainsbourg que le producteur Etienne Daho (accompagné de Jean-Louis Piérot) a voulu insuffler dans Oh! Pardon tu dormais... Chacune des chansons fait en effet écho à l’élégance suprême des mélodies de l’homme à la tête de chou, ainsi qu’à la sophistication de ses arrangeurs, Michel Colombier et Jean-Claude Vannier en tête. En mélangeant savamment rythmique pop et instruments classiques (Orchestre national d’Île-de-France, clavecin…), Daho dresse une carte nostalgique, mais moderne, de l’univers musical associé à Jane Birkin depuis les années 1960. D’ailleurs, à l’occasion de clins d’œil plus subtils, on croise également le précédent amour de Birkin, le compositeur de musique de film John Barry (le cymbalum façon Amicalement vôtre de Ces Murs épais).Quant aux paroles écrites par la Franco-Anglaise (parfois cosignées Daho lui-même), elles s’engouffrent sans filtre dans les recoins les plus intimes, voire douloureux, de leur auteure. La vie de Jane Birkin est peuplée de fantômes (Ghosts) qu’elle tente – dans un esprit mi-cathartique, mi-indécent – de ressusciter. Mention spéciale à Cigarettes, qui évoque de manière curieusement explicite le suicide de sa fille Kate Barry en 2013. Le climat de la chanson est celui d’un roman noir rétro, sur une étrange pompe jouée par un piano bastringue à la Elisa… On retrouve également la folie douce de la chanteuse dans des morceaux plus légers, tels que Jeux interdits, dans lequel elle se remémore l’admiration de ses trois filles devant le célèbre film de René Clément. Enfin, si cet album crépusculaire évoque les anciennes amours de Jane Birkin, il fait aussi référence à son identité multiculturelle, qu’elle tente, là encore, d’exorciser (la cornemuse de A Marée haute, la présence de l’anglais dans certaines paroles…). Un album à la fois noir, mélancolique et impudique, un portrait intime qui balance tout avec classe. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 juillet 1969 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après Bardot, place à Birkin ! Avec l’’intense et torride Je t'aime… moi non plus qui ouvre ce dixième album paru – ça ne s’invente pas – en 69, Serge Gainsbourg offre à la face du monde son histoire d’amour naissante avec Jane Birkin rencontrée un an plus tôt sur le tournage du film de Pierre Grimblat, Slogan. Le disque porte d’ailleurs le nom de sa nouvelle muse car il devait être composé à l’origine de chansons écrites pour elle. Il décide finalement d’ajouter d’autres titres destinés à d’autres interprètes ou mis de côté comme Elisa ou Les Sucettes chantées trois ans auparavant par France Gall. Le résultat est un enregistrement magique tout au long duquel les voix des deux tourtereaux s’enlacent et se délassent, seuls ou séparément, sur des chansons devenues quasi-légendaires (69 Année érotique, Jane B, Élisa, L'Anamour, Orang-Outan, Sous le soleil exactement, Manon…). Des chansons habillées de violons langoureux ici, de basses vrombissantes là et de guitares psychédéliques un peu plus loin. Bref, un classique. © MZ/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Chanson francophone - Paru le 24 mars 2017 | Parlophone (France)

Hi-Res Vidéo
Projet ayant d'abord vu le jour dans le cadre des Francofolies de Montréal, Birkin/Gainsbourg: Le Symphonique propose de redécouvrir une sélection de chansons écrites par Serge Gainsbourg majoritairement à l'intention de la chanteuse britannique Jane Birkin. Cette dernière, appuyée par un orchestre symphonique et par le pianiste, compositeur et arrangeur japonais Nobuyuki Nakajima, sous la direction artistique de Philippe Lerichomme, livre une nouvelle série de réinterprétations de l'oeuvre de son mentor, inspirée cette fois par l'ancrage des compositions de Gainsbourg dans la musique classique. L'occasion de redécouvrir sous un nouvel angle plusieurs des chansons du couple comme "Baby Alone In Babylon" ou "Les Dessous chics" mais également des titres de ce seul cadre comme "Requiem pour un con" ou le "Pull marine" initialement interprété par Isabelle Adjani. © TiVo

