Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Gaîté lyrique : adieu l’opérette, bonjour le numérique !

En mars 2011, la Gaîté lyrique, qui fut notamment le temple parisien de l'opérette, se convertira à la culture numérique

Par Marc Zisman | Actualités | 16 décembre 2010
Réagir
Qobuz

A partir du 2 mars 2011, la Gaîté lyrique ouvrira une nouvelle page de son histoire en devenant un lieu exclusivement consacré à la culture numérique sous toutes ses formes (concerts, conférences, jeux vidéo…), après avoir été le temple parisien de l'opérette.

Totalement réaménagé, selon l’AFP, l'ancien théâtre inauguré en 1862, où ont notamment été donnés des spectacles écrits par Jacques Offenbach, s'étendra sur sept niveaux, dont cinq accessibles au public, avec deux salles – une petite et une grande –, des espaces d'exposition, un auditorium ou encore une zone réservée au jeu vidéo.

La Gaîté lyrique est associé pour les Parisiens au spectacle vivant. Des opérettes d’Offenbach aux récitals de Luis Mariano, les créations populaires s’y sont succédées. Ce théâtre est notamment connu pour avoir accueilli les ballets russes de Diaghilev (décors de Picasso et livrets de Cocteau), les créations de Bob Wilson ou de Patrice Chéreau. En 1974, le lieu est confié à Silvia Monfort qui y crée le premier centre culturel dédié aux arts de la rue.

La nouvelle configuration, pensée par l'architecte Manuelle Gautrand, et sa thématique doivent donner un nouveau souffle à cet édifice laissé à l'abandon depuis 1991 et l'échec de sa transformation en un parc d'attractions baptisé Planète magique

« En 2001, Betrand Delanoë dans son programme pour l'élection municipale, avait inscrit la Gaîté lyrique comme un lieu à ressusciter. Pas pour en faire un lieu patrimonial et froid mais pour en faire un lieu dans lequel on trouverait un contenu culturel extrêmement contemporain, ce qui explique le choix de la création numérique, digitale », a dit à l'AFP Christophe Girard, adjoint au maire de Paris en charge de la Culture.

Etablissement culturel de la Ville de Paris, la Gaîté lyrique a été confiée par délégation de service public au label Naïve, à l'agence d'ingénierie culturelle Le Troisième Pôle et à Ineo, filiale du groupe énergétique GDF Suez. Son budget annuel de fonctionnement sera de 9,5 millions d'euros, dont 5,45 provenant de la Ville de Paris.

A l'occasion de son ouverture, la nouvelle Gaîté lyrique sera accessible gratuitement du 2 au 6 mars aux visiteurs ayant préalablement réservé leur place sur son site officiel. Au cours de la semaine, plus de vingt concerts seront organisés et le collectif britannique UVA s'appropriera l'enceinte pour la faire découvrir à travers ses installations jouant avec l'image, le son et la lumière.

La programmation pour 2011, partiellement dévoilée, propose également un cycle artistique autour de Berlin, une exposition consacrée au designer Matt Pyke, une chronique transmédia à l'occasion du 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl et un été sur le skateboard et son univers.

Conscient de l'attrait « naturel » de l'établissement pour les « digital natives », les générations qui ont grandi avec la révolution numérique, son directeur général et artistique Jérôme Delormas entend également séduire le grand public. « La Gaîté lyrique n'a pas vocation à être un endroit « branchouille ». Nous devons aussi attirer par exemple les personnes âgées, grâce notamment au centre de ressources qui servira à comprendre ces évolutions techniques », a-t-il dit.

Christophe Girard a également insisté sur la nécessité de ne pas en faire un « espace cloisonné » et de travailler en lien avec d'autres institutions, comme l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) ou le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

« Il faut que cet espace invite les autres et s'inspire des autres. Il faut une émulation permanente », a-t-il dit.

La capacité d'accueil de la Gaîté lyrique est de 1.400 personnes et l'objectif est d'en accueillir 300.000 par an « en vitesse de croisière », a déclaré Delormas.

Une carte de fidélité permettra de bénéficier de tarifs réduits pour les spectacles ou les expositions. L'accès à certaines salles comme celle du jeu vidéo sera gratuit en permanence.

Le site de la Gaîté lyrique

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.