Catégories :

Les albums

CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 26 octobre 2018 | Walt Disney Records

CD10,99 €

Bandes originales de films - Paru le 23 novembre 2018 | Point Of Departure

CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 25 mai 2018 | Universal Ltd.

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 22 février 2019 | Republic Records

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 avril 2019 | Universal-Island Records Ltd.

HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 15 février 2019 | Editions Milan Music

Hi-Res Livret
CD11,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 avril 2019 | INVADA Records

HI-RES14,49 €
CD12,49 €

Bandes originales de films - Paru le 15 mars 2019 | WaterTower Music

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 22 juin 2018 | Because Music

Hi-Res
Comment pousser le fétichisme pour la musique des années 60 jusqu’à son paroxysme ? C’est l’excitante gageure que s’est lancée Nicolas Godin (moitié du duo versaillais Air) en participant à ce projet. Diffusée sur Arte, cette comédie d’espionnage donne ses lettres de noblesse au pastiche, un peu à la manière de la série OSS 117, dont le scénariste est d’ailleurs le même (Jean-François Halin). Par la force des choses, Godin a donc été amené à se tourner lui aussi vers cette couleur particulière, sans pour autant tomber dans un humour musical pesant. Luxuriante, amusante et élégante, sa partition est avant tout un hommage à Lalo Schifrin, le maître de la BO d’espionnage, à qui l’on doit notamment la série Mission impossible. A travers la basse et le piano jazzy de morceaux comme Quartier ou En Mission, Godin a su retrouver la couleur spécifique qui a fait la réputation du compositeur argentin.Les amateurs du genre retrouveront également de nombreux clins d'œil à Henry Mancini ou Jerry Goldsmith. Avec Au service de la France, Godin porte aux nues non seulement le pastiche, mais il donne une certaine grandeur aux musiques fonctionnelles des années 60/70 (celles qu’on appelle parfois « easy listening »). C’est donc avec un plaisir non feint que l’on appréciera la bossa minimaliste Passion femme ou encore le merveilleux slow orientalisant Casbah Lounge. Conçue, composée mais aussi enregistrée à l’ancienne (les musiciens jouant ensemble et en direct dans le studio), la BO de cette série plongera l’auditeur dans une époque révolue, celle où la musique originale avait une place primordiale dans la fabrication d’un film. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Bandes originales de films - Paru le 23 mars 2018 | Reprise

Hi-Res
Daryl Hannah derrière la caméra et son homme du moment, un certain Neil Young, devant ! Voilà Paradox, le premier film réalisé par la comédienne révélée en sirène dans Splash en 1984. Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, le Loner en personne en signe la BO. En 1995 déjà, Neil Young s’était brillamment essayé à la musique de film en signant la partition de Dead Man de Jim Jarmusch. Epaulé par le groupe de Lukas Nelson, Promise Of The Real, et quelques cadors comme Jim Keltner et Paul Bushnell mais aussi Willie Nelson, il mêle cette fois titres instrumentaux et chantés. Sans surprise, l’esprit est électrique à la Crazy Horse, rock’n’roll dans l’âme, avec quelques écarts country, dans un esprit 100 % Neil Young. Sommet de cette orgie de décibels, Cowgirl Jam, une furieuse improvisation de plus de dix minutes qui vaut à elle seule l’achat du disque. Quelques anciennes chansons comme une version christique de Pocahontas ou une relecture au ukulélé de Tumbleweed de l’album Storytone viennent compléter un Paradox pas si anecdotique que ça. © Max Dembo/Qobuz
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 avril 2019 | Roy Export SAS

Livret
Pour fêter les 130 ans de la naissance de Charlie Chaplin, le Bureau Chaplin a concocté un double CD d’extraits des bandes originales des films de l’acteur-réalisateur (et compositeur). Le premier disque est consacré à des longs-métrages phares tels que City Lights (avec le frénétiquement ibérique Fight Club, ou bien le bouleversant final Girl Holds Charlie’s Hand) et Modern Times (avec la délirante Factory Scene et le tube nonsensique Titine). On se souvient également des musiques de Wagner et Brahms pour, respectivement, les scènes du globe terrestre et du barbier dans The Great Dictator. Ainsi que, dans un style plus sentimental, des valses délicieuses de The Gold Rush et des thèmes déchirants de Limelight.Le second disque comprend d’autres longs-métrages, comme A King in New York : pour ce film, Chaplin a beau régler férocement ses comptes avec les Etats-Unis, son style musical semble immuable. C’est toujours un mélange de légèreté malicieuse et de tendresse absolue qui caractérise le moustachu lorsqu’il tient la baguette. Ce CD comprend également la musique mélodramatique de The Kid (qui n’a pas versé une larme sur The Country Doctor ?), ainsi que des fox-trot et autres valses destinées aux courts-métrages tournés à partir de 1918 (The Pilgrim, A Pay Day…). Le disque se conclut avec le thème langoureux et élégant de A Woman of Paris, l’un des longs-métrages les plus méconnus du cinéaste anglais (et pour cause, il ne joue pas dedans). Chaplin ne savait ni lire ni écrire la musique, mais il avait un sens indéniable de la mélodie, ce que cette anthologie met en lumière avec évidence. ©Nicolas Magenham/Qobuz 
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 25 mai 2018 | Walt Disney Records

Hi-Res
Voici un caméo comme on les aime : John Williams a composé un thème pour ce second spin-off de la saga Star Wars, au milieu d’une partition entièrement écrite par John Powell, fameux compositeur de Shrek, Fourmiz, ainsi que des…. Visiteurs en Amérique ! Rappelons que John Williams est l’auteur de l’intégralité de la musique des huit épisodes de la célèbre saga. Mais les deux compositeurs n’ont pas travaillé chacun de leur côté car John Powell a inséré le thème de Williams ici et là au sein de sa propre partition, tandis que ce dernier s’est inspiré des orchestrations de Powell afin de donner une unité d’ensemble au score. Malgré cette volonté, il faut admettre que le thème de Williams – qui personnifie Han solo, incarné par Alden Ehrenreich – possède une couleur épique au charme presque désuet (The Adventures of Han Solo). En comparaison, la musique de Powell paraît à l’occasion davantage « dans l’air du temps », avec ses inflexions électro et/ou minimalistes (Meet Han). Au milieu de cet ensemble bigarré, on remarque une plage au titre et au contenu assez émouvants puisqu'elle a non seulement un rôle dramaturgique bien précis, mais elle sonne aussi comme un hommage de John Powell à son aîné : Reminiscent Therapy est sans doute le morceau qui donnera le plus de frissons aux fans de la première heure.D’une manière générale, pour cet épisode dérivé racontant les aventures des contrebandiers Han Solo, Chewbacca et Lando Calrissian à bord du Faucon Millenium, la musique renforce l’aspect westernien du film, que traduisent notamment des cuivres belliqueux (Corellia Chase, Flying with Chewie). Malgré cette virilité assumée, John Powell n’a pas perdu son élégance musicale en route, comme le prouvent les jolis L3 & Millenium Falcon et Is That Seat Taken ?, ainsi que Mine Mission, dont les accents baroques apportent une note particulièrement subtile à cette production Disney/Lucasfilm au cadre naturellement très formaté. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Bandes originales de films - Paru le 8 mars 2019 | M83 Recording Inc

Hi-Res
Tout comme pour ses courts-métrages et son premier film intitulé Les Rencontres d'après minuit, le réalisateur Yann Gonzalez fait appel à son frère Anthony (moitié de M83) pour mettre en musique Un Couteau dans le cœur. Créé en 1999, M83 fut tout d’abord constitué de Gonzalez et Nicolas Fromageau, avant que ce dernier ne quitte le bateau en 2004. Par la suite, M83 connut un succès retentissant grâce à l’album Hurry Up, We’re Dreaming, et son tube Midnight City. C’est spécialement à la demande de Yann Gonzalez et son Couteau dans le cœur que le duo originel Antony/Nicolas se reforme. Pour ce thriller postmoderne sur une productrice de pornos gay 70's incarnée par une Vanessa Paradis en blonde peroxydée, les deux compères ont composé une longue série de morceaux électro mi-oniriques, mi-kitsch (Voyance, Un Couteau dans le cœur, De Sperme et d’eau fraîche), ou bien totalement cauchemardesques (La Caverne, Cinema Kill).D’une manière générale, c’est un rétro assumé qui anime le tandem, comme l’atteste Lettre Lois, et surtout Detective Rachid et Le Tueur homo, dont les synthétiseurs semblent tout droit sortis du home studio de François de Roubaix. Pour compléter le tableau de ce romantisme à la fois noir et ironique, la BO comprend quatre reprises de morceaux signés de musiciens relativement confidentiels (ce qui est logique puisque le film est un hommage à la culture underground). Parmi elles, on trouve Trash Me de Malaria !, groupe expérimental ouest-allemand qui sévit dans les années 1980, ou encore Malaguena de Pico (qu’on pourrait qualifier de synth-pop ibérique assez déjantée), ainsi qu’un morceau ambient de 2016 composé par Jefre Cantu-Ledesma (Love’s Refrain). ©Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 septembre 2018 | Editions Milan Music

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 14 septembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
CD7,99 €

Bandes originales de films - Paru le 14 mai 2018 | Dental Records

CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 avril 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 22 février 2019 | WM Argentina

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 22 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret

Le genre

Bandes originales de films dans le magazine