Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Topping DX7s : un DAC avec amplificateur pour casque puissant et aux prestations sonores de qualité !

L'industrie hi-fi électronique chinoise inonde le marché de convertisseurs numérique analogique de toutes sortes où le citoyen lambda peut peiner à faire son choix. Ainsi la marque Topping propose le DX7s, un DAC donc, équipé de sorties ligne normales et symétriques et deux sorties pour casque délivrant de fortes puissances, l'une pour être utilisée avec un casque normal, l'autre avec un casque symétrique. Décryptage dans le banc d'essai.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 15 mai 2018
Réagir
Qobuz

Et pour rebondir sur le chapeau, et afin de simplifier les choses, il existe chez le constructeur Topping un modèle DX7 de présentation identique à celle du DX7s, objet de ce banc d'essai, le DX7s étant en fait une évolution du modèle DX7.

Pour ce que nous pouvons savoir, le DX7 utilise deux convertisseurs numérique analogique ES9018K2M (un par canal) du constructeur américain ESS, tandis que la version DX7s fait appel au modèle ES9038Q2M, un modèle très récent du même fabricant faisant partie de sa gamme la plus performante, et ceci à raison également d'une puce pour chaque canal.

On notera aussi que le DX7s dispose d'une amplification pour casque très puissante pouvant alimenter des casques jusque 300Ω d'impédance, et ceci en mode asymétrique (casque équipé d'une prise Jack) ou en mode symétrique.

Grâce à son niveau de sortie variable, il peut également faire office de préamplificateur pour contrôler des enceintes amplifiées ou un bloc d'amplification stéréo, et ceci avec un branchement standard depuis ses prises Cinch ou un branchement symétrique sur ses prises XLR.


Présentation

Le DAC avec amplificateur pour casque Topping DX7s est un appareil à la présentation à la fois sérieuse, sans surcharge, fonctionnelle et équilibrée. C'est rassurant et pas désagréable du tout malgré toute trace d'originalité esthétique. Le boitier est entièrement réalisé en aluminium anodisé noir satiné.


Sur la droite de la façade prend place une molette avec pression centrale commandant un encodeur optique. En fonctionnement normal celui-ci sert à régler le volume, de -99.0 à -00.0dB par pas de 0.5db (le réglage est très progressif), et, par pression centrale, à changer de source. Une pression centrale prolongée lorsque l'appareil est en veille met celui-ci en marche, et la même opération lorsqu’il est en fonctionnement le passe en veille.

En l'absence de télécommande (optionnelle), cette mollette permet d'accéder aux menus en la maintenant appuyée lors de la mise sous tension par l'interrupteur arrière. Il suffit ensuite de naviguer dans les menus et de valider ses choix par une pression centrale.

Le premier sous-menus concerne les filtres numériques au nombre de sept et dont le constructeur n'indique pas les particularités, mais nous sommes parvenus à trouver la plupart de celles-ci sur cette page Web et en avons extrait les tableaux de caractéristiques en fréquence (le DAC ES9038Q2M utilisé dans le DX7s est la version mobile du DAC ES9038Pro). On peut également choisir l'arrêt automatique du DAC en l'absence de signal.

L'afficheur central de type OLED à intensité réglable est bien lisible et affiche en permanence l'entrée en service, le type de signal numérique (PCM ou DSD), la fréquence d'échantillonnage, le niveau en dB et deux petites flèches indiquent les sorties audio actives, casque, sorties ligne, ou les deux (la sélection se fait par brèves pressions centrales sur la molette). Enfin, on trouve une sortie de type XLR quatre broches pour brancher un casque de type symétrique et une sortie pour casque standard sur prise Jack 6,35 mm.

A l'arrière, la connectique numérique comme analogique conviendra au hifiste comme à l'audiophile passionné, voir au professionnel. En effet on trouve une entrée USB pour ordinateur, deux entrées S/PDIF (coaxiale et optique) et une entrée symétrique AES/EBU utilisée principalement par les professionnels. Côté sorties, deux prises Cinch asymétriques et deux prises XLR sont disponibles pour exploiter les signaux analogiques, et une prise numérique S/PDIF coaxiale est également présente.


Réalisation

Hormis le circuit d'affichage monté en façade, un seul et grand circuit aux découpes complexes (imposées par certains connecteurs montés directement sur les faces avant et arrière) accueille l'ensemble de l'électronique du DAC Topping DX7s.


L'ensemble offre une belle densité de composants qui s'explique par le fonctionnement symétrique de la partie pré amplification ainsi que l'amplification pour casque qui dispose également de ce mode de fonctionnement en sus de la sortie standard.

On remarquera le dimensionnement on peut plus sérieux de l'alimentation organisée autour d'un transformateur toroïdal moulé fabriqué sur cahier des charges Topping et dont le filtrage après redressement est confié à trois condensateurs Nichicon Gold de 3300 μF/25V. On peut aussi y voir plusieurs régulateurs intégrés à montage en surface, dont un modèle de 3,3V (1117 3.3) destiné à l’alimentation des puces de conversion numérique analogique, ainsi qu'un certain nombre de condensateurs de découplage de type à couches polypropylène probablement.


