Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Metal - Paru le 17 juin 2016 | Roadrunner Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Il s’en est passé des choses depuis quatre ans ! Les métalleux de Gojira ont écumé la route, ont composé Magma petit à petit et, surtout, ont construit leur propre studio. Ainsi, les musiciens ont pu confectionner de a à z leur bébé, dans la chaleur de leur volcan. Dès les premières secondes, la musique est lourde, très lourde, et la moindre bouffée d’air se fait plus difficile. Les guitares sont énervées, boostées aux hormones, les notes s’enchaînent à vitesse grand V et la voix de Joe Duplantier est plus claire qu’à l’accoutumée. La fratrie Duplantier (chanteur/guitariste et batteur) et leurs fidèles compères composant Gojira ont réussi à rendre leurs titres plus accessibles, mettant de côté le death metal pur et dur pour produire un contenu plus progressif. Magma brûle et saura réchauffer vos soirées en solitaire. © AR/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Metal - Paru le 17 juin 2016 | Roadrunner Records

Distinctions 4F de Télérama
Il s’en est passé des choses depuis quatre ans ! Les métalleux de Gojira ont écumé la route, ont composé Magma petit à petit et, surtout, ont construit leur propre studio. Ainsi, les musiciens ont pu confectionner de a à z leur bébé, dans la chaleur de leur volcan. Dès les premières secondes, la musique est lourde, très lourde, et la moindre bouffée d’air se fait plus difficile. Les guitares sont énervées, boostées aux hormones, les notes s’enchaînent à vitesse grand V et la voix de Joe Duplantier est plus claire qu’à l’accoutumée. La fratrie Duplantier (chanteur/guitariste et batteur) et leurs fidèles compères composant Gojira ont réussi à rendre leurs titres plus accessibles, mettant de côté le death metal pur et dur pour produire un contenu plus progressif. Magma brûle et saura réchauffer vos soirées en solitaire. © AR/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 30 avril 2021 | Roadrunner Records

Hi-Res
Lorsque sort l'album Magma, en 2016, Gojira dévoile tout un pan de sa personnalité jusqu'alors resté en retrait : ce disque écrit consécutivement au décès de la mère de Joe et Mario Duplantier (respectivement guitariste/chanteur et batteur du groupe) est une introspection sombre à la sensibilité exacerbée, d'une douleur palpable. Une catharsis mise en musique. Il était donc légitime de s'interroger sur la nature du successeur de cet album en marge. Le single Another World, sorti dès 2020, donnait un début de réponse en prenant une direction plutôt lumineuse, confirmé par un Born for One Thing frondeur, groovy et fort en riff, revenant aux fondamentaux du groupe.Là se situe la clé de voûte de cet opus qui semble à lui seul balayer vingt ans d'une carrière en perpétuelle ascension : Gojira y dissémine de façon méticuleusement équilibrée chacun des éléments qui, mis bout à bout, ont forgé sa « trademark ». Qu'il se fasse brut de death (Grind, Into the Storm) ou plus progressif (The Chant, The Trails), qu'il revienne à ses influences ethniques comme sur le morceau titre ou sur Amazonia, Gojira possède une unicité immédiatement identifiable. A tel point que les quatre Landais peuvent aujourd'hui se permettre de dégoupiller un Sphinx ou un New Found, deux titres parfaitement archétypiques de sa musique, sans que personne n'y trouve à redire, puisque le groupe lui-même est précisément à la base de cet alliage.Certes, l'effet de surprise ne fait que de courtes apparitions à la fête, mais en appréhendant Fortitude comme un album charnière, ce gigantesque « résumé des épisodes précédents » fait sens. Il est une passerelle. Car si le statut actuel du quartette en fait sans contestation possible le seul groupe national à avoir pointé aux yeux du monde entier la France sur la mappemonde du metal, il est certain que la formation est loin d'avoir atteint le faîte de son potentiel, et ce message est reçu fort et clair à l'écoute de ce septième chapitre studio. Gojira est un enfant prodige devenu un adolescent passionnant, et aujourd'hui un adulte équilibré qui vit sa vie d'homme. Il n'a pas besoin de faire d'esbroufe pour se faire entendre : son intelligence lui suffit à être respecté. En somme, tout le contraire de ce que nous propose la culture poubelle intrinsèquement liée à notre époque. Finalement, c'est certainement cette marche à contre-courant qui explique pourquoi, vingt ans après un Terra Incognita aussi inattendu que passionnant, Gojira a atteint aujourd'hui le niveau que Fortitude synthétise à merveille et continue de regarder toujours plus haut. © Charlélie Arnaud/Qobuz
A partir de :
CD4,99 €

