Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2014 | Erato - Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4F de Télérama - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
" D'une cohésion et d'une élégance sonores magnifiques, l'interprétation de l'Orchestre de Paris rappelle combien la musique de Dutilleux — au moins autant que celle d'Olivier Messiaen ou de Pierre Boulez — domine la seconde moitié du xxe siècle. Cet enregistrement délivre aussi un réconfortant bulletin de santé de l'orchestre " (Télérama / Gilles Macassar, janvier 2015) " Pour qui veut découvrir la musique de Dutilleux, ce disque flamboyant de Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris est incontournable" [...] Paavo Järvi, qui a fait de la musique française une priorité de son mandat à l'Orchestre de Paris, donne de ces différentes partitions une lecture très tenue. Acéré et flamboyant, voici l'Orchestre de Dutilleux à son meilleur. " (Classica, février 2015 / Bertrand Dermoncourt)" Quel autre chef que Paavo Järvi est aussi passionnant dans Schumann que Dutilleux ? [...] Les mélomanes habitués au geste incisif du chef estonien, à ses accents affirmés sans emphase, à ses phrasés peaufinés dans le moindre détail ne seront pas surpris par la réussite des Métaboles. [...] On attendait moins Järvi dans la Symphonie n° 1 [...] Il prend au mot le commentaire de Dutilleux : " c'est un peu comme la naissance et le déroulement d'un rêve." Il avance tel un funambule sur son fil, pied sûr et main vers le ciel." (Diapason, mars 2015 / François Laurent)
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
Paavo Järvi inaugure son nouveau mandat de chef de l’orchestre de la Tonhalle de Zürich avec un programme consacré à Messiaen. Alpha Classics va accompagner cette union extrêmement prometteuse : "J’ai toujours beaucoup admiré la musique française. […] Je considère Messiaen comme une voix très originale et absolument unique en son genre. Il suffit d’écouter trois secondes d’une de ses oeuvres pour avoir aussitôt la certitude que c’est du Messiaen. Son style est d’une clarté très reconnaissable. Dans les deux oeuvres de jeunesse de Messiaen, Les Offrandes oubliées et Le Tombeau resplendissant, la religion et le mysticisme jouent un rôle important. Si on les écoute attentivement, on remarque qu’une harmonie ne cesse de se transformer, de sorte que l’on ne peut jamais prévoir quelle note va suivre. L’harmonie de Messiaen ne produit pourtant pas l’effet de quelque chose d’expérimental, elle a un sens inéluctable et fait naître le sentiment que cette séquence d’accords n’aurait pu avoir été composée autrement." (Extraits d'un interview avec Paavo Järvi) © Alpha Classics
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 étoiles de Classica
Compositeur estonien né en 1959, Erkki-Sven Tüür écrit une musique qui se caractérise par une intense transformation énergétique. L’approche intuitive et rationnelle est synthétisée dans un système organique complet. Il est l’auteur de neuf symphonies, de dix concertos, de nombreuses œuvres de musique de chambre et d’un opéra. Dédiée à son compatriote Paavo Järvi et composée à l’occasion du 100e anniversaire de la République estonienne en 2018, la Neuvième Symphonie de Tüür dite "Mythos" est associée, selon le compositeur, à ces mythes qui naissent des nations et de la manière dont elles ont acquis leur indépendance. Il traite également de la longue histoire des peuples finno-ougriens... Paavo Järvi et son Estonian Festival Orchestra la publient en première mondiale discographique accompagnée de The Incantation of Tempest (2004), dédiée au compositeur estonien Veljo Tormis et Sow the Wind, composée en 2015, inspirée des "rafales" et des "tourbillons" climatiques... © Alpha Classics« Avec ces deux fresques tumultueuses, l'Estonien Erkki-Sven Tüür confirme sa place parmi les grands symphonistes nordiques. [...] Paavo Järvi et son orchestre estonien, précis et engagés, mettent en valeur les innombrables facettes de l'ample symphonie à la fois narrative et abstraite. [...] » (Diapason, avril 2020 / Patrick Szersnovicz)
A partir de :
CD14,49 €

