Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

R&B - Paru le 28 août 2015 | Universal Republic Records

Hi-Res Distinctions Grammy Awards
Ça n’est pas avec Beauty Behind The Madness que le phénomène risque de s’atténuer, mais dès que la voix d’Abel Tesfaye alias The Weeknd retentit, difficile de ne pas penser à celle d’un certain Michael Jackson… Avec ce deuxième vrai album studio, le R’n’B du jeune Canadien conserve cette filiation avec le Roi de la Pop. Un roi, The Weeknd en est devenu un récemment en se retrouvant sur la bande originale du film Fifty Shades Of Grey avec le single Earned It, présent d’ailleurs sur ce Beauty Behind The Madness. De figure culte et montante de l’underground soul, le jeune musicien de Toronto s’est retrouvé au sommet des charts… Jamais trop sucré, sa soul contemporaine touche au cœur et vise toujours juste, dans son approche du groove feutré et épuré comme dans sa manière bien à lui de sculpter des rythmiques langoureuses. On se laisse porter par cette musique mi-urbaine, mi-rêveuse, à laquelle il a convié quelques invités comme Labrinth, Ed Sheeran, Kanye West et Lana Del Rey. © CM/Qobuz
CD21,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2012 | CP Records

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Son nom agite l’underground soul depuis que The Weeknd s’est amusé à lâcher sur la toile plusieurs mixtapes (House of Balloons, Thursday et Echoes Of Silence). Une belle brochette de groove contemporain entièrement remasterisé et compilé ici sur ce Trilogy. Derrière ce vrai faux groupe se cache en fait Abel Tesfaye, jeune Canadien originaire de Toronto, dont l’alliage R&B intègre des influences aussi diverses que Beach House, the-Dream, Drake, Kanye West ou surtout R. Kelly dont il semble être la version Troisième Millénaire et moins… désuète ? Une vraie révélation soul.
CD14,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Republic Records

Distinctions 4F de Télérama
Plus légère que l’air, la soul contemporaine d’Abel Tesfaye alias The Weeknd atteint de nouveaux sommets d’épure avec cet album aérien. Doté d’une voix qui n’est parfois pas sans rappeler celle d’un certain Michael Jackson, le Canadien a surtout travaillé ses mélodies et ses textes pour faire des compositions de ce Kiss Land de futurs classiques. Jamais trop sucré, ce R&B contemporain fait mouche dans son approche du groove feutré et épuré et sa façon bien à lui de sculpter des grooves raffinés.
CD14,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2013 | CP Records

Distinctions 4F de Télérama
Plus légère que l’air, la soul contemporaine d’Abel Tesfaye alias The Weeknd atteint de nouveaux sommets d’épure avec cet album aérien. Doté d’une voix qui n’est parfois pas sans rappeler celle d’un certain Michael Jackson, le Canadien a surtout travaillé ses mélodies et ses textes pour faire des compositions de ce Kiss Land de futurs classiques. Jamais trop sucré, ce R&B contemporain fait mouche dans son approche du groove feutré et épuré et sa façon bien à lui de sculpter des grooves raffinés.
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

R&B - Paru le 20 mars 2020 | Republic Records

Hi-Res
Très attendu, Abel Tesfaye alias The Weeknd revient avec After Hours, quatrième album de R&B narcotique et sophistiqué dans la parfaite lignée de ces prédécesseurs. Après Starboy en 2016, suivi de l'EP My Dear Melancholy, le chanteur, perché en haut des charts à chaque sortie, a fait ses débuts d'acteur sur Netflix dans le thriller Uncut Gems aux côtés d'Adam Sandler. D'où, peut-être, l'envie de camper ce nouveau personnage au nez cassé, gant en cuir et smoking carmin arboré en pochette. Puis incarné dans le clip du single phare Blinding Lights, qui invoque à coups de synthé Take On Me de A-Ha, la new wave des années 80 comme son revival synthwave. « Je n'aime pas trop quitter ma maison, je ne sais pas si c'est une bonne chose mais cela m'aide à accorder une attention pleine et entière à mon travail. J'aime être un bourreau de travail, je pense, ou je suis juste accro. Même quand je ne travaille pas, je travaille toujours d'une manière ou d'une autre. Cela me distrait de la solitude, je suppose », confesse le Canadien. Aucun featuring ici, contrairement à Starboy, mais des productions ultra-léchées signées par les meilleurs : Metro Boomin sur l'épilogue Until I Bleed Out, Kevin Parker de Tame Impala sur Repeat After Me (Interlude), le fidèle Illangelo, le pionnier de la vaporwave Oneohtrix Point Never pour Scared to Live et même Max Martin (Taylor Swift, Britney Spears, Katy Perry) pour le très pop Save Your Tears, donnant à ces 14 pistes des nuances soul, R&B et synthwave idoines. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

R&B - Paru le 25 novembre 2016 | Universal Republic Records

Hi-Res
Dès que la voix d’Abél Tesfaye alias The Weeknd retentit, difficile de ne pas penser à celle de Michael Jackson ; notamment sur I Feel It Coming, chanson élaborée avec Daft Punk, qui boucle ce troisième album studio… Mais pour cette cuvée 2016, le lover de Toronto ne se limite pas à cette filiation avec le Roi de la Pop. De figure culte et montante de l’underground R&B, le cerveau de The Weeknd s’est retrouvé assez rapidement au sommet des charts. Ce qui lui a permis de côtoyer les stars (ici Daft Punk mais aussi Kendrick Lamar, Future et, pour une superbe ballade érotico-sensuelle intitulée Stargirl Interlude, une certaine Lana Del Rey) et de penser à étoffer ses sons. On se laisse porter par cette pop mi-urbaine, mi-rêveuse, qui fait de l’œil à la new wave électro pop des années 80 (Secrets et son sample de Pale Shelter du duo Tears For Fears). Tout au long de Starboy, Tesfaye s’amuse beaucoup avec l’Auto-Tune, air du temps oblige, sans sombrer dans les travers de ce joujou très (trop ?) à la mode. Sa force est aussi d’avoir conçu Starboy non pas comme une compilation de chansons éparses, mais comme un véritable album avec un début, un milieu et une fin. Bref, comme un trip total, avec ses variations et ses paysages éclectiques. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 €
CD17,99 €

R&B - Paru le 3 avril 2020 | Republic Records

Hi-Res
CD10,99 €

R&B - Paru le 30 mars 2018 | Universal Republic Records

Signant un retour aux sonorités et à l'esthétique de ses débuts, My Dear Melancholy voit le jour en 2018, succédant à l'opus Starboy (2018) et constituant le premier maxi officiel du producteur-chanteur canadien Abel Makkonen Tesfaye alias The Weeknd. Au fil de six nouveaux titres évoluant en territoire R&B alternatif et nimbés de sonorités synthétiques sombres, My Dear Melancholy voit le musicien s'offrir l'appui de Skrillex, Gesaffelstein et Mike Will Made-It et décrocher un nouveau succès avec le titre "Call Out My Name". © TiVo
CD14,99 €

R&B - Paru le 30 mars 2018 | Universal Republic Records

Signant un retour aux sonorités et à l'esthétique de ses débuts, My Dear Melancholy voit le jour en 2018, succédant à l'opus Starboy (2018) et constituant le premier maxi officiel du producteur-chanteur canadien Abel Makkonen Tesfaye alias The Weeknd. Au fil de six nouveaux titres évoluant en territoire R&B alternatif et nimbés de sonorités synthétiques sombres, My Dear Melancholy voit le musicien s'offrir l'appui de Skrillex, Gesaffelstein et Mike Will Made-It et décrocher un nouveau succès avec le titre "Call Out My Name". © TiVo
CD19,49 €

R&B - Paru le 25 novembre 2016 | Universal Republic Records

Dès que la voix d’Abél Tesfaye alias The Weeknd retentit, difficile de ne pas penser à celle de Michael Jackson ; notamment sur I Feel It Coming, chanson élaborée avec Daft Punk, qui boucle ce troisième album studio… Mais pour cette cuvée 2016, le lover de Toronto ne se limite pas à cette filiation avec le Roi de la Pop. De figure culte et montante de l’underground R&B, le cerveau de The Weeknd s’est retrouvé assez rapidement au sommet des charts. Ce qui lui a permis de côtoyer les stars (ici Daft Punk mais aussi Kendrick Lamar, Future et, pour une superbe ballade érotico-sensuelle intitulée Stargirl Interlude, une certaine Lana Del Rey) et de penser à étoffer ses sons. On se laisse porter par cette pop mi-urbaine, mi-rêveuse, qui fait de l’œil à la new wave électro pop des années 80 (Secrets et son sample de Pale Shelter du duo Tears For Fears). Tout au long de Starboy, Tesfaye s’amuse beaucoup avec l’Auto-Tune, air du temps oblige, sans sombrer dans les travers de ce joujou très (trop ?) à la mode. Sa force est aussi d’avoir conçu Starboy non pas comme une compilation de chansons éparses, mais comme un véritable album avec un début, un milieu et une fin. Bref, comme un trip total, avec ses variations et ses paysages éclectiques. © MD/Qobuz
CD14,99 €

