Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Shanling Up : un petit DAC nomade très élégant et aux belles prestations sonores certifié MFI (Made For iPod/iPhone/iPad)

Les convertisseurs numérique analogique, nomades ou sédentaires, pouvant fonctionner avec des ordinateurs et aussi avec des smartphones et tablettes sous iOS et Android, ne sont pas rares. Mais ce modèle Shanling Up revendique quant à lui la certification MFI (Made For iPod/iPhone/iPad), ce qui n'est pas très courant dans le monde des DAC. Et il fonctionne aussi avec Windows, macOS et Android.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 11 septembre 2017
Réagir
Qobuz

Nos colonnes ont eu à plusieurs reprises l'occasion de vous proposer les bancs d'essai de réalisations de la marque chinois Shanling, dont le DAC nomade H3.

Ce sera aujourd'hui au tour du nouveau DAC USB portable de la marque de passer sur le grill des bancs d'essai Qobuz, DAC qui porte un nom on ne peut plus simple, à savoir Up, et la première chose que nous nous sommes demandée c'est pourquoi Shanling avait choisi de baptiser ce DAC d'un nom signifiant en haut ?

Rien n'empêche de penser qu'il pourrait s'agir de présomption au vu des compatibilités et caractéristiques annoncées et de leur mise en scène : fonctionnement sur PC et ordinateur Mac, compatible OTG Android et certification MFI (Made For iPod/iPhone/iPad), ce point étant rassurant pour toute une frange d'acheteurs potentiels, compatibilité avec les signaux PCM jusque 24 bits à 192 kHz et DSD64 et 128, en mode natif selon le constructeur, et dont les décodages sont confiés à une puce ESS SABRE ES9018K2M .

Pour couronner le tout, ce DAC possède un sélecteur de gain qui permet son utilisation avec un large panel de casques audio nomades de faible et moyenne impédance et il bénéficie sur le site du constructeur d'une mise en scène digne d'une star du 7ème Art.


Qu'en sera-t-il donc de toute cette alléchante communication à l'issue du banc d'essai que nous allons maintenant consacrer à ce DAC Shanling Up ?


Présentation

Difficile de faire dans son exubérance habituelle pour Shanling avec un minuscule appareil comme le DAC Up, aussi c'est une présentation très sobre mais très classieuse qui a été adoptée. Et là c'est incontestablement Up !


Ainsi, la face supérieure, qui laisse filtrer la lumière d'une petite LED tricolore blanc/bleu/rouge, est en verre appelé 2.5D (2.5D Glass), en fait une plaque de faible épaisseur dont les arrêtes sont arrondies (à l'origine un artifice esthétique adopté sur certains smartphones afin de proposer une pseudo concurrence aux véritables écrans à courbure 3D), tandis que les quatre angles du boîtier présentent un arrondi, l'un de ceux de la face arrière, où se trouve le connecteur USB C, étant beaucoup plus prononcé.


A l'avant, la prise casque au standard Jack 3,5 mm côtoie un minuscule interrupteur à glissière qui permet de choisir entre un gain faible ou élevé pour l'amplificateur pour le casque.

Réalisation

Commençons par la surprise, ou plutôt la découverte, que nous a réservé le petit circuit bien garni du DAC Up. Avant que le constructeur nous donne le "truc" pour ouvrir le boîtier (tout simplement avec une petite ventouse !), car nous ne voyions pas comment faire sans risquer d'abimer l'objet.

Nous disposions, comme tout visiteur de la page produit sur le site de la marque, des informations principales concernant ce DAC, à savoir quelles puces étaient utilisées pour la conversion numérique analogique et l'amplification pour le casque), mais nous manquait le type de puce d'interface USB utilisé, une information nous semblant également importante, ou pour le moins ressentions-nous une frustration de n'avoir la possibilité de le savoir, et nous pensions sincèrement que Shanling ne souhaitait pas communiquer sur ce point.

Aussi, faute d'accès aux entrailles du DAC Up, nous sommes partis en recherche sur le Net pour essayer de dénicher un processeur USB qui soit compatible MFI ("Made for iPhone/iPod/iPad") et supporte l'interface Lightning, comme le précisait Shanling. Il se trouve que processeur CMedia CM6531N, aurait visiblement pu convenir, ses spécifications précisant entre autres qu'il supporte l'interface Apple Lightning et qu'il peut gérer un microphone, conformément au MFI Programm.

