Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Giuseppe Grazioli|Italian Soundtracks

Italian Soundtracks

Giuseppe Grazioli

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

« Ma plus grande joie, c’est quand quelqu’un me dit : ‘Votre film, c’est mon histoire’. » Ainsi parlait le grand réalisateur Ettore Scola lorsqu’il évoquait les liens étroits entre son cinéma et le public. A l’écoute du présent disque, on imagine qu’un auditeur italien (ou tout simplement un cinéphile de n’importe quelle nationalité) pourrait dire à Giuseppe Grazioli : « Votre album, c’est mon histoire. » Le chef d’orchestre milanais a sélectionné les 12 morceaux avec une grande intelligence et ouverture d’esprit, à tel point que cette compilation ressemble à un merveilleux voyage dans la grande époque du cinéma transalpin. On notera toutefois l’absence de Nino Rota. Giuseppe Grazioli ayant travaillé sur les enregistrements intégraux du compositeur fétiche de Fellini durant les années 2010, on comprend qu’il ait voulu le laisser un peu tranquille.

C’est le son lyrique et généreux de la musique de film italienne que le chef d’orchestre a d’abord voulu mettre en valeur, avec l’aide d’un orchestre qui déclame des mélodies, connues ou moins connues, dans un souffle à la fois grandiose et sophistiqué. La mélodie pour hautbois de Anonimo Veneziano (qui ouvre l’album), composée par Stelvio Cipriani, est une sorte d’hymne pour de nombreux Italiens, au même titre que certains airs de Verdi ou Puccini. Mais Italian Soundtracks s’offre également (certes plus rarement) quelques incursions dans le jazz, en particulier dans La Notte Brava d’après Pasolini (1959, musique de Piero Piccioni). On trouvera également un morceau à la construction étonnante et totalement inclassable, tiré d’un film de Valerio Zurlini (Cronaca familiare, 1962). L’aria à la manière de Bach que Goffredo Petrassi a écrit pour ce long-métrage a la caractéristique de prendre petit à petit une forme trouble, voire angoissante. Petrassi a l’audace de passer du baroque au contemporain dans le même titre.

Enfin, le disque ne fait pas l’impasse sur deux stars du genre : Ennio Morricone bien sûr (Le Clan des Siciliens, 1969 – petit clin d’œil aux cousins français) et Armando Trovajoli. De ce dernier, on appréciera Profumo di Donna, ainsi que la suite tirée de C’eravamo Tanto Amati (les deux films datent de 1974). L’orgue et la guitare folk laissent la place au piano et à toutes les couleurs de l’orchestre symphonique. En d’autres termes, ce n’est pas une frêle nostalgie qui est à l’œuvre dans cet album, mais le souvenir puissant d’un âge d’or musical et cinématographique révolu. De nostalgie, il est également question dans La Famiglia de Scola (1987), sorte de chant du cygne du grand cinéma italien. A l’autre bout de la chaîne du temps, on trouvera les musiques enlevées d’Alessandro Cicognini, comme celle de Totò, Peppino e i fuorilegge (1956), ainsi que Pane, amore e...,  comédie de Dino Risi, sortie en 1955. Pour cette dernière BO, c’est une certaine tradition musicale italienne qui est à l’honneur, grâce à son « folklore imaginaire », comme dirait Béla Bartók. Cet album dans son ensemble prouve que la musique de film est l’un des nouveaux folklores d’une nation, un folklore qui a la particularité de s’inspirer à la fois de la musique populaire et des grands classiques (Vivaldi, Donizetti, Verdi, Puccini). Pour Giuseppe Grazioli, « le but était entre autres de redonner dignité à ces compositeurs trop souvent considérés comme étant de seconde zone. C’est pourquoi on les a traités comme si c'était du… Mahler ou du Strauss. Sans aucun préjugé et en soignant particulièrement le son ». Bravo Maestro ! ©Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Italian Soundtracks

Giuseppe Grazioli

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Suite from Anonimo veneziano
00:05:56

William Ross, Arranger - Stelvio Cipriani, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