R&B - Paru le 20 mars 2020 | Republic Records

Publié en 2020 et succédant à Starboy (2016) et au maxi Dear Melancholy (2018), After Hours constitue le quatrième album studio de l'auteur-compositeur-interprète R&B alternatif américain Abel Tesfaye, alias The Weeknd. Annoncé fin 2019 par "Heartless", single cochant toutes les cases d'une recette familière à base de révélation personnelle à la lumière de ses multiples excès, ce recueil de quatorze nouveaux titres voit Tesfaye explorer une large gamme de nuances musicales, à l'instar des tonalités années 80 du single "Blinding Lights", et livrer quelques-unes de ses exécutions vocales les plus marquantes en date pour un ensemble s'imposant comme l'effort probablement le plus abouti de sa discographie. © TiVo
CD1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 23 décembre 2014 | Fifty Shades of Grey

CD1,99 €

Rap - Paru le 2 février 2018 | Black Panther (TDE - DMG) PS

R&B - Paru le 28 août 2015 | Universal Republic Records

Téléchargement indisponible
Annoncé en amont par la ballade "The Hills" et le disco-funk "Can't Feel My Face", Beauty Behind the Madness est le second effort studio du producteur canadien Abel Tesfaye alias The Weeknd, signataire en outre d'une myriade de collaborations et de maxis, dont les trois compilés sur Trilogy en 2012, dont l'album s'avère différer musicalement à bien des égards, tout comme de son prédécesseur de 2013, Kiss Land. Succédant aux singles "Love Me harder" en duo avec Ariaa Grande et "Earned It" extrait de la bande originale du film Fifty Shades of Grey, l'album s'avère être le plus pop en date de son créateur et devrait par conséquent lui ouvrir la voie vers une reconnaissance plus large. © TiVo
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

R&B - Paru le 20 mars 2020 | Republic Records

Hi-Res
Très attendu, Abel Tesfaye alias The Weeknd revient avec After Hours, quatrième album de R&B narcotique et sophistiqué dans la parfaite lignée de ces prédécesseurs. Après Starboy en 2016, suivi de l'EP My Dear Melancholy, le chanteur, perché en haut des charts à chaque sortie, a fait ses débuts d'acteur sur Netflix dans le thriller Uncut Gems aux côtés d'Adam Sandler. D'où, peut-être, l'envie de camper ce nouveau personnage au nez cassé, gant en cuir et smoking carmin arboré en pochette. Puis incarné dans le clip du single phare Blinding Lights, qui invoque à coups de synthé Take On Me de A-Ha, la new wave des années 80 comme son revival synthwave. « Je n'aime pas trop quitter ma maison, je ne sais pas si c'est une bonne chose mais cela m'aide à accorder une attention pleine et entière à mon travail. J'aime être un bourreau de travail, je pense, ou je suis juste accro. Même quand je ne travaille pas, je travaille toujours d'une manière ou d'une autre. Cela me distrait de la solitude, je suppose », confesse le Canadien. Aucun featuring ici, contrairement à Starboy, mais des productions ultra-léchées signées par les meilleurs : Metro Boomin sur l'épilogue Until I Bleed Out, Kevin Parker de Tame Impala sur Repeat After Me (Interlude), le fidèle Illangelo, le pionnier de la vaporwave Oneohtrix Point Never pour Scared to Live et même Max Martin (Taylor Swift, Britney Spears, Katy Perry) pour le très pop Save Your Tears, donnant à ces 14 pistes des nuances soul, R&B et synthwave idoines. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

