Votre panier est vide

Rubriques :
Qibuz Lundi

QIBUZ / Mardi 26 avril 2011

Par Marc Zisman |

Chaque lundi (sauf aujourd’hui, Pâques oblige…), QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com. la vérité est toujours bonne à lire !






Madonna, licencieur abusif ?

Madonna conteste le terme de licenciement abusif dont elle est accusée par huit anciens employés d'une œuvre de bienfaisance qu'elle a fondée au Malawi. La star affirme qu'« il n'y a rien d'injuste à la cessation d'emploi des requérants car la cessation d'emploi a été rendue nécessaire par de véritables raisons économiques », dans un mémoire en défense présenté la semaine dernière par son nouvel avocat Davis Njobvu. Madonna explique que la décision de mettre fin au financement du projet d'école pour filles auquel travaillaient les huit plaignants a été prise par son œuvre Raising Malawi « après avoir examiné attentivement ses engagements financiers et ses projets, et a été prise de bonne foi ». Les huit employés avaient porté plainte fin mars pour avoir été congédiés sans explications ni indemnités de son école pour fille. Menés par Anjimile Oponya, l'ancienne directrice de l'école, les ex-employés affirment également qu'ils ont été « contraints de signer un accord de cessation d'activité discriminatoire qui est injuste et inconstitutionnel ». Madonna a répondu que son œuvre de bienfaisance leur avait proposé de payer bien plus que ce à quoi ils avaient droit, à condition qu'ils signent un accord de confidentialité. La chanteuse a également demandé à ce que Raising Malawi, fondation enregistrée aux Etats-Unis, ne soit pas directement impliquée dans l'affaire, qui ne concerne, selon elle, que l'antenne malawite chargée de créer l'école pour filles. L'affaire doit être jugée cette semaine par le tribunal du commerce de Blantyre. Madonna avait annoncé en janvier qu'elle comptait revoir l'orientation de Raising Malawi, qui devait à l'origine fonder une école offrant 500 bourses à des filles issues de milieux pauvres. Dans un communiqué, elle a alors dit qu'elle avait réalisé que ce serait insuffisant alors que les deux tiers des filles malawites ne dépassent pas l'école primaire, et elle voulait apporter une éducation « à des milliers, et pas à des centaines de filles » en construisant plusieurs écoles dans le pays.


**********




Le père du CD est-il vraiment mort ?

La disparition de Norio Ohga, ancien patron emblématique de Sony, architecte de la diversification du groupe japonais dans le cinéma et les jeux vidéo, le 23 avril à l'âge de 81 ans, est vue comme celle de l’inventeur du CD, un titre pas tout à fait exact… A la direction opérationnelle de Sony entre 1982 et 1995, Norio Ohga avait supervisé le rachat de Columbia Pictures en 1989 au plus fort de la bulle économique japonaise, époque à laquelle nombre de grands groupes nippons dominaient leur secteur et rachetaient des actifs de prestige un peu partout dans le monde. Il avait mené le développement de Sony dans le CD et diversifié le groupe dans la musique, jouant un rôle-clé dans le rachat du label CBS. Sony a vendu en 1982 son premier disque compact. Cinq ans plus tard, les ventes de CD supplantaient au Japon celles de disques classiques, en vinyle… La technologie du disque compact fut en fait d’abord développée en Hollande par Philips. Piètrement lancé par la marque européenne, le Philips Laservision intéresse fortement Ohga qui engage un programme de développement entre les deux firmes. C’est lui qui persuadent les ingénieurs à étendre de 60 à 90 minutes la capacité du disque pour qu’il puisse contenir la Symphonie n°9 de Beethoven, œuvre préférée de son épouse… Il jouera le disque en question à Herbert von Karajan. Impressionné, le maestro alors en contrat avec le label Deutsche Grammophon (propriété de Philips) fait pression auprès de son « employeur » pour qu’il investisse dans ce format… Même si Norio Ohga fut un des acteurs de la naissance du CD, l’origine de la conception de cette technologie révolutionnaire revient à l’équipe néerlandaise emmenée par l’ingénieur Kees A. Schouhamer Immink… Ohga qui avait renoncé à une carrière de chanteur d'opéra pour rejoindre le groupe Sony dans les années 1950 avait également organisé l'entrée de l’entreprise dans le secteur des jeux vidéo qu'il avait un temps dominé avec la console PlayStation. Ohga, qui présida l'Orchestre Philharmonique de Tokyo et vice-présida la Fédération japonaise des organisations économiques, avait renoncé à la direction opérationnelle de Sony en 1995, au profit de Nobuyuki Idei. Il était resté président et administrateur jusqu'en 2000.