2
La notte brava
00:05:34

Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Gianluca Podio, Orchestrator - Piero Piccioni, Composer - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

3
Pane, amore e...
00:03:32

Alessandro Cicognini, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Gianluca Podio, Orchestrator - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

4
Suite from Il clan dei Siciliani
00:04:06

Ennio Morricone, Composer - William Ross, Arranger - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

5
Suite from La famiglia
00:07:28

Armando Trovajoli, Composer - Maurizio Abeni, Arranger - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

6
Venere imperiale
00:05:19

Fabio Gurian, Orchestrator - Angelo Francesco Lavagnino, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

7
Cronaca familiare
00:04:51

Goffredo Petrassi, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

8
Totò, Peppino e i fuorilegge
00:03:15

Alessandro Cicognini, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Gianluca Podio, Orchestrator - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

9
Suite from C’eravamo tanto amati
00:07:49

Armando Trovajoli, Composer - Maurizio Abeni, Arranger - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

10
Senza famiglia, nullatenenti cercano affetto
00:02:28

FIORENZO CARPI, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist - Marco Mojana, Arranger

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

11
Suite from Profumo di donna
00:04:14

William Ross, Arranger - Armando Trovajoli, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

12
More (Theme from Mondo cane)
00:03:31

William Ross, Arranger - Riz Ortolani, Composer - Nino Oliviero, Composer - Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, Orchestra - Giuseppe Grazioli, Conductor, MainArtist

Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, © 2021 Giuseppe Grazioli Under exclusive license to Warner Music Italy, a Warner Music Group Company, ℗ 2021 Giuseppe Grazioli

Descriptif de l'album

« Ma plus grande joie, c’est quand quelqu’un me dit : ‘Votre film, c’est mon histoire’. » Ainsi parlait le grand réalisateur Ettore Scola lorsqu’il évoquait les liens étroits entre son cinéma et le public. A l’écoute du présent disque, on imagine qu’un auditeur italien (ou tout simplement un cinéphile de n’importe quelle nationalité) pourrait dire à Giuseppe Grazioli : « Votre album, c’est mon histoire. » Le chef d’orchestre milanais a sélectionné les 12 morceaux avec une grande intelligence et ouverture d’esprit, à tel point que cette compilation ressemble à un merveilleux voyage dans la grande époque du cinéma transalpin. On notera toutefois l’absence de Nino Rota. Giuseppe Grazioli ayant travaillé sur les enregistrements intégraux du compositeur fétiche de Fellini durant les années 2010, on comprend qu’il ait voulu le laisser un peu tranquille.

C’est le son lyrique et généreux de la musique de film italienne que le chef d’orchestre a d’abord voulu mettre en valeur, avec l’aide d’un orchestre qui déclame des mélodies, connues ou moins connues, dans un souffle à la fois grandiose et sophistiqué. La mélodie pour hautbois de Anonimo Veneziano (qui ouvre l’album), composée par Stelvio Cipriani, est une sorte d’hymne pour de nombreux Italiens, au même titre que certains airs de Verdi ou Puccini. Mais Italian Soundtracks s’offre également (certes plus rarement) quelques incursions dans le jazz, en particulier dans La Notte Brava d’après Pasolini (1959, musique de Piero Piccioni). On trouvera également un morceau à la construction étonnante et totalement inclassable, tiré d’un film de Valerio Zurlini (Cronaca familiare, 1962). L’aria à la manière de Bach que Goffredo Petrassi a écrit pour ce long-métrage a la caractéristique de prendre petit à petit une forme trouble, voire angoissante. Petrassi a l’audace de passer du baroque au contemporain dans le même titre.

