Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD16,99 €

Jazz - Paru le 24 novembre 2017 | Resonance Records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Théâtre des Champs-Elysées, samedi 27 mars 1965. Celui qui prend d’assaut la scène de la salle parisienne le fait avec délicatesse et cool. Son jeu a pourtant révolutionné son instrument. Et violemment même… Depuis Charlie Christian et Django Reinhardt, la guitare n’avait pas été chahutée de la sorte. D'autant plus qu’ici, l’instigateur de ce tsunami tant stylistique que formel se produit dans une configuration qui lui ressemble, sans enluminures ni ornementation commerciale. Le Wes Montgomery de ce live inédit est affolant et surtout génial ; d’une finesse rare, aussi… Entouré du pianiste Harold Mabern, du contrebassiste Arthur Harper et du batteur Jimmy Lovelace, le guitariste d’Indianapolis trouve le parfait équilibre entre sa technique hors du commun (à tomber sur To Wane, un thème signé Mabern en hommage à Wayne Shorter) et la grande originalité de son approche mélodique. Sur Full House, ‘Round Midnight et Blue 'N Boogie/West Coast Blues, Wes accueille même le saxophoniste ténor Johnny Griffin, histoire de rendre la soirée encore plus mémorable. Côté répertoire, il revisite des thèmes gravés sur ses albums studio pour le label Riverside (Jingles, Round Midnight, Twisted Blues…) mais dont il donne ici des lectures souvent plus profondes. Un enregistrement aussi bien destiné aux aficionados du bonhomme qu’aux novices désireux d’appréhender l’art d’un grand coloriste parti trop tôt, en 1968, à 45 ans seulement… © MZ/Qobuz
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Original Jazz Classics

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1965 | Verve Reissues

Hi-Res
Recorded New York June 1965 and Englewood Cliffs, New Jersey September 22, 1965
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Riverside

Hi-Res Livret
Avec The Wes Montgomery Trio – A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums, son troisième album qui paraît chez Riverside en 1959, Wes Montgomery confirme qu’il est la vraie secousse sismique de la guitare jazz. Et ce superbe disque à la sonorité feutrée l’impose un peu plus dans la cour des grands. A ses côtés, Melvin Rhyne à l’orgue et Paul Parker à la batterie l’accompagnent sobrement, sans marcher sur ses plates-bandes, ni tenter d’attirer trop l’attention. Car oui, le héros de ces séances produites les 5 et 6 octobre 1959, au Reeves Sound Studios de New York, par Orrin Keepnews, reste Wes Montgomery et rien que Wes Montgomery ! Son style, virtuose et gorgé de blues, porte un œil neuf sur un instrument alors dominé par Barney Kessel et Tal Farlow. Et dans ses solos comme celui de ’Round Midnight, le guitariste d’Indianapolis déroule avec classe un son (raffiné), un style (au pouce) et un phrasé (envoûtant) qui lui sont propres. Quelques mois plus tard, avec The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, toujours chez Riverside, l’affaire prendra une toute autre densité grâce à Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert "Tootie" Heath, sidemen d’un calibre supérieur… © MD/Qobuz
CD13,99 €

Jazz - Paru le 27 juin 2000 | Verve Reissues

CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2008 | Riverside

Ce disque de 1960 achève d'installer Wes Montgomery au sommet de la hiérarchie des guitaristes de jazz de l'époque (si ce n'est de tout les temps), et considéré comme le successeur le plus crédible de Charlie Christian. Les traits les plus distinctifs de son style, le jeu en octave, l'usage du pouce etc ... sont ici exploités avec goût et maîtrise, que ce soit sur les 4 compositions ( « D Natural Blues », « four on Six », « West Coast Blues », « Mr. Walker ») toutes devenues des classiques, ou sur les standards dont on peut apprécier la classe et la délicatesse (« Polka Dots and Moonbeams », « Gone with the Wind »). Les sidemen sont triés sur le volet et font partie des meilleurs disponibles sur le marché, Tommy Flanagan (piano) est notamment très apprécié des guitaristes pour sa capacité à ne pas « marcher » sur la guitare, Percy (basse) et Albert (batterie) Heath quant à eux assurent un tempo et un groove à toute épreuve. La formule fonctionne à merveille et on sent beaucoup d'entrain dans la performance des musiciens, visiblement tout le monde est heureux de jouer et le disque respire l'euphorie. Les solos de Wes Montgomery sont d'une fluidité inouïe, ce qui, couplé à un instinct mélodique exceptionnel, lui permet d'arriver à un équilibre quasi parfait entre technique et émotion, tout en restant fidèle au blues. Il peut passer sans aucun problème du jeu presque nonchalant, chaleureux et tendre de « Polka Dots and Moonbeams », au phrasé dur, composé de longues lignes bop sinueuses, de « Mr. Walker » . Mais il sait rester lui-même quelque soit le contexte, la sonorité unique du guitariste reste toujours identifiable. Au delà du jeu de guitare, il y a l'incroyable efficacité des compositions. Comme dans son jeu Wes Montgomery va à l'essentiel sans s'embarrasser de complications harmoniques : sa musique reste toujours directe et ancrée dans le blues, se conformant ainsi aux canons esthétiques du hard bop. Ce disque important, et qui devrait faire partie de la discothèque de tout amateur de jazz, fait figure d'introduction idéale pour qui voudrait découvrir le style de Wes Montgomery. L'artiste y ayant encore l'esprit tourné uniquement vers des considérations musicales tout comme ses producteurs chez Riverside, ce qui permet d'apprécier vraiment son talent en petite formation. © ©Copyright Music Story Mortimer Hudelist 2015
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1988 | Fantasy Records

