Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Dance - Paru le 23 octobre 2020 | Mad Decent

Hi-Res
Quatrième album d'une discographie fourmillante, Music Is the Weapon est annoncé comme le dernier épisode de Major Lazer, projet mené par Diplo, Walshy Fire et Ape Drums, après le départ de Jillionaire. Comme ses prédécesseurs et notamment le dernier en date Peace Is the Mission (2015), l'intitulé comporte une référence pacifique, tandis que son contenu mélange astucieusement la musique électronique dansante (EDM), aux rythmes caribbéens et en particulier le dancehall jamaïcain.Ce sont donc sur des battements syncopés que s'illustrent, comme à l'accoutumée, les nombreux invités, à commencer par la chanteuse Alessia Cara, dont la voix mutine embaume la mélodie de « Hell or High Water ». Bien que placé en ouverture, le titre ne compte pas parmi les sept singles parus précédemment. Dès 2019, ce sont « Can't Take It from Me » (avec l'héritier Skip Marley), l'hispanique « Que Calor » (avec J Balvin et El Alfa) et la parenthèse R&B « Trigger » (chanté par Khalid), qui ont donné la couleur et la tonalité musicale métissée de Music Is the Weapon. Si les sorties successives de quatre autres extraits ont quelque peu émoussé l'effet de surprise, il n'en demeure pas moins que la sélection de douze pistes s'avère un feu d'artifice final avec des morceaux comme « Sun Comes Up » (Busy Signal et Joeboy), « Bam Bam » (French Montana et Beam), ou encore « Tiny » (avec le même Beam et Shensea), s'ajoutant aux pièces déjà connues, à savoir « Oh My Gawd » (Nicki Minaj et K4mo), « Rave de Favela » (MC Lan, Anitta et toujours Beam), « QueLoQue » (Paloma Mami), et le plus surprenant « Lay Your Head on Me », avec le chanteur Marcus Mumford, du groupe de folk britannique Mumford & Sons. Ce petit moment acoustique et électronique se glisse au milieu d'un album dédié sans répit au mariage de la danse et de l'exotisme. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2020
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Dance - Paru le 23 octobre 2020 | Mad Decent

Hi-Res
Back for a fourth round of island-blasted fun, Diplo, Walshy Fire, and new member Ape Drums deliver the tightest and most accessible offering from the Major Lazer project with the excellent Music Is the Weapon. Unsurprisingly, this set is designed to get bodies moving and it never lags in that regard. As with past Lazer efforts, Music is a star-studded affair that crosses borders and genres with an inspired cast of contributors from the worlds of pop, rap, R&B, dancehall, reggaeton, Bollywood, and Afro-beat. Traversing the globe, Major Lazer recruits North American singers Alessia Cara and Khalid, who soften their respective tracks with smooth vocals, providing comforting breaks from all the hip-shaking, which makes up the bulk of the album. Meanwhile, British folkster Marcus Mumford of Mumford & Sons makes a surprisingly appropriate appearance on the uplifting anthem "Lay Your Head on Me," which became the breakout radio crossover hit of the album. Indian singer/songwriter Rashmeet Kaur injects South Asian flair to the addictive "Jadi Buti," which hits just as hard as DJ Snake's own Bollywood-bass fusion anthem "Magenta Riddim." Later, rappers French Montana and Nicki Minaj drop verses on two standout tracks: first, Montana joins BEAM on the DJ Snake-esque thumper "Bam Bam," then Minaj pops up on all-star melee "Oh My Gawd," which shakes the floor with Nigerian artists Mr Eazi and K4mo. Busy Signal, Skip Marley, and J Balvin also service pulse-pounding moments that put the body in a trance, building the set to a dizzying frenzy on the Grammy-nominated "Rave de Favela" with MC Lan, BEAM, and Brazilian pop diva Anitta. At a compact 12 tracks, Music Is the Weapon provides just enough inspiration to get the party started, but it is so good that -- if left on repeat -- it would be enough to fuel an entire night of hedonism. © Neil Z. Yeung /TiVo
A partir de :
CD11,99 €

