Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Giovanni Antonini

Comme pour son homologue néerlandais Frans Brüggen, la flûte à bec va mener Giovanni Antonini à la baguette, à la tête des orchestres les plus prestigieux de la planète, parmi lesquels le Philharmonique de Berlin, ceux du Concertgebouw d’Amsterdam, de la Tonhalle de Zurich, le Mozarteum de Salzbourg ou encore l’Orchestre Symphonique de la Ville de Birmingham.

Depuis la saison 2015-2016 Giovanni Antonini est « principal guest conductor » (principal chef invité) de l’Orchestre de Chambre de Bâle (Kammerorchester Basel recréé en 1984 dans l’esprit du premier Basler Kammerorchester fondé par le mécène et chef suisse Paul Sacher) avec lequel il développe d’importants projets discographiques, comme l’intégrale en cours des Symphonies de Beethoven (SONY CLASSICAL) qui emporte déjà un vif succès auprès de la presse et du public et « Haydn 2032 », l’intégrale des 107 Symphonies de Joseph Haydn, à l’occasion des 300 ans de sa naissance. Commencé en 2014, cet audacieux projet entièrement organisé, produit et financé par la Fondation Joseph Haydn de Bâle se propose de mélanger disques et 19 saisons de concerts dans toute l’Europe. Il est réalisé en coopération avec Il Giardino Armonico, ensemble bien connu dont Giovanni Antonini est un des membres fondateurs. Les deux orchestres se partagent les enregistrements qui paraissent sous le label ALPHA dans un ordre thématique, et non chronologique, avec d’autres symphonies de compositeurs gravitant autour de l’univers de Haydn, tels Gluck, Porpora, C.P.E. Bach, Mozart, Beethoven, Michael Haydn, Stamitz, Pleyel ou Salieri. Ces prochaines années s’annoncent donc tout à fait passionnantes sur le plan éditorial.

Avec Il Giardino Armonico, le chef milanais a enregistré, comme flûtiste puis comme chef, de nombreux disques consacrés à Antonio Vivaldi, pierre angulaire du répertoire de cet ensemble italien qui a décapé la musique du « prêtre roux », la dégageant des couches de vernis et des mauvaises habitudes qui l’avaient peu à peu figée. On doit aussi à Giovanni Antonini des enregistrements avec Cecilia Bartoli : Albums Vivaldi et Sacrificium, ainsi que la Norma de Bellini (DECCA). Avec la jeune soprano russe Julia Lezhneva, il enregistre des œuvres de Haendel et un choix de pièces sacrées de Vivaldi et Mozart réunies sous le titre Alleluia (DECCA). Il grave aussi des concertos avec Isabelle Faust au violon ou Emmanuel Pahud à la flûte.

Sous la direction de Giovanni Antonini avec ses excellents musiciens bâlois, les Symphonies de Beethoven retrouvent une nouvelle jeunesse, elles sont solaires, marquées par la poésie autant que par le dramatisme et traversées d’une grande vivacité qui parcourt tout le discours musical. Cette troisième intégrale Beethoven « made in Switzerland », après celles d’Ernest Ansermet avec l’Orchestre de la Suisse Romande et David Zinman avec la Tonhalle de Zurich, montre avec éloquence la vitalité du monde musical helvétique. © FH – octobre 2017 /Qobuz

Lire plus

Discographie

19 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums