Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Cream|Wheels Of Fire

Wheels Of Fire

Cream

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Solennel, hiératique, énigmatique, bâti sur ces mélodies intemporelles dont Jack Bruce a le secret, porté par les roulements de batterie sans fin de Ginger Baker, transcendé par un solo de wah-wah inoubliable d’Eric Clapton, le déchirant « White Room » est certainement l’un des meilleurs titres du groupe, l’un de ceux qui concentre le plus, en dehors des innovations rythmiques et sonores, la magie insidieuse dont celui-ci savait miraculeusement imprégner ses compositions les plus caractéristiques.

Mais, pour autant, à l’intérieur d’une pochette monochrome cette fois-ci mais toujours aussi éxhubérante le reste de l’album studio (où le côté déjanté des textes est toujours aussi présent puisqu’en particulier Pete Brown cosigne avec Jack Bruce plus de la moitié des titres originaux) se situe pratiquement au même niveau ; de cette magnifique reprise de « Born under a bad sign » où le groupe arrive aussi à insuffler cette atmosphère troublante et décalée qui lui est si personnelle, à ces diamants bruts de bizarrerie sonique et de déconcertante oppression que sont « Pressed rat and warthog », « As you said » ou « Deserted cities of the heart » dont les guitares acoustiques, violoncelles, cloches, orgues, glockenspiel et consorts étoffent si étrangement le son de leurs timbres et résonances inattendus, sur des mélodies toutes plus improbables les unes que les autres. A l’exception peut-être de « Politician » qui, avec l’ampleur et la puissance sonore héritée de « Sunshine of your love » mais aussi une légère pesanteur rythmique (peut-être encore plus sensible sur « Sitting on the top of the world », autre reprise) préfigure aussi bien le hard-rock à venir que ses dérives ultérieures, tant lui manque ce swing énorme qui transcendait le morceau de Disraeli Gears.

En ce qui concerne la deuxième partie de l’album, si elle constitue un témoignage certes passionnant des prestations scéniques du groupe, on ne peut s’empêcher à l’écoute de ces versions à rallonge, même en appréciant à leur juste valeur les qualités techniques et musicales qui les fondaient et l’ambiance de dévotion dans laquelle elles se déroulaient, d’éprouver désormais une très certaine lassitude. A la notable et brillantissime exception (justifiant à elle seule cette partie live), d’une version concise et survitaminée, impressionnante d’allant et de cohésion, en fait quasi définitive du célèbre blues « Crossroads » de Robert Johnson : preuve que quand les trois jouaient vraiment ensemble, vite et bien (apprécions cette fois-ci, tout particulièrement, la diabolique performance de Jack Bruce bassiste vraiment hors norme), ils étaient capables dans le plus pur respect qui étaient bien sûr le leur, de dynamiter l’ancestral idiome et de poser les plus parfaits et les plus éclairants jalons du blues rock en gésine et de ses futurs rejetons.
©Copyright Music Story 2018

Plus d'informations

Wheels Of Fire

Cream

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
White Room
00:05:03

Felix Pappalardi, Producer - TOM DOWD, Engineer, StudioPersonnel - Jack Bruce, ComposerLyricist - Adrian Barber, Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - Peter Ronald Brown, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

2
Sitting On Top Of The World
00:05:01

Felix Pappalardi, Producer - Walter Vinson, ComposerLyricist - CHESTER BURNETT, Arranger, Work Arranger - Cream, MainArtist - Lonnie Chatmon, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

3
Passing The Time
00:04:37

Felix Pappalardi, Producer - Mike Taylor, ComposerLyricist - Cream, MainArtist - Peter Edward Baker, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

4
As You Said
00:04:24

Felix Pappalardi, Producer - Peter Brown, ComposerLyricist - Jack Bruce, ComposerLyricist - Cream, MainArtist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

5
Pressed Rat And Warthog
00:03:18

Felix Pappalardi, Producer - Mike Taylor, ComposerLyricist - Cream, MainArtist - Ginger Baker, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

6
Politician
00:04:16

Felix Pappalardi, Producer - TOM DOWD, Engineer, StudioPersonnel - Jack Bruce, ComposerLyricist - Adrian Barber, Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - Peter Ronald Brown, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

7
Those Were The Days
00:02:57

Felix Pappalardi, Producer - Mike Taylor, ComposerLyricist - Cream, MainArtist - Ginger Baker, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

8
Born Under A Bad Sign
00:03:13

Felix Pappalardi, Producer - Booker T. Jones, ComposerLyricist - William Bell, ComposerLyricist - Cream, MainArtist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

9
Deserted Cities Of The Heart
00:03:41

Felix Pappalardi, Producer - Jack Bruce, ComposerLyricist - Cream, MainArtist - Peter Ronald Brown, ComposerLyricist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

10
Anyone For Tennis
00:02:42

Felix Pappalardi, Producer - Martin Sharp, ComposerLyricist - Eric Clapton, ComposerLyricist - Cream, MainArtist

℗ 1968 Universal International Music B.V.

11
Crossroads (Live At Winterland, San Francisco / 1968)
00:04:19

Felix Pappalardi, Producer - TOM DOWD, Recording Engineer, StudioPersonnel - Bob Johnson, ComposerLyricist - Adrian Barber, Remix Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - BILL HALVERSON, Recording Engineer, StudioPersonnel - Joseph. M Palmaccio, Mastering Engineer, StudioPersonnel

℗ 1968 Universal International Music B.V.

