Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Prodigy de Mobb Deep est mort

Par Marc Zisman |

Moitié de l'influent duo Mobb Deep, le rappeur new-yorkais est décédé subitement à 42 ans, quelques jours après un concert...

Albert Johnson plus connu sous le nom de Prodigy est décédé le 20 juin 2017 à Las Vegas. Le rappeur avait été hospitalisé quelques jours plus tôt dans cette ville, après un concert de son groupe Mobb Deep, en raison de complications liées à une crise de drépanocytose, maladie génétique dont il souffrait depuis la naissance. La cause exacte de sa mort n’a pour l’instant pas encore été révélée…

Avec la disparition prématurée de Prodigy, c’est un certain âge d’or du hip hop qui est en deuil. Un âge d’or dont Mobb Deep qu’il fonda en 1992 avec Kejuan Muchita alias Havoc fut l’un des fleurons. La musique a toujours été une affaire de famille chez les Johnson, le grand père de Prodigy n’étant autre que le saxophoniste de jazz Budd Johnson et son grand-oncle, le tromboniste Keg Johnson. Mieux encore : sa mère, Fatima Frances Collins Johnson, était membre des Crystals et son père, Budd Johnson Jr., des Chanters.

Nés tous deux en 1974, ces New-yorkais Prodigy et Havoc ayant grandi en plein Queensbridge, le plus grand complexe HLM public des États-Unis, imposèrent d’entrée de jeu la vision hardcore de leur quotidien dans des narrations sans concession. Après un premier album sans grand relief en 1993 (Juvenile Hell), leur approche touche au sublime et irradie The Infamous qui parait en 1995. Un disque qui reste, plus de deux décennies après sa sortie, considéré comme l’un des meilleurs du genre, à ranger non loin du Illmatic de Nas et du Enter The Wu-Tang (36 Chambers) du Wu-Tang Clan, deux autres impeccables instantanés de l’undergroundrap de la côte Est… Guère étonnant que Nas mais aussi Raekwon et Ghostface Killah du Wu-Tang viennent pointer le bout de leur micro sur ce deuxième Mobb Deep. Tout comme un fan de la première heure du tandem, Q-Tip d’A Tribe Called Quest, qui participa d’ailleurs à la production du disque essentiellement gérée par Prodigy et Havoc en personne…



En ce milieu des années 90, Mobb Deep se démarque car Mobb Deep a son propre son ! Une trame sombre et sale qui colle aux doigts et aux oreilles. Rythmique poids lourds (c’est l’ère du boom bap régnant), ambiance bien oppressante, samples goûtus piochés dans la soul, le funk et le jazz (en vrac, Grant Green, Barry Harris, Al Green, Esther Phillips, ESG, Patrice Rushen, Quincy Jones, Fatback Band, les Spinners, Norman Connors, Les McCann, Teddy Pendergrass, Herbie Hancock, Miles Davis) et production épurée, l’atmosphère urbaine est parfaite pour laisser rebondir contre ses murs leurs rimes faisant rarement dans la dentelle. Les clichés avaient beau être de sortie (dope, flingue, mouise, prison, égo), Prodigy et Havoc les ont élevé au rang d’art de rue.



Comme tous les auteurs de chef d’œuvre, Mobb Deep tentera vainement de réitérer cet Infamous sans jamais y arriver totalement. Paru un an plus tard, Hell On Earth limitera la casse mais à partir de Murda Muzik en 1999, l’inspiration du binôme new-yorkais fléchira irrémédiablement. La suite sera aussi l’occasion pour chacun de se lancer en solo, essentiellement pour des raisons d’égo. Entre 2007 à 2011, Prodigy ira tout de même se reposer derrière les barreaux de la prison de Rikers Island à New York pour détention illégale d'arme à feu. Il publiera son autobiographie à sa sortie, My Infamous Life. Son aura restera intacte, le rappeur apparaissant notamment comme personnage de jeu vidéo dans Def Jam Vendetta et Def Jam: Fight For NY...

Les rabibochages entre Prodigy et Havoc se succéderont à la scène comme au disque, histoire de rappeler à tous les Tables de la Loi de leurs rues. Le concert qu’ils venaient de donner à Las Vegas quelques jours avant cette mort subite faisait partie du Art of Rap Tour qui réunissait d’autres pointures quadragénaires et quinquagénaires comme Ghostface Killah, KRS-One, Ice-T et Onyx.



ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST PRODIGY :




Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article