Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Un voyage à travers la Rome du XVIIe siècle, la ville rude et magnifique où vécurent Le Caravage et Stradella. Le contrepoint strict et la polyphonie savante dans les pièces pour luth et clavecin de Kapsberger, Pasquini et Frescobaldi se mêlent aux danses légères et aux chansons populaires pour guitare. L’improvisation est le trait d’union entre ces deux mondes sonores : la haute culture des chapelles et des palais aristocratiques et la tradition des rues et des tavernes. Une étude attentive des sources originales a guidé les choix des interprètes concernant l'instrumentarium et l’interprétation. Selon l’interprétation historiquement informée, la célèbre "Antidotum Tarantulæ" et d’autres anciens specimens de tarentelles telles que les écrivit le jésuite Athanasius Kircher sont jouées sur des cornemuses, des tambours et des guitares. Alors qu’avec son premier album, "Alfabeto Falso", l’ensemble I Bassifondi rafraîchissait l’image de la guitare baroque et ses extravagances harmoniques, avec Roma ‘600, il fait revivre la musique de la Rome du XVIIe siècle avec des improvisations inspirées et imaginatives. La soprano Emőke Barath et le violoniste Enrico Onofri sont les artistes invités de marque d’I Bassifondi pour cette nouvelle aventure. © Arcana/Outhere
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | Arcana

Hi-Res
Après le succès de “L’ultimo romano”, album consacré au recueil de musique pour archiluth composé en 1718 par le musicien romain Giovanni Zamboni, Simone Vallerotonda nous propose quelque chose de résolument neuf avec son “power trio” baroque I Bassifondi : “Alfabeto falso”. Cet album est dédié au répertoire italien et espagnol de la guitare et du théorbe de la première moitié du XVIIe siècle. Ces pages peu connues se caractérisent par des étrangetés rythmiques et des extravagances harmoniques qui n’ont rien à envier au jazz contemporain. Il faut savoir que les guitaristes de l’époque utilisaient un système mobilisant l’alphabet ordinaire pour noter les accords, chaque lettre se rapportant à un accord particulier. En revanche, dans le « faux alphabet » (alfabeto falso), les lettres barrées indiquaient des accords riches en dissonances souvent fort hardies. Le trio, composé d’une guitare/théorbe, d’instruments de percussion et d’un colachon, reproduit l’ensemble typique du XVIIe siècle. Rythmes irrésistibles, accords « sales », improvisation et variations forment les couleurs de leur univers sonore. Toute la beauté et le défi de cet enregistrement résident à la fois dans le respect d’une interprétation fidèle à la partition, mais également dans le choix des arrangements et des timbres. Cette musique nous paraît peut-être moderne voire quelque peu provocatrice, mais tout ceci fut bel et bien composé vers 1640 ! © Outhere Music