Artistes similaires

Les albums

25,49 €
17,99 €

Jazz - Paru le 19 octobre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
La discographie de Keith Jarrett en solo est un puits sans fond creusé depuis la fin des années 60 avec environ 25 albums. Un torrent changeant, à l’image de la carrière du pianiste d’Allentown. En 2002, après de lourds soucis de santé, Jarrett remontait en solitaire sur scène au Japon. Quatre ans plus tard, le 19 juillet 2006, il est toujours seul, cette fois sur les planches de la prestigieuse Fenice, La Mecque vénitienne de l’opéra. Contrairement à ses anciens concerts composés de longues improvisations de trente voire quarante minutes, il articule désormais ses prestations autour de pièces plus courtes souvent liées les unes aux autres. C’est le cas pour cet album capté à la Fenice. Le décollage est assez fou et Jarrett se jette corps et âme dans un océan de notes, une de ces improvisations fleuves de dix-sept minutes, techniquement stupéfiante, dont il a le secret. L’atonalité percute des séquences hautement mélodiques, le jazz comme la musique classique irriguant chacune de ses idées. Bref, il est recommandé de s’accrocher pour ne pas tomber de sa selle. Mais le niveau de musicalité et l’originalité de ses phrases sont tels qu’on reste en permanence fasciné par ce jeu qui ne ressemble à aucun autre. Une langue qui touche le lettré comme le néophyte. Et même lorsqu’il sort des clous pour relire My Wild Irish Rose, Blossom et surtout Stella by Starlight, sa musique est assez irrésistible. © Marc Zisman/Qobuz
20,99 €

Jazz - Paru le 1 mars 2019 | ECM

21,99 €

Classique - Paru le 25 avril 1988 | ECM New Series

Le clavier bien tempéré, BWV 846-869 / Keith Jarrett, piano
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 28 juin 1993 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Chaque époque du jazz depuis la fin du XIXe siècle eut ses pianistes références : Scott Joplin, James P. Johnson, Earl Hines, Fats Waller, Art Tatum, Nat King Cole, Oscar Peterson, Erroll Garner, Bud Powell, Thelonious Monk, Dave Brubeck, Ahmad Jamal, Bill Evans, Cecil Taylor et quelques autres marquèrent à jamais leurs décennies d'une empreinte inaltérable. Les années 60 et 70 furent celles d'Herbie Hancock, Chick Corea et Keith Jarrett (tous trois révélés dans l'entourage de Miles Davis), mais c'est sans aucun doute ce dernier qui remporta le plus de succès populaire au point de largement déborder le public jazz et toucher les amateurs de musique toutes catégories confondues. Enregistré le 24 janvier 1975 à l'Opéra de Cologne, le Köln Concert y est pour beaucoup. Un génie de l'improvisation livré à lui-même, à ses propres digressions, à son inspiration, ce jour-là, divine. © JMP/Qobuz
30,99 €
21,99 €

Jazz - Paru le 2 mars 2018 | ECM

Hi-Res Livret
« Encore un live du trio de Jarrett ? » Difficile de ne pas déballer cette tirade tant la discographie du groupe que le pianiste d’Allentown (Pennsylvanie) forme avec le batteur Jack DeJohnette et le contrebassiste Gary Peacock semble sans fin. Pourtant, à l’écoute de ce concert inédit donné le 14 novembre 1998, au New Jersey Performing Art Center de Newark, on comprend mieux ce qui a dû pousser le fondateur du label ECM Manfred Eicher à le publier. Keith Jarrett l’écrit lui-même dans les notes de pochette : « J’ai été étonné d’entendre à quel point la musique passait ce soir-là. Ce n’est pas seulement un document historique mais un concert vraiment génial ! » Comme à leur habitude, les trois amis survolent ici quelques classiques du Great American Songbook mais aussi des merveilles signées John Coltrane (Moment’s Notice), Bud Powell (Bouncin' With Bud) ou bien encore Sonny Rollins (Doxy). Cette soirée marquait surtout un retour aux affaires pour Keith Jarrett qui fut contraint, durant les deux années précédentes, de lever le pied pour raisons de santé. Entre 1996 et 1998, le pianiste souffrait du SFC, syndrome de fatigue chronique, et entendre ici sa résurrection est un pur plaisir. Pas la peine de s’étendre à nouveau sur la fascinante complicité qu’il entretient avec sa rythmique mais After the Fall est un disque parlant d’une seule voix. Une voix originale au possible comme sur la relecture du titre de Bud Powell qui ouvre les hostilités et au cœur de laquelle le swing règne avec fierté. Cet inédit est aussi un condensé de bonheur. Un bonheur qui s’entend. Toujours sur Bouncin' With Bud, DeJohnette et Peacock imposent une espièglerie étonnante… Bref, voilà des bandes exhumées qu’il eût été criminel de laisser à la cave. © Max Dembo/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 13 juin 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS
Un album très attendu compte tenu de l'excellence du premier, Jasmine, qui réunissait Keith Jarrett et Charlie Haden qui n'avaient plus joué ensemble depuis les années 70. Le pianiste, heureux et fier de cet enregistrement, écrira les notes de pochettes : « Invitez votre femme ou votre mari ou votre amant tard dans la nuit, asseyez-vous et écoutez. Ce sont de splendides chansons d'amour, jouées par des musiciens qui essaient de communiquer leur pur message. J'espère que vous pourrez l'entendre comme nous l'avons entendu. » La séance d’enregistrement de Jasmine, (le disque est sorti en 2010 mais l'enregistrement - trois jours et trois nuits soit plus de dix heures de musique - date de 2007) dans le studio de Keith Jarrett, fût tellement riche et créative qu’un second album pouvait en découler : c'est ce Last Dance. Heureux sont ceux qui découvrent ce nouvel opus du génial improvisateur et de son vieux compagnon de route. © JMP/Qobuz
41,99 €

