Votre panier est vide

Rubriques :
Nominations et Prix

Le Prix Constantin 2011 pour Selah Sue

Par Max Dembo |

Succédant à Hindi Zahra, lauréate 2010, la jeune soul sister belge Selah Sue remporte le Prix Constantin 2011.

Le 17 octobre à Paris, sur la scène de l’Olympia, le dixième Prix Constantin a été décerné à Selah Sue. La soul sister belge de 22 ans qui mêle sonorités jamaïcaines, rythmes dubstep et mélodie pop et soul, a raflé tous les suffrages, face aux neuf autres jeunes talents venues de tous horizons musicaux, mais toutes des productions ou signatures françaises. Elle succède à Hindi Zahra, couronnée l’an passé.

Les neuf autres nommés pour cette cuvée 2011 étaient : Alex Beaupain, Bertrand Belin, Brigitte, Cascadeur, Cyril Mokaiesh, L, Lisa Portelli, Sly Johnson et le groupe The Shoes.

« Bien sûr, je suis heureuse, car cette victoire, c'est la confirmation qu'entre la France et moi, ça va bien ! », a déclaré en français la Flamande Selah Sue dans les coulisses.

« Le choix de Selah Sue est le fruit d'un consensus relativement posé parmi les membres du jury », a déclaré à Associated Press le président du jury Gaëtan Roussel à l'issue du concert au cours duquel chacun des dix candidats de cette édition 2011 du Prix Constantin s'est produit sur scène. « Ce qui m'a d'abord touché chez Selah Sue, c'est sa voix mais son album vaut plusieurs écoutes », a ajouté Monsieur Louise Attaque.

À l’origine, rien ne semblait destiner Selah Sue, née Sanne Putseys le 3 mai 1989 à Louvain, à devenir artiste : « J’ai grandi dans un village minuscule en Belgique, et personne dans ma famille ne s’intéressait à la musique. » avoue la jeune femme de 22 ans d’une sincérité rafraîchissante. « Petite, je voulais être ballerine, j’ai dansé de 6 à 12 ans ». Même en le racontant sans romance, son parcours tient pourtant du conte de fée : c’est l’histoire d’une jeune musicienne qui s’ignore et qui s’accroche à sa guitare pour supporter les troubles existentiels de l’adolescence. « J’avais toutes ces angoisses et ces dépressions que j’ai posées sur le papier, c’était une façon de structurer mes pensées. Dés l’âge de la puberté, je me suis mise à écrire beaucoup ».

Selah Sue transforme ses doutes en mélodies soul, funk, reggae, essayant surtout d’être digne de ses idoles, Lauryn Hill, Erykah Badu et Bob Marley, dont elle hérite de cette voix black. La semaine passée au lycée, elle chante le week-end en faisant la tournée des petits clubs de sa région. Sans même effleurer l’idée d’une carrière, elle enregistre dans des home-studios, chez les copains, et elle publie des ébauches de chansons sur sa page MySpace.

La suite paraît presque surréaliste : des dizaines de milliers de fans se manifestent alors sur le net, elle se fait repérer par des professionnels et signe finalement chez Because Music. Puis Farhrot (Nneka) et Patrice s’attellent à la réalisation de son premier opus, Meshell Ndegeocello passe deux jours avec elle en studio pour produire le titre Mommy, Cee-Lo Green accepte de l’accompagner sur un duo et finit même par lui demander de publier le morceau sur son propre album (Please). Enfin, ultime signe de reconnaissance, Prince lui confie la première partie de son concert en Belgique, à Anvers, en automne dernier !

Pour éviter d’avoir le vertige après cette soudaine ascension, elle a tenu à garder sur ce premier album les chansons écrites pendant son adolescence. C’est une façon de rappeler au monde qu’elle n’est pas une enfant injustement gâtée par le destin et qu’avant Prince, Cee-Lo Green, les playlists radios et les articles élogieux dans la presse, il y avait d’abord une adolescente avec sa guitare que le public avait spontanément choisie sur le net.

Le premier single, Raggamuffin, est d’ailleurs une de ses plus anciennes chansons. « Ce morceau me représente bien », expliquait-elle à sa sortie. « Il montre mes deux visages, le coté mélodieux et soul, mais aussi le côté dur, entre rap et ragga. Quand mon manager m’a demandé avec qui je voulais travailler pour l’album, j’ai d’abord répondu Farhot car je suis une fan de Nneka. Je voulais à la fois un disque intime, sombre, mélodique, mais aussi des beats légers et entraînants parfois. Farhot est un fou de sons digitaux et Patrice, que je connais bien, était l’homme idéal pour le coté mélodique. Ils furent mes deux complices en studio. »

Ce premier album ambitieux sacré aujourd’hui par ce Prix Constantin 2011 est donc un habile métissage entre rock électrique, hip-hop organique et bidouillage soul-funk. Le tracklisting oscille pendant douze morceaux entre des ballades poignantes tel Mommy et des styles plus déjantés tel Crazy Vibes. À l’instar de Janelle Monae, M.I.A. ou Aloe Blacc, Selah Sue appartient à cette nouvelle génération pour qui la musique ne doit surtout pas avoir de frontières de genre.

Le site de Selah Sue

Le site du Prix Constantin

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article