Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2011 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc de Classica - Choc Classica de l'année - Hi-Res Audio
Bach : Intégrale des Sonates & Partitas BWV 1001-1006 - Pisendel : Sonate pour violon solo / Amandine Beyer, violon
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 26 juin 2015 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles Classica - Qobuzissime
Plus ou moins contemporain de Vivaldi – avec qui il partage également d’être né à Venise et mort à Vienne –, Antonio Caldara vécut une carrière aussi éblouissante qu’internationale. Venise d’abord, Mantoue, Barcelone, Rome, Bologne puis Vienne furent ses points d’ancrage auprès des grandes cours, ce qui peut aussi expliquer le cosmopolitisme de sa musique. Du haut de ses quelque trois mille quatre cent œuvre répertoriées, qui couvrent absolument tous les formats de l’époque, il a évolué du genre italien jusqu’à une écriture plus ancrée en Europe Centrale dans sa conception polyphonique et harmonique. Certes, c’est plutôt pour ses innombrables opéras, messes, oratorios, cantates et madrigaux que la postérité s’est souvenue de son nom, mais on lui doit également une belle poignée d’œuvres instrumentales dont ces Sonates à trois, Op.1 (1693) et Op.2 (1699) – deux violons et violoncelle, auxquels vient s’ajouter le continuo –, des pièces foisonnantes d’une stupéfiante inventivité instrumentale. Il est vrai que Caldara fut également un grand virtuose en son temps, en particulier au violoncelle, de sorte que l’auditeur entendra fréquemment la partie de violoncelle quitter la ligne de basse (laissée au seul continuo) pour chanter sa propre partie individuelle : ce sont alors, pratiquement, des sonates à quatre et non plus à trois. Magnifique enregistrement de Amandine Beyer et Leila Schayegh entourées de leurs amis, à ne pas laisser passer. © SM/Qobuz« Face à face pour la première fois devant les micros, deux des plus belles sonorités du violon baroque nous font perdre la tête dans huit sonates vénitiennes d'une inépuisable suavité. [...] Quel festin et quel plaisir des timbres immédiat ! Les trente-trois plages sortent d'une corne d'abondance intarissable, l'inspiration des interprètes ne faiblit pas un instant. » (Diapason, juillet 2015 / Gaëtan Naulleau)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 août 2008 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livrets Distinctions Choc de l'année du Monde de la Musique - Choc du Monde de la Musique - 10 de Classica-Répertoire
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour violon - Paru le 15 octobre 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
1720 : dans son célèbre pamphlet intitulé “Le théâtre à la mode”, le compositeur Marcello ironise sur les dérives du nouvel opéra vénitien. Certes, le célèbre pamphlet que publia anonymement Benedetto Marcello en 1720, chez l’éditeur fictif « Aldaviva Licante » – Aldaviva étant sans nul doute l’anagramme de A. Vivaldi – raillait surtout le monde de l’opéra d’alors, ses chanteurs bouffis d’orgueil, ses librettistes incultes, ses compositeurs en quête d’effets, bref, tout ce que le monde musical pouvait alors présenter d’original, d’inhabituel, de nouveau, d’expérimental, de choquant, de bizarre, de baroque, en un mot : d’italien ! Vivaldi était l’une des cibles préférées de Marcello, qui égratigna le Prêtre roux et ses frasques de virtuose au violon. C’est précisément ces frasques que la violoniste Amandine Beyer et l’ensemble Gli Incogniti ont été choisir parmi son richissime répertoire : des concertos pour violon désaccordé (selon le mode de la scordatura), pour violon « in tromba », c’est-à-dire dans une sonorité emprunté aux raclements nasillards de la trompe marine, sans oublier ces œuvres singulières dans lesquels Vivaldi laisse grande liberté au soliste qui peut s’en donner à cœur joie dans le domaine de l’improvisation. C’est parfois ce qu’a fait Amandine Beyer, directement pendant l’enregistrement, selon les habitudes que l’on connaît du compositeur dont certaines pièces comportent suffisamment d’ornements transcrits pour s’en faire une idée précise. En piste donc pour cet invraisemblable Circus Maximus musical, comme si vous y étiez au Carnaval de l’an 1720. © SM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 19 février 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