Jazz - Paru le 27 octobre 1995 | ECM

21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 7 mai 2010 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio - Stereophile: Record To Die For
En 2007, le documentaire Rambling Boy sur Charlie Haden réunissait à nouveau ces deux géants du jazz. Quelque temps plus tard, ils enregistrent chez Keith Jarrett ces standards à l’ambiance intime et sensuelle. Magique.
14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2000 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Chaque époque du jazz depuis la fin du XIXe siècle eut ses pianistes références : Scott Joplin, James P. Johnson, Earl Hines, Fats Waller, Art Tatum, Nat King Cole, Oscar Peterson, Erroll Garner, Bud Powell, Thelonious Monk, Dave Brubeck, Ahmad Jamal, Bill Evans, Cecil Taylor et quelques autres marquèrent à jamais leurs décennies d'une empreinte inaltérable. Les années 60 et 70 furent celles d'Herbie Hancock, Chick Corea et Keith Jarrett (tous trois révélés dans l'entourage de Miles Davis), mais c'est sans aucun doute ce dernier qui remporta le plus de succès populaire au point de largement déborder le public jazz et toucher les amateurs de musique toutes catégories confondues. Enregistré le 24 janvier 1975 à l'Opéra de Cologne, le Köln Concert y est pour beaucoup. Un génie de l'improvisation livré à lui-même, à ses propres digressions, à son inspiration, ce jour-là, divine. © JMP/Qobuz
14,99 €

Classique - Paru le 4 mai 2015 | ECM New Series

21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
S’il est avare d’interviews, on ne pourra jamais reprocher à Keith Jarrett de l’être en publications discographiques… Avec Creation, le pianiste d’Allentown propose une sélection personnelle de musique enregistrée tout au long de l’année 2014, lors de ses concerts improvisés au Japon, au Canada et en Europe. Si dans le passé ses témoignages solo reflétaient le processus d'improvisation évoluant au fil d'une soirée, cette fois-ci Jarrett choisit de concentrer les moments les plus révélateurs de six concerts donnés à Tokyo, Toronto, Paris et Rome. Avec cette «nouvelle» approche, il livre ici le tout dernier état de sa création musicale spontanée et prouve une fois de plus qu’il est un musicien en constante évolution. Passionnant. © CM/Qobuz " L'extrême concentration du pianiste y impose peu à peu celle, indispensable, de l'auditeur, envoûté par de longues suites d'accords où l'on pense irrésistiblement à Scriabine, par de superbes développements issus d'une cellule mélodique ou harmonique initiale dont la logique et l'inventivité fascinent. Mais ce qui réjouit le plus profondément, c'est qu'une musique aussi aventureuse et exigeante puisse naître en situation de concert, qu'il existe un public dans le monde entier pour en partager les silences et les vertiges, l'incroyable austérité et l'absence de toute plaisante concession." (Classica, mai 2015 / Jean-Pierre Jackson)
14,99 €

