Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

16,99 €
14,49 €

Electro - Paru le 17 mai 2013 | Columbia

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 étoiles Rock and Folk - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Virage à 180° pour Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ! Avec leur quatrième album, les Daft semblent boucler l'ère de la musique électronique faite sur un simple laptop dans une chambre de 10m² pour revenir à la bonne vieille méthode à l'ancienne. Célébration du beau son et hymne grandiose au mythe du studio d'enregistrement perçu comme une Mecque de la musique, ce Random Access Memories semble avoir été conçu à la fin des années 70, avec les moyens et l'hédonisme de cette époque où régnaient notamment le disco et le rock californien. Les influences on ne peut plus éclectiques s'entrecroisent comme par magie sur ce nouveau Daft : Chic, Steely Dan, Alan Parsons Project, Todd Rundgren, Pink Floyd, etc. Pour épauler le tandem francilien dans sa démarche rétro-futuriste, un impressionnant casting de stars, lui aussi éclectique, a fait le déplacement : du pape de l'italo-disco Giorgio Moroder (dont la B.O. du film Midnight Express est entrée dans la légende) à Nile Rodgers (cerveau guitariste du groupe Chic) en passant par Paul Williams (Monsieur Phantom of the Paradise en personne !), Pharrell Williams, Todd Edwards, DJ Falcon, Gonzales, Panda Bear d'Animal Collective et Julian Casablancas des Strokes, difficile de rivaliser. Au final, Random Access Memories ne lorgne pas uniquement dans le rétroviseur car le travail des deux musiciens français les plus populaires à l'étranger est bel et bien ancré dans son temps. Entre disco-futuriste et pop ovni, le résultat est impressionnant. © MD/Qobuz
13,99 €

Dance - Paru le 1 janvier 2011 | Polydor Records

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks - 3 étoiles Technikart - Sélection du Mercury Prize
James Blake n’a que 21 ans, quelques titres seulement à son actif et son nom circule déjà partout. Nouveau bidouilleur expert en dubstep, le Britannique a d'abord livré un EP envoûtant, Klavierwerke, sur le label R&S. Entre l’emblématique Burial, Kode9 ou le jeune binôme Mount Kimbie, Blake (dé)construit une techno climatique, faite de nuages de pianos floutés, de beats maladifs et de voix venues d’un autre monde. Il revisite même Feist parfois… Un nom qui risque de marquer la scène électro des années 2010's. © MZ/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Electro - Paru le 22 octobre 2012 | Warp Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Qobuzissime - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Évidemment, Flying Lotus est un sobriquet un brin plus exotique que Steven Ellison… Exotique, c’est sans doute la saveur de l’electro que ce génial producteur expérimental et DJ azimuté californien distille depuis le milieu des années 2000. Des architectures osées, jonglant entre liberté et improvisation et méandres mélodiques. Avec son nouvel album, Until The Quiet Comes, le petit neveu d’Alice Coltrane (veuve du mythique John) a épuré son art ou, du moins, fait le tri dans son cerveau continuellement en ébullition. Certes, le ton reste assez expérimental mais Flying Lotus articule chacune de ses constructions autour d’un puissant noyau soul. Et comme toujours avec lui, le lâcher-prise reste une fois de plus le meilleur moyen d’appréhender sa musique. Envoûtant.
6,99 €

Electro - Paru le 11 avril 2011 | Because Music Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection Les Inrocks - 4 étoiles Technikart - Sélection du Mercury Prize
Le groupe anglais change de rythme et de ton, tout en gardant son côté Dancefloor comme fil rouge. The English Riviera est un disque pop, littéralement époustouflant et truffé de chansons funk crépusculaires, langoureuses où l’on retrouve le feeling tant de légendes des 70’s que des clins d’œils à un diptyque “Early New Order & The Cure”.
11,99 €
7,99 €

Electro - Paru le 3 juin 2013 | Domino Recording Co

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Hi-Res Audio - Sélection du Mercury Prize
Collaborateur régulier de Brian Eno et Coldplay, également auteur de remixes pour des artistes aussi variés que David Lynch, Four Tet, Wild Beasts, Nosaj Thing et Purity Ring, Jon Hopkins est un nom qui compte dans l’electrosphère actuelle. Monstre puissant aux multiples facettes radicalement orienté dancefloor, son quatrième album, Immunity, se savoure sur la durée. L'enjeu de cet opus est d'atteindre un état euphorique à travers la musique. Inspiré par une nuit blanche épique, le disque culmine avec le titre Collider, thème techno titanesque et apocalyptique, et s'achève en douceur, avec le sublime et déchirant Immunity sur lequel chante King Creosote et qui aurait pu figurer sur l'album de leur collaboration, Diamond Mine. Au final, un enregistrement audacieux et dramatique, un voyage dans l'esprit d’Hopkins mêlant sons analogiques et organiques pour créer une dance music aussi naturelle et spontanée que possible.
13,99 €

