Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Christian Senn - Bach: The Solo Cantatas for Bass

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Bach: The Solo Cantatas for Bass

Ruben Jais, laBarocca, Christian Senn

Livret Numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Sur les 200 cantates sacrées et 15 cantates profanes connues de Bach, seules deux font appel à la seule basse en termes d’effectif vocal : la célèbre BWV 82 Ich habe genug de 1727, d’ailleurs recyclée pour divers solistes vocaux différents au cours des ans, et Ich will den Kreuzstab gerne tragen BWV 56 de 1726. Si l’on ne veut pas qu’un énième enregistrement de ces deux cantates ressemble, en termes de programme, aux dizaines déjà enregistrés depuis plus de soixante ans (signés Hans Hotter, Dietrich Fischer-Dieskau, Gérard Souzay, Gerhard Hüsch, Hermann Prey, John Shirley-Quirk, Bernard Kruysen, Philippe Huttenlocher, Max von Egmond, Siegfried Lorenz, Siegmund Nimsgern, Matthias Goerne, Thomas Quasthoff…) et quand bien même cette nouvelle version serait chantée par Christian Senn, il convient de compléter par un brin d’originalité. Ce qui fut fait. En plus des deux « tubes » cités, on trouvera donc ici la rare cantate BWV 158 Der Friede sei mit dir – dont on ne connaît pas la date exacte de conception, peut-être déjà à Weimar pendant les années 1715, peut-être seulement aux alentours de 1730 à Leipzig. Cet ouvrage est sans nul doute la version remodelée d’une cantate plus ancienne, perdue. Certaines sources la donnent comme « cantate pour basse et soprano » mais en réalité, voilà une lourde erreur d’observation : certes, l’aria constituant le second mouvement est bel et bien indiquée Aria & Chorale, le choral étant confié au registre de soprano, mais en réalité il devait être chanté par « une ou plusieurs sopranos du chœur », et en aucun cas par une voix réellement soliste : c’est donc bien une cantate (inachevée ou incomplète) pour basse solo, et par conséquent une sorte d’intégrale des trois cantates de Bach pour cet effectif vocal. © SM/Qobuz

Plus d'info

Bach: The Solo Cantatas for Bass

Christian Senn

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois offert, puis 9,99€ / mois.

Ich will den Kreuzstab gerne tragen, BWV 56

1
Aria: Ich will den Kreuzstab gerne tragen (Bass) 00:07:37

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

2
Recitative: Mein Wandel auf der Welt (Bass) 00:01:53

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

3
Aria: Endlich, endlich wird mein Joch (Bass) 00:06:32

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

4
Recitative and Aria: Ich stehe fertig und bereit (Bass) 00:01:36

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

5
Chorale: Komm, o Tod, du Schlafes Bruder (Chorus) 00:01:33

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - laBarocca, Choir, MainArtist

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

Der Friede sei mit dir, BWV 158

6
Recitative: Der Friede sei mit dir (Bass) 00:01:55

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

7
Aria with Chorale: Welt, ade, ich bin dein mude (Bass, Soprano, Chorus) 00:07:14

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

8
Recitative and Arioso: Nun Herr, regiere meinen Sinn (Bass) 00:01:37

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

9
Chorale: Hier ist das rechte Osterlamm (Chorus) 00:01:12

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - laBarocca, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

Ich habe genug, BWV 82

10
Aria: Ich habe genug 00:07:30

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

11
Recitative: Ich habe genug! Mein Trost ist nur allein 00:01:20

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

12
Aria: Schlummert ein, ihr matten Augen 00:10:01

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

13
Recitative: Mein Gott! Wann kömmt das schöne 00:00:54

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

14
Aria: Ich freue mich auf meinen Tod 00:03:25

Johann Sebastian Bach, Composer - Ruben Jais, Conductor - Christian Senn, Artist, MainArtist - laBarocca, Orchestra

(C) 2018 Glossa (P) 2018 Glossa

Descriptif de l'album

Sur les 200 cantates sacrées et 15 cantates profanes connues de Bach, seules deux font appel à la seule basse en termes d’effectif vocal : la célèbre BWV 82 Ich habe genug de 1727, d’ailleurs recyclée pour divers solistes vocaux différents au cours des ans, et Ich will den Kreuzstab gerne tragen BWV 56 de 1726. Si l’on ne veut pas qu’un énième enregistrement de ces deux cantates ressemble, en termes de programme, aux dizaines déjà enregistrés depuis plus de soixante ans (signés Hans Hotter, Dietrich Fischer-Dieskau, Gérard Souzay, Gerhard Hüsch, Hermann Prey, John Shirley-Quirk, Bernard Kruysen, Philippe Huttenlocher, Max von Egmond, Siegfried Lorenz, Siegmund Nimsgern, Matthias Goerne, Thomas Quasthoff…) et quand bien même cette nouvelle version serait chantée par Christian Senn, il convient de compléter par un brin d’originalité. Ce qui fut fait. En plus des deux « tubes » cités, on trouvera donc ici la rare cantate BWV 158 Der Friede sei mit dir – dont on ne connaît pas la date exacte de conception, peut-être déjà à Weimar pendant les années 1715, peut-être seulement aux alentours de 1730 à Leipzig. Cet ouvrage est sans nul doute la version remodelée d’une cantate plus ancienne, perdue. Certaines sources la donnent comme « cantate pour basse et soprano » mais en réalité, voilà une lourde erreur d’observation : certes, l’aria constituant le second mouvement est bel et bien indiquée Aria & Chorale, le choral étant confié au registre de soprano, mais en réalité il devait être chanté par « une ou plusieurs sopranos du chœur », et en aucun cas par une voix réellement soliste : c’est donc bien une cantate (inachevée ou incomplète) pour basse solo, et par conséquent une sorte d’intégrale des trois cantates de Bach pour cet effectif vocal. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours comme aucun autre la figure du chef d’orchestre. A la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Tim Burton en 10 albums

Qu’il tourne en prises de vues réelles ou en stop motion, Tim Burton a construit en plus de trente ans un monde cinématographique où le merveilleux poétique côtoie le gothique et l’humour macabre. À quelques exceptions près, c’est le compositeur Danny Elfman qui l’a épaulé dans cette aventure, formant un duo symbiotique : sans les images de Burton, la musique de Elfman n’aurait pas la même saveur et vice versa, ce qu’ils ont encore prouvé en 2019 avec le bouleversant “Dumbo”.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...