Mais il n'en était rien, et à notre grande surprise, donc, nous avons découvert que c'était HiBy Music, la société qui a développé l'application HiBy Music pour iOS et Android, qui fabrique elle-même cette interface USB, frappée de son logo et de son nom, en programmant des circuits de type FPGA, acronyme de Field Programmable Gate Array ou réseau de portes (logiques) programmables. Nous aurons donc appris ceci et aussi l'existence du CMedia CM6531N.

Cette interface USB HiByMusic a besoin d'être assistée puisqu'elle est suivie d'un processeur SA2000 qui procède à la synchronisation avec les fichiers audio numérique et à l'extraction des bus nécessaires au fonctionnement de la puce de décodage numérique analogique, en l'occurrence un modèle ES9018K2M de la marque américaine ESS, conçu pour les appareils nomades en se montrant peu gourmand en énergie.


Cette puce ES9018K2M fait usage des technologies HyperStream® DAC architecture et Time Domain Jitter Eliminator propres à ESS. Il ne nous semble pas nécessaire d'expliciter cette dernière, tandis que la première consiste à ré-échantilonner sur 32 bits à fréquence élevée tous les signaux numériques, quelle que soit leur fréquence et leur type, PCM ou DSD, ceci afin de pouvoir, entre autres, revendiquer un rapport signal sur bruit de plus de 127 dB.

Soulignons que Shanling annonce, quant aux capacités de décodage de ce modèle Up, 32 bits à 192 kHz et DSD64 et DSD128 natifs. Mais voilà, ce qui nous gène, c'est l'adjectif natif dont on peut affirmer, dans le cas de l'utilisation d'une puce ESS (usant donc de la technologie HyperStream®), qu'il perd systématiquement tout son sens après son entrée dans cette puce, comme on le voit sur le synoptique du modèle ES9018K2M utilisé ici.

Car ces signaux sont forcément convertis en PCM afin de bénéficier du contrôle de volume et de la conversion de taux d'échantillonnage (bloc ASRC), ceci étant d'ailleurs également vrai pour la plupart des convertisseurs numérique analogique de la concurrence même s'ils ne procèdent pas à une conversion de taux d'échantillonnage.

En effet, si l'on veut parler de DSD natif, cela implique que celui-ci le reste sur toute la chaîne de traitement, et, comme nous le disions, cela s'arrête, à de rares exceptions près, à l'entrée du convertisseur numérique analogique qui transforme les signaux DSD en signaux PCM avant de les convertir.

Certes, c'est une parenthèse, mais il nous semble crucial pour l'information des amateurs que le discours des constructeurs de DAC soit d'une clarté absolue sur ce point (comme pour les éditeurs de fichiers DSD d'ailleurs), le véritable décodage du DSD en natif au niveau du convertisseur numérique analogique consistant simplement en un filtrage passe-bas de ce flux DSD, ce dont ne sont capables qu'un petit nombre de puces, mais en aucun cas les puces ESS. Fermons cette parenthèse.

On peut également voir sur cette face du circuit l'amplificateur pour casque, un modèle Maxim MAX97220A capable de fournir 65 mW dans 32 Ω et dont nous avons à diverses reprises pu apprécier les qualités musicales, ainsi que les condensateurs de liaison à couches plastique de qualité supérieure.

Sur l'autre face prennent place les deux oscillateurs du SA2000 (22,579 et 24,576 MHz) pour la synchronisation avec les signaux audio numérique, ainsi que celui de l'interface USB HiByMusic (24,000 MHz), et aussi le filtre des signaux décodés réalisé avec un amplificateur opérationnel double à très faible bruit et hautes performances National Semiconductor LM4562.


Ecoute

Une fois le logiciel HibyMusic installé sur notre tablette Android, celui-ci balaye les fichiers audio s'y trouvant et nous sélectionnons parmi ceux-ci Another One Bites The Dust de l'album The Platinum Collection de Queen.

Bon, il n'est pas bien gros, mais il a du répondant ce DAC Shanling Up et il n'est nul besoin de pousser le volume sur notre tablette pour sentir une bonne pression sonore en provenance des transducteurs de notre casque Oppo PM-3. Pour sûr, le titre est assez rentre dedans et riche en grave que l'amplificateur de ce DAC restitue avec puissance et fermeté et en parvenant sans forcer à des niveaux sonores plutôt élevés.

Il en va de même avec les titres North Star et Silent Space de l'album Tale Of Us lus en streaming Hi-Res Qobuz depuis notre iPad, mais il nous a semblé que niveau sonore maximal pouvant être atteint était un peu moins élevé, même en jouant sur le gain, mais rien de catastrophique, on s'éclate bien quand même !


