Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Classique - Paru le 12 février 2016 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica
Si la statuaire antique incarnait, pour les artistes florentins de la Renaissance, un idéal de perfection classique, la musique antique aurait tout naturellement dû former, pour les musiciens de ce temps, un modèle avec lequel il fallait renouer. Hélas, au sortir du Moyen Age, la musique gréco-latine n’était connue qu’à travers des traités qui n’en dévoilaient que les fondements théoriques, mathématiques et philosophiques, sans jamais en révéler ni la dimension pratique ni les répertoires. Pour les musiciens du XVIe siècle, ce quasi-fantasme devint en fait une source d’inspiration féconde. Ainsi, des « styles» inédits et des « nouvelles musiques » virent le jour à Florence entre 1450 et 1600, suivant des principes esthétiques toujours dictés par l’immuable désir d’ « imiter » les Anciens. Toutes ces révolutions se sont cristallisées autour d’une « invention » florentine : la monodie accompagnée. L’image mythique d’Orphée accompagnant ses « chants » de sa lyre était le modèle qu’il fallait réinterpréter. Durant la seconde moitié du XVIe siècle, sous les règnes des Medici, quelques musiciens dont Giulio Caccini (ca. 1550-1618) et Jacopo Peri (1561-1633) expérimentèrent cette nouvelle manière de déclamation (le stile rappresentativo ou recitativo) et un genre inédit d’accompagnement destiné à la soutenir (le basso continuato ou continuo) : une nouvelle forme de vocalité émerge alors. Tous deux furent considérés comme les Orphée de leur temps, mais une rivalité féroce les opposait. Caccini n’est qu’un simple roturier tandis que le Peri descend d’une noble famille florentine. Le ténor Marc Mauillon est accompagné par Angélique Mauillon à la harpe double, un instrument typique du Moyen Age et de la Renaissance, offrant une grande palette chromatique ; les deux musiciens alternent des œuvres de Caccini et de Peri datant des années 1602 à 1614. Quant à savoir combien ils étaient ennemis, le tout premier opéra au monde qui nous soit parvenu, Euridice de l’an 1600, est signée Peri mais avec emprunt de nombre de passages à un ouvrage homonyme de Caccini. Les meilleurs ennemis au monde… Enregistré dans les studios de la Radio polonaise de Varsovie en février 2015.« [...] Le programme rapproche Caccini, héros du chant orné au tournant du XVIIe siècle, et Jacopo Peri (1561-1633), issu de la noblesse florentine, organiste et chanteur. [...] Marc Mauillon règle son compte au beau son : le texte suscite l’intention, l’art oratoire. Puis les appuis, les ornements, les dynamiques du chant doublent l’intention pour porter le texte et les mots à leur impact maximum. Souvent vif, le tempo ne se complaît jamais dans une tendresse de surface : c’est bien le souffle qui la suggère, suit ses fluctuations, et s’amenuise jusqu’au presque rien dans la douleur. Mais ce sont des poèmes d’amour, dira le sage. Aucune crainte, il se glisse dans un rayon de soleil éclairant la voix, et encore dans la harpe double d’Angélique Mauillon. Toujours éloquente et miraculeuse de complicité, [...] sa présence lumineuse, son halo de résonances, qui à la fois porte le ténor et le laisse évoluer en toute liberté, tient une part déterminante dans un disque courageux.» (Diapason, mai 2016 / Sophie Roughol)   

L'interprète

Marc Mauillon dans le magazine