Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES13,49 €18,49 €(27%)
CD9,49 €13,49 €(30%)

Jazz vocal - Paru le 7 décembre 2018 | Decca (UMO)

Hi-Res
Petit prodige boosté par des vidéos croulant sous les vues YouTube, Jacob Collier s’est fait connaître pour son jazz-fusion et vocal qu’il trempe dans les eaux mélangées du groove, du folk, du trip hop, du classique, de la musique brésilienne, du gospel et de la soul. En 2016, avec son premier album logiquement intitulé In My Room (clin d’œil aux Beach Boys dont il revisitait la chanson du même nom), il construisait son univers autour de valeurs soul solides et il était alors difficile de ne pas penser à Stevie Wonder, Bobby McFerrin ou Ed Motta.Deux ans plus tard, avec Djesse Vol.1 qu’il a enregistré avec le Metropole Orkest dirigé par Jules Buckley, Collier dévoile une nouvelle facette de sa virtuosité et de sa créativité sans œillère. Pour ce projet dont il signe les compositions et les arrangements, il s’éloigne clairement du jazz pour embrasser un peu tous les styles. Pop, gospel, comédie musicale, world, soul, la liste est sans fin. Sa musique symphonique et on ne peut plus mélodieuse est portée par les voix des ensembles Take 6 et Voces8, de la soul sister Laura Mvula, du Marocain Hamid El Kasri et même de sa mère, Suzie Collier ! Dans ce patchwork à 360°, Jacob Collier reprend même Every Little Thing She Does Is Magic de Police et All Night Long de Lionel Richie, histoire de rendre son voyage encore plus fou. © Clotilde Maréchal/Qobuz
HI-RES13,49 €18,49 €(27%)
CD9,49 €13,49 €(30%)

Folk - Paru le 19 juillet 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
Qu’est-ce que donnent toutes les musiques du monde passées à travers le kaléidoscope harmonique du jeune Jacob Collier ? Sa vision prismatique – empilant les arrangements à la façon d’une pyramide de verre – lui a déjà valu un Grammy en 2017 pour You and I, tiré de son premier album. Puis est arrivé le premier Djesse, un tourbillon stylistique entre jazz et world où le multi-instrumentiste londonien a pu étendre sa maîtrise théorique et technique à un spectre musical encore plus vaste. Tellement vaste, que celui-ci ne serait que le premier parmi 4 tomes. Si nous avions encore besoin de confirmer qu’il est prodige sans limite, Djesse Vol. 2 fournit d’amples preuves. Le cadre y est encore très vaste, d’abord à travers l’instrumentation hétéroclite si typique de Collier, qui par exemple n’hésite pas à mélanger la cornemuse avec de la slap bass funky et des guitares acoustiques dans le premier titre Sky Above. Mais les horizons s’élargissent aussi via les collaborations : Pino Palladino et Lianne La Havas sur la transe romantique-soul de Feel, Steve Vai et son shredding imparable sur le funk polyrythmique démentiel de Do You Feel Love, ou encore Chris Thile et sa mandoline, qui tisse l’air tendre de I Heard You Singing. Ce titre est d’ailleurs assez représentatif de la direction artistique du deuxième volume de Djesse : on y retrouve davantage de références à la tradition anglo-saxonne, grâce aux instrumentations (cornemuse, mandoline, harpe). De plus, Collier semble s’être distancé de ses racines jazz : les explosions harmoniques qui lui étaient si propres, notamment à travers les passages a capella qui mettaient à contribution son incroyable agilité vocale, sont moins nombreuses. Le sentiment de proximité à l’artiste en bénéficie : s’il ne défraîchit pas du terrain sur le plan théorique, ce disque exprime une vraie maturation émotionnelle – Jacob Collier n’a depuis longtemps plus besoin de faire ses preuves en tant que musicien, arrangeur et producteur ; c’est en termes artistiques, en termes de pouvoir évocateur qu’il amorce une nouvelle aventure. © Alexis Renaudat/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 juillet 2016 | Membran

Hi-Res
Les statistiques YouTubiennes démesurées peuvent parfois effrayer quant à la valeur artistique de l’heureux élu. Parfois. Sauf qu’ici, le chouchou du web est proche du prodige. Surtout que Jacob Collier n’a que 21 printemps lorsque parait cet album ! Ce jeune britannique a opté pour le jazz fusion et vocal qu’il trempe dans les eaux mélangées du groove, du folk, du trip-hop, du classique, de la musique brésilienne, du gospel et de la soul ! Collier a d’abord crée sa propre identité, des vidéos aux multiples facettes qu’il poste depuis son home-studio où il chante toutes les parties, joue tous les instruments et visualise chaque élément grâce à une mosaïque d’écrans. Ainsi, le titre de son album, In My Room, colle parfaitement au résultat. Et dans sa chambre (par ailleurs un clin d’œil aux Beach Boys dont il revisite la chanson du même nom), force est de constater qu’il s’en passe des choses musicales. Doté d’une voix assez élastique, Jason Collier construit son univers autour de valeurs soul solides (difficile de ne pas penser à Stevie Wonder, Bobby McFerrin ou Ed Motta). Et qu’il se lance dans les reprises ou les compositions originales, on se laisse hypnotiser par sa maîtrise du rythme, de l’improvisation et des harmonies. Une vraie révélation. © CM/Qobuz
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Folk - Paru le 26 avril 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD13,49 €