12
Spoonful (Live At Winterland, San Francisco / 1968)
00:16:50

Felix Pappalardi, Producer - TOM DOWD, Recording Engineer, StudioPersonnel - WILLIE DIXON, ComposerLyricist - Eric Clapton, Guitar, Vocalist, AssociatedPerformer - Jack Bruce, Bass Guitar, Vocalist, AssociatedPerformer - Adrian Barber, Remix Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - Ginger Baker, Drums, Vocalist, AssociatedPerformer - Robert Stigwood, Producer - BILL HALVERSON, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1968 Universal International Music B.V.

13
Traintime (Live At Winterland, San Francisco / 1968)
00:07:03

Felix Pappalardi, Producer - TOM DOWD, Recording Engineer, StudioPersonnel - Jack Bruce, ComposerLyricist - Adrian Barber, Remix Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - BILL HALVERSON, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1968 Universal International Music B.V.

14
Toad (Live At Fillmore West, San Francisco / 1968)
00:16:15

Felix Pappalardi, Producer - GENE PAUL, Remix Engineer, StudioPersonnel - TOM DOWD, Recording Engineer, StudioPersonnel - Cream, MainArtist - Ginger Baker, ComposerLyricist - BILL HALVERSON, Recording Engineer, StudioPersonnel - Kevin Brady, Remix Engineer, StudioPersonnel

℗ 1968 Universal International Music B.V.

Descriptif de l'album

Solennel, hiératique, énigmatique, bâti sur ces mélodies intemporelles dont Jack Bruce a le secret, porté par les roulements de batterie sans fin de Ginger Baker, transcendé par un solo de wah-wah inoubliable d’Eric Clapton, le déchirant « White Room » est certainement l’un des meilleurs titres du groupe, l’un de ceux qui concentre le plus, en dehors des innovations rythmiques et sonores, la magie insidieuse dont celui-ci savait miraculeusement imprégner ses compositions les plus caractéristiques.

Mais, pour autant, à l’intérieur d’une pochette monochrome cette fois-ci mais toujours aussi éxhubérante le reste de l’album studio (où le côté déjanté des textes est toujours aussi présent puisqu’en particulier Pete Brown cosigne avec Jack Bruce plus de la moitié des titres originaux) se situe pratiquement au même niveau ; de cette magnifique reprise de « Born under a bad sign » où le groupe arrive aussi à insuffler cette atmosphère troublante et décalée qui lui est si personnelle, à ces diamants bruts de bizarrerie sonique et de déconcertante oppression que sont « Pressed rat and warthog », « As you said » ou « Deserted cities of the heart » dont les guitares acoustiques, violoncelles, cloches, orgues, glockenspiel et consorts étoffent si étrangement le son de leurs timbres et résonances inattendus, sur des mélodies toutes plus improbables les unes que les autres. A l’exception peut-être de « Politician » qui, avec l’ampleur et la puissance sonore héritée de « Sunshine of your love » mais aussi une légère pesanteur rythmique (peut-être encore plus sensible sur « Sitting on the top of the world », autre reprise) préfigure aussi bien le hard-rock à venir que ses dérives ultérieures, tant lui manque ce swing énorme qui transcendait le morceau de Disraeli Gears.

En ce qui concerne la deuxième partie de l’album, si elle constitue un témoignage certes passionnant des prestations scéniques du groupe, on ne peut s’empêcher à l’écoute de ces versions à rallonge, même en appréciant à leur juste valeur les qualités techniques et musicales qui les fondaient et l’ambiance de dévotion dans laquelle elles se déroulaient, d’éprouver désormais une très certaine lassitude. A la notable et brillantissime exception (justifiant à elle seule cette partie live), d’une version concise et survitaminée, impressionnante d’allant et de cohésion, en fait quasi définitive du célèbre blues « Crossroads » de Robert Johnson : preuve que quand les trois jouaient vraiment ensemble, vite et bien (apprécions cette fois-ci, tout particulièrement, la diabolique performance de Jack Bruce bassiste vraiment hors norme), ils étaient capables dans le plus pur respect qui étaient bien sûr le leur, de dynamiter l’ancestral idiome et de poser les plus parfaits et les plus éclairants jalons du blues rock en gésine et de ses futurs rejetons.
©Copyright Music Story 2018

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Magic Potion

The Black Keys

Magic Potion The Black Keys

Delta Kream

The Black Keys

Delta Kream The Black Keys

I Dream Of Christmas

Norah Jones

I Dream Of Christmas Norah Jones

...‘Til We Meet Again - Live

Norah Jones

À découvrir également
Par Cream

CREMA DELLA CREMA

Cream

Disraeli Gears

Cream

Fresh Cream

Cream

Fresh Cream Cream

Goodbye

Cream

Goodbye Cream

Lollipop

Cream

Lollipop Cream
Dans la même thématique...

Hey Hey Rise Up (feat. Andriy Khlyvnyuk of Boombox)

Pink Floyd

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Let It Be

The Beatles

Let It Be The Beatles
Les Grands Angles...
Le grunge en 10 albums

Au début des 90’s, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin de la décennie. Retour sur dix albums qui ont marqué le mouvement.

Betty Davis, la panthère funk

Sans elle, point de Macy Gray, Erykah Badu, Amy Winehouse ou Janelle Monáe ! Partie au paradis le 9 février 2022, Betty Davis reste la pionnière des soul sisters félines. La déesse funk par excellence. Egalement celle qui offrit l’électricité à un certain Miles Davis, dont elle sera l’éphémère épouse. Mais qui étais-tu Betty ?

Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

Dans l'actualité...