Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1994 | Geffen

A partir de :
CD9,99 €

Rock - Paru le 8 janvier 2021 | Mailboat Records

Fondé en 2014, le supergroupe The Circle abrite en son sein pas moins que Sammy Hagar, ancien chanteur de Montrose et Van Halen, Michael Anthony, ancien bassiste de Van Halen et de Chickenfoot, Jason Bonham, batteur pour Led Zeppelin à de multiples occasions et membre de Black Country Communion, et Vic Johnson, guitariste du groupe de rock’n’roll The BusBoys et de Sammy Hagar and the Waboritas. C’est par la scène que la formation s’est illustrée à ses débuts, accouchant notamment de l'album en public At Your Service (2015), puis d’un premier album studio, Space Between, en 2019. Et c’est par la scène que The Circle comptait bien le défendre. Mais la mise sous confinement du monde en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19 est brutalement venue contrecarrer les plans des musiciens. Coincés chez eux pendant de nombreuses semaines, ils ont alors eu l’idée, comme de très nombreux artistes, de divertir leurs fans en mettant en ligne des reprises. L’engouement général des fans a conduit le groupe à compiler ces relectures dans Lockdown 2020. Malheureusement, ces versions assez fidèles aux originaux sont évidemment grandement raccourcies (le disque ne fait que 27 minutes) et ne disposent pas toujours d’une production digne de ce nom. Il reste malgré tout plaisant d’entendre Sammy Hagar se régaler sur « Right Now », « Don’t Tell Me What Can Love Do » ou « Good Enough » (Van Halen). S’époumoner sur « Whole Lotta Rosie » de AC/DC ou « Won’t Get Fooled Again » de The Who. Ou encore de constater que même les plus grands peuvent connaître de petits moments de flottements rythmiques, comme sur « Three Little Birds » (Bob Marley). Mais il ne faut pas attendre de miracle de la part de Lockdown 2020 (un seul inédit, la très courte « Funky Feng Shui’ »), juste quelques moments de plaisir manifestement pris par des musiciens désireux de rester en forme, et leur témoignage atypique sous forme d’un concentré de jams sur une période qui ne l’est pas moins. © ©Copyright Music Story 2021
A partir de :
CD12,49 €

Rock - Paru le 19 mai 2015 | BMG Rights Management (US) LLC

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1981 | Geffen

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1982 | Geffen

A partir de :
CD12,49 €

Rock - Paru le 14 octobre 2014 | BMG Rights Management (US) LLC

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 10 mai 2019 | BMG Rights Management (US) LLC

A partir de :
CD14,99 €
Voa

Rock - Paru le 1 janvier 1984 | Geffen

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Enterprises

A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2001 | Capitol Records

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1987 | Geffen

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1999 | Track Factory

A partir de :
CD12,49 €

Rock - Paru le 25 juillet 2006 | BMG Rights Management (US) LLC

A partir de :
CD12,49 €

Rock - Paru le 16 novembre 2008 | BMG Rights Management (US) LLC

Sammy Hagar took it easy on 2006's Livin' It Up! -- maybe a bit too easy, styling himself after Jimmy Buffett's beach bongo, keeping things at a slow-rolling boil. It was a strangely appealing switch-up but it's not a big surprise that the Red Rocker returns to roaring guitars on its 2008 follow-up, Cosmic Universal Fashion. What is a bit of a surprise is just how straight-up stoopid so much of Cosmic Universal Fashion is, how Sammy desperately chases after his faded adolescence through the rose-tinted "Loud" and a staggeringly misguided cover of the Beastie Boys' "Fight for Your Right to Party," while bitching about fuddy-duddy fathers on "Switch on the Light." These fumbling stabs at rebellion all reveal his 61 years in a way that not even the electronic bluster of the opening title track does; with "Cosmic Universal Fashion," Sammy is at least trying to live in the moment instead of leaning on the past, the way he does with that teenage trilogy. Not that Sammy is any less clownish when he's partying like it's 2008: the slick "I'm on a Roll" threatens to boogie right off the tracks -- although it's a smidge better than the club-footed funk of "24365" -- but at least it feels more age-appropriate. This is all relative, of course, as this is the guy who's still churning out grunge songs like "Peephole" when he wants to seem modern, which helps make the lazy Little Feat-flavored blues "When the Sun Don't Shine" easily the standout here...but that happens to be the song closest to Livin' It Up!, and the whole idea of Cosmic Universal Fashion is to get Hagar back to his basics. But "When the Sun Don't Shine" is so effortlessly charming, it suggests that this is the road Sammy should travel these days. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1979 | Capitol Records

A partir de :
CD19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1992 | Capitol Records

A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1978 | Capitol Records

A partir de :
CD8,49 €

Hard Rock - Paru le 27 septembre 2013 | Frontiers Records

A partir de :
CD1,29 €

Rock - Paru le 11 décembre 2020 | Mailboat Records

A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1987 | Capitol Records