Concerto Italiano / Rinaldo Alessandrini Monteverdi : Il sesto libro de madrigali, MDCXIV

Monteverdi : Il sesto libro de madrigali, MDCXIV

Concerto Italiano / Rinaldo Alessandrini

Paru le 27 janvier 2017 chez Arcana

Artiste principal : Rinaldo Alessandrini

Genre : Classique > Musique vocale profane

Distinctions : Diapason d'or ( juin 2006) - Choc du Monde de la Musique ( juin 2006) - 10 de Répertoire ( mai 2006)

Inclus : 1 Livret numérique

Écoutez cet album en illimité avec nos abonnements streaming. Dès 9,99 € / mois.

Profitez de cet album de Concerto Italiano / Rinaldo Alessandrini sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

9,99 €

Disponible en Qualité CD

Ajouter au panier

Plus d'info

C'est à divers titres un jalon essentiel de l'histoire du disque. Il s'agit en effet de la réédition du premier disque homogène de Madrigaux, enregistré en 1992, qui a révélé le Concerto Italiano que venait de fonder Rinaldo Alessandrini. On cherchait jusque-là en vain une approche italienne convaincante d'un art si spécifique et hautement élaboré. D'un coup de maître, Alessandrini trouvait enfin le ton juste pour souligner la dramaturgie, les couleurs, la densité et la mise en scène de la langue que recèle l'art de Monteverdi. Et cela précisément avec le Sixième Livre, qui est le Livre de l'amour, le Livre de la mort.

C’est une version à la fois très dépouillée en termes acoustiques – pas de réverbération, voix prises d’assez près, émission vocale très « lisse » avec un minimum de vibrato – et très riche en affects et émotions en tous genres. Cette publication de 1614 reprend, en partie, des œuvres écrites au cours des années précédentes, à commencer par le Lamento d’Ariane dans l’une des trois versions que l’on connaît de la plume du compositeur : un récit monodique à deux voix et basse continue (sans doute un extrait de l’opéra L’Arianna de 1608 qui, mille fois hélas, est aujourd’hui perdu), la présente réécriture sous forme madrigalesque à cinq voix, et une version monodique sacrée ultérieure. Suivent quelques madrigaux d’après Pétrarque, d’autres qu’Alessandrini accompagne d’un petit ensemble instrumental plutôt que de les donner « a capella », et le livre se referme sur un « dialogue à sept » (amusant oxymore ; en fait, les sept voix ne chantent pas toujours ensemble et souvent, deux voix se répondent des phrases plus complexes tandis que les autres assurent un complément harmonique, d’où peut-être le terme « dialogue »), le merveilleux Presso un fiume tranquillo, « Près d’un fleuve tranquille ». Fidèle aux habitudes d’interprétation de l’époque, Alessandrini et sa troupe prennent énormément de libertés rythmiques afin de souligner les accentuations du texte. © SM/Qobuz

Plus d'info

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 9,99 €/ mois.

1 mois gratuit
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 18 pistes Durée totale : 01:13:16

    Lamento d'Arianna, SV 107 (Claudio Monteverdi)
  1. 1 I. Lasciatemi morire (Prima parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  2. 2 II. O Teseo, Teseo mio (Seconda parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  3. 3 III. Dove, dove è la fede (Terza parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  4. 4 IV. Ahi ch’ei non pur risponde (Quarta et ultima parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  5. Zefiro torna e’l bel tempo rimena, SV 108
  6. 5 Zefiro torna e’l bel tempo rimena, SV 108

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  7. Una Donna fra l'altre honesta e bella vidi, SV 109
  8. 6 Una Donna fra l'altre honesta e bella vidi, SV 109 (Concertato nel clavicimbalo)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  9. A Dio, Florida bella, SV 110
  10. 7 A Dio, Florida bella, SV 110 (Concertato)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  11. Sestina, lagrime d'amante al sepolcro dell'amata, SV 111
  12. 8 I. Incenerite spoglie (Prima parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  13. 9 II. Ditelo voi (Seconda parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  14. 10 III. Darà la notte il sol (Terza parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  15. 11 IV. Ma te raccoglie (Quarta parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  16. 12 V. O chiome d’or (Quinta parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  17. 13 VI. Dunque amate reliquie (Sesta et ultima parte)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  18. Ohimè il bel viso, SV 112
  19. 14 Ohimè il bel viso, SV 112

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  20. Qui rise, o Tirsi, SV 113
  21. 15 Qui rise, o Tirsi, SV 113 (Concertato)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  22. Misero Alceo, SV 114
  23. 16 Misero Alceo, SV 114 (Concertato)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  24. Batto, qui pianse Ergasto, SV 115
  25. 17 Batto, qui pianse Ergasto, SV 115 (Concertato)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  26. Presso un fiume tranquillo, SV 116
  27. 18 Presso un fiume tranquillo, SV 116 (Dialogo a 7. concertato)

    Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, Conductor - Claudio Monteverdi, Composer Copyright : Outhere Music France Outhere Music France

  • Descriptif de l'album
  • C'est à divers titres un jalon essentiel de l'histoire du disque. Il s'agit en effet de la réédition du premier disque homogène de Madrigaux, enregistré en 1992, qui a révélé le Concerto Italiano que venait de fonder Rinaldo Alessandrini. On cherchait jusque-là en vain une approche italienne convaincante d'un art si spécifique et hautement élaboré. D'un coup de maître, Alessandrini trouvait enfin le ton juste pour souligner la dramaturgie, les couleurs, la densité et la mise en scène de la langue que recèle l'art de Monteverdi. Et cela précisément avec le Sixième Livre, qui est le Livre de l'amour, le Livre de la mort.

    C’est une version à la fois très dépouillée en termes acoustiques – pas de réverbération, voix prises d’assez près, émission vocale très « lisse » avec un minimum de vibrato – et très riche en affects et émotions en tous genres. Cette publication de 1614 reprend, en partie, des œuvres écrites au cours des années précédentes, à commencer par le Lamento d’Ariane dans l’une des trois versions que l’on connaît de la plume du compositeur : un récit monodique à deux voix et basse continue (sans doute un extrait de l’opéra L’Arianna de 1608 qui, mille fois hélas, est aujourd’hui perdu), la présente réécriture sous forme madrigalesque à cinq voix, et une version monodique sacrée ultérieure. Suivent quelques madrigaux d’après Pétrarque, d’autres qu’Alessandrini accompagne d’un petit ensemble instrumental plutôt que de les donner « a capella », et le livre se referme sur un « dialogue à sept » (amusant oxymore ; en fait, les sept voix ne chantent pas toujours ensemble et souvent, deux voix se répondent des phrases plus complexes tandis que les autres assurent un complément harmonique, d’où peut-être le terme « dialogue »), le merveilleux Presso un fiume tranquillo, « Près d’un fleuve tranquille ». Fidèle aux habitudes d’interprétation de l’époque, Alessandrini et sa troupe prennent énormément de libertés rythmiques afin de souligner les accentuations du texte. © SM/Qobuz

logo qobuz Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Streamez ou téléchargez votre musique

Achetez un album ou une piste à l’unité. Ou écoutez tout notre catalogue en illimité avec nos abonnements de streaming en haute qualité.

Choisissez le format qui vous convient

Vous disposez d’un large choix de formats pour télécharger vos achats (FLAC, ALAC, WAV, AIFF...) en fonction de vos besoins.

Zéro DRM

Les fichiers téléchargés vous appartiennent, sans aucune limite d’utilisation. Vous pouvez les télécharger autant de fois que vous souhaitez.

Écoutez vos achats dans nos applications

Téléchargez les applications Qobuz pour smartphones, tablettes et ordinateurs, et écoutez vos achats partout avec vous.

À découvrir

Dans la même thématique

L'artiste principal

Rinaldo Alessandrini dans le magazine

Plus d'articles

Le compositeur principal

Claudio Monteverdi dans le magazine

Plus d'articles

Le label

Arcana

Arcana fut le dernier label créé (en 1992) par le producteur de disques Michel Bernstein quand il perdit la direction et la propriété des labels Valois et Astrée qu'il avait dû céder à Auvidis ; fonds de catalogue par la suite racheté à nouveau par Naïve. Sous cette nouvelle étiquette, Bernstein — qui par la suite dirigea le label avec sa jeune femme Charlotte, ingénieur du son — parvenait au prodige de se renouveler encore, lui qui avait déjà tant inventé et produit avec ces différents labels — Vendôme (1954), Valois (1965), Astrée (1975). Ce furent des disques géniaux de Savall, Chapuis, Herreweghe, Alessandrini, Biondi, Gatti, La Reverdie, Mala Punica, Badura-Skoda...

Voir la page Arcana Lire l'article

Le genre

Musique vocale profane dans le magazine

Plus d'articles

Le sous genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

  • Les Arts Flo ont 40 ans ! Les Arts Flo ont 40 ans !

    Fondé en 1979, l'ensemble baroque de William Christie et Paul Agnew magnifie depuis quatre décennies les œuvres de Lully, Charpentier, Rameau, Monteverdi, Purcell, Haendel et bien d'autres génies d...

    Lire l'article
  • L'orfèvrerie d'Orouni

    Pour leur 4e album, "Partitions", Rémi Antoni et ses amis propulsent leur indie pop artisanale vers de savants cieux...

    Lire l'article
Plus d'articles