R&B - Paru le 3 avril 2020 | Republic Records

Hi-Res
Annoncé par la sortie du single « Heartless » en novembre 2019, le quatrième album de The Weeknd fait suit à l'EP My Dear Melancholy, (2018), troisième numéro un d'affilée au Billboard 200, après les succès colossaux de Beauty Behind the Madness (2015) et Starboy (2016). Le titre composé et produit par Metro Boomin, reste représentatif du style érigé par le Canadien en marque de fabrique : un R&B atmosphérique, porté ici par des nappes électroniques basse fréquence, un battement sec et les suppliques vocales du chanteur.Deux jours après, ce fut ensuite au tour de « Blinding Lights » de faire son apparition sur les plate-formes. La facette la plus dansante de The Weeknd était alors convoquée pour faire de cette mélodie imparable produite par Max Martin, la voix haut-perchée sur un rythme trépdiant, un hit mondial propre à effacer toute concurrence dans la course à la chanson de l'année. Sa deuxième position au Billboard Hot 100, a dû contrarier son auteur, qui n'était pas parvenu à détrôner « The Box » du rappeur Roddy Rich.Néanmoins, The Weeknd a largement de quoi se satisfaire avec cet album réussi, dont le succès commercial est d'ores et déjà assuré. Ouvert par la complainte majestueuse et planante « Alone Again », After Hours ne manque pas de pépites glissées dans le fil d'une production sophistiquée, où l'on retrouve les noms familiers de Illangelo (son compère des débuts), Frank Dukes, DaHeala, Oneothrix Point Never, Ricky Reed et les deux cités plus haut. Si tout semble couler de source dans le déroulement des quatorze morceaux, ce n'est qu'une apparence tant le parcours est accidenté, entre les signaux encourageants et les épreuves détaillées par l'interprète.Album à la production hardie et doté de chansons aussi accomplies que « Hardest to Love », « Scared to Live », « In Your Eyes », « Save Your Tears » ou son morceau-titre, After Hours tient ses promesses de nouveauté majeure et d'étape importante dans l'irrésistible ascension de The Weeknd parmi les artistes les plus doués de sa génération. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES25,49 €
CD17,99 €

R&B - Paru le 3 avril 2020 | Republic Records

Hi-Res
CD14,99 €

R&B - Paru le 20 mars 2020 | Republic Records

Très attendu, Abel Tesfaye alias The Weeknd revient avec After Hours, quatrième album de R&B narcotique et sophistiqué dans la parfaite lignée de ces prédécesseurs. Après Starboy en 2016, suivi de l'EP My Dear Melancholy, le chanteur, perché en haut des charts à chaque sortie, a fait ses débuts d'acteur sur Netflix dans le thriller Uncut Gems aux côtés d'Adam Sandler. D'où, peut-être, l'envie de camper ce nouveau personnage au nez cassé, gant en cuir et smoking carmin arboré en pochette. Puis incarné dans le clip du single phare Blinding Lights, qui invoque à coups de synthé Take On Me de A-Ha, la new wave des années 80 comme son revival synthwave. « Je n'aime pas trop quitter ma maison, je ne sais pas si c'est une bonne chose mais cela m'aide à accorder une attention pleine et entière à mon travail. J'aime être un bourreau de travail, je pense, ou je suis juste accro. Même quand je ne travaille pas, je travaille toujours d'une manière ou d'une autre. Cela me distrait de la solitude, je suppose », confesse le Canadien. Aucun featuring ici, contrairement à Starboy, mais des productions ultra-léchées signées par les meilleurs : Metro Boomin sur l'épilogue Until I Bleed Out, Kevin Parker de Tame Impala sur Repeat After Me (Interlude), le fidèle Illangelo, le pionnier de la vaporwave Oneohtrix Point Never pour Scared to Live et même Max Martin (Taylor Swift, Britney Spears, Katy Perry) pour le très pop Save Your Tears, donnant à ces 14 pistes des nuances soul, R&B et synthwave idoines. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD17,99 €

R&B - Paru le 3 avril 2020 | Republic Records

Publié en 2020 et succédant à Starboy (2016) et au maxi Dear Melancholy (2018), After Hours constitue le quatrième album studio de l'auteur-compositeur-interprète R&B alternatif américain Abel Tesfaye, alias The Weeknd. Annoncé fin 2019 par "Heartless", single cochant toutes les cases d'une recette familière à base de révélation personnelle à la lumière de ses multiples excès, ce recueil de quatorze nouveaux titres voit Tesfaye explorer une large gamme de nuances musicales, à l'instar des tonalités années 80 du single "Blinding Lights", et livrer quelques-unes de ses exécutions vocales les plus marquantes en date pour un ensemble s'imposant comme l'effort probablement le plus abouti de sa discographie. © TiVo
CD17,99 €

R&B - Paru le 3 avril 2020 | Republic Records

Publié en 2020 et succédant à Starboy (2016) et au maxi Dear Melancholy (2018), After Hours constitue le quatrième album studio de l'auteur-compositeur-interprète R&B alternatif américain Abel Tesfaye, alias The Weeknd. Annoncé fin 2019 par "Heartless", single cochant toutes les cases d'une recette familière à base de révélation personnelle à la lumière de ses multiples excès, ce recueil de quatorze nouveaux titres voit Tesfaye explorer une large gamme de nuances musicales, à l'instar des tonalités années 80 du single "Blinding Lights", et livrer quelques-unes de ses exécutions vocales les plus marquantes en date pour un ensemble s'imposant comme l'effort probablement le plus abouti de sa discographie. © TiVo

L'interprète

The Weeknd dans le magazine