« Puisque "un ciel si sombre ne s'éclaircit pas sans orage" (Shakespeare), l'on sait gré à Amandine Beyer et ses Incogniti de le faire éclater. S'y dévoile le recueil Musikalische Ergötzung (Plaisir musical) qui comprend six suites pour deux violons (avec usage de la scordatura) et basse continue. Polyglotte des sons, Pachelbel y cultive à sa manière "les goûts réunis" de notre Couperin, en mélangeant les styles français, italien et allemand. Pour cadencer le tout, des airs profanes, dont Orage d'avril, où s'invitent accents rustiques et célébrations diverses, attestent de son influence sur la génération suivante à laquelle appartient Johann Sebastian Bach. La fermeté des idées, soutenue par une grande richesse contrapuntique, n'empêche pas ces mouvements de danses de s'avancer avec leur luxe d'ornements si bien restitué par la violoniste. [...] La prise de son, superlative, donne à entendre la cohésion des pupitres, notamment à travers l'enlacement des deux violons et les commentaires fondus de l'orgue.» (Classica, avril 2016 / Jérémie Bigorie)« [...] Tant de volubilité en miroir dans les ritournelles instrumentales de ces airs chantant la vanité des plaisirs fugaces, la lumière des muses ou l'aurore nouvelle de la mort attendue. [...] Ce répertoire divertissant, épicé d'accents populaires et dont la science disparaît sous l'élégance, convient très bien au jeu léger et brillant d'Amandine Beyer et de ses partenaires. [...] Avec les Incogniti, la beauté des timbres, la fluidité complice du propos et le vif désir de communiquer une joie irrésistible font plus qu'honneur à ce répertoire oublié.» (Diapason, avril 2016 / Philippe Ramin)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour violon - Paru le 26 octobre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
Dire que le concerto constituerait l’une des formes d’expression favorites de Haydn serait sans doute excessif, voire ridicule. Lui qui a écrit une forte centaine de symphonies, des dizaines de quatuors, de trios, de sonates pour piano, une quinzaine de messes et autant d’opéras, les oratorios que l’on sait… Or, on lui connaît trois concertos pour violon (les autres sont perdus ou apocryphes), deux pour violoncelle (les autres… idem), un pour cor (les autres…), un pour trompette (il n’y a point d’autres) et au mieux une petite dizaine pour piano. Des ouvrages musicalement fascinants, mais dont l’exigence virtuose va du modéré au plutôt difficile. Si, quand même, le Premier Concerto pour violoncelle ne manque pas de grandes difficultés, y compris le jeu rapide dans l’extrême aigu du dernier mouvement, un vrai feu d’artifice. On notera également que la majorité des concertos furent écrits pour Esterházy, en l’occurrence pour les premiers solistes de l’orchestre maison de la cour qu’étaient le Konzertmeister Luigi Tomasini et le premier violoncelle Joseph Weigl. Les accompagnements orchestraux offrent aux solistes de beaux tapis : on pense au délicieux deuxième mouvement du Concerto pour violon en ut majeur, une sorte de jeu de luth des cordes de l’orchestre accompagnant le violon solo, qui devient une sorte de sérénade à la Don Giovanni. Au violon pour cet enregistrement, Amandine Beyer, tandis que le solo de violoncelle est tenu par Marco Ceccato – tous deux membres de l’ensemble Gli Incogniti (Les Inconnus), une phalange à géométrie variable qui joue sans chef. De sorte que tout le monde s’écoute, une manière bien belle – et pas si fréquente à l’orchestre, hélas – de faire la musique. © SM/Qobuz« Taillés sur mesure pour un violoniste italien friand d'agilités dans l'aigu, les deux concertos trouvent enfin un(e) interprète sensible à leur fantaisie autant qu'à leurs raffinements. » (Diapason, décembre 2018)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 août 2009 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
Gli Incogniti - Amandine Beyer, violon et direction / Enregistrement réalisé au Monastère de Tibaes, entre le 16 et le 20 mars 2009
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2012 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Après un album dédié aux "Quatre saisons" récompensé par de nombreux prix, Amandine Beyer et son ensemble reviennent à Vivaldi avec un choix de "Concerti". "Effervescence, humour, lyrisme, explosion, concentration, contemplation, impatience, énergie ... la liste pourrait ne jamais s'arrêter. Les mots m'échappent au moment de déterminer ce qui fascine dans la musique d'Antonio Vivaldi. Ce disque représente notre hommage particulier à ce compositeur si généreux, qui comble les musiciens en leur mettant entre les mains des outils fabuleux de diversité, d'émotion et d'efficacité." (Amandine Beyer)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 8 septembre 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
" Il ne faut pas longtemps pour céder au charme d'Amandine Beyer et de ses Inconnus, tant la délicatesse du discours poétique est au rendez-vous." (Classica, septembre 2014) Comment résister, en effet, aux états d'âme de cette sublime musique de chambre de François Couperin, oscillant sans cesse entre mélancolie et vivacité ? Amandine Beyer et ses "Incogniti" (qui le sont de moins en moins) ont réuni les deux Apothéoses (celle de Lulli et celle de Corelli) et deux Sonat(d)es qui lancent un pont entre les muses françaises et italiennes. Tout cela vit, vibre, palpite, au gré de couleurs sans cesses changeantes. Du très grand art. FH
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Concertos pour violon - Paru le 28 août 2008 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
CD19,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | Zig-Zag Territoires