Électronique - Paru le 19 octobre 2018 | Third Pardee Records

A partir de :
CD8,99 €

Électronique - Paru le 1 juin 2015 | Third Pardee Records

Précédé par le single tropical "Lead On" produit par Diplo et DJ Snake, Peace is the Mission, troisième album de Major Lazer, bénéficie en outre du support d'une série animée diffusée sur la chaîne FXX, format adapté à la mise en valeur de l'alter-ego superhéros jamaicain de Diplo dont la montée en puissance lui permet désormais de recruter des invités très en vue comme Ariana Grande, Ellie Goulding ou 2Chainz. Pour autant, Diplo ne cède pas aux sirènes de la pop et continue de s'appuyer sur quelques stars dancehall et hip-hop dont Mad Cobra, Chronixx, Pusha T ou Wild Belle. © TiVo
A partir de :
CD1,99 €

Électronique - Paru le 21 mai 2012 | Major Lazer Records

Électronique - Paru le 1 juin 2015 | Third Pardee Records

Téléchargement indisponible
Sur son CV grand comme la carte de l’ex-URSS, la ligne Major Lazor a toujours été l’une des plus rentables pour Diplo. Pour le troisième épisode de ses aventures electro-dancehall, le producteur originaire de Tupelo (comme Elvis !) a sorti la grosse artillerie. Très grosse même… Surtout, Diplo jongle ici à la perfection entre productions lourdes, ouvertement archi-commerciales et très EDM et épisodes nettement plus sound-system et puristes. Même au niveau des featurings, il n’a pas lésiné et paye ici sa tournée à Travi$ Scott, 2 Chainz, Pusha T, Mad Cobra, Ellie Goulding, Tarrus Riley, Ariana Grande et quelques autres. Peace Is The Mission est donc un trip visant un seul et unique objectif : paaaaaaarty ! Et comme le machin parait un 1er juin, on se dit, sans surprise, qu’il a été pensé/calibré pour plastiquer/enflammer les dancefloors d’Ibiza à Thionville et de Goa à Berlin. Peace Is The Mission et mission accomplished donc… © MD/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Dance - Paru le 2 juillet 2021 | Mad Decent

Back for a fourth round of island-blasted fun, Diplo, Walshy Fire, and new member Ape Drums deliver the tightest and most accessible offering from the Major Lazer project with the excellent Music Is the Weapon. Unsurprisingly, this set is designed to get bodies moving and it never lags in that regard. As with past Lazer efforts, Music is a star-studded affair that crosses borders and genres with an inspired cast of contributors from the worlds of pop, rap, R&B, dancehall, reggaeton, Bollywood, and Afro-beat. Traversing the globe, Major Lazer recruits North American singers Alessia Cara and Khalid, who soften their respective tracks with smooth vocals, providing comforting breaks from all the hip-shaking, which makes up the bulk of the album. Meanwhile, British folkster Marcus Mumford of Mumford & Sons makes a surprisingly appropriate appearance on the uplifting anthem "Lay Your Head on Me," which became the breakout radio crossover hit of the album. Indian singer/songwriter Rashmeet Kaur injects South Asian flair to the addictive "Jadi Buti," which hits just as hard as DJ Snake's own Bollywood-bass fusion anthem "Magenta Riddim." Later, rappers French Montana and Nicki Minaj drop verses on two standout tracks: first, Montana joins BEAM on the DJ Snake-esque thumper "Bam Bam," then Minaj pops up on all-star melee "Oh My Gawd," which shakes the floor with Nigerian artists Mr Eazi and K4mo. Busy Signal, Skip Marley, and J Balvin also service pulse-pounding moments that put the body in a trance, building the set to a dizzying frenzy on the Grammy-nominated "Rave de Favela" with MC Lan, BEAM, and Brazilian pop diva Anitta. At a compact 12 tracks, Music Is the Weapon provides just enough inspiration to get the party started, but it is so good that -- if left on repeat -- it would be enough to fuel an entire night of hedonism. © Neil Z. Yeung /TiVo
A partir de :
CD7,99 €

