Les albums

15,49 €
10,99 €

Jazz vocal - Paru le 7 juin 2019 | Blue Note Records

Hi-Res
Même le Livre Guinness des records le confirme : Ron Carter a participé à plus de 2 200 albums ! A 82 ans, le géant de la contrebasse a toujours des choses à dire. Comme ici sur ce live cosigné avec Danny Simmons. Peu connu de ce côté-ci de l'Atlantique, Simmons n’est autre que le frère aîné de Joseph Simmons (Run de Run-DMC) et de Russell Simmons (producteur et cofondateur du label Def Jam). Peintre, galeriste, poète et romancier, il est également le cofondateur de Def Poetry Jam, un programme TV dédié aux slameurs, poètes et autres jongleurs de mots et de punchlines. Pour ce Brown Beatnik Tomes - Live at BRIC House, son idée était précise : « J'ai essayé de m'imaginer comme un poète de la Beat Generation dans les années 50 et comment mes préoccupations seraient un peu différentes de celles de Lawrence Ferlinghetti ou d’Allen Ginsberg. D'une certaine manière, les beatniks ont idéalisé les Noirs. Ils étaient branchés mais ne voyaient pas vraiment leur situation difficile. Cette scène parlait en grande partie de l'expérience des Noirs mais n’en contenait pas un seul ! »Ron Carter, qui avait une vingtaine d’années à l’époque de la Beat Generation de Kerouac, est sur la même longueur d’onde : « Je ne participais pas au mouvement Beat. C'étaient des Blancs qui disaient ce qu'ils disaient. Je faisais partie de la communauté noire et je jouais avec des gens comme le chanteur folk Leon Bibb. C’était un mouvement similaire et j'essayais d'en faire partie avec ma musique. »Leur corps-à-corps du jour, conçu avec le pianiste Donald Vega et le guitariste Russell Malone (et la dramaturge, actrice et activiste Liza Jessie Peterson sur le titre Where Do I Begin) mêle la spontanéité de l’instant et des thématiques enracinées dans l’histoire ; comme pour mieux souligner l’intemporalité des sujets évoqués. Evidemment, la maîtrise de la langue de Shakespeare est préférable pour apprécier pleinement cet album lettré et engagé. Un disque dont la force est cette contrebasse de Ron Carter qui souligne les mots de Danny Simmons et décuple leur force. © Marc Zisman/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 19 juillet 2019 | Brownswood Recordings

Hi-Res
Avec Sunny Side Up, Brownswood Recordings, piloté par Gilles Peterson, zoome sur la nouvelle scène jazz de Melbourne. Dans le même esprit que la compilation We Out Here parue en février 2018 (un disque Qobuzissime !) qui permit de découvrir notamment Ezra Collective, Kokoroko, Maisha, Theon Cross et Joe Armon-Jones, le label anglais ajoute un S au mot jazz. Car les dix présents sur l’album lorgnent aussi vers la soul, le funk, l’afrobeat, la deep house et plein d’autres sons… Ainsi, Sunny Side Up a des allures de Polaroid d’une génération de musiciens indépendants partageant maisons et studios de fortune dans des garages et des abris de jardins dans la banlieue étendue de Melbourne. La documentation d’une scène qui a joliment évolué de manière progressive depuis le succès de Hiatus Kaiyote en 2012, formation avec laquelle de nombreux groupes ici présents partagent des membres, des amitiés ou des studios… Enregistré en une semaine à The Grove, studio mythique de Coburg dans la banlieue nord de Melbourne, et orchestré par l’ingénieur du son Nick Herrera (Hiatus Kaiyote, Nai Palm, 30/70) et Silentjay qui officie en tant que directeur musical, Sunny Side Up rassemble Phil Stroud, Dufresne, Kuzich, Audrey Powne, Zeitgeist Freedom Energy Exchange, Powers 2, Laneous, Silentjay, Horatio Luna et Allysha Joy. Des noms à retenir… © Clotilde Maréchal/Qobuz
36,99 €
26,49 €

Jazz - Paru le 25 janvier 2019 | Blue Note Records

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 22 février 2019 | ACT Music

