Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Café Zimmermann aux sources de la musique instrumentale allemande

Le 9 février, Café Zimmermann emmènera le public du Théâtre de la Ville à la rencontre de la musique de Biber, Rosenmüller et de quelques autres compositeurs peu connus du XVIIème.

Par Marc ZISMAN | Sur Scène | 23 janvier 2008
Réagir
Qobuz

Deux violons, deux altos, violoncelle, contrebasse, théorbe et orgue. Face à eux, des partitions peu connues signées Biber, Froberger, Schmelzer, Rosenmüller, Förster, Pezel et Meder. Pour son concert parisien du 9 février à 17h00, la géniale formation emmenée par la claveciniste Céline Frisch et le violoniste Pablo Valetti s’intéressera aux sources de la musique instrumentale allemande.

La carte que tendra Café Zimmermann peut sembler écrite en gothique : pas facile d’y distinguer des mots connus. On repère certes les noms de Biber et de Schmelzer, synonymes de musique virtuose pour violon ; ils signent dans ce programme des pages théâtrales et descriptives pour ensemble à cordes. Les autres compositeurs, Förster, Froberger, Mezel, Pezel, Rosenmüller, appellent à une visite des territoires germaniques du XVIIe siècle, de la Silésie au Wurtemberg en passant par la Saxe. Une carte effectivement rédigée en gothique. Nul doute que les brillants musiciens de Café Zimmermann en réussiront une traduction aussi fidèle qu’éloquente.

Le site officiel du Théâtre de la Ville

Le site officiel de Café Zimmermann

 Lire aussi

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.