Votre panier est vide

Rubriques :
News

Black Keys, back to the roots

Par Stéphane Deschamps |

Magnifique retour aux sources du blues qu'ils vénèrent tant pour Dan Auerbach et Patrick Carney avec un 10e album électrique hypnotique...

Le meilleur album des Black Keys reste le premier, The Big Come Up, publié en 2002, longtemps avant la gloire. À l’époque, Dan Auerbach et Patrick Carney étaient deux crevards de l’Ohio amourachés du blues du Nord Mississippi, celui ravivé à la fin des années 90 par des artistes du label Fat Possum (RL Burnside, Junior Kimbrough...) et leurs aînés (Fred McDowell, Jessie Mae Hemphill…).

Avant même d’avoir le droit de conduire, les Black Keys avaient fait le voyage initiatique au pays du hill country blues, à la rencontre de leurs héros. Puis ils ont signé sur Fat Possum, ont sorti Thickfreakness, puis Brothers, et sont entrés dans l’histoire.

Delta Kream, leur dixième album, est bien sûr un retour aux sources, aux années duo et blues freaks, quand tout était plus simple et plus beau. Ils reprennent des morceaux du crû (Burnside et Kimbrough en tête, John Lee Hooker, Fred McDowell et Ranie Burnette dans la foulée), jouent sur un morceau avec Kenny Brown (le guitariste de feu RL Burnside). Et pour le fan de blues, option hill country, cet album est un pèlerinage sensoriel, qui donne la chair de poule, met les larmes aux yeux, donne des envies de stupre et d’alcools interdits à la vente, fait taper du pied et monter la température. A la base, cette musique est magique : du blues électrique hypnotique, de la musique de transe puissante et subtile, presque de la musique sacrée. Les Black Keys l’adorent sincèrement depuis toujours, et en connaissent toutes les formules.

Sur Delta Kream, ils oublient leurs années pop, le monde moderne, les productions aseptisées et plongent dans un magma de guitares psychédélico-rurales, de blues au-delà de l’ivresse, de classiques underground sales et sublimes. On ne se lassera jamais, jusqu’à la mort et sans doute même après, d’adorer la musique de Junior Kimbrough, RL Burnside, Fred Mc Dowell. Visiblement, les Black Keys non plus. Au moment d’écrire ces lignes et après quelques écoutes en boucle de Delta Kream, le verdict est sans appel : le meilleur album des Black Keys est celui-là.

ÉCOUTEZ "DELTA KREAM" DES BLACK KEYS SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article