Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Tears For Fears - Songs From The Big Chair

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

C’est l’album le plus connu et vendu de Tears For Fears. Paru en 1985 et deuxième opus du groupe, Songs From The Big Chair  doit son nom à une série américaine diffusée à la fin des années 70, « Sybil », dont le sujet est le parcours d’une jeune femme souffrant de multiples troubles de la personnalité, et qui se sent rassuré en s’asseyant sur une grande chaise (« big chair » en anglais) lorsqu’elle est en séance d’analyse. Cette grande chaise remplit la fonction du divan. Après leur premier album The Hurting, les références à la psychanalyse et aux difficultés de vivre restent présentes. « Shout », le tube le plus célèbre du groupe , est le premier titre de Songs From The Big Chair. Le ton est donné : « Shout » signifie « Cries ! », le fameux cri  primal que préconisait Arthur Janov dont les idées en matière de traitement psychanalytique ont servi d’inspiration au groupe pour se donner un nom.

« The Working hour » débute sur une longue introduction au saxophone doublée de nappes et d’arpèges au synthétiseur, comme si les deux instruments dialoguaient librement avant l’arrivée d’une batterie électronique imposant un tempo régulier. Les effets sonores des synthétiseurs et du piano électrique se marient parfaitement au son de la guitare électrique et du saxophone. Il faut attendre 2 minutes pour entendre la voix de Roland Orzabal, signe d’un changement de format dans la conception d’un morceau pour le groupe. La fin laisse à nouveau la place au saxophone qui se lance dans une improvisation habituellement rencontrée durant le pont d’une chanson ou dans les pratiques musicales des jazzmen.

« Everybody wants to rule the world » est le deuxième hit single tiré de l’album. C’est certainement le titre le plus dansant de Tears For Fears. le plus conventionnel aussi, collant aux besoins du marché de l’époque. Le thème abordé n’a pourtant rien de léger, puisque le morceau évoque le pouvoir politique et ses dérives, avec en toile de fond une guerre froide finissante et Ronald Reagan président décrié des Etats-Unis

« Mothers talk » reprend le sujet d’une enfance difficile, thème de prédilection pour Orzabal et Smith. La musique leur sert véritablement de thérapie pour évacuer leurs souffrance familiale. L’intérêt musical de cette composition réside dans sa fin inattendue, rupture totale avec le reste de la pièce : une sorte de malstrom sonore et vocal prend place après un break, comme pour créer une impression de trouble divagatoire chez l’auditeur, en écho aux troubles psychologiques vécus par les membres fondateurs du groupe.

A cet endroit de l’album, Tears For Fears va opter pour des choix esthétiques résolument tournés vers l’expérimentation, en laissant de côtés les impératifs liés aux nécessités de faire des tubes à la chaîne. D’abord, tous les titres restants s’enchaînent sans aucune interruption. Ils correspondent à la face B de la version vinil.  « I believe » ouvre la série. Cette ballade aux allures jazzy est ponctuée de points de suspension sonore (saxophone, puis percussion, puis à nouveau saxophone) avant de sombrer dans «Broken » après une nappe de synthétiseur au climat étrange.

Autre innovation, « Broken » englobe littéralement « Head over heels ». Leur point de liaison est la trame harmonique et un thème mélodique exposé dans « Broken » et  repris en ouverture de « Head over heels » ainsi qu’à la fin  en présence d’un chœur. Leur différence réside dans un changement de tempo qui assure leur transition. A signaler que « Broken » correspond  à une version Live. Le mixage et la prise de son atteignant une qualité qui dénote un réel souci d’accorder une attention particulière à la production.

Enfin, le titre « Listen » conclut l’album, s’enchaînant après « Broken ». C‘est une ballade qui mélange plusieurs influences, dont celle des chants lyriques (voix échantillonnées) et des chants et rythmes africains.  Les moments de ponctuations sont nombreux dans la première moitié de la composition, contrairement à la fin qui amplifie une émotion auditive jusqu’au couperet final mis en effet de  réverbération.

