La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

13,49 €
9,99 €

Jazz - Paru le 27 janvier 2017 | Contemporary

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Aussi essentiel que l’est la photo de la pochette de William Claxton, Way Out West réunit plusieurs premières pour Sonny Rollins. Enregistré le 7 mars 1957 à Los Angeles (à l’Ouest du pays, d’où le clin d’œil de cette tenue 100% western), cet album réunit le contrebassiste Ray Brown et le batteur Shelly Manne, deux géants auxquels le saxophoniste ne s’était jusqu’ici jamais frottés. Pour la première fois aussi, Rollins se passe de pianiste et inaugure ses envolées puissantes surfant sur une simple rythmique basse/batterie. Une mise en exergue inédite de son ténor (ce son !) mais qui ne fait pas pour autant passer Brown et Manne pour de simples passe-plats, bien au contraire. Le trio avance d’un seul homme, subtil dans ses échanges et les improvisations qu’il distille, surpuissant dans ses instants rythmiquement plus soutenus. A la sortie de Way Out West (la révolution Coltrane n’a pas commencé), Sonny Rollins est plus que jamais le roi de l’olympe sax. © MZ/Qobuz
15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 27 janvier 2017 | Contemporary

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Aussi essentiel que l’est la photo de la pochette de William Claxton, Way Out West réunit plusieurs premières pour Sonny Rollins. Enregistré le 7 mars 1957 à Los Angeles (à l’Ouest du pays, d’où le clin d’œil de cette tenue 100% western), cet album réunit le contrebassiste Ray Brown et le batteur Shelly Manne, deux géants auxquels le saxophoniste ne s’était jusqu’ici jamais frottés. Pour la première fois aussi, Rollins se passe de pianiste et inaugure ses envolées puissantes surfant sur une simple rythmique basse/batterie. Une mise en exergue inédite de son ténor (ce son !) mais qui ne fait pas pour autant passer Brown et Manne pour de simples passe-plats, bien au contraire. Le trio avance d’un seul homme, subtil dans ses échanges et les improvisations qu’il distille, surpuissant dans ses instants rythmiquement plus soutenus. A la sortie de Way Out West (la révolution Coltrane n’a pas commencé), Sonny Rollins est plus que jamais le roi de l’olympe sax. © Marc Zisman/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 novembre 2016 | Stax

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec la bande originale d'une série B apparemment sans grand avenir, le nom d'Isaac Hayes entre dans l'histoire. Une pédale wah-wah qui racle les fonds de casserole (Charles « Skip » Pitts), des violons jouant à cache-cache avec un bon vieux groove funky et un nom : John Shaft ! En 1971, Hayes signe la bande originale du film de Gordon Parks, Shaft, qu'il place d'entrée à la première place des charts R&B et pop. Encore aujourd'hui, le son du générique de Shaft symbolise ce groove propre au funk. Isaac Hayes inscrit peut être davantage son œuvre dans l'histoire du rhythm'n'blues et de la soul music, il lègue pourtant ici au funk un secret de cuisine incontournable. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 3 juin 2014 | Universal Music

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En pleine folie grunge, Soundgarden, grand maître du genre, se démarque un peu plus de la concurrence – en l’espèce, Nirvana – en optant pour une approche plus métallique. Avec ce robuste quatrième album qui parait en mars 1994, la bande de Chris Cornell peaufine son embardée guitaristique (dirigée de mains de maître par Kim Thayil) grâce à une production ultra-léchée, des compositions légèrement plus pop et des refrains bien plus imparables que par le passé. Avec le single Black Hole Sun, Soundgarden décrochera même le jackpot aux quatre coins du monde. Un grand disque de rock lourd. Et sans doute le meilleur du quartet de Seattle. © MD/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2014 | Barclay

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
19,49 €
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2014 | Barclay

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
26,99 €
19,49 €

Soul - Paru le 1 janvier 2014 | Motown

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Cloitré durant deux ans pour accomplir ce grand œuvre (un double album accompagné d’un EP !), Stevie Wonder atteint avec Songs In The Key Of Life qui parait en 1976 un pinacle de fusion entre soul noire et pop blanche. Au cœur d’un genre qu’il a créé à lui seul, le génie déploie sa poésie unique gorgée d’harmonies. Ces chansons renferment sophistication de l’écriture, union des genres qu’ils soient soul, funk, reggae, jazz, rock ou même classique, expérimentations instrumentales et éclectisme des thèmes abordés, légers ou graves. Un arc-en-ciel de saveurs, symphonie de tubes éclectiques, qui servira plus tard à de nombreux rappeurs. © MZ/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
C’est écrit dessus : Jazz Samba. Guère la peine d’en dire plus sur ce sommet du genre comme de la discographie du saxophoniste ténor. Enregistré en février 1962 et produit par Creed Taylor, cet album paru sur le label Verve est surtout une conception du guitariste Charlie Byrd dont le nom figure d’ailleurs logiquement aux côtés de celui de Stan Getz sur la pochette. En ce début des années 60, l’Amérique découvre alors cette fusion entre jazz et musique brésilienne. Un véritable choc esthétique, langoureux, sensuel et musicalement renversant. Le son de Getz est une caresse ferme et inspirée, les thèmes choisis (dont deux signés Jobim) offrent de vraies merveilles mélodiques et les subtiles complices (Keter Betts à la contrebasse, Buddy Deppenschmidt à la batterie, Gene Byrd – frère de Charlie – à la guitare et à la contrebasse et Bill Reichenbach aux percussions) sont tous là pour rendre l’album plus que parfait. On connait la suite : le tsunami Girl From Ipanema que Stan Getz enregistrera avec Astrud Gilberto un an plus tard, rendant l’album Getz/Gilberto paru lui aussi chez Verve tout aussi indispensable… © MD/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
25,49 €
17,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | Polydor

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,49 €
9,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Avec What's Going On, Marvin Gaye avait plongé la Motown dans l'âge adulte doté d'une conscience. Avec Let's Get It On qui parait deux ans plus tard en 1973, il revient à des considérations nettement plus sensuelles, charnelles et ouvertement sexuelles ! Sa voix sublime d'amant redoutable atteint ici des sommets d'érotisme. Entre un voile de cuivres bouillants et une accolade de violons discrets, sa soul originelle se déhanche dans un groove langoureux qui ne peut que mener l'auditeur dans un kingsize bed aux draps de soie. Magique. © MZ/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
En 1962, pour son premier disque pour le label Verve, Bill Evans est entouré de deux nouveaux complices, le batteur Shelly Manne et le contrebassiste Monty Budwig. Enregistré par le producteur Creed Taylor en août 1962, Empathy est à l’origine un disque non planifié puisque, à l’origine, Shelly Manne & His Men se produisaient au Village Vanguard de New York le même soir que le trio d’Evans. Taylor reçut l’accord de Riverside Records, le label du pianiste, d’organiser dans le studio de Rudy Van Gelder une séance avec lui, Manne et le bassiste de ce dernier, Monty Budwig. Le résultat est assez fascinant car Bill Evans apparait ici plus léger – pas pour autant moins passionnant – que sur ses disques récents. Tout est plus resserré et chaque intervention va à l’essentiel. Finalement, ce qui devait être une récréation pour les trois musiciens, une sorte de parenthèse dans leurs collaborations habituelles, se transformera en disque majeur et savoureux à déguster. Le plaisir qu’ils prennent ici est une évidence, évidence qui saute aux oreilles de l’auditeur. © MD/Qobuz