Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Neil Young & Crazy Horse - Rust Never Sleeps

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Rust Never Sleeps

Neil Young & Crazy Horse

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

Lorsque paraît Rust Never Sleeps en juin 1979, le rock est toujours sous le choc salvateur du punk qui ridiculise la communauté hippie dont Neil Young fut l’un des gourous. Mais il se fout des quolibets (d’autant plus qu’il est l’un des rares qu’épargnent les punks, conscients que leur aîné canadien est au fond aussi enragé qu’eux) et préfère cracher son venin, toutes guitares dehors. L’ex-Buffalo Springfield trouve même le moyen de glisser le nom de Johnny Rotten, le chanteur des Sex Pistols, dans les paroles des chansons jumelles My My, Hey Hey (Out of the Blue) et Hey Hey, My My (Into The Black) ! Le Loner fait résonner la complainte de son rock’n’roll enragé, sculpté à la distorsion et à la guitare salace, ou de la douceur de sa poésie rustique. Drogue, suicide, folie, féminisme, tout y passe pour donner naissance à de grands hymnes. Enregistré live (le bruit du public a été effacé), Rust Never Sleeps est le sommet de la schizophrénie du bonhomme, prise entre la beauté des mélodies virginales des premiers titres (face A) qu’il joue seul à la guitare acoustique, et la sauvagerie électrique de la seconde partie (face B) concoctée avec Crazy Horse (Frank Sampedro, Billy Talbot et Ralph Molina). Comme il le dit lui-même ici : “Rock'n'roll will never die !” Double live sorti cinq mois plus tard, Rust Live (avec cette fois ses fans bien audibles) est l'indispensable complément de Rust Never Sleeps. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Rust Never Sleeps

Neil Young & Crazy Horse

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
My My, Hey Hey (Out of the Blue)
00:03:46

NEIL YOUNG, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - JEFF BLACKBURN, Writer

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

2
Thrasher
00:05:39

NEIL YOUNG, Producer, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - DAVID BRIGGS, Producer - TIM MULLIGAN, Producer - David Gold, Mastering Engineer - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

3
Ride My Llama
00:02:32

NEIL YOUNG, Producer, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - DAVID BRIGGS, Producer - TIM MULLIGAN, Producer - David Gold, Mastering Engineer - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

4
Pocahontas
00:03:24

NEIL YOUNG, Producer, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - DAVID BRIGGS, Producer - TIM MULLIGAN, Producer - David Gold, Mastering Engineer - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

5
Sail Away
00:03:49

NEIL YOUNG, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - Joe Osborn, Bass Guitar - Nicolette Larson, Background Vocals - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - Kart T. Himmel, Drums

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

6
Powderfinger
00:05:30

NEIL YOUNG, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - Ralph Molina, Drums, Background Vocals - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - Billy Talbot, Bass Guitar, Background Vocals - Frank "Poncho" Sampedro, Electric Guitar, Background Vocals

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

7
Welfare Mothers
00:03:50

NEIL YOUNG, Producer, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - DAVID BRIGGS, Producer - TIM MULLIGAN, Producer - David Gold, Mastering Engineer - Ralph Molina, Drums, Background Vocals - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - Billy Talbot, Bass Guitar, Background Vocals - Frank "Poncho" Sampedro, Electric Guitar, Background Vocals

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

8
Sedan Delivery
00:04:39

NEIL YOUNG, Producer, Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - DAVID BRIGGS, Producer - TIM MULLIGAN, Producer - David Gold, Mastering Engineer - Ralph Molina, Drums, Background Vocals - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - Billy Talbot, Bass Guitar, Background Vocals - Frank "Poncho" Sampedro, Electric Guitar, Background Vocals

1979 Reprise Records 1979 Warner Records Inc.

9
Hey Hey, My My (Into the Black)
00:05:14

NEIL YOUNG, Electric Guitar, Organ, Percussion, Lead Vocals, Writer, Harmonica - Ralph Molina, Drums, Background Vocals - Neil Young & Crazy Horse, MainArtist - Billy Talbot, Bass Guitar, Background Vocals - JEFF BLACKBURN, Writer - Frank "Poncho" Sampedro, Electric Guitar, Background Vocals

1979 Reprise Records 1979 Reprise Records

Descriptif de l'album

Lorsque paraît Rust Never Sleeps en juin 1979, le rock est toujours sous le choc salvateur du punk qui ridiculise la communauté hippie dont Neil Young fut l’un des gourous. Mais il se fout des quolibets (d’autant plus qu’il est l’un des rares qu’épargnent les punks, conscients que leur aîné canadien est au fond aussi enragé qu’eux) et préfère cracher son venin, toutes guitares dehors. L’ex-Buffalo Springfield trouve même le moyen de glisser le nom de Johnny Rotten, le chanteur des Sex Pistols, dans les paroles des chansons jumelles My My, Hey Hey (Out of the Blue) et Hey Hey, My My (Into The Black) ! Le Loner fait résonner la complainte de son rock’n’roll enragé, sculpté à la distorsion et à la guitare salace, ou de la douceur de sa poésie rustique. Drogue, suicide, folie, féminisme, tout y passe pour donner naissance à de grands hymnes. Enregistré live (le bruit du public a été effacé), Rust Never Sleeps est le sommet de la schizophrénie du bonhomme, prise entre la beauté des mélodies virginales des premiers titres (face A) qu’il joue seul à la guitare acoustique, et la sauvagerie électrique de la seconde partie (face B) concoctée avec Crazy Horse (Frank Sampedro, Billy Talbot et Ralph Molina). Comme il le dit lui-même ici : “Rock'n'roll will never die !” Double live sorti cinq mois plus tard, Rust Live (avec cette fois ses fans bien audibles) est l'indispensable complément de Rust Never Sleeps. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Neil Young & Crazy Horse
In Concert Neil Young & Crazy Horse
Zuma Neil Young & Crazy Horse
Live Rust Neil Young & Crazy Horse
Psychedelic Pill Neil Young & Crazy Horse

Playlists

Dans la même thématique...
Power Up AC/DC
Letter To You Bruce Springsteen
Rumours Fleetwood Mac
Les Grands Angles...
Neil Young en 10 albums

Difficile de hurler « Rock'n'roll will never die ! » sans paraître ridicule. Neil Young le peut. Sans problème. Depuis plus d’un demi-siècle, le géant canadien a prouvé qu’il était un des plus grands auteurs de sa génération, capable de se renouveler et d’embarquer le rock sur des sentiers aussi bien champêtres que violents. La preuve en dix albums.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Les pionniers du rock’n’roll

Le rock’n’roll n’est pas mort. Mais ses pionniers encore en vie se comptent sur deux doigts d’une main : Jerry Lee Lewis et Wanda Jackson. 84 et 82 ans. Lui, poulain sauvage de l’écurie Sun Records, entré dans l’histoire en foutant le feu à son instrument, en transformant la musique d’église, la country et le boogie-woogie en rock’n’roll diabolique. Elle, chanteuse country qui s’est offert une belle aventure rock’n’roll aux côtés d’Elvis. De Little Richard à Chuck Berry en passant Johnny Cash, Carl Perkins, Bo Diddley, Bill Haley, Elvis Presley, Gene Vincent, Eddie Cochran, Buddy Holly et Hank Williams, Qobuz rend hommage aux précurseurs du rock.

Dans l'actualité...