Électronique - Paru le 15 avril 2013 | Major Lazer Records

Livret
Le reggae, souvenez-vous, a nécessité d’être revu et corrigé dans le goût universel pour devenir planétaire, par la grâce conjuguée de Bob Marley et de Chris Blackwell. Dans le même ordre d’idée mais en plus anecdotique, le sorcier de la production electro hip-hop Diplo s’amuse avec la musique jamaïcaine sous cette appellation, qu’il réveille de temps à autre. Ce premier effort, depuis l’album initial de 2009, creuse le sillon d’un dancehall perverti par la touche américaine et, en outre, vocalisé par des Américains et des natifs de l’île, à parts égales ou presque. Pour l’aspect « racines », Elephant Man, Vybz Kartel, Shaggy, à la rigueur Wyclef Jean. Pour la dose de hype, Santigold, Ezra Koenig de Vampire Weekend, ou encore Bruno Mars, supposés être des produits d’appel aptes à titiller les consommateurs de musique « dans les charts ». Diplo a fait ses preuves depuis longtemps, avec tout ce qui compte dans les musiques urbaines, aussi maîtrise-t-il avec aisance cet exercice de style et décore de ses fanfreluches soniques les beats de reggae digital, au point parfois de les faire presque disparaître. Ces quatorze tranches de reggae mutant dégoulinent donc de gadgets electro comme un ananas frais tranché de jus acidulé. Les basses vrillent le grand colon, les beats s’accélèrent soudain comme on appuie sur le champignon d’une GTI gonflée et les voix font le whine, cette danse du bassin dangereusement sexuelle, au milieu de ce maelstrom bruyant et roboratif. « Wind Up », poussé dans ses retranchements par Elephant Man et Opal, est symptomatique de cette frénésie. Ça tourbillonne, les sirènes se taisent soudain pour laisser une voix d’hétaïre susurrer ses appels au stupre avant que la caisse claire programmée ne vienne bousculer tout ça et entrainer l’auditeur dans une danse de Saint-Guy incontrôlable. « Jessica », avec le leader de Vampire Weekend fait un peu retomber le soufflé vers un son arty frelaté mais c’est une pause au milieu de l’album pour mieux repartir vers des rivages musclés et virils. À tout prendre, le son club que Diplo façonne ici, s’il n’est pas exempt de facilité, est certainement assumé comme tel et dans le genre, il est infiniment moins vulgaire que le traitement uniforme et boursouflé qu’inflige un David Guetta à la musique urbaine américaine depuis le début de la décennie. Quant au consensuel et universel Bruno Mars, en compagnie de Tyga et Mustic, il délivre avec « Bubble Butt » un hymne définitif aux séants rebondis, qui, somme toute, sont un élément constitutif de cette musique et de son image. Secouez-moi tout ça... © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2017
A partir de :
CD4,99 €

Dance - Paru le 11 septembre 2019 | Mad Decent

A partir de :
CD0,99 €

Électronique - Paru le 25 mars 2013 | Major Lazer Records

A partir de :
CD11,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 29 juin 2009 | Downtown Records

Tels des compagnons de route, les DJ et producteurs Diplo (l'Américain Wesley Pentz) et Switch (l'Anglais Dave Taylor) se sont rencontrés au fil de collaborations, sur le premier album de Santigold (ex Santogold) et sur ceux de M.I.A. Le concept Major Lazer a germé depuis ces différentes rencontres pour aboutir à cet album enregistré dans les prestigieux studios Tuff Gong à Kingston (Jamaïque), plus important que l'histoire brodée autour du personnage de carton pâte. Guns Don't Kill People...Lazers Do se passe très bien de la légende pour ne retenir que ce flot de rythmes trépidants envoyé par le duo. Les invités se bousculent sur chaque titre de cet album où le dancehall percute le rap et l'electro. Santigold et Mr. Lexx bondissent sur « Hold the Line », Amanda Blank et Einstein se frottent à (ou sur) « What U Like » et Vybz Kartel se distingue sur le futuriste « Pon de Floor ». Sans compter les présences de Mr. Vegas, Turbulence, Nina Sky, Ms. Thing... les stars du dancehall se pressent pour figurer au générique de cette véritable tête de pont, surprise musicale de l'année 2009. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
CD4,99 €

