Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 23 mars 2018 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret
Le Goliath en question, l’aimable lecteur l’aura deviné, n’est autre que la contrebasse, un instrument avec lequel il est certes moins aisé de voyager qu’avec une flûte à bec. C’est pourtant ce que fit le contrebassiste Joseph Kämpfer aux alentours des années 1770 à 1810 : après avoir démissionné de la cavalerie austro-hongroise, il se décida à apprendre la contrebasse (le marché du piano ou du violon étant déjà trop embouteillé) et une fois devenu virtuose, il se promena à travers toute l’Europe en acceptant des postes de temps en temps, mais surtout en donnant des concerts de Saint-Pétersbourg à Bratislava, de Münster à Salzbourg, à Vienne et même à Paris où son apparition aux célébrissimes Concerts spirituels semble avoir quelque peu étonné l’auditoire, peu habitué aux grognements de la contrebasse. Son répertoire devait sans doute couvrir bon nombre des œuvres ici enregistrées par Grigori Krotenko, des concertos ou sonates de Hoffmeister, Vaňhal, Sperger et même Mozart ! Car, oui, Mozart écrivit en 1791 une aria pour voix de basse, contrebasse solo et orchestre Per questa bella mano, qui n’est en aucun cas une adaptation ou une transposition apocryphe. Il semble que ce truculent moment avait été conçu pour le baryton-basse Franz Xaver Gerl et le contrebassiste Friedrich Pischelberger, tous deux présents lors de la création mondiale de La Flûte enchantée. Des sonorités somptueuses, sans doute fort inhabituelles, mais qui font espérer que ce Goliath-là ne rencontrera jamais son David, ce serait bien dommage. © SM/Qobuz