Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Augustin Hadelich - David Lang: Mystery Sonatas

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

David Lang: Mystery Sonatas

Augustin Hadelich

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Il va sans dire que le titre « Mystery Sonatas » de David Lang (né en 1957) reprend le concept des Sonates du Rosaire, aussi connus sous le nom de « Sonates du Mystère », écrites en 1678 par Ignaz Biber. Cela dit, Lang dévie du modèle sous plusieurs aspects fondamentaux : ses sonates restent pour violon seul, là où Biber en accompagne certaines d’un continuo, et surtout Lang ne fait pas appel au principe de la « scordattura », l’accord inhabituel du violon mis en œuvre par Biber pour créer des sonorités inouïes. Ce qui ne signifie pas que l’œuvre de Lang ne procède pas de l’inouï, du moins dans le sens étymologique du terme, d’autant qu’il l’a écrite pour le violoniste Augustin Hadelich qui l’enregistre ici en première discographique – et que les deux artistes ont travaillé en étroite collaboration. Autre pont entre Lang et Biber, la conception en trois volets : la joie, la douleur, la gloire. On reconnaît bien sûr l’appartenance de Lang à la mouvance minimaliste ; par contre, ses fréquentes incursions dans le rock, dans le modernisme et dans la raillerie n’ont pas leur place ici, car il cherche avant tout à exprimer une introspection autour des mystères, qu’ils soient religieux ou non d’ailleurs, de la vie et de la beauté. Hadelich, manifestement, prend à son compte toutes les conceptions du compositeur. © SM/Qobuz

Plus d'informations

David Lang: Mystery Sonatas

Augustin Hadelich

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Mystery Sonatas (David Lang)

1
No. 1. Joy
00:05:09

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

2
No. 2. After Joy
00:05:28

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

3
No. 3. Before Sorrow
00:06:49

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

4
No. 4. Sorrow
00:08:52

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

5
No. 5. After Sorrow
00:04:41

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

6
No. 6. Before Glory
00:04:03

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

7
No. 7. Glory
00:08:19

David Lang, Composer - Augustin Hadelich, Artist, MainArtist

(C) 2018 Cantaloupe Music (P) 2018 Cantaloupe Music

Descriptif de l'album

Il va sans dire que le titre « Mystery Sonatas » de David Lang (né en 1957) reprend le concept des Sonates du Rosaire, aussi connus sous le nom de « Sonates du Mystère », écrites en 1678 par Ignaz Biber. Cela dit, Lang dévie du modèle sous plusieurs aspects fondamentaux : ses sonates restent pour violon seul, là où Biber en accompagne certaines d’un continuo, et surtout Lang ne fait pas appel au principe de la « scordattura », l’accord inhabituel du violon mis en œuvre par Biber pour créer des sonorités inouïes. Ce qui ne signifie pas que l’œuvre de Lang ne procède pas de l’inouï, du moins dans le sens étymologique du terme, d’autant qu’il l’a écrite pour le violoniste Augustin Hadelich qui l’enregistre ici en première discographique – et que les deux artistes ont travaillé en étroite collaboration. Autre pont entre Lang et Biber, la conception en trois volets : la joie, la douleur, la gloire. On reconnaît bien sûr l’appartenance de Lang à la mouvance minimaliste ; par contre, ses fréquentes incursions dans le rock, dans le modernisme et dans la raillerie n’ont pas leur place ici, car il cherche avant tout à exprimer une introspection autour des mystères, qu’ils soient religieux ou non d’ailleurs, de la vie et de la beauté. Hadelich, manifestement, prend à son compte toutes les conceptions du compositeur. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Augustin Hadelich

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Alfred Deller, la renaissance d’une voix disparue

Il est difficile d’imaginer la stupeur ressentie par les mélomanes anglais en découvrant Alfred Deller au sortir de la guerre. A cette époque, la voix de contre-ténor avait disparu depuis plus de deux siècles, engloutissant dans le même oubli tout un répertoire. Surgie soudainement du passé, cette voix magique semblait presque surnaturelle. Retour sur la fascinante trajectoire du chanteur britannique décédé en 1979.

Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Dans l'actualité...