Folk - Paru le 19 juillet 2019 | Decca (UMO)

Qu’est-ce que donnent toutes les musiques du monde passées à travers le kaléidoscope harmonique du jeune Jacob Collier ? Sa vision prismatique – empilant les arrangements à la façon d’une pyramide de verre – lui a déjà valu un Grammy en 2017 pour You and I, tiré de son premier album. Puis est arrivé le premier Djesse, un tourbillon stylistique entre jazz et world où le multi-instrumentiste londonien a pu étendre sa maîtrise théorique et technique à un spectre musical encore plus vaste. Tellement vaste, que celui-ci ne serait que le premier parmi 4 tomes. Si nous avions encore besoin de confirmer qu’il est prodige sans limite, Djesse Vol. 2 fournit d’amples preuves. Le cadre y est encore très vaste, d’abord à travers l’instrumentation hétéroclite si typique de Collier, qui par exemple n’hésite pas à mélanger la cornemuse avec de la slap bass funky et des guitares acoustiques dans le premier titre Sky Above. Mais les horizons s’élargissent aussi via les collaborations : Pino Palladino et Lianne La Havas sur la transe romantique-soul de Feel, Steve Vai et son shredding imparable sur le funk polyrythmique démentiel de Do You Feel Love, ou encore Chris Thile et sa mandoline, qui tisse l’air tendre de I Heard You Singing. Ce titre est d’ailleurs assez représentatif de la direction artistique du deuxième volume de Djesse : on y retrouve davantage de références à la tradition anglo-saxonne, grâce aux instrumentations (cornemuse, mandoline, harpe). De plus, Collier semble s’être distancé de ses racines jazz : les explosions harmoniques qui lui étaient si propres, notamment à travers les passages a capella qui mettaient à contribution son incroyable agilité vocale, sont moins nombreuses. Le sentiment de proximité à l’artiste en bénéficie : s’il ne défraîchit pas du terrain sur le plan théorique, ce disque exprime une vraie maturation émotionnelle – Jacob Collier n’a depuis longtemps plus besoin de faire ses preuves en tant que musicien, arrangeur et producteur ; c’est en termes artistiques, en termes de pouvoir évocateur qu’il amorce une nouvelle aventure. © Alexis Renaudat/Qobuz
CD9,49 €

Jazz vocal - Paru le 7 décembre 2018 | Decca (UMO)

Petit prodige boosté par des vidéos croulant sous les vues YouTube, Jacob Collier s’est fait connaître pour son jazz-fusion et vocal qu’il trempe dans les eaux mélangées du groove, du folk, du trip hop, du classique, de la musique brésilienne, du gospel et de la soul. En 2016, avec son premier album logiquement intitulé In My Room (clin d’œil aux Beach Boys dont il revisitait la chanson du même nom), il construisait son univers autour de valeurs soul solides et il était alors difficile de ne pas penser à Stevie Wonder, Bobby McFerrin ou Ed Motta.Deux ans plus tard, avec Djesse Vol.1 qu’il a enregistré avec le Metropole Orkest dirigé par Jules Buckley, Collier dévoile une nouvelle facette de sa virtuosité et de sa créativité sans œillère. Pour ce projet dont il signe les compositions et les arrangements, il s’éloigne clairement du jazz pour embrasser un peu tous les styles. Pop, gospel, comédie musicale, world, soul, la liste est sans fin. Sa musique symphonique et on ne peut plus mélodieuse est portée par les voix des ensembles Take 6 et Voces8, de la soul sister Laura Mvula, du Marocain Hamid El Kasri et même de sa mère, Suzie Collier ! Dans ce patchwork à 360°, Jacob Collier reprend même Every Little Thing She Does Is Magic de Police et All Night Long de Lionel Richie, histoire de rendre son voyage encore plus fou. © Clotilde Maréchal/Qobuz
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Folk - Paru le 12 avril 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD0,99 €

Soul - Paru le 18 septembre 2015 | Qwest Records

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Folk - Paru le 13 juin 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD1,99 €

Folk - Paru le 26 avril 2019 | Decca (UMO)

CD1,99 €

Folk - Paru le 12 avril 2019 | Decca (UMO)

CD0,99 €

Jazz - Paru le 1 mai 2016 | 2016 Membran

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

R&B - Paru le 5 juillet 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
CD1,99 €

Folk - Paru le 13 juin 2019 | Decca (UMO)

CD1,99 €

R&B - Paru le 5 juillet 2019 | Decca (UMO)

CD0,99 €

Jazz - Paru le 1 juin 2016 | 2016 Membran

L'interprète

Jacob Collier dans le magazine