Jazz - Paru le 16 novembre 2000 | ECM

Exclusivement composé de pièces signées George Ivanovich Gurdjieff, ce disque de 1980 montre un Jarrett d’un rare dépouillement. Mais la simplicité du jeu du pianiste d’Allentown n’ôte rien à l’intérêt de ces partitions à la beauté étrange et hors du temps. Le climat du disque est parfois sombre. Il devient même solennel à certains instants. Mais Jarrett fait toujours en sorte d’hypnotiser son auditeur. Un disque ovni, pièce supplémentaire au vaste, oui très vaste, puzzle du cas Keith Jarrett. © MD/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret
Depuis l’année 1983, ces trois-là conversent avec une complicité inouïe voire rarement égalée dans l’histoire du jazz sur une aussi longue durée. Leur terrain de jeu ? Les standards. Pépites éternelles que Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette montent, démontent, remontent et magnifient un peu plus à chaque concert, à chaque album. Lorsque parait ce sobrement intitulé Standards, Vol.1 en 1983, les trois hommes n’en sont pas à leur première causette discographique. En 1977 déjà, Peacock avait ouvert les hostilités pour son album Tales Of Another. Cette fois, Manfred Eicher alias Monsieur ECM propose à Jarrett de signer un disque en trio. Le pianiste d’Allentown contacte Peacock et DeJohnette avec cette feuille de route – atypique à l’aube des années 80 – de relectures de standards. Keith Jarrett ne comprenait alors pas la raison de l’abandon de toutes ces mythiques compositions par les jazzmen d’alors. L’enregistrement se fera en janvier 1983, à Manhattan, sur deux jours et demi durant lesquels les trois hommes mettront en boite assez de matière pour trois albums : ce Standards, Vol.1 mais aussi Standards, Vol.2 et Changes qui paraitront les mois suivants, ce dernier n’étant en fait que des improvisations et non des relectures de standards… Pour ce Tome 1 comme pour le 2, ce terme de complicité semble bien chétif à entendre le haut niveau des échanges entre les trois musiciens. A l’orée d’une improvisation, au hasard d’un solo, tout est d’une pureté renversante et d’une fraicheur folle. © MD/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 26 février 2016 | ECM

Hi-Res Livret
30,99 €
21,99 €

Jazz - Paru le 11 décembre 2015 | ECM

Hi-Res Livret
30,99 €
21,99 €

Jazz - Paru le 13 juillet 2012 | ECM

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Archive inédite, ce double album est un véritable document historique présentant le concert complet et jamais publié du quartet de Keith Jarrett, plus connu sous le nom de Quartet Européen ou Belonging, enregistré en concert en avril 1979 au Nakano Sun Plaza de Tokyo. Les thèmes présentés ce soir là : Personal Mountains, Innocence, So Tender, Oasis, Chant of the Soil, Prism et New Dance sont des compositions de Jarrett. Cet album à la beauté sauvage regorge de moments d’improvisation exceptionnels, de vagues soudaines d’énergie et de passages très lyriques. Les échanges entre Jan Garbarek et Keith Jarrett sont de haut vol et la rythmique composée par Palle Danielsson et Jon Christensen puissante et enchanteresse. Sleeper, nouvellement mixé à Oslo (24 bit/96 kHz), sort de son sommeil auréolé de toute sa gloire !
21,99 €

Jazz - Paru le 8 décembre 2017 | ECM

Livret
Dans la discographie XL du trio Jarrett/Peacock/DeJohnette, Always Let Me Go compte parmi les albums constitués de compositions originales. Après Changes (1983), Changeless (1987) et Inside Out (2000), voilà le quatrième disque que les trois Américains signent en total liberté. Vingt ans après le début de leur association, leur entente est telle que les improvisations qu’ils proposent ici s’adossent contre une complicité et une écoute réciproque totale. Enregistré en public en avril 2001 à Tokyo, Always Let Me Go offre une rythmique DeJohnette/Peacock plus agile et féline que jamais. Un tandem qui fait corps avec les trames mélodiques (ou pas) que développe Jarrett. Des trames et des bifurcations incessantes – on passe du jazz le plus swingant à la musique improvisée la plus free en un claquement de doigt – comme sur les 32 minutes de Hearts In Space, le thème totalement envoûtant (mais exigeant) qui ouvre le disque. Plus de deux heures et quart de musique intense, souvent très cérébrale, et toujours portée vers l’avant. © CM/Qobuz
14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 1989 | ECM New Series

Bach : Les Variations Goldberg BWV 988 / Keith Jarrett, piano / Disque enregistré en Janvier 1989

L'interprète

Keith Jarrett dans le magazine