Électronique - Paru le 1 juin 2017 | Third Pardee Records

Continuing to tease fans leading up to the release of their fourth full-length, Music Is the Weapon, EDM supergroup Major Lazer released the six-song Know No Better EP at the beginning of June in 2017. Typical of Major Lazer's genre-blending style and their mission to bring the world closer together by making the party bigger, the songs combine elements of dancehall reggae, house, trap, reggaeton, pop, and R&B. The title track features rappers Travis Scott and Quavo as well as pop singer Camila Cabello, and "Buscando Huellas" includes appearances from Colombian star J Balvin and dancehall veteran Sean Paul. The EP's energetic high point is the boisterous "Jump" (with Busy Signal), and the relatively cooled-off (but still entrancing) "Sua Cara" follows, adding some Brazilian flavor courtesy of guests Anitta and Pabllo Vittar. Jidenna, Machel Montano, and Konshens are among the additional names invited to the party. The guest list is extensive by most standards, but Major Lazer still manage to make it seem casual and effortless. Short and solid, the EP does exactly what fans expect, and it's all the better for it. © Paul Simpson /TiVo
A partir de :
CD1,29 €

Électronique - Paru le 28 janvier 2017 | Third Pardee Records

A partir de :
CD1,29 €

Pop - Paru le 22 juillet 2016 | Third Pardee Records

Électronique - Paru le 1 juin 2015 | Third Pardee Records

Téléchargement indisponible
Précédé par le single tropical "Lead On" produit par Diplo et DJ Snake, Peace is the Mission, troisième album de Major Lazer, bénéficie en outre du support d'une série animée diffusée sur la chaîne FXX, format adapté à la mise en valeur de l'alter-ego superhéros jamaicain de Diplo dont la montée en puissance lui permet désormais de recruter des invités très en vue comme Ariana Grande, Ellie Goulding ou 2Chainz. Pour autant, Diplo ne cède pas aux sirènes de la pop et continue de s'appuyer sur quelques stars dancehall et hip-hop dont Mad Cobra, Chronixx, Pusha T ou Wild Belle. © TiVo
A partir de :
CD1,49 €

Électronique - Paru le 4 septembre 2015 | Third Pardee Records

Électronique - Paru le 18 juin 2013 | Major Lazer Records

Téléchargement indisponible

Alternatif et Indé - Paru le 16 juin 2009 | Downtown - Interscope

Téléchargement indisponible
Pan-American dance diplomats Diplo and Switch moved from Brazilian baile funk and Baltimore club music to Jamaican dancehall for Guns Don't Kill People... Lazers Do, the debut album for their Major Lazer project. (There was also a one-off Top Ten hit and Grammy-nominated Record of the Year in there too, for M.I.A.'s "Paper Planes.") The results are excellent standard-bearers for dancehall, displaying the duo's ample facility for floating the type of productions that have made dancehall the most experimental and extreme type of commercial dance music since it dawned in the mid-'80s. Inveterate DJs and music fans, both Diplo and Switch are well versed in the style, and they apparently had no difficulty recruiting dancehall's best and brightest for features, including vocalists Mr. Lex, Ms. Thing, and Mr. Vegas as well as production powerhouse Vybz Kartel (they also lured in a pair of non-dancehall types, Santigold and Amanda Blank). As other producers have known, including the Bug and DJ /rupture, dancehall music is perfect for experimentalist dance producers. It's a careening and unpredictable style, where hooks can be fashioned from any noises: sirens, horns, vocal tags, horses neighing, cellphones buzzing, babies crying, and of course, lasers. The beats are pummeling, equally reliant on digital pulses and martial snares, but they drop out often (the better to lay down some more offbeat effects). The productions here conform to dancehall more than they play against type, even spreading to the affectionately silly weed anthem "Mary Jane" and a pair of slack (aka sex-heavy) tracks, "Bruk Out" and "What U Like." (Unfortunately, on the latter, an epic battle of the sexes between Einstein and indie rap sensation Amanda Blank never materializes.) The highlights come early on, when Santigold and Mr. Lex combine fiercely on the opening "I'll Make Ya" (aka "Hold the Line"), and also on "Anything Goes," where Turbulence earns his sobriquet with a screaming extroverted performance over Major Lazer's hailstorm of beats and sweeping strings. Side two encompasses everything from Auto-Tuned dance-pop to a production tour de force on "Pon de Floor," with Major Lazer joined by Vybz Kartel. It's as much as could be expected from the high expectations brought by all the participants, and considering the rumors of more productions and guests that didn't see the light, it's likely there'll be more to come. © John Bush /TiVo
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Dance - Paru le 26 mars 2020 | Mad Decent

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Funk - Paru le 15 février 2020 | WM Brazil

Hi-Res

L'interprète

Major Lazer dans le magazine