Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 25 octobre 2019 | Universal Music Division Label Panthéon

Hi-Res
Johnny/Star Wars, même combat ? C’est en effet aux commandes du London Symphony Orchestra et sur des arrangements souvent grandioses que l’arrangeur et chef d’orchestre Yvan Cassar a retravaillé douze tubes du Taulier. Mais plutôt que de plaquer grossièrement les pistes vocales originales sur des pistes musicales flambant neuves, Cassar a réalisé un véritable travail d’orfèvre en choisissant minutieusement les prises de voix, issues à la fois d’enregistrements studio (parfois totalement inédites) et live. Dans le genre lyrique, majestueux voire, à l’occasion, épique, on citera Diego libre dans sa tête, Vivre pour le meilleur, Que je t’aime, Requiem pour un fou et L’Envie, avec ses accents presque bréliens. Dans un registre moins épanché, il y a quelque chose de Ravel dans Quelque chose de Tennessee. Pour compenser tant d’ampleur, Cassar fait parfois baisser un peu la température avec des arrangements mettant en avant des instruments solistes tels que le piano (Sur ma vie, Rien de rien, M’arrêter là), le duo guitare sèche/violoncelle symbolisant la relation filiale (Sang pour sang), ou bien la guitare blues (Marie). Avec cet album unique en son genre, Yvan Cassar va au-delà du simple cross-over. En faisant monter la voix de Johnny dans des hauteurs symphoniques, il déifie à jamais le chanteur français le plus populaire du XXe siècle. © Nicolas Magenham/Qobuz 
CD34,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Mercury Records

Distinctions Qobuz Référence
Publiée en 2013 à l'occasion des 70 ans de la légende française Johnny Hallyday, la compilation Best Of 70ème Anniversaire se propose de marquer l'événement avec une sélection symbolique de 70 titres répartis sur un quadruple CD. L'occasion de découvrir ou redécouvrir les titres marquants de la colossale carrière du Taulier dont de très nombreux classiques, des tubes de la période yéyé comme « Le Pénitencier », « L'Idole des jeunes », ou « Noir c'est noir » à « Allumer le feu » en passant par « Ma gueule », « Le Chanteur abandonné », « Quelque chose de Tennessee », « Que je t'aime » ou « Requiem pour un fou ».
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 25 octobre 2019 | Universal Music Division Label Panthéon

Johnny/Star Wars, même combat ? C’est en effet aux commandes du London Symphony Orchestra et sur des arrangements souvent grandioses que l’arrangeur et chef d’orchestre Yvan Cassar a retravaillé douze tubes du Taulier. Mais plutôt que de plaquer grossièrement les pistes vocales originales sur des pistes musicales flambant neuves, Cassar a réalisé un véritable travail d’orfèvre en choisissant minutieusement les prises de voix, issues à la fois d’enregistrements studio (parfois totalement inédites) et live. Dans le genre lyrique, majestueux voire, à l’occasion, épique, on citera Diego libre dans sa tête, Vivre pour le meilleur, Que je t’aime, Requiem pour un fou et L’Envie, avec ses accents presque bréliens. Dans un registre moins épanché, il y a quelque chose de Ravel dans Quelque chose de Tennessee. Pour compenser tant d’ampleur, Cassar fait parfois baisser un peu la température avec des arrangements mettant en avant des instruments solistes tels que le piano (Sur ma vie, Rien de rien, M’arrêter là), le duo guitare sèche/violoncelle symbolisant la relation filiale (Sang pour sang), ou bien la guitare blues (Marie). Avec cet album unique en son genre, Yvan Cassar va au-delà du simple cross-over. En faisant monter la voix de Johnny dans des hauteurs symphoniques, il déifie à jamais le chanteur français le plus populaire du XXe siècle. © Nicolas Magenham/Qobuz 
HI-RES36,99 €
CD26,49 €

Variété francophone - Paru le 14 décembre 2018 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 19 octobre 2018 | Warner (France)

Hi-Res Livret
Pour bien appréhender cet ultime album de Johnny Hallyday, il faut se replonger dans la vie du chanteur à ses débuts. Après une adolescence turbulente au sein des blousons noirs de « la bande de la Trinité », Johnny a fait ses humanités rock au Golf Drouot. À l’époque, c’était un club dont l’attraction majeure était un juke-box qui diffusait du Elvis Presley, du Chuck Berry ou du Bill Haley. Celui qui s’apprêtait à devenir « l'idole des jeunes » s’y sentait comme à la maison et c’est cette même familiarité que l’auditeur ressent instantanément à l’écoute de ce disque. C’est avant tout à travers le rythme de la danse que cette intimité se noue, comme si Johnny remontait le temps pour célébrer le déhanchement le plus libérateur et vivant qui soit. Du côté des paroles (écrites par une flopée d’auteurs tels que Miossec ou Pierre-Dominique Burgaud), l’ancien « élève rockeur » du Golf Drouot tourne principalement autour de deux thèmes qui hantent son répertoire depuis toujours: l’amour (Mon pays, c’est l’amour, Back in LA, Tomber encore) et la musique (Made in Rock’n’roll). Composées pour la plupart par Yodelice, les chansons les plus rock de cet album sont des parangons de générosité populaire, tout comme le morceau country-folk L’Amérique de William, qui exprime la fascination de Johnny pour ce pays qui est associé, là encore, à la figure de ses débuts (et au-delà). Trente-troos ans après le dramaturge Tennessee Williams, il rend hommage à un autre personnage marquant de la culture américaine, le photographe William Eggleston, célèbre pour ses clichés de stations-service, parkings et autres diners.Rock’n’roll, country-folk… Le tableau musical ne serait pas complet sans ces ballades lyrico-mélancoliques dont seul Johnny a le secret, des ballades aux couleurs introspectives (Pardonne-moi) ou sociales (4 m2, sur l’univers carcéral). Qu’elle soit accompagnée d’arpèges de cordes jouées pizzicati dans la première, ou de guitares électriques dans la seconde, la voix à la fois déchirante et puissante de Johnny se fait l’écho idéal d’une souffrance individuelle ou collective. Même préoccupation philosophico-sociale dans le morceau de fin, Je ne suis qu’un homme, un rock symphonique et épique où il se voit comme un simple mortel, impuissant face aux aléas de cette « époque sans visage ». Toutes ces chansons, légères ou graves, tranchent avec celle, plus ambivalente, qui ouvre l’album : J’en parlerai au diable. Égrené d’accords de croches imperturbables joués au clavier Wurlitzer, ce dialogue sulfureux entre le chanteur et Lucifer s’inspire d’un standard de Ray Wylie Hubbard, Conversation with the Devil. Un peu à la manière de son Veau d’or vaudou de 1982, ce morceau fascinant met en lumière les ambiguïtés d’un Johnny à la fois « innocent et coupable ». Entre l’exaltation du corps et les zones d’ombre de l’esprit, cet album dresse un portrait fidèle d’un taulier qui, malgré l’absence, est loin d’être détrôné. © Nicolas Magenham/Qobuz
CD41,99 €

Variété francophone - Paru le 28 septembre 2018 | Universal Music Division Mercury Records

Publiée en 2018 par Mercury, la compilation Album de sa vie: 100 titres propose de revisiter l'imposante discographie de la légende du rock français Johnny Hallyday en une sélection de 100 titres répartis sur 5 CD. Couvrant une carrière longue de presque 60 ans, l'album contient les plus grands succès du taulier, de "Noir c'est noir" à "Allumer le feu" en passant par "Ma gueule", "Quelque chose de Tennessee", "Requiem pour un fou", "L'Idole des jeunes"ou "Que je t'aime", constituant une porte d'entrée de choix dans l'univers de l'une des voix de sa génération.
CD27,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Mercury Records

Livret
50 Ans/50 Standards est une compilation de trois CD qui réunit les meilleurs titres du légendaire Johnny Hallyday sur le label Mercury. Elle sort un demi-siècle après la signature de l'un des plus gros contrats de l'histoire du rock'n'roll français. Outre sa reprise en français de "Let's Twist" de Chubby Checker ("Viens danser le twist") vendue à des millions d'exemplaires, on trouve des interprétations de "Ne me quitte pas" de Jacques Brel, de "Carol" de Chuck Berry ("O Carole") et de "Knock on Wood" de Eddie Floyd ("Aussi dur que du bois") ; un live de "Ma gueule" ; et une reprise inédite de "Avec le temps" de Léo Ferré, à l'origine enregistrée pendant les sessions de À partir de maintenant en 1980. ~ Jon O'Brien
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1999 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Victoire de la musique - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
CD27,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1993 | Universal Music Division Mercury Records

Distinctions Qobuz Référence
En 1993, alors que le déjà légendaire Johnny Hallyday a bien repris des couleurs depuis Rock N' Roll Attitude (1985), le taulier offre à ses fans une triple date au Stade de France du 18 au 20 juin, rendues fameuses par l'arrivée du chanteur à travers le public et un album publié dans la foulée documentant l'affaire sur un simple CD sobrement intitulé Parc des Princes 1993 et constituant l'occasion pour les présents comme les absents de goûter aux interprétations de classiques du taulier, de "Noir c'est noir" à "Quelque chose de Tennessee", aux côtés de musiciens dont le guitariste Paul Personne et d'invités parmi lesquels son fils David ("Mirador") ou Eddy Mitchell sur un tonitruant "Excuse-moi partner". En 2018, Parc des Princes 1993 bénéficie d'une luxueuse édition anniversaire.
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 5 mai 2017 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
CD20,49 €

Pop - Paru le 28 septembre 2018 | WM France

HI-RES23,49 €
CD20,49 €

Variété francophone - Paru le 25 novembre 2016 | Warner (France)

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 21 octobre 2016 | Warner (France)

Hi-Res
CD26,49 €

Variété francophone - Paru le 23 novembre 2018 | Universal Music Division Mercury Records

Un peu comme s’il s’agissait d’un Woodstock franco-français et uniquement tourné vers la figure de Johnny, la pluie fut l’un des acteurs essentiels de ce concert mythique donné le 11 septembre 1998 au Stade de France. D’abord prévu le 4 septembre mais finalement annulé pour cause de pluie diluvienne, ce live fut reporté le vendredi suivant. Et lorsqu’il s’est mis à pleuvoir à nouveau ce jour-là, il fut décidé de le maintenir malgré tout. Ainsi naissent les légendes… À vrai dire, c’est surtout une pluie d’émotions fortes qui caractérise cet album live comprenant 35 titres. L’émotion d’un rock à l’état brut tout d’abord, interprété par un casting franco-américain irréprochable : les Américains Reggie Hamilton (basse), Tom Canning (piano et orgue), Brian Ray (guitare) et Tim Moore (claviers) d’un côté, et les Français Robin Le Mesurier (guitare) et Yvan Cassar (direction musicale) de l’autre. Ce live démarre puissamment grâce à des titres tels que le tube blue- rock La musique que j’aime, ou encore le très pop Je veux te graver dans ma vie (adaptation française de Got to Get You Into My Life des Beatles). Une manière pour le taulier de marquer son territoire en faisant deux déclarations d’amour essentielles : envers la musique et envers son public. Est-ce à cause des conditions météorologiques difficiles ? Toujours est-il que Johnny déploie des trésors d’énergie lorsque les rythmes s’emballent dans ce lieu gigantesque qui venait tout juste d’ouvrir ses portes (le Stade de France a été inauguré en janvier de la même année).D’une manière générale, c’est un parfum plutôt 60's et 70's qui se répand tout le long de cet album, puisque, outre les morceaux d’ouverture déjà cités, on note une prédominance de tubes incontournables de cette période, tels que Noir c’est noir, Les Coups ou Gabrielle. Inutile de préciser que la formation de cuivres (à la fois déchaînée et élégamment arrangée) fait des merveilles à l’arrière-plan. Parmi les pépites de ce live, citons aussi quelques duos avec de jeunes loups de la variété des années 1990 – Patrick Bruel (Et puis je sais), Pascal Obispo (Rock’n’roll Attitude), Lara Fabian (Requiem pour un fou) et Florent Pagny (Le Pénitencier) –, ainsi que, dans la seconde partie du concert, une série de chansons soutenues par un orchestre symphonique (Que je t’aime, Diego, Libre dans sa tête). Signalons enfin un Medley Unplugged particulièrement séduisant, où Johnny alterne succès passés (Retiens la nuit) et plus récents (Laura). À l’image de ce morceau marathon où se mêlent diverses périodes, ainsi que des couleurs musicales bigarrées d’où émergent un harmonica et un quatuor à cordes, cet album live est d’une générosité à la mesure du charisme gargantuesque de Johnny. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 17 novembre 2014 | Warner (France)

Hi-Res Livret
Johnny. Un prénom qui se suffit à lui-même. La presse people comme la télévision en ont fait une telle cible qu’on en oublierait parfois qu’il est quand même avant tout là pour la musique… Ce qui tombe bien vu la qualité de cette cuvée 2014. Un cru du niveau de Sang pour sang, son dernier grand disque paru tout de même en 1998. Produit par Don Was, Rester vivant ne tranche guère entre les multiples obsessions de l’Idole des jeunes (rock, blues, soul et country). Et cette richesse fait de ce disque un impressionnant périple, jouant sur les ambiances, alternant les sensations et les rythmes, changeant de braquets quand nécessaire… Entouré d’un casting impressionnant de complices virtuoses de leur instrument ou de leur plume (Yodelice, Gary Wright, Maxime Nucci, Miossec, Jeanne Cherhal, Daran, Yarol, Pierre-Dominique Burgaud, Isabelle Bernal…), Johnny a rarement été aussi en confiance. Et sa voix, malgré les années, atteint de vrais sommets d’émotion et de puissance. Bref, un album impressionnant. Comme son auteur. © CM/Qobuz
CD20,49 €

Pop - Paru le 28 septembre 2018 | WM France

CD26,49 €

Variété francophone - Paru le 28 septembre 2018 | Universal Music Division Mercury Records

HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 14 octobre 2016 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1985 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio

L'interprète

Johnny Hallyday dans le magazine
  • Johnny Hallyday : vivez son concert à 180° !
    Johnny Hallyday : vivez son concert à 180° ! Venez découvrir le live Rester Vivant Tour en avant-première au cinéma le mercredi 23 novembre à 18h !
  • QIBUZ / Lundi 17 mars 2014
    QIBUZ / Lundi 17 mars 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 20 janvier 2014
    QIBUZ / Lundi 20 janvier 2014 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire,
  • Made in France
    Made in France Lavilliers, Delerm, Jamait, Voulzy, Johnny.... Impressionnante et éclectique semaine pour la chanson française !
  • QIBUZ / Lundi 21 janvier 2013
    QIBUZ / Lundi 21 janvier 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 5 novembre 2012
    QIBUZ / Lundi 5 novembre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 1er octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 1er octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 23 avril 2012
    QIBUZ / Lundi 23 avril 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 2 avril 2012
    QIBUZ / Lundi 2 avril 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 19 décembre 2011
    QIBUZ / Lundi 19 décembre 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...