Album de la consécration, Songs From The Big Chair est aussi pour Tears For Fears un moment-clé qui leur a permis d’approfondir et définir leur style musical, de catalyser des souffrances personnelles pour mieux les dépasser, et de bénéficier d’une production hors-pair en terme de qualité sonore pour l’époque. S’il n’y avait qu’un album de Tears For Fears à retenir, ce serait celui-ci.
© ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2017

Plus d'informations

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Shout
Tears For Fears
00:06:33

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1985 Mercury Records Limited, Mit freundlicher Genehmigung: Universal Music International Division - a division of Universal Music GmbH

2
The Working Hour
Tears For Fears
00:06:31

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Immanuel Elias, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1985 Mercury Records Limited

3
Everybody Wants To Rule The World
Tears For Fears
00:04:11

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Christopher Merrick Hughes, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1985 Mercury Records Limited, Mit freundlicher Genehmigung: Universal Music Group, Inc.

4
Mothers Talk
Tears For Fears
00:05:07

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - BOB CLEARMOUNTAIN, Mixer, StudioPersonnel - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1984 Mercury Records Limited

5
I Believe
Tears For Fears
00:04:56

Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Will Gregory, Saxophone, AssociatedPerformer - Christopher Merrick Hughes, Producer - Tears For Fears, MainArtist - Manny Elias, Drums, AssociatedPerformer

℗ 1985 Mercury Records Limited

6
Broken
Tears For Fears
00:02:39

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1985 Mercury Records Limited

7
Head Over Heels / Broken
Tears For Fears
00:05:01

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1985 Mercury Records Limited

8
Listen
Tears For Fears
00:06:55

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - Dave Bascombe, Engineer, StudioPersonnel - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 1984 Mercury Records Limited

9
Shout (2014 Steven Wilson Mix)
Tears For Fears
00:06:35

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

10
The Working Hour (2014 Steven Wilson Mix)
Chris Hughes
00:06:34

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Immanuel Elias, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

11
Everybody Wants To Rule The World (2014 Steven Wilson Mix)
Chris Hughes
00:04:13

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Christopher Merrick Hughes, ComposerLyricist - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

12
Mothers Talk (2014 Steven Wilson Mix)
Chris Hughes
00:05:08

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - BOB CLEARMOUNTAIN, Remixer, StudioPersonnel - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

13
I Believe (2014 Steven Wilson Mix)
Tears For Fears
00:04:55

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Chris Hughes, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Christopher Merrick Hughes, Producer - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

14
Broken (2014 Steven Wilson Mix)
Tears For Fears
00:02:38

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

15
Head Over Heels (2014 Steven Wilson Mix)
Tears For Fears
00:04:55

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer - Chris Hughes, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Christopher Merrick Hughes, Producer - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

16
Listen (2014 Steven Wilson Mix)
Chris Hughes
00:06:57

Neil Taylor, Guitar, AssociatedPerformer - Curt Smith, Bass Guitar, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ian Stanley, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Chris Hughes, Producer, Drums, AssociatedPerformer - ROLAND ORZABAL, Guitar, Keyboards, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steven Wilson, Remixer, StudioPersonnel - Tears For Fears, MainArtist

℗ 2014 Mercury Records Limited

Descriptif de l'album

C’est l’album le plus connu et vendu de Tears For Fears. Paru en 1985 et deuxième opus du groupe, Songs From The Big Chair  doit son nom à une série américaine diffusée à la fin des années 70, « Sybil », dont le sujet est le parcours d’une jeune femme souffrant de multiples troubles de la personnalité, et qui se sent rassuré en s’asseyant sur une grande chaise (« big chair » en anglais) lorsqu’elle est en séance d’analyse. Cette grande chaise remplit la fonction du divan. Après leur premier album The Hurting, les références à la psychanalyse et aux difficultés de vivre restent présentes. « Shout », le tube le plus célèbre du groupe , est le premier titre de Songs From The Big Chair. Le ton est donné : « Shout » signifie « Cries ! », le fameux cri  primal que préconisait Arthur Janov dont les idées en matière de traitement psychanalytique ont servi d’inspiration au groupe pour se donner un nom.

« The Working hour » débute sur une longue introduction au saxophone doublée de nappes et d’arpèges au synthétiseur, comme si les deux instruments dialoguaient librement avant l’arrivée d’une batterie électronique imposant un tempo régulier. Les effets sonores des synthétiseurs et du piano électrique se marient parfaitement au son de la guitare électrique et du saxophone. Il faut attendre 2 minutes pour entendre la voix de Roland Orzabal, signe d’un changement de format dans la conception d’un morceau pour le groupe. La fin laisse à nouveau la place au saxophone qui se lance dans une improvisation habituellement rencontrée durant le pont d’une chanson ou dans les pratiques musicales des jazzmen.