Musique symphonique - Paru le 4 juin 2012 | RCA Red Seal

Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
A partir de :
CD14,49 €

Musique symphonique - Paru le 17 novembre 2014 | RCA Red Seal

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
" Le cycle Schumann de Paavo Järvi culmine dans la Symphonie n° 4 en ré mineur.[...] Elisant la deuxième version (1851), Järvi gagne en largeur sans perdre en clarté. Surtout, sa pulsation fondamentale si sûre d'elle ne cède jamais. De ce ressac ininterrompu naît un sentiment de qui-vive tenaillé par la crainte de ce qui pourrait advenir : si folie il y a, elle réside dans cette tension obsessionnelle et canalisée. La "Romance" coule, respire, mais l'inquiétude demeure. Seul le trio du Scherzo s'ouvre à une part de rêve. Cette interprétation décidément sous total contrôle, qui concentre ses forces, avance de manière quasi somnambulique dans le "Langsam" [...] Vision tout d'une pièce en un sens, mais sans conteste passionnante. " (Diapason, janvier 2015 / Rémy Louis)
A partir de :
CD7,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2015 | Sony Music Japan International

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
« [...] Sans vibrato ni artifice [...] Paavo Järvi soutient le regard d'acier de Beethoven sans jamais flancher. L'exactitude du geste frappe d'autant plus que les Brêmois sont également ultraprécis. Dans toutes leurs attaques, dans toutes leurs nuances, dans toutes leurs inflexions. [...] Un concentré de puissance vitale. Cependant, tout cela ne suffirait pas sans la logique implacable avec laquelle le chef construit chaque pièce. Et quel sens du drame. [...] Vous pensiez connaître ces partitions par cœur ? Ne sous-estimez pas la capacité du maestro à créer, mieux encore que la surprise en soi, une forme de suspense. Cinquante minutes de musique "seulement", mais cinquante minutes d'une intensité qui ne faiblit jamais.» (Diapason, juin 2015 / Nicolas Derny)
A partir de :
HI-RES32,99 €
CD23,49 €

Symphonies - Paru le 11 septembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
The music of composer Franz Schmidt fell out of the repertory after it emerged that he had been hailed by the Nazis, although he apparently never asked for the honor and was less than comfortable with it. His essentially conservative style put him out of commission for several more decades during the period of modernist repression, but there have been modest signs of a revival, including a complete cycle from conductor Neeme Järvi, leading the Chicago and Detroit Symphony Orchestras (not yet heard by this writer). Now his son Paavo weighs in with this set, leading the Frankfurt Radio Symphony Orchestra. The music will be new to most listeners, and it's attractive stuff. Its most striking feature is a radiant, optimistic tone, defined right from the first movement of the Symphony No. 1 in E major. Järvi grabs the listener's attention here and doesn't release across substantial movements that are mostly between ten and 20 minutes long. A place to start sampling would be the entr'acte, an Intermezzo from the opera Notre Dame, which exemplifies the almost mystical tone Schmidt's music retained, even amid great personal tragedy. That tragedy is explicitly addressed in Schmidt's Symphony No. 4 in C major, designed "a requiem for my daughter" by the composer; the daughter died in childbirth in 1932. That work is perhaps the most Straussian of Schmidt's symphonies with its transfigured trumpet theme at the beginning and end, but Schmidt's style, although certainly conservative by the 1930s, was not derivative of anybody. It is not so much a matter of tonality, where he is, like Mahler, sometimes pushing the edges and, at other times, innocently diatonic. Instead, it is the historical scope of his music, encompassing styles as far back as Schubert (hear the echoes of the "Great" Symphony No. 9 in C major, D. 944) in the Symphony No. 3 in A major, while living very much in the world of Strauss and Bruckner overall. Järvi and the Frankfurt Radio Symphony catch the energy in the music and display no weaknesses over a very large orchestra in these live recordings. It seems possible that this release will expand the big symphonic repertory a bit. Try the music out and speculate on this possibility. © TiVo
A partir de :
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Symphonies - Paru le 18 janvier 2019 | Sony Music Labels Inc.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Divine surprise pour cette première intégrale des sept symphonies jamais enregistrée par un orchestre français (!). [...] Capté, sur une période de cinq ans, en concert salle Pleyel (Symphonies nos 1, 6, 7) et à la Philharmonie de Paris (nos 2, 3, 4, 5), ce cycle offre de nombreux atouts. [...] dans l’ensemble une belle réussite pour l’orchestre et celui qui a tenu ses rênes de 2010 à 2016. » (Diapason, mars 2019 / Patrick Szersnovicz)
A partir de :
HI-RES9,44 €13,49 €(30%)
CD6,29 €8,99 €(30%)

