Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Suites et sonates en miroir à l’Orangerie de Rochemontès

Le dimanche 13 janvier, les Concerts de l’Orangerie de Rochemontès fêtent leur premier anniversaire avec un brillant programme du violoncelliste Marc Coppey, Suites et sonates en miroir. Les œuvres de Bach, Kodály et Cassadó s’y succèdent et se reflètent telle une boucle à l’infini.

Par Pierre-Carl Langlais | Concerts et tournées | 6 janvier 2013
Réagir
Qobuz
Informations pratiques

Région: Midi-Pyrénées

Les Concerts de l’Orangerie de Rochemontès fêtent leur premier anniversaire. Nous avons eu l’occasion de suivre cette manifestation midi-pyrénéenne depuis sa création en janvier 2012. Plusieurs grands rendez-vous s’y sont égrenés : le Récital romantique de la Baltique à l’Adriatique de la pianiste lituanienne Muza Rubackyté, les Chants d’exil des compositeurs russes marginalisés le conformisme tsariste ou soviétique…

Prévu le 13 janvier, le concert anniversaire met à l’honneur le violoncelliste Marc Coppey. Remarqué par Rostropovitch, Coppey a interprété le Trio de Tchaïkovski aux côtés de Yehudi Menuhin et de Victoria Postnikov. Son archet puissant et classique est régulièrement primé : sa lecture de Tout un monde lointain de Henri Dutilleux a ainsi reçu le Diapason d’or.

Intitulé Suites et sonates en miroir, le programme s’appuie sur une conception esthétique audacieuse. Coppey va un peu à l’encontre de la tendance récurrente à temporaliser et contextualiser les œuvres. Il s’intéresse davantage à la logique intrinsèque de la création musicale : la combinaison sans cesse renouvelée de ses éléments fondamentaux, les figures stylistiques d’allusion, de référence et d’autoréférence… Ainsi s’esquisse un intrigant jeu de réflexivité : une œuvre répondant à une autre qui reprend aussi les apports d’une tierce œuvre.

Le programme s’ouvre sur la Première Suite pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach. Contemporaine du Clavier bien tempéré, cette suite constitue un vaste lieu d’expérimentation : Bach dévoile méthodiquement toutes les potentialités de l’instrument.

Composée en 1915, la Sonate op. 8 de Zoltán Kodály représente une sorte de climax de la virtuosité pour violoncelle. L’instrument est appelé à se substituer à un orchestre entier, jouant aussi bien le rôle d’une harpe, d’une percussion, d’une cornemuse, voire d’un ensemble tzigane.

Enfin, la Suite pour violoncelle seul de Gaspar Cassadó dresse en quelque sorte un pont entre Bach et Kodály. Écrite dans les années 1920, elle reprend la structure en mouvement dansé des suites de Bach : Prélude-fantaisie, Sarabande, Sardane, Intermezzo etc. L’ultime mouvement, la Danse finale, multiplie les allusions à la Sonate de Kodály et à Daphnis et Chloé de Ravel.

Le concert est suivi d’un apéritif en compagnie des interprètes. Il est possible de réserver sa place sur le site Concertclassic (23€ par adulte, gratuit pour les enfants de moins de dix ans).

Le destin musical de l’Orangerie ne s’arrête pas là. Deux autres programmes sont d’ores et déjà prévus. Le dimanche 10 mars, la flûtiste Sandrine Tilly et la pianiste Anne Le Bozec proposeront une série de Romance et Sonates de Schumann, Poulenc et Prokofiev. Le 12 mai, la pianofortiste Yasuko Bouvard et l'orchestre baroque Les Passions animeront une Soirée chez Ingres, où se croiseront musique et peinture, art visuel et art auditif.

Liens externes

L'Orangerie de Rochemontès

Achat des billets sur Concertclassic

Marc Coppey

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.