« Everybody wants to rule the world » est le deuxième hit single tiré de l’album. C’est certainement le titre le plus dansant de Tears For Fears. le plus conventionnel aussi, collant aux besoins du marché de l’époque. Le thème abordé n’a pourtant rien de léger, puisque le morceau évoque le pouvoir politique et ses dérives, avec en toile de fond une guerre froide finissante et Ronald Reagan président décrié des Etats-Unis

« Mothers talk » reprend le sujet d’une enfance difficile, thème de prédilection pour Orzabal et Smith. La musique leur sert véritablement de thérapie pour évacuer leurs souffrance familiale. L’intérêt musical de cette composition réside dans sa fin inattendue, rupture totale avec le reste de la pièce : une sorte de malstrom sonore et vocal prend place après un break, comme pour créer une impression de trouble divagatoire chez l’auditeur, en écho aux troubles psychologiques vécus par les membres fondateurs du groupe.

A cet endroit de l’album, Tears For Fears va opter pour des choix esthétiques résolument tournés vers l’expérimentation, en laissant de côtés les impératifs liés aux nécessités de faire des tubes à la chaîne. D’abord, tous les titres restants s’enchaînent sans aucune interruption. Ils correspondent à la face B de la version vinil.  « I believe » ouvre la série. Cette ballade aux allures jazzy est ponctuée de points de suspension sonore (saxophone, puis percussion, puis à nouveau saxophone) avant de sombrer dans «Broken » après une nappe de synthétiseur au climat étrange.

Autre innovation, « Broken » englobe littéralement « Head over heels ». Leur point de liaison est la trame harmonique et un thème mélodique exposé dans « Broken » et  repris en ouverture de « Head over heels » ainsi qu’à la fin  en présence d’un chœur. Leur différence réside dans un changement de tempo qui assure leur transition. A signaler que « Broken » correspond  à une version Live. Le mixage et la prise de son atteignant une qualité qui dénote un réel souci d’accorder une attention particulière à la production.

Enfin, le titre « Listen » conclut l’album, s’enchaînant après « Broken ». C‘est une ballade qui mélange plusieurs influences, dont celle des chants lyriques (voix échantillonnées) et des chants et rythmes africains.  Les moments de ponctuations sont nombreux dans la première moitié de la composition, contrairement à la fin qui amplifie une émotion auditive jusqu’au couperet final mis en effet de  réverbération.

Album de la consécration, Songs From The Big Chair est aussi pour Tears For Fears un moment-clé qui leur a permis d’approfondir et définir leur style musical, de catalyser des souffrances personnelles pour mieux les dépasser, et de bénéficier d’une production hors-pair en terme de qualité sonore pour l’époque. S’il n’y avait qu’un album de Tears For Fears à retenir, ce serait celui-ci.
© ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2017

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par Tears For Fears

Head Over Heels

Tears For Fears

Head Over Heels Tears For Fears

The Seeds Of Love (Super Deluxe)

Tears For Fears

The Seeds Of Love

Tears For Fears

The Seeds Of Love Tears For Fears

The Hurting

Tears For Fears

The Hurting Tears For Fears

Live in Concert (feat. Oleta Adams)

Tears For Fears

Dans la même thématique...

Springtime in New York: The Bootleg Series, Vol. 16 / 1980-1985 (Deluxe Edition)

Bob Dylan

Letter To You

Bruce Springsteen

Letter To You Bruce Springsteen

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road (Super Deluxe Edition)

The Beatles

Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

“Back in Black” : AC/DC en pleine lumière

Avec ses 50 millions d’exemplaires, “Back in Black” est le deuxième album le plus vendu au monde, juste derrière “Thriller” de Michael Jackson ! Qui aurait imaginé que ce septième opus studio d’AC/DC arborerait un tel palmarès alors que son charismatique chanteur Bon Scott est mort prématurément après la sortie de “Highway to Hell”. La fin du tome 1 mais surtout le début du tome 2 dont les fans du gang australien continuent aujourd’hui à tourner les pages…

Daft Punk, plus rien à ajouter ?

Huit ans après “Random Access Memories”, qui transcendait le concept artistique lancé avec “Homework” en 1995, les Daft Punk ont dit stop. Comme s’il n’y avait plus de réinvention possible après ce dernier album, point d’orgue d’une carrière en forme de tribute à la pop culture des années 1970 et 1980.

Dans l'actualité...