Bon, ça c'est pour l'aspect ça déménage bien, et pour les musiques jouant un peu plus dans l'harmonie et la subtilité, genre My Sweet Lord de l'album All Things Must Pass de George Harrison ?


Il apparaît assez clairement aux oreilles qu'une puce ESS est passée par là avec des accords de guitare bien marqués dès les premières secondes et des chœurs eux aussi bien présents. Tout cela n'est pas désagréable mais un peu typé, reste maintenant à savoir comment nous allons le ressentir avec du classique.

Allons-y donc avec la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood, un grand classique de nos bancs d'essai. Ca passe plutôt bien avec une signature sonore ESS plutôt légère dans une restitution globale vive et pas avide de sensations musicales de belle facture qui ne manquent pas d'aller au but : procurer du plaisir.


Pour être plus précis quant à l'application Qobuz, si les fichiers numériques sont bien pris en charge par le DAC Shanling Up sous iOS (l'appareil est certifié MFI), il faut visiblement en passer par l'application USB Audio Player Pro sous Android car le DAC Up semble refuser de fonctionner avec notre application isolément, mais cela est probablement dû à l'interface USB HiByMusic qui semble vraiment spécifique.

Moins satisfaisant, et alors que nous n'avons pas rencontré de problème de fonctionnement de ce DAC avec notre ordinateur personnel sous Windows 8.1, bien que l'installation des driver ait fait appel à notre savoir faire puisqu'elle se fait via le panneau de configuration (téléchargez et décompressez les driver dans le dossier de votre choix, cliquer sur l’icône Démarrer puis choisir Panneau de configuration et suivre ce tutoriel), et qu'il nous ait été impossible de paramétrer Foobar2000 pour la lecture du DSD en mode natif, faute à un manuel d'utilisation réduit au strict minimum, il nous a été impossible d'installer ce DAC sur notre PC professionnel sous Windows 7, et pourtant nous avons insisté.

Alors, s'il vous plait, Monsieur Shanling (et aussi bien d'autres), il est vendu 150 euros votre DAC et présenté comme une merveille, alors vous vous devez encore plus de faire l'effort de l'accompagner d'une notice permettant à tout le monde de pouvoir s'en servir des mille et une manières vantées par votre communication, d'autant que sur votre site où ne manquent pas les belles images du produit, l'onglet FAQ s'ouvre sur un vide sidéral (ce en anglais comme en chinois) et les Download se limitent aux driver !

Alors, nous, depuis le temps que nous testons ce genre d'appareil (et ils se comptent en centaines), non seulement on est un peu agacé mais on se met aussi à la place de l'acquéreur et on se demande même si les constructeurs se donnent la peine de vérifier tout ce qu'ils annoncent, aveuglés par l'exploit qu'ils pensent avoir réalisé et emportés par la perspective du succès.

Passé ce moment de mauvaise humeur (et de mise au point) de notre part, choses très certainement compréhensibles, revenons à notre DAC Shanling Up avec lequel nous avons écouté, via Foobar2000 tournant sous Windows 8.1, divers extraits du Mariage de Figaro. Le Shanling Up nous a offert de cette interprétation de cette œuvre parue chez Naxos, que nous affectionnons particulièrement, une restitution particulièrement lumineuse avec des voix à la fois belles et détourées et un accompagnement orchestral riche et subtil. Bref on a plutôt beaucoup apprécié.

Pour conclure, exception faite de la notice d'utilisation indigente ne permettant pas à tout un chacun d’exploiter les possibilités proposées par l'objet ou censées l’être, objet dont le tarif et le fonctionnement nous semblent d'ailleurs plus en phase avec les appareils Apple avec lesquels il revendique la compatibilité MFI et se montre vraiment plug and play, ce DAC Shanling Up est un appareil fort élégant offrant une restitution sonore sachant faire preuve d'un grand raffinement comme laisser s'exprimer avec force les musiques les plus pêchues.


Caractéristiques
Manuel d'utilisation (scan)
Site Shanling
Contact


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du Shanling Up.


Capacités de lecture

Il ne nous a pas été possible, faute d'informations et d'autres éléments (driver ASIO), de paramétrer la lecture DSD sur Foobar2000 autrement qu'en choisissant la conversion en PCM, et donc aucunement en mode natif. Cependant, cela a permis de lire nos fichiers DSD de test 2L.no du DSD64 au DSD256.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters