Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Abbey Lincoln - Who Used To Dance

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Who Used To Dance

Abbey Lincoln

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

Langue disponible : anglais

Abbey Lincoln, 65 at the time of this recording, still had a reasonably strong voice at this point in her career, and although she showed signs of mellowing now and then, she was still capable of performing fiery musical statements. This Verve release mostly emphasizes slow tempos and melancholy moods. The nostalgic "Who Used to Dance" (featuring Savion Glover's tapdancing) is a highlight, and "Street of Dreams" works well, although "Mr. Tambourine Man" is not too essential. Six different saxophonists (five of them altoists) appear on the date (usually one on a song), and despite the diversity in styles (from Steve Coleman to Frank Morgan), their subsidiary roles and respectful playing find them all sounding fairly similar. An interesting but not overly essential outing.
© Scott Yanow /TiVo

Plus d'informations

Who Used To Dance

Abbey Lincoln

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Love Has Gone Away Album Version
00:07:37

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

2
Who Used To Dance Album Version
00:09:42

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

3
Love Lament Album Version
00:07:13

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer - R.B. Lynch, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

4
Mr. Tambourine Man Album Version
00:06:55

Bob Dylan, ComposerLyricist - Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1997 Decca Records France

5
When Autumn Sings Album Version
00:04:09

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer - R.B. Lynch, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

6
Love What You Doin' Album Version
00:08:28

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

7
Street Of Dreams Album Version
00:06:35

Sam M. Lewis, ComposerLyricist - Victor Young, ComposerLyricist - Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1997 Decca Records France

8
I Sing A Song Album Version
00:05:50

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

9
The River Album Version
00:04:56

Abbey Lincoln, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1997 Decca Records France

Descriptif de l'album

Abbey Lincoln, 65 at the time of this recording, still had a reasonably strong voice at this point in her career, and although she showed signs of mellowing now and then, she was still capable of performing fiery musical statements. This Verve release mostly emphasizes slow tempos and melancholy moods. The nostalgic "Who Used to Dance" (featuring Savion Glover's tapdancing) is a highlight, and "Street of Dreams" works well, although "Mr. Tambourine Man" is not too essential. Six different saxophonists (five of them altoists) appear on the date (usually one on a song), and despite the diversity in styles (from Steve Coleman to Frank Morgan), their subsidiary roles and respectful playing find them all sounding fairly similar. An interesting but not overly essential outing.
© Scott Yanow /TiVo

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
A Love Supreme John Coltrane
Moanin' Art Blakey & The Jazz Messengers
À découvrir également
Par Abbey Lincoln
Wonderful World Abbey Lincoln
That's Him! Abbey Lincoln
Abbey Sings Billie Abbey Lincoln
Abbey Sings Abbey Abbey Lincoln
Sleepless Love Abbey Lincoln

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Jazz : où sont les femmes ?

A l’exception des chanteuses, les femmes du jazz ont dû batailler ferme pour se frayer un chemin vers le devant de la scène. De Mary Lou Williams à Jaimie Branch en passant par Geri Allen ou Alice Coltrane, elles sont finalement assez peu nombreuses à s’être imposées dans un genre resté presque exclusivement masculin. Et toujours aussi macho ?

Dans l'actualité...