Dans la partie gauche du visuel on découvre l'entrée numérique AES/EBU avec, plus haut, son transformateur d'isolation et d’adaptation d'impédance et celui de l'entrée S/PDIF coaxiale, et aussi le processeur USB, un modèle XMOS U208 compatible avec les signaux audio numérique PCM jusque 32 bits à 768 kHz et DSD jusqu'au DSD512.

Les signaux numériques en provenance de l'entrée optique, que l'on voit sur le visuel ci-après, sont remis en forme par un circuit de type HC04 puis sont pris en charge, comme ceux de l'entrée coaxiale, par le processeur USB. Celui-ci extrait le bus I2S qui est ensuite décodé par deux convertisseurs numérique analogique ES9038Q2M du fabricant américain ESS (à gauche du radiateur horizontal, références U15 et U16, ce radiateur refroidissant les régulateurs LM317 02T et LM337 02T alimentant la partie analogique dont les amplificateurs pour casque qui délivrent une bonne puissance et consomment donc du courant).


Comme nous le disions précédemment, le ES9038Q2M est la version nomade deux canaux du ES9038Pro (ce dernier comporte en fait huit canaux qui peuvent être utilisés indépendamment pour du décodage multicanal ou en parallèle 2 x 4 en stéréo afin d'améliorer les performances, surtout chiffrées).

Ce circuit utilise, comme tous les modèles ESS, le processus Hyperstream qui reconvertit à haute fréquence tous les fichiers audio numériques quel que soit leur échantillonnage d'origine, et le Time Domain Jitter Eliminator afin de réduire le jitter et améliorer le rapport signal sur bruit. Chaque canal utilise un ES9038Q2M fonctionnant en mode symétrique mono, ce qui permet d'améliorer le rapport signal sur bruit.

Deux performants amplificateurs opérationnels Texas Instruments OPA1612 s'occupent ensuite du nettoyage des signaux décodés tandis que deux autres fabriquent les signaux symétriques que l'on va trouver sur les sorties XLR et les amplificateurs pour casques (deux TPA6120A2 Texas Instruments, sous le grand radiateur) destinés à la sortie symétrique, la partie en phase se retrouvant sur les prises Cinch et amplifiée sur la prise pour casque Jack.

Ecoute

Nous avons écouté le DAC Topping avec notre système habituel composé d'un amplificateur Sony UDA-1 pilotant des enceintes Triangle Antal Anniversary, et pour la partie casque, un modèle maison équipé de transducteurs orthodynamiques au rendement pas folichon et au cordon modulable, Jack 3,5 stéréo pour une utilisation normale ou XLR quatre points en câblage ponté pour chaque transducteur.

Comme le NX7s permet le choix entre sept filtres numériques, nous avons écouté un même extrait musical pour sélectionner celui nous convenant le mieux, et c'est le mode 4 (linear phase, slow roll off) que nous avons retenu, celui-ci offrant, selon nos gouts, une restitution plutôt vive, équilibrée et à large bande passante sans être fatigante grâce à un aigu fin et pas appuyé.

Nous avons d'ailleurs écouté à plusieurs reprises en travaillant sur ce banc d'essai le final de la Manfred Symphony extrait de l'intégrale des Symphonies de Tchaikovsky par le Melbourne Symphony Orchestra dirigé par Oleg Caetani, au casque, en mode symétrique ou en mode normal, à des niveaux sonores assez élevés. Le plaisir a toujours été là et jamais nous n'avons ressenti la moindre gêne auditive, et pourtant c'est un morceau qui remue cet "Allegro con Fuoco" final. On notera aussi qu'en égalisant le niveau sonore entre les deux modes (+6 ou -6 dB au volume), on retrouvait les mêmes impressions sonores et que le mode ponté (symétrique) ne nous a aucunement semblé meilleur.

A remarquer aussi qu'en mode normal comme en mode symétrique, la puissance se montre plutôt importante (près de 700 mW et 1000 mW dans 32 Ω respectivement) et que les casques les plus anémiques libéreront des décibels sans qu'on ait à pousser le volume comme un malade !

En écoute sur enceintes, le DAC Topping DX7s s'est montré tout aussi agréable à écouter et nous a offert une fort belle restitution du célèbre album des Pink Floyd The Wall. Les détails sont là, les ambiances et les effets sonores bien restitués, les voix sont présentes et se gardent de toute dureté tandis que les accords de guitare affichent un beau piqué et que le grave est ferme. Bref, c'est pas mal du tout.

En conclusion, paramétré avec le filtre qui nous convenait le mieux, ce DAC Topping DX7s nous a offert des résultats sonores de qualité qui nous ont fort bien convenu, en sortie ligne comme sur les sorties pour casque qui se montrent particulièrement puissantes et devraient être mesure de faire face aux casques les plus exigeants, même d'impédance 300Ω. Un appareil qui mérite qu'on lui accorde une grande attention.

Spécifications
Manuel d'utilisation (en anglais)
Site Topping
Contact


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du Topping DX7s.

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters