Votre panier est vide

Rubriques :
Qibuz Lundi

QIBUZ / Lundi 14 octobre 2013

Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?






La résurrection de Sharon Jones

Au printemps dernier, Daptone Records venait à peine d’annoncer la parution, au mois d’août, de Give The People What They Want, le nouvel album de Sharon Jones, lorsqu’on apprenait que la chanteuse était atteinte d’un cancer. La sortie de l’opus et la tournée ont aussitôt été ajournées, et la priorité a été donnée à sa guérison et son rétablissement. Bonne nouvelle : le label vient d’annoncer qu’après une opération réussie, et grâce à la qualité des soins prodigués - et au soutien constant de ses amis, sa famille et ses fans - Sharon Jones est de retour. La sortie de Give The People What They Want est prévue le 14 janvier 2014 et sera suivie, le 6 février, du retour sur scène très attendu de la soul sister épaulée par ses Dap-Kings, au Beacon Theater de New York. Il s’agira de leur premier concert depuis près d’un an. Pour patienter, le premier extrait de ce nouvel album, avec le single Retrait :






Le Musée du Blues ouvrira finalement à…

On sait les Américains friands des Disneyland un brin culturel. Jusqu’ici, l’un des trésors du continent nord-américain, le blues, n’avait pas encore son lieu de pèlerinage. Petit surprise tout de même : ce Musée National du Blues n’ouvrira pas ses portes à Chicago, prévisible Mecque du genre, mais bien chez sa rivale du Midwest, à presque 500 kilomètres au sud, à St Louis dans le Missouri. Egalement riche en histoire musicale (Chuck Berry y est né et Ike Turner et Albert King y ont fait leurs débuts), la ville y accueillera donc ce projet évalué à 14 millions de dollars, soutenu par un promoteur local qui voulait un musée comme point d’ancrage d’un complexe immobilier situé près du Centre des congrès, à quelques rues de la fameuse Arche qui surplombe la ville. Pinnacle Entertainment, qui possède deux casinos en banlieue de St-Louis, a versé six millions de dollars pour ce musée interactif d’une superficie de 2135 mètres carrés, doté de locaux pour dispenser des cours et d’une petite salle de théâtre pour y accueillir des pièces locales et nationales.






David Byrne ne streame pas

Plume à la main, David Byrne s’en prend au streaming. Dans un édito publié par le quotidien britannique The Guardian, l’ancien leader des Talking Heads a souligné les revenus ridicules redistribués par des sites tels que Spotify aux jeunes musiciens. Selon lui, ces derniers devront, pour survivre, trouver d’autres emplois qui les éloigneront du temps passé à créer… Un système numérique qui générera des profits pour les labels et du contenu gratuit pour les consommateurs mais qui ne bénéficiera en aucun cas aux créateurs eux-mêmes, écrit-il. Il affirme pouvoir très bien s’en passer car il ne vit pas de ces dividendes, comme c’est également le cas pour Thom Yorke, qui a fait retirer tous les albums de Radiohead de Spotify, et quelques autres. Mais les nouveaux venus n’ont pas cette chance, indique l’ex-Talking Heads, ni ceux qui peuvent survivre grâce à leurs concerts ou à leurs droits d’auteur. Dans cette tribune, David Byrne insiste sur les jeunes créateurs et non sur ceux de sa génération. Son article est consultable sur le site du Guardian, ici.






Harcèlement à Garnier ?

Selon Le Parisien, une enquête aurait été ouverte pour harcèlement moral au sein de l'Opéra de Paris. Au printemps 2012, la grande maison d’art lyrique avait déjà été condamnée pour des motifs similaires à verser 20.000 euros de dommages et intérêts à Fabienne Marton, une ancienne cadre rétrogradée à l'accueil et 15.000 euros à un salarié, cadre à la programmation, qui s'était vu proposer des postes non- existants. Selon le quotidien, une enquête de l'inspection du travail est également en cours. Jointe par Le Parisien, la direction a affirmé ne pas être au courant de l'ouverture d'une information judiciaire. « Si au bout d'un an, la direction n'a pas encore été sollicitée, on peut s'interroger sur le degré de gravité de ces faits supposés. Il n'y a évidemment aucune volonté de harcèlement de notre part, d'ailleurs le fait qu'il n'y ait eu aucun spectacle annulé depuis deux ans est la preuve d'un climat social apaisé », a-t-elle confié au quotidien.




La Voix du Liban s’éteint

Ouadia Al-Safi, grand de la chanson libanaise, s’est éteint à l’âge de 92 ans le 11 octobre. La voix puissante, souvent surnommé La voix du Liban, Ouadia Al-Safi appartient à la génération d'or de la chanson libanaise mais aussi arabe, tout comme la diva Feirouz. Portant la triple nationalité libanaise, française et brésilienne, il fait également partie de la génération qui a contribué au renouveau de la chanson libanaise, mouvement mené par les frères Rahbani. Le grand compositeur et chanteur égyptien Mohammad Abdel Wahab s'extasiera devant son talent, affirmant qu'il est impossible que quelqu'un soit doté d'une telle voix… Né le 1er novembre 1921 et auteur de plus de 3000 chansons, Ouadia Al-Safi est connu surtout pour ses thèmes populaires mais aussi pour avoir mis en musique des poèmes libanais et arabes. Sur cette vidéo, Ouadia Al-Safi et Feirouz chantent ensemble :





Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

À découvrir autour de l'article