Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 3 avril 2006 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Paru en décembre 1976, ce cinquième album des Eagles restera comme leur plus grand succès. Emmené par son tubesque single éponyme, Hotel California marquera un tournant dans la carrière du groupe américain. Bernie Leadon, le plus country de la bande, a quitté le navire et Joe Walsh entre ici en jeu. De son côté, Don Henley semble lui aussi prendre davantage le contrôle des affaires. En résulte un disque plus mainstream que ses prédécesseurs et qui trouve surtout un son en cinémascope à la hauteur de ses chansons. Tout est XXL ici ! La production, les solos, les mélodies, tout ! Chef d’œuvre de classic rock aux cambrures FM, voilà surtout un album qui traverse les décennies et fait toujours autant lever les foules. Glenn Frey, Don Felder, Joe Walsh, Randy Meisner et Don Henley ne retrouveront jamais une complicité et une efficacité aussi impressionnantes. © CM/Qobuz
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Paru en décembre 1976, ce cinquième album des Eagles restera comme leur plus grand succès. Emmené par son tubesque single éponyme, Hotel California marque un tournant dans la carrière du groupe américain. Bernie Leadon, le plus country de la bande, a quitté le navire et Joe Walsh entre ici en jeu. De son côté, Don Henley semble lui aussi prendre davantage le contrôle des affaires. En résulte un disque plus mainstream que ses prédécesseurs et qui trouve surtout un son en cinémascope à la hauteur de ses chansons. Tout est XXL ici ! La production, les solos, les mélodies, tout ! Chef d’œuvre de classic rock aux cambrures FM, voilà surtout un opus qui traverse les décennies et fait toujours autant lever les foules. Glenn Frey, Don Felder, Joe Walsh, Randy Meisner et Don Henley ne retrouveront jamais une complicité et une efficacité aussi impressionnantes… Publiée en novembre 2017, cette édition du 40e anniversaire propose l’album original remasterisé ainsi qu’un énergique live californien enregistré au Forum d’Inglewood en octobre 1976. © CM/Qobuz
HI-RES147,49 €
CD127,49 €

Pop - Paru le 30 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Ce coffret réunit tous les albums studios des Eagles enregistrés pour le label Asylum entre 1972 et 1979 : The Eagles (1972), Desperado (1973), On The Border (1974), One Of These Nights (1975), Hotel California (1976) et The Long Run (1979). C’est évidemment l’âge d’or de ces maîtres californien du country rock dont l’art va évidemment bien au-delà de leur tube planétaire Hotel California. Une intégrale de six albums à déguster en Qualité Hi-Res 24-Bit. © CM/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Dans l’histoire de beaucoup de groupes, il y a une sorte de point d’équilibre où l’impact créatif est à son maximum. Pour Eagles c’est l’année 1975, celle de la sortie de One of These Nights qui symbolise cette plénitude. Avec On The Border, leur précédent opus, le groupe à changé de producteur et accueilli un guitariste/chanteur supplémentaire en la personne de Don Felder. Cette arrivée enrichie encore la palette d'Eagles, donne plus de profondeur aux échanges de guitare. Le duo Henley/Frey est arrivé au point culminant de sa complicité et les titres qu’ils signent en commun sur One Of These Nights se passent de commentaires : « One of These Nights », « Hollywood Waltz », « Lyin’Eyes », « Take It to the Limit », « Visions », « After the Thrill Is Gone ».  Eagles publie cette même année un Greatest Hits appelé à battre tous les records de vente, mais One of These Nights est déjà un véritable best-of, une compilation de tubes, une succession de morceaux d’anthologie. Chaque membre du groupe apporte sa sensibilité, élargi et affine les possibilités instrumentales, le son capturé par Bill Szymczyk est moins brut, moins près des racines que celui de Glyn Johns ; c’est la véritable naissance d’un son « californien » confortable et harmonieux. Grandes compositions, grandes interprétations, grand son, grand album, énorme album que One of These Nights, qui marque aussi la fin du Eagles « country rock », prêt à laisser la place au Eagles « pop rock », prêt également à nous offrir un chef d’œuvre supplémentaire avec l'album suivant. © Francois Alvarez / Music-Story
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 18 juin 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Rock - Paru le 2 novembre 2018 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Derrière ce titre prometteur se cache une nouvelle réédition des albums studios du groupe et de plusieurs live, singles et faces B. Il y manque toutefois la version remasterisée du live Hell Freezes Over, bien qu'elle soit disponible dans la version "solide" de cette nouvelle compilation. En revanche, et contrairement à The Studio Albums 1972-1979 de 2013, Legacy comprend bien le septième et dernier album studio en date, Long Road out of Eden, sorti en 2007 et enfin disponible en Hi-Res. Une bonne occasion de constater que le Eagles du nouveau millénaire était encore à son zénith, avec plus d'un morceau qui n'aurait pas dépareillé sur Hotel California. On pourrait même dire la quasi-intégralité de ce massif et miraculeux double.Mais il n'y a pas que ce trop célèbre cinquième album dans la vie du groupe californien. On rappellera que Their Greatest Hits (1971–1975) est sorti avant Hotel California et qu'il restera comme l'album le plus vendu du XXe siècle aux États-Unis. Il vient même de retrouver son titre après avoir été certifié 38 fois platine en août 2018. Devant Thriller de Michael Jackson, qui n'est que 33 fois platine, selon les chiffres officiels et pas ceux trop souvent fantasmés par les médias.Legacy opère un large tour d'horizon sur les performances scéniques du groupe, avec le premier live officiel de 1980, Eagles Live, lequel n'avait pas fait l'unanimité car trop "maquillé" en studio, mais aussi les douze morceaux du formidable Millenium Concert déjà présent en intégralité dans la compilation Selected Works (1972-1999). © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
CD13,99 €