Livret Distinctions Diapason d'or
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 juin 2013 | Zig-Zag Territoires

Livret Distinctions Hi-Res Audio
Une compilation qui dessine un portrait aux contours bien affinés de la violoniste Amandine Beyer. On y retrouvera ses enregistrements depuis les Pièces de Robert de Visées jusqu'aux Concertos de Bach, en passant par Rebel et Corelli. SH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 22 mai 2020 | Fra Bernardo

Hi-Res
Encore un album de « baroque récréatif » qui, cette fois, nous fait pénétrer dans la haute société londonienne à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles sous l’experte conduite de la violoniste Amandine Beyer, avec Michael Oman à la flûte à bec, et l’Austrian Baroque Company. Le programme est constitué d’un ensemble de pièces composées par des violonistes-compositeurs-virtuoses attirés comme des mouches par l’intense vie musicale londonienne (« London Calling ») et dont le style s’inspire à la fois de Biber et de Corelli, à l’époque où le violon s’émancipe fortement de la viole et des consorts, peu à peu délaissés au profit du nouvel instrument, plus brillant et mieux à même d’exprimer les passions humaines et sacrées. Ces musiques, tout à tour gaies ou mélancoliques, étaient jouées et dansées dans des maisons nobles qui assuraient ainsi une substantielle source de revenus à des musiciens forcés de courir sans cesse le cachet pour vivre ou survivre. On découvrira dans cet album des pièces d’Andrea Falconieri, John Hilton et Nicola Matteis, entourées d’Haendel et de Purcell. © François Hudry/Qobuz
CD19,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | Zig-Zag Territoires

Livret
CD5,99 €

Duos - Paru le 27 décembre 2005 | Alpha

Livret
CD29,99 €

Classique - Paru le 21 octobre 2014 | Zig-Zag Territoires

Livret
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 novembre 2005 | Zig-Zag Territoires

CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | naïve classique

CD9,99 €

Classique - Paru le 9 juin 2005 | Zig-Zag Territoires

CD9,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2007 | Zig-Zag Territoires

Livret

L'interprète

Amandine Beyer dans le magazine
  • Sacré Festival de Froville !
    Sacré Festival de Froville ! Unique festival de musique sacrée et baroque en Lorraine, le Festival de Froville accueille, pendant les mois de mai, juin et juillet, une sélection musicale regroupant qualité, originalité et int...
  • France - Italie, un pont ?
    France - Italie, un pont ? Amandine Beyer chez un Couperin qui promeut la rencontre des styles français et italiens...
  • Amandine Beyer, encore seule avec Bach
    Amandine Beyer, encore seule avec Bach Le 7 février, la violoniste baroque Amandine Beyer se produira en récital au Théâtre des Abbesses pour un programme entièrement consacré à Jean-Sébastien Bach.
  • Amandine Beyer, seule avec Bach
    Amandine Beyer, seule avec Bach Le 14 avril, la violoniste baroque Amandine Beyer se produira en récital au Théâtre de la Ville pour un programme entièrement consacré à Jean-Sébastien Bach.
  • Amandine Beyer, une rencontre-podcast
    Amandine Beyer, une rencontre-podcast Son album des sonates et partitas de Bach sous le bras, la violoniste Amandine Beyer se raconte le temps d’un podcast.
  • Amandine Beyer et Gli Incogniti : Vivaldi à Paris
    Amandine Beyer et Gli Incogniti : Vivaldi à Paris La violoniste Amandine Beyer et l’ensemble Gli Incogniti sont en concert parisien le samedi 5 mars, au Théâtre de la Ville, avec un programme consacré à Antonio Vivaldi.
  • Qui était Matteis ?
    Qui était Matteis ? La violoniste Amandine Beyer se penche sur le cas de Nicola Matteis, original et compositeur à la fois…