Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Georges Delvallée - Louis Vierne : Œuvres pour piano (Intégrale)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Louis Vierne : Œuvres pour piano (Intégrale)

Georges Delvallée

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Si l’œuvre pour orgue de Louis Vierne est à juste titre hautement considérée, celle pour piano le mérite tout autant par sa personnalité et sa force expressive qui la mettent au même niveau que Ravel et Debussy mais bien entendu dans un style différent regardant vers Schumann, Liszt, Franck et Fauré. Ponctuée par des pages souvent poignantes, elle révèle une écriture postromantique inspirée, de grande facture, unique en son genre, flirtant avec l’atonalité, aux forts contrastes entre clairs-obscurs, intimité et puissance dramatique. Si vous avez besoin d’être convaincu, écoutez Seul. Entre son titre et la musique elle-même, cette pièce en dit long sur le compositeur en montrant que les tragédies qui l’ont violemment frappé ne l’ont pas laissé terrassé mais au contraire tendu énergiquement vers les autres avec « le seul but d’émouvoir » comme il aimait le répéter. « Puisqu’on ne saurait rester indifférent en matière d’art, et qu’il faut prendre parti, je n’hésite pas à affirmer ma préférence […] pour celui qui fait œuvre émotive en commentant la vie intérieure. Il ne saurait concevoir que dans l’ivresse, quel que soit le moyen qui la lui procure : c’est la condition de l’énergie créatrice. » dit-il encore.


Un grand compositeur du XXe siècle, pourtant célèbre mais mal connu, à redécouvrir absolument (ne pas oublier non plus sa musique de chambre particulièrement), qui fut aussi le professeur — rappelons-le — de Nadia Boulanger, Marcel Dupré, Joseph Bonnet, André Marchal, Maurice Duruflé et Gaston Litaize. Abandonnant son clavier d'orgue pour celui du piano, Georges Delvallée, à qui nous devons cette remise en lumière lors de la sortie du premier volume en 1993, en est ici un magnifique serviteur tout en émotion touchante et sobriété. (Qobuz/GG)

Plus d'info

Louis Vierne : Œuvres pour piano (Intégrale)

Georges Delvallée

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois offert, puis 9,99€ / mois.

DISQUE 1

12 Préludes, Op. 38

1
12 préludes, Op. 38: 1 Prologue 00:02:51

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

2
12 préludes, Op. 38: 2 Tendresse 00:03:59

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

3
12 préludes, Op. 38: 3 Préssentiment 00:03:15

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

4
12 préludes, Op. 38: 4 Souvenir d'un jour de joie 00:02:02

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

5
12 préludes, Op. 38: 5 Nostalgie 00:04:02

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

6
12 préludes, Op. 38: 6 Par gros temps 00:02:10

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

7
12 préludes, Op. 38: 7 Evocation d'un jour d'angoisse 00:05:36

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

8
12 préludes, Op. 38: 8 Dans la nuit 00:03:27

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

9
12 préludes, Op. 38: 9 Suprême appel 00:02:54

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

10
12 préludes, Op. 38: 10 Sur une tombe 00:02:30

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

11
12 préludes, Op. 38: 11 Adieu 00:04:39

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

12
12 préludes, Op. 38: 12 Seul 00:04:38

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Trois Nocturnes, Op. 35

13
Trois Nocturnes, Op. 35: I. La Nuit avait envahi la nef de la cathédrale 00:09:05

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

14
Trois Nocturnes, Op. 35: II. Au splendide mois de mai lorsque les bourgeons rompaient l'écorce 00:05:38

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

15
Trois Nocturnes, Op. 35: III. La lumière rayonnait des astres de la nuit, le rossignol chantait 00:08:33

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Silhouettes d'enfants, Op. 43