Rock - Paru le 8 novembre 1994 | Geffen

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res
CD14,99 €

Pop - Paru le 3 avril 2006 | Rhino - Elektra

Lors de la sortie de Hotel California, Eagles est déjà l'un des groupes les plus populaires de l’époque. Son Greatest Hits 1971-1975 est en train de battre tous les records de ventes, les tournées parcourent le globe en un cirque rock 'n' roll typique des années 70. Lassé justement du trop plein d’excès des tournées, Bernie Leadon a cédé sa place à Joe Walsh. Ce dernier, guitariste et multi-instrumentiste aimant l’expérimentation, apporte un son plus rock, plus hard même que le très countrysant Leadon. Don Henley a pris, de fait, la direction du groupe, dont il est désormais le principal compositeur et le principal chanteur. Ces changements amènent un album où l’Ouest sauvage est remplacé par une Californie guère plus accueillante, pauvre (« New Kid in Town »), voire carrément inquiétante si on s’arrête à l’« Hotel California ». Les croisements de guitares en montées d’arpèges d’« Hotel California » placent ce titre dans les grands « slows », les grandes ballades de l’histoire du rock (et un pamphlet symbolique anti-drogue), même si son compositeur Don Felder s'est bien inspiré du « We Used To Know » (1969) du groupe Jethro Tull. Personne ne peut échapper à « Hotel California » en 1976. Si le morceau titre éclipse le reste de l’album, il faut bien réaliser que presque tout Hotel California est marqué du sceau de la classe et de l’inventivité : « Wasted Time », « Life in the Fast Lane », « Victim of Love » sont autant de gemmes extraites des mines californiennes. Un certain rock sophistiqué, précieux, d’une musicalité soignée et inventive, culmine avec cet album qui, préfigurant le son des années 80, est comme les pensionnaires d’« Hotel California » : entre deux mondes. © Francois Alvarez / Music-Story
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 14 mai 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Mettez dans un shaker un ex-guitariste de Bob Seger, le batteur talentueux d’un groupe inconnu, l’ex-bassiste de Poco et l’ex-guitariste des Flying Burrito Brothers ; faites-les se rencontrer à Los Angeles et vous obtenez le groupe emblématique du country rock. C’est bien ce qui est arrivé aux quatre membres fondateurs de Eagles : une rencontre opportune et explosive, tant chacun apporte son talent et son savoir faire. Don Henley, Glenn Frey, Randy Meisner et Bernie Leadon sont tous de très corrects chanteurs ; leurs harmonies vocales et les différentes voix en solo vont être une marque de fabrique des Eagles. L’album Eagles paru en 1972, met immédiatement en évidence la complémentarité des musiciens et de leurs voix, la qualité des compositions qu’elles soient des membres du groupe ou co-écrites avec Jackson Browne, Gene Clark ou encore de Jack Tempchin (« Peaceful Easy Feeling »). Eagles  comporte un équilibre parfait entre rock, country et folk, ce mélange contribue au succès immédiat de l’album avec pas moins de trois titres dans les meilleures ventes aux Etats Unis : « Take it Easy », « Witchy Woman » et « Peaceful Easy Feeling ». Ces titres désormais universellement connus ne doivent pas faire oublier qu’Eagles contient d’autres petits bijoux : « Train Leaves Here This Morning » ou « Chug All Night » en sont de parfaites illustrations, qui méritent de ne pas tomber dans l’oubli. © Francois Alvarez / Music-Story
HI-RES23,49 €
CD20,49 €