Chanson francophone - Paru le 16 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD13,49 €

Chanson francophone - Paru le 29 mars 2004 | Parlophone (France)

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 4 décembre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Cet album a beau débuter par une auto-citation harmonique des Heures hindoues, c’est, dans l’ensemble, l’esprit de Serge Gainsbourg que le producteur Etienne Daho (accompagné de Jean-Louis Piérot) a voulu insuffler dans Oh! pardon tu dormais... Chacune des chansons fait en effet écho à l’élégance suprême des mélodies de l’homme à la tête de chou, ainsi qu’à la sophistication de ses arrangeurs, Michel Colombier et Jean-Claude Vannier en tête. En mélangeant savamment rythmique pop et instruments classiques (Orchestre national d’Île de France, clavecin…), Daho dresse une carte nostalgique, mais cependant moderne, de l’univers musical associé à Jane Birkin depuis les années 1960. D’ailleurs, à l’occasion de clins d’œil plus subtils, on croise également le précédent amour de Birkin, le compositeur de musique de film John Barry (le cymbalum façon Amicalement vôtre de Ces murs épais).Quant aux paroles écrites par la Franco-Anglaise (parfois co-signées Daho lui-même), elles s’engouffrent sans filtre dans les recoins les plus intimes, voire douloureux, de leur auteure. La vie de Jane Birkin est peuplée de fantômes (Ghosts) qu’elle tente – dans un esprit mi cathartique, mi indécent – de ressusciter. Mention spéciale à Cigarettes, qui évoque de manière curieusement explicite le suicide de sa fille Kate Barry en 2013. Le climat de la chanson est celui d’un roman noir rétro, sur une étrange pompe jouée par un piano bastringue à la Elisa… On retrouve également la folie douce de la chanteuse dans des morceaux plus légers, tels que Jeux interdits, dans lequel elle se remémore l’admiration de ses trois filles devant le célèbre film de René Clément. Enfin, si cet album crépusculaire évoque les anciennes amours de Jane Birkin, il fait aussi référence à son identité multiculturelle, qu’elle tente, là encore, d’exorciser (la cornemuse de A marée haute, la présence de l’anglais dans certaines paroles…). Un album à la fois noir, mélancolique et impudique, un portrait intime qui balance tout avec classe. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 16 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Chanson francophone - Paru le 24 novembre 2014 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Cette Super Deluxe Édition contient l’album original de Jane Birkin Di Doo Dah paru en 1973 ainsi que les deux titres La Décadanse et Les Langues de chat. Elle inclut également l’album original de Gainsbourg Vu de l’extérieur avec de nombreuses versions alternatives et instrumentales et l’inédit Tout mou tout doux.
A partir de :
CD26,49 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2006 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1984 | Universal Music Division Romance Musique

Baby Alone in Babylone est le chef d’œuvre de Serge Gainsbourg et Jane Birkin. La séparation du couple a servi d’écrin à onze petits joyaux. Si l’album s’ouvre sur une chanson légère « Baby Lou » (reprise d’un titre d’Alain Chamfort), le disque en lui-même sonne comme une symphonie funèbre. Gainsbourg file la métaphore de la rupture : « Haine pour aime », « Rupture au miroir » et « En rire de peur d’être obligée d’en pleurer ». L’esprit pop-song des précédents albums laisse place à des mélodies plus sombres comme celle de « Fuir le bonheur de peur qu’il se sauve ». Comme il l’a déjà fait dans le passé, Gainsbourg convoque la musique classique et reprend le 3ème mouvement de la Troisième symphonie de Brahms dans « Baby Alone in Babylone ». Une chanson qui témoigne également du climat nostalgique de l’album rendant hommage à Marilyn Monroe (« Baby Alone in Babylone », « Norma Jean Baker »). C’est l’album de toutes les illusions envolées. © ©Copyright Music Story Paula Haddad 2017
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Romance Musique

Ex-Fan des Sixties marque la quatrième collaboration discographique entre Jane Birkin et Serge Gainsbourg. L’album a la particularité de contenir le seul titre jamais écrit par Jane Birkin, « Yesterday, Yes a Day » (chanté en anglais), à l’origine destiné à la B.O. du film Madame Claude. L’album qui reste évidemment sous l’égide de Gainsbourg est éclectique tant musicalement que dans les thèmes abordés. Gainsbourg reste fidèle à ses obsessions, notamment celle de la rupture amoureuse, qu’il évoque de manière sarcastique dans « Nico Tine ». L’auteur fait chanter à Jane une poignée de jeux de mots érotico-psychédéliques dans « Apocalypstick » et « Classé X », qui rappelle les tournures de « Comment te dire adieu ». Exit Jean-Pierre Sabar, maître d’œuvre du précédent enregistrement. Cette fois, l’album a été réalisé sous la houlette de l’arrangeur Alan Hawkshaw, qui travaillera à plusieurs reprises avec Gainsbourg. Le Britannique lui insuffle un air anglo-saxon que symbolise le titre phare « Ex-fan des Sixties ». Une des plus belles réussites du couple maudit. © ©Copyright Music Story Paula Haddad 2017
A partir de :
CD13,49 €

Chanson francophone - Paru le 12 décembre 2004 | Parlophone (France)

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 8 mars 2013 | Parlophone (France)

Au cours de ce concert, Jane Birkin chante un répertoire signé Gainsbourg accompagnée par quatre des meilleurs musiciens japonais qu'elle avait rencontrés lorsqu'elle s'était produite à Tokyo en mars 2011 après le terrible tsunami. Un moment intense qui propose une relecture du répertoire du Beau Serge avec classe et originalité.
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 28 octobre 2002 | Parlophone (France)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Romance Musique

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD21,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1992 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1990 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1999 | Universal Music Division Romance Musique

A la Légère est l’album le plus étonnant de Jane Birkin. En effet, la chanteuse a convié une foule de talents (Etienne Daho, Miossec, MC Solaar) afin de lui écrire du sur mesure. Gainsbourg n’étant plus là, on aurait pu imaginer un album sous forme d’hommage subliminal. Il n’en est rien. À l’écoute, lorsqu’elle entonne son nouveau répertoire, des « Clés du paradis » d’Alain Chamfort à la chanson d’Alain Souchon, l’on reconnaît d’emblée leur empreinte musicale. Jane Birkin s’est réellement glissée dans l’univers de ses auteurs. L’album, arrangé par Franck Eurly, est plutôt joyeux. Philippe Lerichomme, le manager de toujours, a demandé pour l’occasion à Jane Birkin de forcer ses aigus. Une évolution musicale qui se ressent particulièrement dans « Plus loin de ta rue », écrit par Nilda Fernandez. « À la légère » incarne l’envolée involontaire, à l’instar de la pochette où Jane Birkin arbore des ailes de papillon. Le disque s’achève sur ces mots de Zazie qui, dans « C’est comme ça », fait dire à Jane Birkin : « À l’avenir, d’autres me feront dire ». © ©Copyright Music Story Paula Haddad 2017
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Chanson francophone - Paru le 24 mars 2017 | Parlophone (France)

Hi-Res Vidéo
Projet ayant d'abord vu le jour dans le cadre des Francofolies de Montréal, Birkin/Gainsbourg: Le Symphonique propose de redécouvrir une sélection de chansons écrites par Serge Gainsbourg majoritairement à l'intention de la chanteuse britannique Jane Birkin. Cette dernière, appuyée par un orchestre symphonique et par le pianiste, compositeur et arrangeur japonais Nobuyuki Nakajima, sous la direction artistique de Philippe Lerichomme, livre une nouvelle série de réinterprétations de l'oeuvre de son mentor, inspirée cette fois par l'ancrage des compositions de Gainsbourg dans la musique classique. L'occasion de redécouvrir sous un nouvel angle plusieurs des chansons du couple comme "Baby Alone In Babylon" ou "Les Dessous chics" mais également des titres de ce seul cadre comme "Requiem pour un con" ou le "Pull marine" initialement interprété par Isabelle Adjani. © TiVo

L'interprète

Jane Birkin dans le magazine