**********




Tiken Jah Fakoly, ambassadeur de la réconciliation ivoirienne

Tiken Jah Fakoly souhaiterait que les artistes et footballeurs ivoiriens organisent une tournée dans les grandes villes de Côte d'Ivoire pour aider à la réconciliation. C’est ce qu’a déclaré la star reggae à l'AFP lors d'un entretien au Printemps de Bourges. « Lorsque les forces de l'ordre vont maîtriser la sécurité, nous, les artistes, les footballeurs de l'équipe nationale, devons absolument organiser une tournée nationale dans une dizaine de villes en Côte d'Ivoire », a estimé le chanteur ivoirien. Tiken Jah Fakoly a toutefois précisé ne pas avoir envie de « prendre la tête de cette organisation », souhaitant que « l'initiative vienne du footballeur Didier Drogba ». Mais « si je n'ai pas le choix, je le ferai », a-t-il assuré. « Je suis optimiste, je pense que la réconciliation va se faire et qu'elle sera vraie parce que tout le monde a vu la guerre. Auparavant, les zones du sud qui, pendant des décennies ont été manipulées par Gbagbo, ne savaient pas ce qu'étaient les obus, les bombes lâchées par des hélicoptères », a-t-il expliqué. Installé au Mali depuis 2002, le reggaeman qui avait appelé Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir en décembre, a déclaré qu'il reviendrait dans son pays dès qu'un gouvernement d'union nationale sera nommé par Alassane Ouattara…


**********




Malfaçons à l’Opéra de Lyon : la municipalité attaque

La Ville de Lyon a demandé au tribunal administratif de condamner trois sociétés dont une dirigée par l'architecte Jean Nouvel à lui verser près de 1,5 million d'euros pour une nouvelle série de malfaçons affectant l'Opéra de Lyon, rénové entre 1986 et 1993. A l'audience, le rapporteur public Hervé Seville a conclu au rejet des deux plus importantes demandes, de 915.840 euros au titre de l'absence d'un dispositif de détection du mou de câble sur la scène, et de 287.393 euros pour une résistance prétendument insuffisante de chaînes de contrepoids. Selon l’AFP, le magistrat l'a justifié par l'absence d'obligation réglementaire dans le premier cas, et par les conclusions d'un expert judiciaire qui avait écarté toute malfaçon dans le second cas. Le rapporteur public a en revanche suggéré au tribunal de reconnaître comme justifiées d'autres demandes de la ville, pour un montant de 82.000 euros. Le tribunal rendra sa décision dans plusieurs semaines… La Ville de Lyon, qui a dû ces dernières années faire des travaux complémentaires de sécurité, met en cause la responsabilité du maître d'œuvre, la société Etudes de design et d'architecture, ex-Jean Nouvel et associés, ainsi que le contrôleur technique des travaux, Socotec, et Hymelec, un des principaux entrepreneurs. La justice administrative avait déjà condamné en 2008-2009 cinq sociétés, dont Etudes de design et d'architecture, à verser plus de 100.000 euros à la Ville pour une première série de malfaçons, notamment dans les cuisines du restaurant de l'opéra. Depuis sa rénovation, l'Opéra de Lyon a connu plusieurs problèmes techniques, jusqu'à devoir fermer en urgence en février 2000 à cause de cintres du décor défectueux. Une autre fois, une plaque de la verrière du dôme était tombée…