Hi-Res Livret
11,99 €
7,99 €

Jazz contemporain - Paru le 26 avril 2019 | Sekito

Hi-Res Distinctions Qobuzissime
Pas la peine de vérifier si Alfa Mist a lu tout Roland Barthes, le gourou du structuralisme… Derrière ses claviers, le Britannique a conçu son album Structuralism avec un objectif plus modeste : « J'ai été affecté par mon environnement. Mon éducation m'a façonné d'une manière qui fait que je ne sais pas comment communiquer. Le structuralisme signifie “je suis qui je suis à cause de la structure de la société dans laquelle j'ai grandi”. Maintenant, j'ai besoin d'apprendre à communiquer. » Ce qu’Alfa Mist communique – très bien – avec son deuxième album, c’est un sens inné du groove feutré et un besoin vital de l’échange. Une énième preuve de la vitalité de la scène jazz britannique actuelle qui picore dans la soul, le funk et le hip-hop. Ce hip-hop sera d’ailleurs le premier chapitre de la saga du jeune musicien.Après avoir passé ses journées à faire des beats pour des prods de grime et de rap, le Londonien découvre le jazz via les samples et décortique aussi bien des albums de J Dilla que ceux de Miles Davis et même du compositeur de BO Hans Zimmer, l’une de ses grandes idoles. Surtout, Alfa Mist plonge de manière autodidacte dans l’univers du piano et des claviers. Avec Structuralism, il dessine, à l’aide d’un Fender Rhodes ou d’un piano classique, les contours d’un jazz soul mélancolique et voluptueux. Un groove atmosphérique sous influence Herbie Hancock/Robert Glasper qu’il sculpte avec ses complices le trompettiste Johnny Woodham, les batteurs Peter Adam Hill et Jamie Houghton, le guitariste Jamie Leeming, les bassistes Kaya Thomas-Dyke et James Rudi Creswick, les violonistes Katie Neaves, Simmy Singh et Lucy Nolan et la violoncelliste Peggy Nolan, sans oublier Jordan Rakei sur la chanson Door. A l’arrivée, cette partition aux teintes pastel (pas de basse slappée ni de double batterie chez Alfa Mist !) confirme les talents de coloriste d’un musicien à suivre de près. © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 26 avril 2019 | Enter The Jungle

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime
Début 2018, la compilation We Out Here parue sur le label de Gilles Peterson zoome sur la jeune scène jazz britannique actuelle. Sa vitalité, son énergie et surtout son éclectisme. Un courant dont beaucoup ont fait du saxophoniste Shabaka Hutchings (Sons Of Kemet, The Comet Is Coming, Melt Yourself Down…) un chef de file, rôle qu’il a d’ailleurs toujours refusé d’incarner… Les frontières de ce jazz, comme souvent avec les musiciens de cette génération, sont volontairement floutées. Les cinq d’Ezra Collective étaient présents sur cette compilation élue Qobuzissime. Avec You Can’t Steal My Joy, le gang londonien emmené par le batteur Femi Koleoso signe enfin son premier album. En 2017, leur EP Juan Pablo: The Philosopher (qui se refermait par une belle reprise de Space Is the Place de Sun Ra) avait fait sensation, raflé de nombreux prix et offert une vision très afrobeat du jazz. On retrouve cette singularité sur leur opus ultra-funky. Avec Joe Armon Jones aux claviers, TJ Koleoso à la contrebasse, Dylan Jones à la trompette et James Mollison au saxophone, Koleoso orchestre une symphonie festive à la cool axée autour de cuivres et de rythmes. Un tsunami hybride fait d’afrobeat, jazz, hip-hop, reggae, musiques caribéennes et soul. Et pour mieux souligner cette vision à 180°, Ezra Collective embarque à bord de sa croisière polychrome la soul sister Jorja Smith (Reason in Disguise), le rappeur Loyle Carner (What Am I to Do?) et le groupe d’afrobeat Kokoroko (Shakara). Reste à savourer ce beau défilé hétéroclite de paysages groovy. © Marc Zisman/Qobuz
10,49 €
6,99 €

Jazz vocal - Paru le 7 juin 2019 | Jazz Eleven

Hi-Res
En 2018, Sarah Lancman signait A Contrechamp, un beau disque enregistré aux côtés d’un des pianistes les plus doués de sa génération, Giovanni Mirabassi. Après Dark en 2014 et Inspiring Love en 2016, la chanteuse adoubée par Quincy Jones réussissait une fois de plus, sans abuser de quelconques effets, à magnifier les mélodies qu’elle escaladait. Un an plus tard, Lancman retrouve Mirabassi le temps d’un hommage à la chanson italienne, reprenant et adaptant des thèmes immortels comme Senza Fine, Sabato Italiano, Il Poeta, Estate, Vedrai Vedrai ou encore Ah Che Sarà, Che Sarà. Le saxophoniste Olivier Bogé leur prête main-forte sur trois titres. Raffiné et inspiré, Intermezzo est une belle redécouverte du répertoire transalpin. Car en se parant de couleurs jazz, les relectures prennent ici l'allure de standards. © Clotilde Maréchal/Qobuz
14,99 €
10,99 €

Jazz - Paru le 28 juin 2019 | Jazz & People

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 1 février 2019 | Anteprima

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 26 avril 2019 | ACT Music

Hi-Res Livret
13,49 €
9,49 €

Jazz - Paru le 5 avril 2019 | Jazz & People

Hi-Res Livret Distinctions L'album du mois JAZZ NEWS
Avec un tel pseudo, la porte aux métaphores est grande ouverte. Il y a pourtant une réelle légèreté dans le saxophone de ce Franco-Américain sorti de nulle part et signant son premier album à déjà 38 ans sous le nom de Plume. Entouré des experts Leonardo Montana au piano, Géraud Portal à la contrebasse et Antoine Paganotti à la batterie, Plume déroule un post-bop assez classique mais jamais convenu. Sur un câble tendu entre les héritages de John Coltrane et de Kenny Garrett, il avance en équilibriste serein et son souffle possède une chaleur attachante d’un bout à l’autre d’Escaping the Dark Side. Cerise sur ce savoureux premier gâteau, la trompette du génial Ambrose Akinmusire sur Falling Angels et Perseverance. © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €
10,99 €

Jazz - Paru le 5 avril 2019 | NoMadMusic

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 juin 2019 | Running Circle

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 8 mars 2019 | HighNote Records

Hi-Res Livret
Il y a une pureté, une limpidité et une grâce sans égale dans la trompette de Tom Harrell. Une sensation de bien-être au service d’improvisations toujours inspirées et jamais redondantes. Avec le saxophoniste Mark Turner (quel son lui aussi !), le guitariste (électrique et acoustique) Charles Altura, le contrebassiste Ben Street et le batteur Johnathan Blake, le trompettiste le plus classe et le plus attachant de sa génération rappelle aussi qu’il est un fameux compositeur et un leader d’une rare justesse, jamais dictateur, toujours à l’écoute. A 72 ans passés, Harrell signe avec ses complices avisés un traité de perfection jazz. Lorsqu’on a fait ses armes aux côtés de Woody Herman, Horace Silver et Phil Woods, qu’on a joué les sidemen chez George Russell, Bill Evans, Gerry Mulligan ou Charlie Haden et qu’on a signé, depuis la fin des 70's, une bonne trentaine d’albums jamais hors sujet, rien d’étonnant à atteindre une telle plénitude mélodique et harmonique. © Max Dembo/Qobuz
14,39 €
10,79 €

Jazz - Paru le 3 mai 2019 | Ozella

Hi-Res Livret
11,99 €
7,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 juin 2019 | Astigmatic Records

Hi-Res
11,99 €
7,99 €

Be Bop - Paru le 8 mars 2019 | Savant

Hi-Res Livret
16,49 €
11,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2019 | Cream Records

Hi-Res
13,49 €
8,99 €

Jazz - Paru le 1 mars 2019 | Naive

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 26 avril 2012 | ACT Music

Hi-Res Livret

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.