Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 janvier 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music
Sharon Van Etten aura attendu cinq ans avant de donner une suite à Are We There, son album de 2014 sur lequel elle jonglait brillamment avec l’héritage de Cat Power, Nick Cave, John Cale, Joan As Police Woman, St. Vincent, Feist et Fiona Apple. Un disque où l’Américaine était surtout elle-même. Ce qu’elle confirme avec Remind Me Tomorrow conçu alors que son emploi du temps débordait de partout entre un rôle dans la série The OA, l’écriture de la BO du film Strange Weather de Katherine Dieckmann, la musique du show de la comédienne Tig Notaro, la préparation d’un diplôme de psycho, une apparition dans la série Twin Peaks et la naissance de son premier enfant !L’énergie est justement au cœur de cette cuvée 2019 dont les arrangements sont signés John Congleton. Le producteur est sans doute à l’origine de séquences bien plus rythmées qu’à l’accoutumée, à l’image du single Comeback Kid. Moins de méditations minimalistes et plus d’affirmations revendiquées, Sharon Van Etten n’a pas perdu pour autant sa singularité en chemin. Et ce qu’elle injecte ici dans son vin n’a jamais le goût d’eau. Congleton a su trouver la texture sonore parfaite pour rendre l’univers folk gothique de la chanteuse encore plus puissant et charmeur. De quoi faire grandir davantage une des artistes les plus douées de sa génération. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 avril 2021 | Ba Da Bing!

En 2009, Sharon Van Etten secoue la planète de l’indie folk avec Because I Was In Love, un premier album qui n’impose pas sa lourdeur d’âme et d’amours déçus. Un disque porté par la beauté immaculée de ses mélodies. Comme une Beth Orton nue, une Cat Power pré-pubère ou une Alela Diane citadine, la folkeuse de Brooklyn utilise sa voix comme d’autres joueraient de la flûte traversière. Sensation identique en septembre 2010 lorsqu’elle sort Epic, deuxième album tout aussi impressionnant et qui refait surface ici sous le titre d’Epic Ten, une version mêlant l’album d’origine et sa relecture par un beau casting éclectique… Déjà, les sept titres d’Epic ont conservé leur puissance. Sans sombrer dans le luxe, Sharon Van Etten étoffe sa musique, enrichit son instrumentarium (comme avec la pedal-steel ensorceleuse sur Save Yourself ou le Mellotron chamanique de DsharpG) et arrondit les angles de sa voix. Elle est à un tournant clef de sa jeune carrière, passant de l’artiste solo totale et confidentielle à la chanteuse entourée d’un vrai groupe et se produisant dans des salles pleines. Une maturité qui transpire tout au long d’Epic… Pour la partie « reprise », le choix des invités est aussi étonnant que détonnant : avec des musiciens qui l’on influencés à ses débuts (Fiona Apple, Lucinda Williams, et Aaron Dessner et Justin Vernon deBig Red Machine), des contemporains (Courtney Barnett, IDLES) et des plus jeunes (Shamir, St. Panther). « Je suis émerveillée par les artistes qui ont voulu participer à la célébration de mon anniversaire et à la réédition, des jeunes musiciens inspirants, aux artistes qui m'ont pris sous leur aile, que j'ai rencontrés en tournée, et aux artistes que j'admire depuis que je suis adolescente. Chacun continue d'influencer mon écriture et procure un sentiment de camaraderie pendant cette nouvelle ère de partage de musique. » Une belle réédition. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 mai 2014 | Jagjaguwar

C’est cheveux aux vents que la newyorkaise sort son quatrième album, guidée par un violoncelle soutenu par des chœurs aériens. Sharon Van Etten aurait utilisé pour cet opus des instruments ayant servi à Patti Smith et John Lennon ; instruments auxquels elle fait honneur par une musique pleine d’espoir dans un élan presque théâtral. Enregistré au Hobo Sound Studio dans le New Jersey et aux Electric Lady Studios à New York, Are We There offre une atmosphère chilly aux beats un peu vintage, pour une écoute tout en douceur. © HR/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 février 2012 | Jagjaguwar

Livret
Durant l'enregistrement, Sharon Van Etten logeait chez des amis, dispersant ses affaires ça et là, au gré de ses logements temporaires, avec comme seul point de chute régulier : le studio d'enregistrement d'Aaron Dessner de The National. De cette vie nomade, elle en sort plus forte, signant ici un album plus assuré et arrangé. Si son 1er album, Because I Was In Love, était une collection de chansons intimistes guitare-voix, avec Tramp, Sharon prend un tournant plus « rock », tout en restant minimaliste.
A partir de :
HI-RES1,95 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 mai 2021 | Jagjaguwar