CD34,99 €

Jazz - Paru le 27 septembre 2011 | Verve Reissues

CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1967 | A&M

CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1986 | Verve

CD4,99 €

Jazz - Paru le 25 novembre 2013 | 2013 Playtime

CD14,99 €

Jazz - Paru le 3 décembre 1966 | Verve Reissues

CD16,99 €

Jazz - Paru le 19 avril 2019 | Resonance Records

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1987 | Riverside

Avec The Wes Montgomery Trio – A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums, son troisième album qui paraît chez Riverside en 1959, Wes Montgomery confirme qu’il est la vraie secousse sismique de la guitare jazz. Et ce superbe disque à la sonorité feutrée l’impose un peu plus dans la cour des grands. A ses côtés, Melvin Rhyne à l’orgue et Paul Parker à la batterie l’accompagnent sobrement, sans marcher sur ses plates-bandes, ni tenter d’attirer trop l’attention. Car oui, le héros de ces séances produites les 5 et 6 octobre 1959, au Reeves Sound Studios de New York, par Orrin Keepnews, reste Wes Montgomery et rien que Wes Montgomery ! Son style, virtuose et gorgé de blues, porte un œil neuf sur un instrument alors dominé par Barney Kessel et Tal Farlow. Et dans ses solos comme celui de ’Round Midnight, le guitariste d’Indianapolis déroule avec classe un son (raffiné), un style (au pouce) et un phrasé (envoûtant) qui lui sont propres. Quelques mois plus tard, avec The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, toujours chez Riverside, l’affaire prendra une toute autre densité grâce à Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert "Tootie" Heath, sidemen d’un calibre supérieur… © MD/Qobuz
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Original Jazz Classics

Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 21 juin 2019 | Resonance Records

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 31 janvier 2020 | RevOla

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Rock - Paru le 1 juillet 2015 | Crazy Warthog Media

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Riverside

Hi-Res Livret
Avec The Wes Montgomery Trio – A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums, son troisième album qui paraît chez Riverside en 1959, Wes Montgomery confirme qu’il est la vraie secousse sismique de la guitare jazz. Et ce superbe disque à la sonorité feutrée l’impose un peu plus dans la cour des grands. A ses côtés, Melvin Rhyne à l’orgue et Paul Parker à la batterie l’accompagnent sobrement, sans marcher sur ses plates-bandes, ni tenter d’attirer trop l’attention. Car oui, le héros de ces séances produites les 5 et 6 octobre 1959, au Reeves Sound Studios de New York, par Orrin Keepnews, reste Wes Montgomery et rien que Wes Montgomery ! Son style, virtuose et gorgé de blues, porte un œil neuf sur un instrument alors dominé par Barney Kessel et Tal Farlow. Et dans ses solos comme celui de ’Round Midnight, le guitariste d’Indianapolis déroule avec classe un son (raffiné), un style (au pouce) et un phrasé (envoûtant) qui lui sont propres. Quelques mois plus tard, avec The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, toujours chez Riverside, l’affaire prendra une toute autre densité grâce à Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert "Tootie" Heath, sidemen d’un calibre supérieur… © MD/Qobuz
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2000 | Fantasy Records

Ce disque de 1960 achève d'installer Wes Montgomery au sommet de la hiérarchie des guitaristes de jazz de l'époque (si ce n'est de tout les temps), et considéré comme le successeur le plus crédible de Charlie Christian. Les traits les plus distinctifs de son style, le jeu en octave, l'usage du pouce etc ... sont ici exploités avec goût et maîtrise, que ce soit sur les 4 compositions ( « D Natural Blues », « four on Six », « West Coast Blues », « Mr. Walker ») toutes devenues des classiques, ou sur les standards dont on peut apprécier la classe et la délicatesse (« Polka Dots and Moonbeams », « Gone with the Wind »). Les sidemen sont triés sur le volet et font partie des meilleurs disponibles sur le marché, Tommy Flanagan (piano) est notamment très apprécié des guitaristes pour sa capacité à ne pas « marcher » sur la guitare, Percy (basse) et Albert (batterie) Heath quant à eux assurent un tempo et un groove à toute épreuve. La formule fonctionne à merveille et on sent beaucoup d'entrain dans la performance des musiciens, visiblement tout le monde est heureux de jouer et le disque respire l'euphorie. Les solos de Wes Montgomery sont d'une fluidité inouïe, ce qui, couplé à un instinct mélodique exceptionnel, lui permet d'arriver à un équilibre quasi parfait entre technique et émotion, tout en restant fidèle au blues. Il peut passer sans aucun problème du jeu presque nonchalant, chaleureux et tendre de « Polka Dots and Moonbeams », au phrasé dur, composé de longues lignes bop sinueuses, de « Mr. Walker » . Mais il sait rester lui-même quelque soit le contexte, la sonorité unique du guitariste reste toujours identifiable. Au delà du jeu de guitare, il y a l'incroyable efficacité des compositions. Comme dans son jeu Wes Montgomery va à l'essentiel sans s'embarrasser de complications harmoniques : sa musique reste toujours directe et ancrée dans le blues, se conformant ainsi aux canons esthétiques du hard bop. Ce disque important, et qui devrait faire partie de la discothèque de tout amateur de jazz, fait figure d'introduction idéale pour qui voudrait découvrir le style de Wes Montgomery. L'artiste y ayant encore l'esprit tourné uniquement vers des considérations musicales tout comme ses producteurs chez Riverside, ce qui permet d'apprécier vraiment son talent en petite formation. © ©Copyright Music Story Mortimer Hudelist 2015

L'interprète

Wes Montgomery dans le magazine