Pop - Paru le 21 octobre 2003 | Rhino - Elektra

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Avec Desperado les Eagles mettent les pieds dans la boue gluante des villes-frontières et de leurs saloons mal famés. C’est bien toute l’iconographie d’un Ouest fantasmatique qui est appelé à la rescousse pour les thèmes de Desperado : le son est californien et les légendes sont texanes. Curieusement enregistré en Angleterre, comme leur premier album homonyme, par un sorcier du rock britannique, Desperado évoque parfaitement les grands espaces et les couchers de soleil grandioses avec la superbe ballade « Desperado » ou l’imparable simple « Tequila Sunrise ». Desperado voit surtout s’affirmer le talent de compositeur et les aptitudes de chanteur de Don Henley. Le « couple » artistique qu’il commence à former avec Glenn Frey va s’épanouir tout au long de la carrière du groupe. Baissez le Stetson sur vos yeux, réajustez le Holster, épongez la sueur d’un revers de main et appréciez l’écoute de « Outlaw Man », « Saturday Night », « Doolin-Dalton » et de toutes les pépites qui parsèment Desperado. En à peine deux ans et autant d’albums, les Eagles sont en train d’écrire une page majeure et emblématique de l’histoire du rock américain. © Francois Alvarez / Music-Story
CD22,49 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 8 février 2011 | Rhino - Elektra

Hi-Res
CD17,49 €

Pop - Paru le 30 octobre 2007 | Rhino - Elektra

CD14,99 €

Pop - Paru le 26 avril 2013 | Rhino - Elektra

CD13,49 €

Rock - Paru le 7 novembre 1980 | Elektra Records

CD14,99 €

Pop - Paru le 25 juin 2013 | Rhino - Elektra

Mettez dans un shaker un ex-guitariste de Bob Seger, le batteur talentueux d’un groupe inconnu, l’ex-bassiste de Poco et l’ex-guitariste des Flying Burrito Brothers ; faites-les se rencontrer à Los Angeles et vous obtenez le groupe emblématique du country rock. C’est bien ce qui est arrivé aux quatre membres fondateurs de Eagles : une rencontre opportune et explosive, tant chacun apporte son talent et son savoir faire. Don Henley, Glenn Frey, Randy Meisner et Bernie Leadon sont tous de très corrects chanteurs ; leurs harmonies vocales et les différentes voix en solo vont être une marque de fabrique des Eagles. L’album Eagles paru en 1972, met immédiatement en évidence la complémentarité des musiciens et de leurs voix, la qualité des compositions qu’elles soient des membres du groupe ou co-écrites avec Jackson Browne, Gene Clark ou encore de Jack Tempchin (« Peaceful Easy Feeling »). Eagles  comporte un équilibre parfait entre rock, country et folk, ce mélange contribue au succès immédiat de l’album avec pas moins de trois titres dans les meilleures ventes aux Etats Unis : « Take it Easy », « Witchy Woman » et « Peaceful Easy Feeling ». Ces titres désormais universellement connus ne doivent pas faire oublier qu’Eagles contient d’autres petits bijoux : « Train Leaves Here This Morning » ou « Chug All Night » en sont de parfaites illustrations, qui méritent de ne pas tomber dans l’oubli. © Francois Alvarez / Music-Story