Classique - Paru le 8 décembre 2017 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
A partir de :
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 novembre 2002 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Symphonies - Paru le 11 décembre 2015 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Il y a quelques semaines paraissait chez BIS le dernier volume de l'intégrale des six symphonies de Nielsen par Sakari Oramo, en tous points passionnante. Depuis quelques saisons, Paavo Järvi, à la tête du Frankfurt Radio Symphony, se plonge lui aussi dans l'univers puissant, bigarré du compositeur danois, et le fruit de son travail paraît donc aujourd'hui sous étiquette RCA. Premier atout majeur du cycle élaboré par le chef estonien, la prise de son de Rüdiger Orth et Udo Wüstendorfer, dont la qualité de définition permet une grande clarté des pupitres. De multiples détails deviennent soudain perceptibles, modifiant la perception même du style riche et foisonnant de Nielsen. La direction de Paavo Järvi insiste pareillement sur l'inventivité inépuisable de l'orchestre de Nielsen, qui devient alors un créateur à la croisée des esthétiques les plus diverses. La plus complexe de toutes, la Sixième est simplement incroyable (extraordinaire troisième mouvement, Proposta seria. Adagio). L'esthétique de «collage» propre au Danois prend par ailleurs une authentique dimension expressive : rien ne prend l'apparence du factice. Un vrai discours prend forme sous la direction du chef estonien. C'est si rare ! Dans la Cinquième, Nielsen n'est pas loin de rendre parfois un hommage attendri à son ami Sibelius. Ailleurs, on croirait entendre parfois Amériques d'Edgard Varèse, et quelques envolées lyriques peuvent même évoquer Sir Edward Elgar. Certaines crudités de l'orchestre évoquent aussi le premier Chostakovitch. En réalité, Paavo Järvi saisit tout le caractère malicieux de l'œuvre du Danois, et donne une intégrale d’une incroyable pertinence musicale, constamment passionnante. Une très grande réussite. © TG/Qobuz« Hier Beethoven, Schumann, Dutilleux, Chostakovitch. Aux quatre Diapason d'or qui faisaient de Paavo Järvi notre Artiste de l'Année 2015 s'ajoute une intégrale glorieuse des symphonies de Nielsen.» (Diapason, avril 2016)
A partir de :
HI-RES9,44 €13,49 €(30%)
CD6,29 €8,99 €(30%)

Musique symphonique - Paru le 8 décembre 2017 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« [...] Marquée par une certaine objectivité, la vision du chef estonien souligne combien les caractères fondamentaux de cette "voix très originale", comme il l'écrit, ont perduré sans céder un pouce en dépit des errances induites par les aléas de l'Histoire. [...] Le geste allant, précis, nerveux de Järvi insuffle une unité inattendue à un programme associant deux classiques et deux raretés de Hindemith. [...] Euphorisante anthologie, qui met très intelligemment en valeur de multiples jeux d'échos et de miroirs. Bravo !» (Diapason, février 2018 / Rémy Louis)
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 31 janvier 2020 | Sony Music Labels Inc.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Paavo Järvi privilégie d'abord la puissance narrative des timbres et ne relâche jamais la tension. C'est clair dès le deuxième thème du premier volet, totalement intégré à un discours tenu que le chef ne fait pas éclater en îlots expressifs. [...] L'intense engagement de la phalange nipponne et le soin porté à la caractérisation (thème central "altväterisch" du Scherzo, point faible chez Currentzis, si bien croqué et amené ici) ne font pas oublier le cri ultime, la sensation de vie, de mort et d'enfer qui manquent dans cette lecture [...]. À la fin du Scherzo, Bernstein, Haitink ou Barbirolli parviennent à une impression d'épuisement, du poids du monde porté par le compositeur sur ses épaules. Avec Paavo Järvi, cela reste un passage admirablement réalisé. [...]» (Diapason, avril 2020 / Christophe Huss)
A partir de :
CD14,49 €

Classique - Paru le 5 décembre 2018 | Sony Music Labels Inc.