Electro - Paru le 12 mars 2012 | 4AD

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks - Stereophile: Record To Die For
Si le terme de "witch house" (house occulte) est souvent utilisé à tort, les parties vocales fluettes et les beats discoïdes de Grimes sont peut-être ce qui se rapprocherait le plus de la définition du genre s'il devait être pris au pied de la lettre. Sur Visions, Claire Boucher développe un son unique ébauché sur Geidi Primes et Halfaxa, sur lesquels ses chansons prenaient leur envol dans l'espace un instant pour mieux attérir sur le dancefloor celui d'après. Sa voix évoquant un spectre d'enfant est toujours présente, mais Boucher a appris à maîtriser son espace et à ménager ses effets, donnant plus d'impact à sa fantaisie éthérée. Les titres les plus entraînants de Grimes sont ses plus inimitables, puisant leurs influences dans la pop des années 80 sans jamais souffrir de la comparaison. Frais et étonnamment accessible malgré ses bizarreries, Visions est simplement envoûtant. ~ Heather Phares
15,99 €
13,49 €

Electro - Paru le 25 juin 2012 | Parlophone France

Hi-Res Distinctions Victoire de la musique - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Non seulement le deuxième album de Ludovic Navarre alias St Germain paru en 2001 n’a pas pris une seule ride mais il rappelle la manière avec laquelle le musicien français était en avance sur son temps. Depuis, ce Tourist et son alliage d’electro light, de vapeur jazz, de soul raffinée et d’effluves dub ont fait école, maintes fois copiés, rarement égalés. A (re)découvrir d’urgence avec cette réédition en version remasterisée disponible aussi en Qualité Studio Masters 24 bits / 96.0 kHz !
14,99 €
9,99 €

Ambient - Paru le 8 juillet 2013 | InFiné

Hi-Res Livret + Vidéo Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Il le dit lui-même. « Ces trois dernières années, j’ai rencontré beaucoup de monde et me suis également retrouvé seul assez souvent. Je me suis perdu et me suis retrouvé à nouveau, travaillant frénétiquement. J’ai appris à organiser mon foutoir intérieur que j’ai exploité. Tohu Bohu est une représentation de mon propre chaos que j’ai exploité pour au final l’enregistrer » Avec ce deuxième album pour le label InFiné, Tohu Bohu, Erwan Castex alias Rone signe aussi une missive écrite de Berlin où il est désormais installé. Une missive à la fois planante et urbaine. Un album allemand pourtant plutôt dépourvu de sonorités allemandes justement. Un beau disque à tiroirs surtout, projet electro vraiment dense qui s’apprivoise au fil des écoutes. A noter que cette édition deluxe propose six titres inédits.
11,99 €
7,99 €

Electro - Paru le 6 avril 2015 | Combien Mille Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime
Son premier album était aussi attendu que son contenu surprendra. Après plusieurs EP aux beats soutenus et affirmés, Gabriel Legeleux alias Superpoze entre dans l’arène avec un disque planant et on ne peut plus onirique. A seulement 23 ans, le bidouilleur caennais fait ici preuve d’une maturité bluffante en superposant (sans mauvais jeu de mots) les nappes climatiques, sources d’invitation au voyage. On se retrouve comme lost in translation, nageant dans une mélancolie urbaine où la mélodie comme les harmonies sont hautement respectées. Superpoze impressionne car malgré certaines influences cernables (Jon Hopkins, Brian Eno…), il impose un son, une identité rythmique bien à lui. © MZ/Qobuz
17,99 €

Dance - Paru le 1 janvier 2011 | Polydor Records

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
James Blake n’a que 21 ans, quelques titres seulement à son actif et son nom circule déjà partout. Nouveau bidouilleur expert en dubstep, le Britannique a d'abord livré un EP envoûtant, Klavierwerke, sur le label R&S. Entre l’emblématique Burial, Kode9 ou le jeune binôme Mount Kimbie, Blake (dé)construit une techno climatique, faite de nuages de pianos floutés, de beats maladifs et de voix venues d’un autre monde. Il revisite même Feist parfois… Un nom qui risque de marquer la scène électro des années 2010's. © MZ/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Electro - Paru le 6 octobre 2014 | Warp Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Top du mois de Jazznews
Flying Lotus est un nom plus exotique que Steven Ellison. Exotique est justement la saveur de l’electro que ce passionnant producteur expérimental et DJ allumé californien distille depuis une décennie. Des architectures osées, jonglant entre liberté, improvisations et méandres mélodiques. Après Until The Quiet Comes paru en 2012 (un disque Qobuzissime !), le petit neveu d’Alice Coltrane (veuve du mythique John) offre un nouvel instantané passionnant sorti de son cerveau continuellement en ébullition. Et si le ton reste toujours assez expérimental, slalomant entre free jazz, électro, rock azimuté, rap psychédélique et soul décalée, Flying Lotus retombe toujours sur ses jambes de compositeur. En prime, il convie à son nouveau trip deux stars du hip hop : Snoop Dogg et Kendrick Lamar. © MD/Qobuz
14,99 €

Electro - Paru le 17 mai 2010 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks
Faire du neuf avec du vieux, certes… Mais pas seulement. Pour son troisième album sous pavillon LCD Soundsystem, James Murphy continue ses assemblages rock, funk et electro avec une richesse décuplée. Une sublime fête au village urbain pour un nouveau carambolage magique de ses démentes phobies de dance music rigides. Certaines se localisent très clairement dans un axe New York – Berlin : Drunk Girls est une version de White Light/White Heat du Velvet entonnée par Roxy Music, Somebody's Calling Me ressemble étrangement au Nightclubbing d’Iggy, All I Want est un inédit du Bowie berlinois comme Pow Pow est une belle révérence aux Talking Heads… Mais cette célébration classieuse n’est jamais la taxidermie gratuite d’un simple faiseur. Pas vraiment… Derrière ses machines, le cerveau de LCD Soundsystem s’affirme fin mélodiste qui ose (revendique ?) toutes ces citations pour mieux les malaxer, les travestir. En ça, This Is Happening est un grand disque de pop music à la gouaille rock’n’roll. Peu importe qu’un synthé kitsch couine ici ou qu’une batterie 80’s racle là, le bidouilleur new-yorkais conçoit le patchwork d’une fiesta en totale prise avec son temps. © MZ
13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1998 | Circa

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
Dix ans après sa naissance, Massive Attack est intouchable grâce à une esthétique et un son bien singuliers. Avec leur troisième album qui sort en avril 1998, 3D, Daddy G et Mushroom prouvent pourtant que leur trip hop n’avait pas encore bouclé sa mue… La soul du groupe de Bristol, toujours aussi mystérieuse, se fait plus sombre et moins avenante. Amenée par 3D, une cold wave vénéneuse s’immisce même dans ses veines comme sur Angel, inquiétant thème d’ouverture. Sur le dub anthracite de Risingson, l’angoisse est à son paroxysme. Même l’électro métalloïde de Disolved Girl est une séquence oppressante malgré la voix d’elfe de Sarah Jay. Sur le menaçant mais sublime Teardrop, il faut attendre l’arrivée à plus d’une minute de la fée Liz Fraser, échappée des Cocteau Twins (elle chante aussi sur Black Milk et Group Four), pour desserrer la mâchoire et entrevoir le bout du tunnel… L’omniprésence de sonorités électroniques n’empêche pourtant jamais Mezzanine de rester organique. A la sortie de ce disque fascinant auquel n’a pas participé Tricky, Mushroom quittera le navire pour divergence artistique. © Marc Zisman/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Catalogue

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Qu’il s’agisse ou non de l’acte de naissance du trip hop, Blue Lines ne ressemble à rien de connu à sa sortie en avril 91. Slalomant entre breakbeats enfumés, samples pointus (Billy Cobham, Tom Scott, Lowrell Simon, Wally Badarou…) et rap anesthésié, le premier album de Massive Attack tend des ponts inédits entre soul, reggae, dub, rock, électro et cold wave. Ce son étouffant mais fascinant s’échappant de Bristol est l’enfant d’un trio – Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom) – qui pratique l’échangisme musical, alliage de sonorités vaporeuses, de grooves comme chloroformés et d’ambiances mélancoliques voire méditatives. Une orgie onirique héritée en partie des soundsystems et qu’ils ont développée durant la décennie précédente avec le collectif Wild Bunch (avec Nellee Hooper, le producteur de Björk, notamment). Pour peindre ses Blue Lines, les Massive Attack embarquent avec eux un certain Tricky, ex-intérimaire azimuté du Wild Bunch, et des voix éclectiques comme celles du Jamaïcain Horace Andy ou de la soul sister Shara Nelson. C’est elle qui irradie Unfinished Sympathy, grandiose single porté par des violons hollywoodiens et dont le clip (un unique plan-séquence dans les rues de Los Angeles) marquera les esprits et façonnera l’identité du groupe. On trouve aussi sur Blue Lines Neneh Cherry, dans le rôle de la marraine motivant voire secouant le trio à sortir cet album, ainsi qu’une reprise de Be Thankful for What You Got de l’oublié William DeVaughn, un tube soul de 1974 rebaptisé Be Thankful for What You've Got… A l’arrivée, 3D, Daddy G et Mushroom ne se sont pas contentés de jouer aux diggers doués. Ils ont digéré leurs influences disparates pour inventer la BO d’une époque sombre et glauque dont les enfants comptent bien rester sur le dancefloor. © Marc Zisman/Qobuz
7,99 €

Electro - Paru le 11 juin 2007 | Ed Banger Records

Distinctions Victoire de la musique - Discothèque Idéale Qobuz
9,99 €

Electro - Paru le 31 janvier 2011 | Circus company

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
A seulement 21 ans, le bonhomme a tout du petit prodige… Alors que d’autres collectionnent jouent encore aux Playmobil, il se met à composer, et publie son premier EP à 17 ans sur le label new-yorkais Wolf + Lamb. Après des disques remarqués (dont un edit de The Beach de New Order), le producteur, né à New York le 10 janvier 1990 et ayant grandi à Santiago, réalise ce premier album tant attendu, Space Is Only Noise. Le jeune bidouilleur américano-chilien joue la carte de l’introspection sur des compositions véritablement déconcertantes, au sens premier du terme. En autopsiant un tel baptême du feu discographique, on se demande pourtant si le collage tant sonore qu’idéologique n’est pas juste le coup de bluff d’un singe savant citant Satie, Tzara ou Daney ! Oui, c’est par la voix de feu le grand critique de cinéma Serge Daney, conversant avec Godard, que débutent les hostilités… Même la phrase glanée sur son site personnel peut aisément faire sourire : « Hanté par Mulatu Astatké et Erik Satie, il commence à faire de la musique électronique en 2004 ». Heureusement, Nicolas Jaar lâche un vrai discours musical. Éclectique certes mais toujours hypnotique. Certains brandissent même déjà les filiations cinq étoiles, comme Aphex Twin ou Ricardo Villalobos... Ses assemblages musicaux slaloment entre minimal, electro organique, musique répétitive et cold wave. Parfois chantés ou adossés contre des collages de documents sonores, ils ne laissent guère indifférents et plaquent même carrément au sol. Chapeau ! © MZ/Qobuz
13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1995 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
Electron libre du collectif Wild Bunch puis pigiste chez Massive Attack, Adrian Thaws alias Tricky se lance en solo, quatre ans après que le public a découvert son chant caverneux sur les Blue Lines du trio de Bristol. Dès ses premiers maxis en 92, on savait le bad boy fourmillant d’idées dépassant le groove brumeux de la scène trip hop. Et Maxinquaye est l’IRM flippant de son cerveau en fusion. Conçu avec Martina Topley-Bird, égérie à la voix sensuelle, l’album mélange soul nuageuse façon Massive Attack, dub maladif, hip-hop avant-gardiste, cold wave glaciale et sonorités électroniques. En gros fan de rap (Rakim est son dieu), Tricky revisite même dans une version métalloïde bien barge le puissant Black Steel in the Hour of Chaos de Public Enemy. Il sample Isaac Hayes comme les Smashing Pumpkins, Marvin Gaye, KRS-One, LL Cool J, les Chantels et Michael Jackson, et impose sa bande-son kaléidoscopique et novatrice. Du groove en phase terminale, scarifié de partout, mais qui fascine un peu plus à chaque nouvelle écoute… © Marc Zisman/Qobuz
12,49 €

Dance - Paru le 1 janvier 1997 | Virgin Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
14,99 €

Electro - Paru le 1 janvier 1997 | Island Def Jam

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Lauréat du Mercury Prize
2nd disque de Roni Size, alias Ryan Williams, paru en octobre 1997, auquel participent les artistes du collectif Reprazent
13,99 €

Dance - Paru le 1 janvier 2003 | Universal Music Division Barclay

Distinctions Victoire de la musique - Discothèque Idéale Qobuz
Premier album d'Emilie Simon, auteur, compositeur et interprète française de musique électro-pop