Hard Rock - Paru le 6 octobre 2008 | Listenable records

La musique métal aiderait-elle à méditer ? C’est en tout cas ce à quoi le dernier album des Gojira convie. Avec ce quatrième album studio composé en trois mois, Gojira poursuit sa route musicale dans l’introspection existentielle. Le nouvel album a été à la fois enregistré à Los Angeles avec le producteur Logan Mader et au studio du groupe à Ondres. Avec « Oroborus », l’album démarre sur les chapeaux de roue. Le côté rentre dedans de l’album alterne avec des passages plus calmes, lectrisés comme dans « A Sight to Behold » ou « The Silver Cord », qui assure la courte transition musicale avec une chanson plus puissante « Adoration For None » ou « All The Tears », dans laquelle se révèle le death metal technique dans toute sa splendeur. La dernière chanson qui donne son titre à l’album clôt celui-ci en beauté avec un solo de batterie, des voix aborigènes, un riff entêtant. En 12 titres, les dinosaures du métal convient l’auditeur à un voyage au cœur de lui-même, pour une exploration de l’existence. Nul doute que la philosophie instrumentale et existentielle de Gojira s’incarne encore une fois de plus dans ce nouvel opus. « On a gardé un côté organique et tribal avec le bambou. L’organique représente la vie » reconnaît Joseph Duplantier. © ©Copyright Music Story Chloé Chamouton 2021
A partir de :
CD8,99 €

Rock - Paru le 7 octobre 2016 | Listenable records

A partir de :
CD19,49 €

Metal - Paru le 20 juin 2012 | Roadrunner Records

Au cas où certains en douteraient encore, Gojira est définitivement le meilleur groupe de metal français et la plus belle des choses qui soit arrivée à la musique hexagonale, ne serait-ce qu’en termes de reconnaissance à l’étranger. Ce n’est pas ce changement de label qui nous fera dire le contraire. Le meilleur moyen de s’exporter, c’est encore de signer avec une maison de disques d’envergure internationale et de faire produire son disque par un cador du metal, en l’occurrence Josh Wilbur, architecte sonore des deux derniers Lamb of God. Côté son et promo, c’est réglé ! Reste à savoir si le plus important, c’est à dire l’artistique, suivra. Les premières notes de l’énorme « Explode » d’ouverture confirment d’emblée que les Landais maîtrisent leur sujet et sont prêts à offrir ce qu’ils savent faire de mieux. La fin de ce même titre, tout en guitare sortie d’un film de Sergio Leone prouve que le groupe avance encore en s’égarant moins que sur son The Way of All Flesh parfois un tantinet hésitant. Le reste de l’album ressemble à un condensé du meilleur de Gojira sans sonner comme du réchauffé. La puissance de feu de « The Link », le côté à la fois massif et aérien de « From Mars to Sirius », les envies d’innovation de The Way...une véritable marque de fabrique unique que nous envient les groupes d'outre-Atlantique. Car Gojira a su conserver son identité, effets de guitare (glissandos et autres harmoniques) et plans de batterie furieux en tête. Une marque de fabrique que l’on reconnaît entre mille à l’écoute de « Planned Obsolesence » et « Pain Is a Master », des morceaux qui en mettent plein la vue sans verser dans le gratuit. À l’instar de son avant-dernier album, le groupe aménage à nouveau des ambiances vocales filtrées et enregistrées à l’aide de vocoders (« Liquid Fire » pour ne citer qu’un exemple sur ce disque), conserve cet amour de la nature qui le caractérise tant, fait rêver autant qu’il assène de baffes en pleine poire. Aussi puissant qu’intense. Gojira n’a pas encore fait le tour de tout ce qu’il avait à dire et fait déjà preuve d’une maturité évidente sans se répéter ni perdre son identité malgré une production aussi énorme qu’ « américaine ». Du grand art. © ©Copyright Music Story Captain Kick 2016
A partir de :
CD16,99 €