**********




A l’école avec les Black Eyed Peas…

Les Black Eyed Peas s’apprêtent à ouvrir une école dans laquelle élèves et étudiants se verront enseigner la vidéo et la production musicale, sur du matériel et des équipements professionnels. Les membres du groupe six fois récompensés aux Grammy Awards ont annoncé cette ouverture prévue à Manhattan, le fruit d'une collaboration entre leur fondation, Peapod, et la Fondation Adobe. Administrée par Entertainment Industry Foundation, la Fondation Peapod est l'organisation caritative pour le hip-hop mise sur pied par les Black Eyed Peas. La Fondation Adobe est le bras philanthropique de l'éditeur de logiciel Adobe Systems, connu pour ses produits grand public dont Acrobat, Flash ou Photoshop. A elles deux, ces fondations ont déjà monté trois écoles de chant Youth Voices à Los Angeles, Oakland et Redwood City, en Californie. Le projet new-yorkais accueillera des élèves âgés de 13 à 19 ans. Les cours doivent débuter en juillet, ont précisé les fondateurs. L'école sera intégrée aux locaux d'Urban Arts Partnership, une autre organisation spécialisée dans la dispense de programmes artistiques extra-scolaires destinés aux enfants fréquentant les établissements situés dans des quartiers de grande pauvreté. Elèves et étudiants seront admis dans l'établissement suite aux recommandations de leurs enseignants du cursus général et en fonction de leurs motivations vis-à-vis de matières telles que le cadrage, le montage et l'infographie.


**********




Waltraud Meier reçoit l'Anneau Lotte-Lehmann

Waltraud Meier a reçu l'Anneau Lotte-Lehmann, du nom de la grande artiste lyrique germano-américaine décédée en 1976. Considérée comme étant la plus importante distinction du monde de l'opéra, la décoration lui a été remise sur la scène du Staatsoper de Vienne à l'artiste par le directeur général de la grande maison lyrique autrichienne, le Français Dominique Meyer. A 55 ans, Meier est seulement la quatrième cantatrice à avoir le droit de porter cet anneau. Seules les chanteuses allemandes Leonie Rysanek, à partir de 1979 et jusqu'à sa mort, en 1998, et Hildegard Behrens, de 1999 jusqu'à son décès, en 2009, avaient porté avant elle cet anneau prestigieux remis à Lehmann (1885-1976) en 1955 sur décision unanime de l'Association des solistes du Staatsoper… Née à Würzbourg dans le sud de l'Allemagne en 1956, Waltraud Meier est l’une des grandes wagnériennes de son temps, fréquentant les plus grandes scènes du monde: Met Opera de New York, Scala de Milan, Covent Garden à Londres, Opéra de Paris, Opéra de Berlin, Staatsoper de Vienne... Sauf Bayreuth, où Meier ne chante plus depuis longtemps à la suite d'un différend avec le patriarche dictatorial Wolfgang Wagner, décédé depuis en 2010…


**********




Joan Peyser est morte

Décédée le 24 avril à l’âge de 80 ans, Joan Peyser fut une prolifique biographe américaine spécialisée dans la musique du XXe siècle. Prolifique mais aussi contestée… A son actif, des ouvrages sur Gershwin, Boulez et surtout Leonard Bernstein auquel elle consacre Bernstein: A Biography en 1987, livre qui fera polémique. Beaucoup reprocheront à Peyser de longues emphases sur l’évocation de la bisexualité de Bernstein et les zones d’ombre de sa personnalité au détriment de l’analyse musicale… Des critiques similaires accompagneront la sortie en 1993 de The Memory Of All That : The Life Of George Gershwin, où là encore, l’analyse musicale est souvent éclipsée par les anecdotes de la vie personnelle du compositeur.


**********




Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article