Hi-Res
Sortez le format cinémascope, les habits de lumière et déroulez le tapis rouge, Sharon Van Etten et Angel Olsen s’occupent du reste. Le temps d’une pop song magique, finie à la feuille d’or et brillante comme un diamant, ces deux reines américaines de la scène indie, tendance (plus ou moins) folk, unissent leur force et surtout leur lyrisme. Avec ses cambrures vintage dessinées par la production parfaite de l’incontournable John Congleton, Like I Used To fait partie de ces singles intemporels lorgnant tout autant vers les sucreries des girls groups sixties que des ballades country lovées dans la soie du Nashville Sound ou des pop songs un brin lounge. Un duo d’un jour, grandiose sans être grandiloquent, fin comme un mille-feuilles de guitares et de piano qu’aurait bien pu cuisiner un Richard Hawley. Champagne ! © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 septembre 2010 | Ba Da Bing!

A partir de :
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 novembre 2020 | Jagjaguwar

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 mai 2009 | language of stone - sve productions

A partir de :
HI-RES1,95 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 mars 2020 | Jagjaguwar

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2015 | Jagjaguwar

A partir de :
HI-RES1,95 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 février 2021 | Jagjaguwar

Hi-Res
A partir de :
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 avril 2013 | Jagjaguwar

A partir de :
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 août 2021 | Jagjaguwar

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 novembre 2012 | Jagjaguwar

Livret
En découvrant que Tramp, le troisième album de la New-Yorkaise Sharon Van Etten est signé sur Jagjaguwar, l’étonnement n’est pas précisément au rendez-vous. Déjà fort des talents d’un artiste comme Justin Vernon, alias Bon Iver, dont l’album du même nom a fait couler beaucoup de belle encre lors de sa sortie en 2011, le label indépendant de Bloomington (Indiana), confirme un goût certain pour une musique aussi élégante que mélancolique. L’indie-rock de Sharon Van Etten oscille entre délicatesse et force ; sa voix pénétrante, son large spectre et un phrasé toujours fluide séduisent dès la première écoute. Il suffit de se laisser prendre à la gorge par « All I Can », à la magnifique présence d'un « No Surprises » de Radiohead ou de « Serpents », pour en être tout à fait convaincu. La chanteuse excelle dans des montées en puissance sans pesanteur. « We All Make Mistakes », certes, mais Sharon Van Etten n’en fait ni dans son chant, ni dans ses compositions, ni dans le choix de son entourage. Tramp, produit par Aaron Dessner (The National), réserve la surprise de plusieurs featurings, notamment de deux membres de The National (Aaron et Bryce Dessner), de Zach Condon (Beirut) ou encore Jenn Wasner (Wye Oak). © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2015
A partir de :
CD2,49 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mars 2017 | 30th Century Records - Columbia

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 mai 2009 | Language Of Stone

Incroyable ces perpétuelles attirances que l’on peut avoir pour les sensations dépressives, signes de mal être, fantômes du désespoir et autres zombies de la loose… En même temps, Sharon Van Etten va peut-être super bien. Sa vie est faite, qui sait, de poilades à répétition, de fêtes du slip quotidiennes et de gains astronomiques au Banco ou au Millionnaire. Euh non, pas trop en fait… De près pourtant, Because I Was In Love n’impose pas sa lourdeur d’âme et d’amours déçus. Mais plutôt la beauté immaculée de ses mélodies. On en dédaignerait presque les textes. Presque. Comme une Beth Orton nue, une Cat Power pré-pubère ou une Alela Diane citadine, cette jeune folkeuse de Brooklyn utilise sa voix comme d’autres joueraient de la flûte traversière… Oubliez vite l’apparence « 63678e album de folk féminin de 2009 », Sharon Van Etten a peut-être signé ici LE meilleur « album de folk féminin de 2009 ». Peut-être. © MZ
A partir de :
HI-RES1,95 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 octobre 2020 | Jagjaguwar

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 mars 2021 | Ba Da Bing!

A partir de :
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 février 2020 | Jagjaguwar

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mars 2021 | Ba Da Bing!

L'interprète

Sharon Van Etten dans le magazine