Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD13,49 €

Rock - Paru le 21 septembre 1992 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 mai 1993 | Parlophone UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Est-ce bien le même Talk Talk qui dévalisa les charts quatre ans plus tôt grâce au tubesque Such a Shame ? Avec ce Spirit of Eden, la bande de Mark Hollis opère un virage à 180° en laissant à la cave les synthés typiquement 80's de ses débuts. Publié en septembre 1988, ce quatrième album slalome entre pop chambriste et jazz climatique. Basse onirique, guitare au ralenti et batterie cotonneuse viennent enlacer le chant d’Hollis, qui a abandonné le dandysme de Bryan Ferry pour les chuchotements osés du David Sylvian de Brilliant Trees ou du Brian Eno de Music for Airports. Talk Talk invente une sorte de postrock élégant, mâtiné de New Age classieuse. Et pour atteindre ce zénith de mélancolie, les Anglais ont sorti une improbable quincaillerie avec hautbois, harmonium, violon, basson, cor anglais, dobro… On sort de Spirit of Eden conscient d’avoir entendu une incroyable BO éthérée en forme de symphonie sensorielle. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD5,99 €

Rock - Paru le 24 mai 1993 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Est-ce bien le même Talk Talk qui dévalisa les charts quatre ans plus tôt grâce au tubesque Such a Shame ? Avec ce Spirit of Eden, la bande de Mark Hollis opère un virage à 180° en laissant à la cave les synthés typiquement 80's de ses débuts. Publié en septembre 1988, ce quatrième album slalome entre pop chambriste et jazz climatique. Basse onirique, guitare au ralenti et batterie cotonneuse viennent enlacer le chant d’Hollis, qui a abandonné le dandysme de Bryan Ferry pour les chuchotements osés du David Sylvian de Brilliant Trees ou du Brian Eno de Music for Airports. Talk Talk invente une sorte de postrock élégant, mâtiné de New Age classieuse. Et pour atteindre ce zénith de mélancolie, les Anglais ont sorti une improbable quincaillerie avec hautbois, harmonium, violon, basson, cor anglais, dobro… On sort de Spirit of Eden conscient d’avoir entendu une incroyable BO éthérée en forme de symphonie sensorielle. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 mars 1993 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 27 janvier 1997 | Parlophone UK

A partir de :
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 1991 | Polydor Records

Dernier album de Talk Talk paru sur son nouveau label, la prestigieuse étiquette Verve Records, suite aux démêlés entre le groupe et EMI, Laughing Stock  s’inscrit dans la continuité de Spirit Of Eden, si ce n’est avec plus de perfectionnisme. A l’instar de son prédécesseur, les séances se sont étalées sur une année de répétitions,  improvisations et mise en forme, aboutissant à six titres s’enchaînant avec une fluidité remarquable. L’obsession de Mark Hollis pour l’œuvre de Miles Davis – celui aventureux de In A Silent Way – et le néo-classicisme de Debussy se fait plus présente, libérant son inspiration de toute contrainte liée au format pop. Evolant vers une formation « symphonie de chambre » à mi-chemin entre deux options avec la présence de sept violons et deux violoncelles, Hollis parcourt un univers sonore fait de longues respirations silencieuses (« Myrrhman ») et de breaks minimalistes (« Ascension Day »). Si chaque titre porte l’empreinte de Talk Talk dans le son, le chant plaintif et les structures déroutantes, plusieurs genres sont abordés et mêlés dans l’atmosphère ambient et saturée de « After The Flood » (clin d’œil à Brian Eno) ou l’audacieux « Taphead »  où la trompette et la clarinette basse se joignent pour un crescendo strident. Ce morceau est pour Hollis l’occasion de traduire sa frustration à un moment où il tend vers une expérience mystique. Laughing Stock, incompris et jugé inaccessible à sa sortie, comporte des textes inspirés de thèmes religieux. « New Grass » constitue sans doute le sommet d’un album riche et plein de ferveur, illuminé par le savant mariage entre la base rythmique rock et diverses colorations instrumentales totalement inédites. Aussi inclassable que Spirit Of Eden, ce deuxième chef-d’œuvre est aujourd’hui salué comme l’un des disques majeurs de la décennie 1990, prêt à figurer au panthéon. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016
A partir de :
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 septembre 2004 | Parlophone UK

A partir de :
CD13,49 €

Rock - Paru le 3 mars 2003 | Parlophone UK

A partir de :
CD9,99 €

Pop - Paru le 12 septembre 2011 | Parlophone UK

A partir de :
CD12,49 €

Rock - Paru le 21 mai 1990 | Parlophone UK

A partir de :
CD13,49 €

Rock - Paru le 22 mars 1993 | Parlophone UK

The Colour Of Spring est certainement l’album le plus connu de Talk Talk, il constitue une charnière entre les débuts commerciaux du groupe et les ambitions musicales des albums suivants. Il abrite pas moins de trois hits qui ont fait son succès : « Life’s What You Make It » , « Living In Another World » et « Give It Up ». Profitant de la présence de plusieurs musiciens invités, certains illustres comme l’organiste Steve Winwood et le guitariste Robbie McIntosh (ex-Wings), le tandem Mark Hollis – Tim Friese-Greene s’emploie à moduler la configuration du groupe en fonction de chaque titre. Paul Webb et Lee Harris étant absents de « April 5th » et « Chameleon Day ». En ouverture, « Happiness Is Easy » augure de la tonalité du disque dans le développement de nappes sonores synthétiques agrémentées de diverses touches de piano, guitares, saxophone et percussions. Cette riche palette instrumentale servie par une production minimaliste laisse toute sa place au chant lancinant de Mark Hollis, ici appuyé par un chœur d’écoliers. Une grande part du charme repose sur cette alternance instrumentale, des dialogues de la harpe à la guitare saturée (« I Don’t Believe In You ») ou du variophon au saxophone de David Roach (dans le relâché« April 5th ») faisant de ce disque une œuvre ambient à succès. Les injonctions plaintives et plus mélodiques de « Life’s What You Make It » et du quasi-soul « Living In Another World »  (Mark Feltham à l’harmonica) sonnent comme les pics d’un décor varié et apaisant, à l’image des papillons omniprésents sur les pochettes du groupe. Réalisé en duo, « Chameleon Day » est à l’extrême une improvisation minimaliste suspendue à la voix grave du chanteur, préfigurant l’orientation future de Talk Talk. Il est suivi par la déferlante de « Time It’s Time » servi par un chœur profond et des synthés en boucle. Avec The Colour Of Spring, Talk Talk nous offre un album haut en couleur, dans une atmosphère feutrée alternant calme et intensité. Le groupe est à la croisée des chemins ; il choisira finalement de prendre ceux de traverse et développera désormais une esthétiques proche de « Chameleon Day » , en totale rupture avec les codes de la pop synthétique qu’il est censé représenter.   © ©Copyright Music Story 2015
A partir de :
CD14,99 €

Pop - Paru le 14 janvier 2013 | Parlophone UK

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 16 avril 2001 | Parlophone UK

L'interprète

Talk Talk dans le magazine