Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD7,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 mai 2011 | Bar None

Avec cet album, The Feelies signent le plus improbable retour de la saison, et rompent un silence de près de vingt années. Ce qui ne devra pas émouvoir davantage que la coterie d’esthètes et de fans de nos amis américains, tant les options de compositions et harmoniques du groupe le situent dans un paradoxe temporel, aussi émérite qu’intimiste.Car The Feelies plient ici le temps à leur guise, interprétant comme jadis (la ligne claire de guitares rayonnantes, et le chant de Glenn Mercer, même si parfois desservi par une instrumentation plénipotentiaire) des chansons simples et profondes qui s’imposent dès la première écoute comme d’authentiques standards. L’univers du combo se situe à l’exact mitan d’un triangle des Bermudes où croisent les vaisseaux de la pop, du folk et du rock, et que ne fréquentent que quelques fortes têtes, à l’instar de The Velvet Underground. Et ils le font avec une simplicité désarmante, revitalisant la formule couplet-refrain grâce à un sens rare de la bonne note au bon moment, et une propension inouïe à l’hypnotisme mélodique. « Nobody Knows » en rayonnante ouverture, ou l’ondoyant « Way Down », ou le parfaitement lay-down « Morning Comes » confirment que The Feelies sont parmi les rares (les seuls ?) à savoir marier la tension d’un Lou Reed et la sensualité indolente d’un J.J. Cale au caractère cristallin de guitares byrdsiennes, comme autant de guirlandes électriques. Sous emballage campagnard, l’album débute par l’emblématique et assez futée phrase : Is it too late/To do it again ? La perfection formelle de Here Before apporte une réponse définitive, charmeuse, et rafraîchissante, à la question, et des nouvelles réconfortantes, comme un salut de vieux amis, de la part de l’un des groupes merveilleux les plus méconnus de l’histoire du rock.  © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2017