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
CD14,49 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Sony Music Labels Inc.

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
CD20,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2004 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2011 | CSO Media

Distinctions Diapason d'or
Le chef d'orchestre finlandais Paavo Järvi a commencé sa collaboration avec l'Orchestre Symphonique de Cincinnati en 2001 et est à présent directeur musical honoraire de cette phalange. Le CSO a été créé en 1895 et depuis lors n'a cessé de créer de nouvelles oeuvres de compositeurs comme Debussy, Ravel, Mahler ou Bartok. Ce nouvel album, le second sur le propre label de l'orchestre, ne déroge pas à la règle, avec un programme d'oeuvres contemporaines de Erkki-Sven Tüür (né en 1959), Aulis Sallinen (né en 1935), Esa-Pekka-Salonen (né en 1958), Lepo Sumera (1950-2000) et enfin Arvo Pärt, le plus connu d'entre eux. L'atavisme du chef d'orchestre trouve là un terrain d'expression tout à fait propice et fructueux.
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2011 | CSO Media

Livret Distinctions 5 de Diapason
L'Orchestre Symphonique de Cincinnati est le cinquième plus ancien orchestre des États-Unis et s'est construit une solide réputation dans la défense et la création de la musique contemporaine américaine. Sous la direction de Paavo Järvi, l'orchestre publie un premier volume sur son label maison : CSO Media, avec une série d'enregistrements d'oeuvres du compositeur Charles Coleman (né en 1968), dont les oeuvres Streetscape et Deepwoods sont des commandes de l'orchestre.
A partir de :
CD14,49 €

Classique - Paru le 21 août 2015 | RCA Red Seal

Livret Distinctions 5 de Diapason
De toutes les symphonies de Bruckner, la Sixième est celle qui n’a subi aucune modification, aucune deuxième (ou troisième ou quatrième) version de sa plume ; c’est aussi la moins jouée. Non pas qu’il y ait un lien de cause à effet, mais les deux considérations ne sont pas à négliger… Paavo Järvi, qui fut directeur musical de l’Orchestre de la Radio de Francfort de 2006 à 2013, y revient maintenant au titre de Chef émérite et poursuit ainsi sa très intéressante intégrale des Symphonies de Bruckner. Un chef qui n’a rien à prouver et qui, assez loin du star system intempestif, sait faire, avant tout, de la musique sans gesticulation : c’est précisément le genre de qualité indispensable à une lecture brucknérienne dégagée de tout effet de manches et de grandiloquence hors de propos. L’enregistrement de cette Sixième a été réalisé en concert et en public, dans l’acoustique magique de l’Ancien Opéra de Francfort, l’une des plus somptueuses salles de concert européennes. © SM/Qobuz
A partir de :
CD14,49 €

Classique - Paru le 4 septembre 2015 | RCA Red Seal

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Voici paru le quatrième volume de ce projet d’intégrale discographique des Symphonies de Bruckner par Paavo Järvi et l’Orchestre de la Radio de Francfort, un orchestre dont il est le chef émérite après en avoir été le directeur musical de 2006 à 2013. La quatrième est connue sous le nom de « Romantique », une appellation utilisée par le compositeur lui-même qui concevait toutefois le romantisme comme une expression de la romance médiévale plutôt que comme celle de l’amour échevelé au XIXe siècle. Comme pour tant d’autres symphonies, Bruckner révisa maintes fois sa partition au cours des années, et la genèse de la Quatrième (« des » quatrièmes, pourrait-on presque dire) est même l’une des plus tortueuses. De nos jours, c’est la révision de 1878-80, plutôt que le premier jet de 1874, que l’on joue, et c’est celle qu’a enregistré Paavo Järvi – en direct et en public, mais avec quelques corrections puisées de-ci, de-là parmi les concerts de la série, histoire de gommer d’éventuels atchoums ou bruits de papiers de bonbons –, dans l’admirable acoustique du Vieil Opéra de Francfort, un imposant monument de 1880 entièrement détruit lors de la Seconde guerre mondiale, reconstruit après une initiative populaire, et rouvert cent un ans après sa fondation comme salle de concert plutôt que salle d’opéra. © SM/Qobuz

L'interprète

Paavo Järvi dans le magazine