16
Silouhettes d'enfants, Op. 43: I. Valse 00:01:39

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

17
Silouhettes d'enfants, Op. 43: II. Chanson 00:01:53

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

18
Silouhettes d'enfants, Op. 43: III. Divertissement 00:01:16

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

20
Silouhettes d'enfants, Op. 43: V. Gavotte dans le style ancien 00:02:45

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

19
Silouhettes d'enfants, Op. 43: IV. Barcarolle 00:02:41

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

DISQUE 2

Suite bourguignonne, Op. 17

1
Suite bourguignonne, Op. 17: Aubade 00:03:19

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

2
Suite bourguignonne, Op. 17: Idylle 00:03:43

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

3
Suite bourguignonne, Op. 17: Divertissement 00:01:49

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

4
Suite bourguignonne, Op. 17: Légende bourguignonne 00:03:49

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

5
Suite bourguignonne, Op. 17: A l'angelus du soir 00:05:10

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

6
Suite bourguignonne, Op. 17: Danse rustique 00:02:26

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

7
Suite bourguignonne, Op. 17: Clair de lune 00:02:55

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Solitude, poème pour piano Op. 44

8
Solitude, Poème pour piano, Op. 44: Hantise 00:05:03

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

9
Solitude, Poème pour piano, Op. 44: Nuit blanche 00:07:38

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

10
Solitude, Poème pour piano, Op. 44: Vision hallucinante 00:02:48

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

11
Solitude, Poème pour piano, Op. 44: La ronde fantastique des revenants 00:08:00

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Ainsi parlait Zarathoustra, Op. 49

12
Ainsi parlait Zarathoustra, Poème pour piano, Op. 49 00:05:02

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Le Glas, Op. 39

13
Le Glas, Op. 39 00:05:31

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Deux pièces pour piano, Op. 7

14
Deux pièces pour piano, Op. 7: Impression d'automne 00:02:45

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

15
Deux pièces pour piano, Op. 7: Intermezzo 00:02:11

Georges Delvallée, Piano - © & (P) ARION 1993/1995 - (P) ARION 2010

Arion

Descriptif de l'album

Si l’œuvre pour orgue de Louis Vierne est à juste titre hautement considérée, celle pour piano le mérite tout autant par sa personnalité et sa force expressive qui la mettent au même niveau que Ravel et Debussy mais bien entendu dans un style différent regardant vers Schumann, Liszt, Franck et Fauré. Ponctuée par des pages souvent poignantes, elle révèle une écriture postromantique inspirée, de grande facture, unique en son genre, flirtant avec l’atonalité, aux forts contrastes entre clairs-obscurs, intimité et puissance dramatique. Si vous avez besoin d’être convaincu, écoutez Seul. Entre son titre et la musique elle-même, cette pièce en dit long sur le compositeur en montrant que les tragédies qui l’ont violemment frappé ne l’ont pas laissé terrassé mais au contraire tendu énergiquement vers les autres avec « le seul but d’émouvoir » comme il aimait le répéter. « Puisqu’on ne saurait rester indifférent en matière d’art, et qu’il faut prendre parti, je n’hésite pas à affirmer ma préférence […] pour celui qui fait œuvre émotive en commentant la vie intérieure. Il ne saurait concevoir que dans l’ivresse, quel que soit le moyen qui la lui procure : c’est la condition de l’énergie créatrice. » dit-il encore.


Un grand compositeur du XXe siècle, pourtant célèbre mais mal connu, à redécouvrir absolument (ne pas oublier non plus sa musique de chambre particulièrement), qui fut aussi le professeur — rappelons-le — de Nadia Boulanger, Marcel Dupré, Joseph Bonnet, André Marchal, Maurice Duruflé et Gaston Litaize. Abandonnant son clavier d'orgue pour celui du piano, Georges Delvallée, à qui nous devons cette remise en lumière lors de la sortie du premier volume en 1993, en est ici un magnifique serviteur tout en émotion touchante et sobriété. (Qobuz/GG)

Détails de l'enregistrement original : Enregistré par Radio France au Studio 106 en décembre 1992 (CD I) et au Studio 103 en septembre 1994 (CD II)

À propos

Distinctions : 5 de Diapason (14/01/15)

Distinctions : 4 étoiles du Monde de la Musique (14/01/15)

Distinctions : 9 de Répertoire (14/01/15)

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Georges Delvallée
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Alicia de Larrocha joue Iberia d’Albéniz

Correspondances intimes, ou l’évocation d’une relation si étroite entre une œuvre et un interprète que ce dernier l’a réenregistré plusieurs fois. Ici, la pianiste Alicia de Larrocha et Iberia d’Albéniz. Retour sur ses trois enregistrements.

Dans l'actualité...