Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Robert Glasper, piano soul

Entre jazz et nu soul, le pianiste texan se produira à la Cité de la Musique à Jazz à la Villette avec Bilal en invité.

Par Marc Zisman | Sur Scène | 3 septembre 2010
Réagir
Qobuz

Dimanche 12 septembre, Robert Glasper se produira à la Cité de la Musique dans le cadre du festival Jazz à la Villette.

Révélation du piano soul, ce Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême. Mais pas un simple tapoteur doué. Non, un pianiste, un vrai de vrai ! Qui connaît son McCoy Tyner sur le bout des ongles. Qui joue avec Christian McBride, Terence Blanchard et Roy Hargrove.



Et pour souligner les courbes de son instrument de prédilection osant le trait d’union solide entre hip-hop et jazz, Bilal sera au micro pour cette prestation parisienne du 12 septembre. Dans ce no man’s land où il fait bon se laisser vivre, les deux hommes ont trouvé l’alliage redoutable. Comme un road movie groovy de sons, de styles et de sens. Full of soul, soulful !

A noter qu’en première partie, les festivaliers pourront savourer l’étonnant Robert Aaron. Passer du saxo au piano, du piano au saxo, n’est guère à la portée de tous. Pour Aaron, la chose est innée. Quasi-inconnu du grand public il y a encore quelques mois, ce sideman montréalais, New-Yorkais d’adoption, n’est pourtant pas un petit prodige de 20 ans, mais un bon vieux quinquagénaire. Mieux, Robert Aaron a joué avec une brochette de stars allant des Contorsions de James Chance au Wu-Tang Clan en passant par Wyclef Jean, Blondie ou même un certain David Bowie ! Sortant enfin de l’ombre, il livre aujourd’hui un sublime jazz gorgé de soul, au rythme coulant, comme une B. O. nocturne que ne renieraient ni Gato Barbieri, ni Pharoah Sanders… Un régal.

Le site de Robert Glasper

Le site de Jazz à la Villette

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters