Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Four Tet - Parallel

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Parallel

Four Tet

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Déjà prolifique en temps normal, le producteur britannique Kieran Hebden a mis les bouchées doubles lors de cette année sans live pour les artistes. Il y a eu notamment eu un Sixteen Oceans très inspiré au printemps, une collaboration cinq étoiles avec Thom Yorke et Burial sur l’EP Her Revolution/His Rope début décembre 2020, et puis une double livraison de Noël avec 871, composé sous son alias 00110100 01010100 avec des archives datant de 1995-1997, et ce Parallel qui démarre par une odyssée ambient de 27 minutes !

Ce n’est pas la première fois que Four Tet joue les très longs formats (on se souvient des deux pièces de 18 minutes de Thirtysixtwentyfive en 1998) mais on l’a rarement entendu aussi cosmique que ça. La suite est plus conventionnelle (si l’on peut associer ce mot à Four Tet), avec quelques jolis titres de house lo-fi/deep/mutante (Parallel 2 et Parallel 8), et un petit coup de breakbeat toujours en douceur (Parallel 4) avant un final au piano solo au coin du feu parfaitement approprié pour finir cette année confinée. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

Parallel

Four Tet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Parallel 1
00:26:46

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

2
Parallel 2
00:06:04

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

3
Parallel 3
00:00:48

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

4
Parallel 4
00:04:47

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

5
Parallel 5
00:00:53

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

6
Parallel 6
00:05:06

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

7
Parallel 7
00:05:43

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

8
Parallel 8
00:06:21

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

9
Parallel 9
00:07:15

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

10
Parallel 10
00:06:31

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

2020 Text Records 2020 Text Records

Descriptif de l'album

Déjà prolifique en temps normal, le producteur britannique Kieran Hebden a mis les bouchées doubles lors de cette année sans live pour les artistes. Il y a eu notamment eu un Sixteen Oceans très inspiré au printemps, une collaboration cinq étoiles avec Thom Yorke et Burial sur l’EP Her Revolution/His Rope début décembre 2020, et puis une double livraison de Noël avec 871, composé sous son alias 00110100 01010100 avec des archives datant de 1995-1997, et ce Parallel qui démarre par une odyssée ambient de 27 minutes !

Ce n’est pas la première fois que Four Tet joue les très longs formats (on se souvient des deux pièces de 18 minutes de Thirtysixtwentyfive en 1998) mais on l’a rarement entendu aussi cosmique que ça. La suite est plus conventionnelle (si l’on peut associer ce mot à Four Tet), avec quelques jolis titres de house lo-fi/deep/mutante (Parallel 2 et Parallel 8), et un petit coup de breakbeat toujours en douceur (Parallel 4) avant un final au piano solo au coin du feu parfaitement approprié pour finir cette année confinée. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Debussy – Rameau

Víkingur Ólafsson

Debussy – Rameau Víkingur Ólafsson

The Köln Concert (Live at the Opera, Köln, 1975)

Keith Jarrett

Philip Glass: Piano Works

Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works Víkingur Ólafsson

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

À découvrir également
Par Four Tet

Sixteen Oceans

Four Tet

Sixteen Oceans Four Tet

New Energy

Four Tet

New Energy Four Tet

Dialogue

Four Tet

Dialogue Four Tet

Rounds

Four Tet

Rounds Four Tet

4T Recordings

Four Tet

4T Recordings Four Tet

Playlists

Dans la même thématique...

Rone & Friends

Rone

Room with a View

Rone

Empty

Nils Frahm

Empty Nils Frahm

Tides

Sunda Arc

Tides Sunda Arc

All Encores

Nils Frahm

All Encores Nils Frahm
Les Grands Angles...
Fabric, l’histoire d’une institution anglaise

Cœur battant de la scène électronique britannique, le label/club Fabric fête ses 20 ans cette année avec un volume anniversaire de ses séries de compilations Fabric et FabricLive, qui rythment la vie des disquaires et des amateurs de musique de qualité depuis 1999, tandis que le club fait vibrer les clubbeurs tous les week-ends avec une programmation 5 étoiles. Retour sur l’histoire d’une institution anglaise.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Dans l'actualité...