Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Eugene Ormandy - Bartók: Bluebeard's Castle, Sz. 48 ((Remastered))

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Bartók: Bluebeard's Castle, Sz. 48 ((Remastered))

Eugene Ormandy

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le retour d’un grand classique pourtant absent des catalogues depuis longtemps. La parfaite osmose entre Eugene Ormandy et la musique de Béla Bartók ne surprendra personne. Jenö Blau (le véritable nom du chef américain) était né à Budapest en 1899 où il avait été un élève de Bartók et de Kodály. Arrivé aux États-Unis en 1921 dans le but d’y faire carrière, il deviendra un des premiers chefs de son pays d’adoption et de la planète. Ses très nombreux enregistrements vont asseoir sa réputation et celle de l’Orchestre de Philadelphie avec lequel il reste éternellement attaché, tant les disques réalisés pour CBS (Sony Classical aujourd’hui), puis RCA et EMI, ont atteint la force du mythe.

Réalisé en novembre 1960 à l’Académie de Musique de Philadelphie, cet enregistrement anglophone du Château de Barbe-Bleue conjugue la précision chirurgicale d’Ormandy à la puissance vocale des deux solistes, Rosalind Elias et Jerome Hines qui interprètent leur personnage avec une grande intensité. Cette version est traversée par un grand souffle au propre et au figuré, car on y entend le bruit du vent parcourant les couloirs du château désert, une pratique très courante à l’orée de la stéréophonie où les bruits divers étaient censés pallier l’absence de mise en scène. Sous la direction d’Ormandy, cette descente dans les tréfonds de l’âme humaine ne revendique aucun effet spectaculaire, mais est au contraire d’une sobriété et d’une sécheresse qui soulignent l’incompréhension entre Judith et Barbe-Bleue, archétypes de la difficulté de communication entre les êtres.
© François Hudry/QOBUZ/fév. 2018

Plus d'informations

Bartók: Bluebeard's Castle, Sz. 48 ((Remastered))

Eugene Ormandy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Bluebeard's Castle, Sz. 48 (Béla Bartók)

1
Opening Scene
00:13:41

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

2
First Door - Bluebeard's Torture Chamber
00:03:57

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

3
Second Door - The Armoury
00:04:02

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

4
Third Door - The Treasury
00:02:29

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

5
Fourth Door - The Secret Garden
00:04:48

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

6
Fifth Door - Bluebeard's Kingdom
00:05:44

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

7
Sixth Door - The Lake of Tears
00:12:05

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

8
Seventh Door - Bluebeard's Former Wives
00:08:59

The Philadelphia Orchestra, AssociatedPerformer - Rosalind Elias, Mezzo-Soprano - Bela Bartok, Composer - Eugene Ormandy, MainArtist, AssociatedPerformer - Jerome Hines, Bass Vocal - Béla Balázs, Librettist

(P) 1963 Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

Le retour d’un grand classique pourtant absent des catalogues depuis longtemps. La parfaite osmose entre Eugene Ormandy et la musique de Béla Bartók ne surprendra personne. Jenö Blau (le véritable nom du chef américain) était né à Budapest en 1899 où il avait été un élève de Bartók et de Kodály. Arrivé aux États-Unis en 1921 dans le but d’y faire carrière, il deviendra un des premiers chefs de son pays d’adoption et de la planète. Ses très nombreux enregistrements vont asseoir sa réputation et celle de l’Orchestre de Philadelphie avec lequel il reste éternellement attaché, tant les disques réalisés pour CBS (Sony Classical aujourd’hui), puis RCA et EMI, ont atteint la force du mythe.

Réalisé en novembre 1960 à l’Académie de Musique de Philadelphie, cet enregistrement anglophone du Château de Barbe-Bleue conjugue la précision chirurgicale d’Ormandy à la puissance vocale des deux solistes, Rosalind Elias et Jerome Hines qui interprètent leur personnage avec une grande intensité. Cette version est traversée par un grand souffle au propre et au figuré, car on y entend le bruit du vent parcourant les couloirs du château désert, une pratique très courante à l’orée de la stéréophonie où les bruits divers étaient censés pallier l’absence de mise en scène. Sous la direction d’Ormandy, cette descente dans les tréfonds de l’âme humaine ne revendique aucun effet spectaculaire, mais est au contraire d’une sobriété et d’une sécheresse qui soulignent l’incompréhension entre Judith et Barbe-Bleue, archétypes de la difficulté de communication entre les êtres.
© François Hudry/QOBUZ/fév. 2018

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?