Enfin, le disque ne fait pas l’impasse sur deux stars du genre : Ennio Morricone bien sûr (Le Clan des Siciliens, 1969 – petit clin d’œil aux cousins français) et Armando Trovajoli. De ce dernier, on appréciera Profumo di Donna, ainsi que la suite tirée de C’eravamo Tanto Amati (les deux films datent de 1974). L’orgue et la guitare folk laissent la place au piano et à toutes les couleurs de l’orchestre symphonique. En d’autres termes, ce n’est pas une frêle nostalgie qui est à l’œuvre dans cet album, mais le souvenir puissant d’un âge d’or musical et cinématographique révolu. De nostalgie, il est également question dans La Famiglia de Scola (1987), sorte de chant du cygne du grand cinéma italien. A l’autre bout de la chaîne du temps, on trouvera les musiques enlevées d’Alessandro Cicognini, comme celle de Totò, Peppino e i fuorilegge (1956), ainsi que Pane, amore e...,  comédie de Dino Risi, sortie en 1955. Pour cette dernière BO, c’est une certaine tradition musicale italienne qui est à l’honneur, grâce à son « folklore imaginaire », comme dirait Béla Bartók. Cet album dans son ensemble prouve que la musique de film est l’un des nouveaux folklores d’une nation, un folklore qui a la particularité de s’inspirer à la fois de la musique populaire et des grands classiques (Vivaldi, Donizetti, Verdi, Puccini). Pour Giuseppe Grazioli, « le but était entre autres de redonner dignité à ces compositeurs trop souvent considérés comme étant de seconde zone. C’est pourquoi on les a traités comme si c'était du… Mahler ou du Strauss. Sans aucun préjugé et en soignant particulièrement le son ». Bravo Maestro ! ©Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Abba Gold Anniversary Edition

ABBA

Super Trouper

ABBA

The Essential Collection

ABBA

Abba

ABBA

Abba ABBA
À découvrir également
Par Giuseppe Grazioli

Rota: Orchestral Works

Giuseppe Grazioli

Rota: Orchestral Works Giuseppe Grazioli

Kurt Weill: L’opera da tre soldi / Fiorenzo Carpi: Circus Suite / Nino Rota: Ogni anno punto e da capo

Giuseppe Grazioli

Nino Rota : Orchestral Works (Vol. 1)

Giuseppe Grazioli

Nino Rota : Orchestral Works (Vol. 4)

Giuseppe Grazioli

Rota: Orchestral Works Vol. 6

Giuseppe Grazioli

Rota: Orchestral Works Vol. 6 Giuseppe Grazioli
Dans la même thématique...

The Art and Soul of Dune (Companion Book Music)

Hans Zimmer

TRON: Legacy - The Complete Edition

Daft Punk

Dune (Original Motion Picture Soundtrack)

Hans Zimmer

A Star Is Born Soundtrack

Lady Gaga

Interstellar (Original Motion Picture Soundtrack)

Hans Zimmer

Les Grands Angles...
Giuseppe Grazioli dirige Nino Rota

En 2013, Decca publiait le premier volume de l’intégrale des œuvres orchestrales de Nino Rota avec, à la baguette, Giuseppe Grazioli. Entre la parution du cinquième opus (avec "La Strada" pour locomotive) et la préparation du sixième, le chef d’orchestre milanais évoque cette passionnante, gigantesque et indispensable entreprise.

Queen, un groupe équitable

Trente ans après la mort de Freddie Mercury, Qobuz revient sur le parcours de Queen, souvent réduit à la personnalité de son chanteur, mais qui était bien la réunion de quatre musiciens exceptionnels au sein d’un groupe équitable. C’est ce que Brian May et Roger Taylor (sans John Deacon parti à la retraite) se sont attaché à démontrer depuis la disparition de leur flamboyant frontman le 24 novembre 1991.

Jean-Michel Jarre, 50 ans de musique électronique

Pour célébrer ses 50 ans de carrière, Jean-Michel Jarre a sorti en 2018 l’édifiante compilation “Planet Jarre”, une quarantaine de titres qui mettent en relief la trajectoire tracée par le pionnier de la musique électronique. L’occasion de revenir sur ses cinq décennies durant lesquelles le Français a dévoilé toutes les facettes de sa personnalité d’artiste, savant fou, précurseur, amateur de coups d’éclat, militant et désormais porte-flambeau des auteurs face aux géants du Web.

Dans l'actualité...