Les albums

23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 15 février 2019 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
En plus de s’adresser à un public restreint voire avisé, les albums de contrebasse solo ne courent pas les rues. Et ceux ayant osé l’exercice sont surtout des jazzmen aventureux ; ceux œuvrant, pour la plupart, en terre free : Barre Phillips, Joëlle Léandre, Malachi Favors, Alan Silva, William Parker, Dave Holland, Michael Formanek, Miroslav Vitous, Ron Carter, Eberhard Weber, Henri Texier, Renaud Garcia-Fons, Jonas Hellborg, etc.. L’Américain Larry Grenadier, s’il a joué avec des pointures nommées Paul Motian ou Pat Metheny, a surtout passé un quart de siècle dans le trio du pianiste Brad Mehldau, se faisant ainsi un nom. Enregistré aux studios Avatar de New York et produit par Manfred Eicher d’ECM, The Gleaners est avant tout le fruit d’une introspection. « Le processus de création de cet album a commencé par un regard vers l’intérieur, une fouille des éléments essentiels de ma personnalité en tant que bassiste, écrit Grenadier dans les notes de pochette. C’était une recherche d’un centre de son et de timbre, des fils d’harmonie et de rythme qui formaient le cœur d’une identité musicale. »Il ajoute que l’idée lui avait été proposée par Eicher, lui-même bassiste de formation. « Peu de gens savent vraiment comment traiter la contrebasse de manière sonore en studio, mais Manfred se concentre sur la mise en évidence de ses qualités propres. Pour The Gleaners, il a joué un rôle essentiel dans le montage et le mixage, m'aidant vraiment à façonner ce disque. » Pour rendre la chose bien vivante et éviter le monolithisme, Larry Grenadier utilise ici plusieurs techniques et accordages, offrant un vaste panel sonore jamais redondant. Avec notamment sept compositions originales (dont une, Pettiford, dédiée à son idole de jeunesse, le contrebassiste Oscar Pettiford), une reprise de My Man’s Gone Now de Gershwin et un medley de Compassion de John Coltrane et The Owl of Cranston de Paul Motian, The Gleaners est une palette d’émotions assez ample et un très bel album qui ne ressemble à aucun autre. © Marc Zisman/Qobuz
16,49 €

Jazz - Paru le 15 février 2019 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
En plus de s’adresser à un public restreint voire avisé, les albums de contrebasse solo ne courent pas les rues. Et ceux ayant osé l’exercice sont surtout des jazzmen aventureux ; ceux œuvrant, pour la plupart, en terre free : Barre Phillips, Joëlle Léandre, Malachi Favors, Alan Silva, William Parker, Dave Holland, Michael Formanek, Miroslav Vitous, Ron Carter, Eberhard Weber, Henri Texier, Renaud Garcia-Fons, Jonas Hellborg, etc.. L’Américain Larry Grenadier, s’il a joué avec des pointures nommées Paul Motian ou Pat Metheny, a surtout passé un quart de siècle dans le trio du pianiste Brad Mehldau, se faisant ainsi un nom. Enregistré aux studios Avatar de New York et produit par Manfred Eicher d’ECM, The Gleaners est avant tout le fruit d’une introspection. « Le processus de création de cet album a commencé par un regard vers l’intérieur, une fouille des éléments essentiels de ma personnalité en tant que bassiste, écrit Grenadier dans les notes de pochette. C’était une recherche d’un centre de son et de timbre, des fils d’harmonie et de rythme qui formaient le cœur d’une identité musicale. »Il ajoute que l’idée lui avait été proposée par Eicher, lui-même bassiste de formation. « Peu de gens savent vraiment comment traiter la contrebasse de manière sonore en studio, mais Manfred se concentre sur la mise en évidence de ses qualités propres. Pour The Gleaners, il a joué un rôle essentiel dans le montage et le mixage, m'aidant vraiment à façonner ce disque. » Pour rendre la chose bien vivante et éviter le monolithisme, Larry Grenadier utilise ici plusieurs techniques et accordages, offrant un vaste panel sonore jamais redondant. Avec notamment sept compositions originales (dont une, Pettiford, dédiée à son idole de jeunesse, le contrebassiste Oscar Pettiford), une reprise de My Man’s Gone Now de Gershwin et un medley de Compassion de John Coltrane et The Owl of Cranston de Paul Motian, The Gleaners est une palette d’émotions assez ample et un très bel album qui ne ressemble à aucun autre. © Marc Zisman/Qobuz
23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 25 janvier 2019 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Même si son nom apparaît sur de nombreux albums ECM (John Abercrombie, Marc Johnson, Steve Kuhn, Paul Motian, etc.), Joe Lovano n’avait jamais eu jusqu’ici la primeur d’être le leader d’un disque du label de Manfred Eicher. A 66 ans passés, le saxophoniste de Cleveland est enfin le patron sur ce Trio Tapestry conçu avec la pianiste Marilyn Crispell et le batteur Carmen Castaldi. Une formation sans contrebasse offrant la puissance intérieure d’un orchestre.Moins volubile qu’à l’accoutumée, Lovano se lance ici dans des narrations plutôt intimistes. « Ce trio, précise-t-il, est une tapisserie musicale mélodique, harmonique et rythmique qui maintient les moods et les atmosphères. » Ce groupe est surtout l’ambassadeur d’un jazz véritablement habité. La spiritualité comme le calme régnant soulignent chaque improvisation. Une fois de plus, on ne comprend pas pourquoi Crispell n’est pas une musicienne plus reconnue et louée. En digne héritière de Paul Bley et Cecil Taylor, elle promène son piano sur les terres d’une musique contemporaine mouchetée de lyrisme et s’avère un membre essentiel de ce groupe doté d’une force créative renversante. © Marc Zisman/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 2 novembre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
14,99 €

Jazz - Paru le 2 novembre 2018 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
16,49 €

Jazz - Paru le 7 septembre 2018 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
16,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 16 février 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
16,49 €

Jazz - Paru le 16 février 2018 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 17 novembre 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
30,99 €
21,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Roscoe Mitchell est une figure majeure de l’avant-garde jazz de Chicago. Membre fondateur de l'influent Art Ensemble Of Chicago et de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians), le saxophoniste on ne peut plus engagé n’a cessé de penser et repenser la place du jazz dans l’histoire de la musique noire comme dans celle de l’histoire du peuple afro-américain. Invité par le Musée d’Art Contemporain de Chicago à créer une œuvre originale dans le contexte de l’exposition The Freedom Principle : Experiments In Art And Music, 1965 To Now, qui célébrait les orientations musicales et artistiques mises en œuvre par l’AACM dans le South Side de Chicago, il laisse ici la trace enregistrée d’une aventure très exigeante mais passionnante. Avec Bells For The South Side, Roscoe Mitchell réunit ainsi pour la première fois, en un même ensemble, les musiciens de ses quatre trios : James Fei et William Winant, Hugh Ragin et Tyshawn Sorey, Craig Taborn et Kikanju Baku, Jaribu Shahid et Tani Tabbal. Le saxophoniste désormais âgé de 76 ans signe une œuvre à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Une ode à la liberté de plus de deux heures, tout sauf formatée, et qui livre ses secrets lorsque l’on prend le temps d’en apprivoiser la densité. © MZ/Qobuz
21,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2017 | ECM

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Roscoe Mitchell est une figure majeure de l’avant-garde jazz de Chicago. Membre fondateur de l'influent Art Ensemble Of Chicago et de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians), le saxophoniste on ne peut plus engagé n’a cessé de penser et repenser la place du jazz dans l’histoire de la musique noire comme dans celle de l’histoire du peuple afro-américain. Invité par le Musée d’Art Contemporain de Chicago à créer une œuvre originale dans le contexte de l’exposition The Freedom Principle : Experiments In Art And Music, 1965 To Now, qui célébrait les orientations musicales et artistiques mises en œuvre par l’AACM dans le South Side de Chicago, il laisse ici la trace enregistrée d’une aventure très exigeante mais passionnante. Avec Bells For The South Side, Roscoe Mitchell réunit ainsi pour la première fois, en un même ensemble, les musiciens de ses quatre trios : James Fei et William Winant, Hugh Ragin et Tyshawn Sorey, Craig Taborn et Kikanju Baku, Jaribu Shahid et Tani Tabbal. Le saxophoniste désormais âgé de 76 ans signe une œuvre à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Une ode à la liberté de plus de deux heures, tout sauf formatée, et qui livre ses secrets lorsque l’on prend le temps d’en apprivoiser la densité. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Pour son deuxième album pour ECM, le trompettiste Avishai Cohen s’entoure de ce qu’il décrit comme sa « dream team » : le pianiste Yonathan Avishai, le batteur Nasheet Waits et le contrebassiste Barak Mori. Trois virtuoses qui partagent son sens de l'improvisation et son intuition pour la structure. Moins habité que son prédécesseur Into The Silence qui rendait hommage à son père disparu, Cross My Palm With Silver offre une musique plus tourmentée car plus engagée. Avishai Cohen crée ici en cogitant sur la situation politique de sa terre natale comme sur celle de tout le Proche-Orient. Souvent osés, les échanges avec ses complices rendent ses compositions encore plus dense et son jeu, plus original. Car le trompettiste signe un vrai disque de quartet dans lequel l’espace comme la liberté occupent une place encore plus prépondérante que sur Into The Silence. Cross My Palm With Silver est surtout la preuve flagrante d’un musicien montant en puissance, album après album… © MD/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 31 mars 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Tous les souffleurs du label ECM possède une sonorité en apesanteur bien à eux. Et Tomasz Stanko ne déroge pas à la règle. Chaque album du grand trompettiste polonais est toujours une petite révolution de velours. Pour les sens. Et pour le corps. Comme une méditation profonde pour cet ancien terroriste de la scène free qui travailla notamment avec le compositeur Krzysztof Komeda, auteur de belles partitions pour certains films de Polanski (Cul-de-sac, Le Couteau dans l'eau, Rosemary's Baby, Le Bal des Vampires). Komeda auquel Stanko rendit d’ailleurs hommage en 2000 avec le superbe Litania... Quatre ans après Wislawa, Stanko pilote à nouveau son New York Quartet composé du pianiste cubain David Virelles, du bassiste Reuben Rogers (qui a remplacé Thomas Morgan) et du batteur Gerald Cleaver. Pour ce December Avenue, le trompettiste laisse sa mélancolie miles davisienne se laisser chahuter par les improvisations habitées de ses complices. Sans tirer la couverture à lui, Virelles est d’ailleurs un élément clef de la réussite d’un disque que son jeu habite à chaque instant. Sur Wislawa, le constat ne faisait aucun doute. Sur December Avenue, il est une certitude. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 17 mars 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Même si le clarinettiste Louis Sclavis est à l’origine de ces Asian Fields Variations qui paraissent chez ECM, le projet a réellement été conçu à trois, avec le violoniste Dominique Pifarély et le violoncelliste Vincent Courtois : « J’ai proposé que l’organisation du groupe soit réellement collective, et chacun de nous participe à la composition du programme. » Figures majeures de l’avant-garde jazz (mais pas que), les trois hommes se connaissent de longue date. Sclavis et Pifarély jouent ensemble dans les contextes les plus diverse depuis plus de 35 ans, et Sclavis et Courtois depuis deux décennies. Une connivence qui n’empêche jamais la spontanéité d’être au cœur de cet album. « Nous étayons également notre discours sur de nombreuses expériences de jeu différentes. Elles se reflètent à la fois dans ce que nous jouons et dans ce que nous écrivons. Ça nous permet de continuellement apporter de nouveaux éléments au projet et de creuser toujours plus profond. » Si l’instrumentation — clarinette, violon, violoncelle — fait clairement référence à la musique de chambre, le résultat est évidemment ailleurs. Ces trois musiciens ont toujours misé sur la liberté et l’écriture plutôt que sur un cadre ou des codes. Cet univers très européen trouve ainsi ses repères dans le jazz comme dans la musique classique ou contemporaine. Seul le propos compte. Et il est d’une intensité plutôt rare. Du sans concession qui permet à Sclavis, Pifarély et Courtois de passer de l’avant-garde libertaire pure à des séquences tractée par la mélodie pour un résultat intense. © CM/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 6 mai 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Jack accompagné par les fils de la vengeance. C’est un peu à cela que ressemble l’affiche de ce In Movement paru sur le label ECM. En effet, le grand batteur est entouré du saxophoniste Ravi Coltrane (fils de qui l’on sait) et du bassiste Matthew Garrison (fils de Jimmy Garrison, lui-même contrebassiste de John Coltrane !). On nage évidemment en pleine célébration du dieu du saxophone surtout que les festivités débutent par Alabama, sublime thème composé toujours par Coltrane après l’attentat raciste à l'église baptiste de la 16e rue de Birmingham dans l'État de l'Alabama, église fréquentée par des Afro-Américains, le 15 septembre 1963. Un choix osé et périlleux, surtout pour Ravi qui se sort merveilleusement bien de ce piège. Evidemment le but n’est pas de comparer avec les versions de son illustre géniteur mais plutôt d’apprécier sa propre improvisation, pleine de sérénité et de recueillement. Mais aussi de modernité, en grande partie liée à l’emploi de la basse électrique et de quelques légers effets électro tout en retenu. La modernité, oui, c’est elle qui caractérise ce superbe disque. Même si il est un élément clef du trio de Keith Jarrett, Jack DeJohnette est avant tout l’un des plus grands batteurs en activité. Et cet opus montre non seulement l’étendue de son art mais aussi de son talent en tant que leader. Déjà, l’ainé de ce trio hautement inspiré ne tire jamais la couverture à lui. Son jeu est d’une finesse folle et l’intensité des conversations qu’il offre ici avec ces deux complices est simplement magique. Sur un classique comme Blue In Green, les trois hommes trouvent d’incroyables ressources créatrices pour offrir une version à la fois habitée et légère du thème de Miles Davis. Et chacune des huit pièces d’In Movement est abordée avec la même précision. Même quand DeJohnette et ses complices s’amusent à reprendre Serpentine Fire d’Earth Wind & Fire ! Un grand disque. © MD/Qobuz
14,99 €

Jazz - Paru le 17 avril 2015 | Deutsche Grammophon ECM

Distinctions Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.