Metal - Paru le 20 juin 2012 | Roadrunner Records

Au cas où certains en douteraient encore, Gojira est définitivement le meilleur groupe de metal français et la plus belle des choses qui soit arrivée à la musique hexagonale, ne serait-ce qu’en termes de reconnaissance à l’étranger. Ce n’est pas ce changement de label qui nous fera dire le contraire. Le meilleur moyen de s’exporter, c’est encore de signer avec une maison de disques d’envergure internationale et de faire produire son disque par un cador du metal, en l’occurrence Josh Wilbur, architecte sonore des deux derniers Lamb of God. Côté son et promo, c’est réglé ! Reste à savoir si le plus important, c’est à dire l’artistique, suivra. Les premières notes de l’énorme « Explode » d’ouverture confirment d’emblée que les Landais maîtrisent leur sujet et sont prêts à offrir ce qu’ils savent faire de mieux. La fin de ce même titre, tout en guitare sortie d’un film de Sergio Leone prouve que le groupe avance encore en s’égarant moins que sur son The Way of All Flesh parfois un tantinet hésitant. Le reste de l’album ressemble à un condensé du meilleur de Gojira sans sonner comme du réchauffé. La puissance de feu de « The Link », le côté à la fois massif et aérien de « From Mars to Sirius », les envies d’innovation de The Way...une véritable marque de fabrique unique que nous envient les groupes d'outre-Atlantique. Car Gojira a su conserver son identité, effets de guitare (glissandos et autres harmoniques) et plans de batterie furieux en tête. Une marque de fabrique que l’on reconnaît entre mille à l’écoute de « Planned Obsolesence » et « Pain Is a Master », des morceaux qui en mettent plein la vue sans verser dans le gratuit. À l’instar de son avant-dernier album, le groupe aménage à nouveau des ambiances vocales filtrées et enregistrées à l’aide de vocoders (« Liquid Fire » pour ne citer qu’un exemple sur ce disque), conserve cet amour de la nature qui le caractérise tant, fait rêver autant qu’il assène de baffes en pleine poire. Aussi puissant qu’intense. Gojira n’a pas encore fait le tour de tout ce qu’il avait à dire et fait déjà preuve d’une maturité évidente sans se répéter ni perdre son identité malgré une production aussi énorme qu’ « américaine ». Du grand art. © ©Copyright Music Story Captain Kick 2016
A partir de :
CD4,99 €

Hard Rock - Paru le 9 juillet 2012 | Listenable records

A partir de :
CD8,99 €

Hard Rock - Paru le 24 octobre 2005 | Listenable records

Une baleine qui navigue dans un univers aux tons écrus, la tonalité environnementale semble donnée dans From Mars to Sirius. Ce troisième opus de Gojira sorti en 2005 témoigne d’une réflexion sur notre monde, vu du ciel. Une sorte d’allégorie traduite en chansons et qui délivre un message d’alerte sur l’état de notre Terre. Notre planète se transforme et se détruit. La seule échappatoire demeure la lumière de Sirius, un soleil célébré par différents peuples et qui possède un pouvoir de régénérescence. Ce cheminement initiatique de Mars, planèrte de la guerre et de la destruction vers le soleil est jonchée d’étapes tantôt calmes et salvatrices comme « Unicorn », « From Mars » et d’autres plus effervescentes telles « Backbone », « In the Wilderness », « To Sirius ». La technique instrumentale se met au service des messages textuels, pour un voyage intersidéral, composé de riffs puissants, de rythmiques déchaînées. Les atmosphères musicales sont travaillées entre rock, new wave, grunge, aboutissant à un album très personnel, très imagé, onirique, porté par des chœurs, nouveauté dans Gojira. La symbiose instrumentale est au cœur de cet album. Embarquement immédiat pour Sirius. © ©Copyright Music Story Chloé Chamouton 2021
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 5 août 2020 | Roadrunner Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Metal - Paru le 17 février 2021 | Roadrunner Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 26 mars 2021 | Roadrunner Records

Hi-Res
A partir de :
CD8,99 €

Metal - Paru le 19 janvier 2014 | Listenable records

La musique est un lien entre différents états psychiques, c’est en tout cas ce à quoi ce second album de Gojira, enregistré dans leur studio (Les Milans) avec Laurent Etxemendi convie, jouant avec des émotions extrêmes à travers des rythmes bruts et explosifs le tout donnant un death metal techniquement irréprochable, teinté de sonorités mélodiques plus douces. Gojira expérimente et joue avec l’esprit. C’est d’une efficacité redoutable . Terra Incognita avait marqué les esprits lors de sa sortie en 2001 avec son death atypique, lourd, groovy et malsain. The Link fait figure d’album audacieux avec des riffs étranges assurant une couleur hypnotique et surnaturelle à l’album. Oscillant entre des titres butal death comme « Wisdom Comes » - d’autres plus aériens comme « Torii ». L'album se termine sur une instrumentale de neuf minutes « Dawn » final qui parachève magistralement l'album. © ©Copyright Music Story Chloé Chamouton 2016
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 12 avril 2021 | Roadrunner Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 25 avril 2021 | Roadrunner Records

Hi-Res
A partir de :
CD2,29 €

Metal - Paru le 22 avril 2016 | Roadrunner Records

A partir de :
CD2,29 €

Metal - Paru le 20 mai 2016 | Roadrunner Records

A partir de :
CD2,29 €

Metal - Paru le 27 avril 2012 | Roadrunner Records

A partir de :
CD0,79 €

Metal - Paru le 4 novembre 2019 | unholy records

A partir de :
CD1,07 €

Pop - Paru le 17 août 2015 | Roton

L'interprète

Gojira dans le magazine