Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Sangean WFT-3 : un lecteur réseau à la restitution sonore douce et séduisante !

Si certains lecteurs réseau sont des champions en termes de décodage de formats de fichiers audio numérique, d'autres, comme ce Sangean WFT-3, restent beaucoup plus sages et ne permettent guère plus que le décodage de fichiers en qualité CD, mais avec une qualité sonore qui nous a bien séduits !

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 10 novembre 2017
Réagir
Qobuz

La marque Sangean ayant intégré Qobuz à certaines de ses réalisations, dont le récepteur DDR-66BT, objet d'un récent banc d'essai, nous avons été tentés par le test d'un appareil de la marque plus Hi-Fi que le modèle DDR-66BT et avons donc arrêté notre choix sur le lecteur réseau WFT-3 de la marque.

Cependant nous n'avions pas la certitude que ce lecteur réseau était équipé d'une carte réseau compatible Qobuz ou le serait, mais nous pensions en toute logique que cette option serait retenue à terme par Sangean, ce qui, d'après les informations que nous avons obtenues de Sangean Europe, n'était malheureusement pas envisagé, ce qui nous déçut un peu et de plus ne nous semble pas forcément un choix commercial judicieux.

Toujours est-il que le produit étant dans nos locaux et que les quelques manipulations et écoutes préalables auxquelles nous nous étions livrés nous ayant plutôt convaincus, malgré la limitation en échantillonnage à 24 bits à 48 kHz constatée lors de ces opérations, ajouté à cela que la compatibilité UPnP permet d'écouter Qobuz grâce à des applications tierces comme BubbleUPnP, nous avons choisi de consacrer un banc d'essai à ce lecteur réseau Sangean WFT-3. Décidément, les intros de banc d'essai se suivent et se ressemblent pour les appareils Sangean....


Présentation

Le lecteur réseau Sangean WFT-3 se présente sous un aspect classique et agréable d’élément de chaîne haute-fidélité, assez large et peu haut, mais pas vraiment slim line, de couleur noire avec un léger biseautage sur les bords de la plaque en aluminium anodisé brossé collée sur le bloc façade qui lui est en plastique injecté. Une petite touche de luxe appréciable alors que le tout plastique imitant à merveille l’aspect aluminium brossé est souvent très courant sur les réalisations à prix d’attaque.


La partie gauche de la façade accueille une prise casque au standard Jack 3,5 mm, une prise USB A pour raccorder un support de stockage USB, la fenêtre du récepteur de télécommande et l’afficheur de 3,2 pouces de diagonale avec lequel il sera possible de paramétrer l’appareil et de s’en servir intégralement grâce aux nombreuses touches et à la molette multifonction occupant le reste de la façade. Le pilotage pourra aussi se faire depuis la télécommande très complète qui propose de plus l’accès direct aux mémoires radio grâce à un clavier numérique (servant aussi pour entrer les mots de passe réseau) et aussi à certaines sources. On pourra aussi, bien entendu, se servir de l’application UNDOK de Silicon Frontier, disponible pour iOS et Android, pour une souplesse et une ergonomie maximales.


La connectique va à l’essentiel, une prise réseau RJ45 pour assurer une liaison sans heurts, doublée par une liaison WiFi avec son antenne extérieure, deux sorties numériques S/PDIF pour pouvoir utiliser un DAC externe ou décoder les signaux audio numériques avec un amplificateur muni de prises ad hoc, la sortie stéréo analogique sur prises Cinch, et la prise pour l’antenne FM.

Réalisation

Le cas n’est pas rare, et l’utilisation d’un boîtier au format d’élément de chaîne Hi-Fi se traduit avec le lecteur réseau Sangean WFT-3 par un intérieur où l’espace inoccupé ne manque pas, l’électronique et l’alimentation, de type à découpage (ceinte d’une feuille en plastique avec une face recouverte d’un film de cuivre faisant office d’écran aux rayonnements parasites) trouvant aisément leur place le long de la face arrière.


Une grande partie de la surface de la carte principale est occupée par la carte réseau, un modèle Frontier Silicon Venice 6.5 (comme sur le récepteur DDR-66BT) mais non compatible Qobuz.

A l'arrivée de l'alimentation sur la carte on trouve un convertisseur à découpage CHMC1509 et juste à côté on peut voir les sorties numériques S/PDIF qui sont précédées d'un circuit 74HC14D qui se charge de la remise en forme des signaux qui lui parviennent de la carte réseau.


Cette carte réseau intègre son propre convertisseur numérique analogique (d'après ce que nous avons pu savoir, un Cirrus Logic CS4344, une puce qui sonne très bien d'après notre expérience) qui fournit les signaux analogiques à la carte principale. On peut voir à l'extrémité de la barrette de connexion l'amplificateur pour casque, un modèle Princeton Technology PT2308, une version améliorée, semble-t-il, du TDA1308 de Philips datant de 2002, réalisé en technologie CMOS, une technologie très rarement utilisée pour la fabrication d’amplificateurs opérationnels, pour casque ou non, car limitant l’alimentation à des valeurs peu élevées (7V pour le TDA1308, le PT2308 étant alimenté en +5V sur cet appareil), la puissance disponible pour le casque n'étant alors pas très élevée (environ 80 mW/16Ω).

Mais, d’un autre côté, comme pour les transistors MosFet, les prestations sonores seraient considérées comme meilleures de par le mode de fonctionnement. C’est donc une très agréable surprise de découvrir ce type de technologie dans un appareil d’un constructeur ne visant pas spécialement le marché des fans de restitution sonore mais ayant, pensons-nous, visiblement fait un choix dicté par la recherche de musicalité plutôt que par la performance chiffrée.


Les signaux sont ensuite confiés à un processeur audio Etek Microelectronics ET2354 qui se charge du réglage de volume et des égalisations (grave et aigu simplement, pas plus) sélectionnables depuis l'application, puis parviennent à un autre amplificateur opérationnel PT2308 lui insufflant du gain avant de les confier aux prises Cinch de sortie.

Ecoute

Ce qui frappe, mais sans faire mal, bien au contraire, lors de l'écoute du lecteur réseau Sangean WFT-3, c'est la grande douceur de la restitution, mais attention, doux ne veut pas dire mou et si, lors de la restitution de la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood, les passages intimes sont particulièrement bien mise en valeur, comme Tom Bowling, avec des cordes chantant avec une grande beauté, Jack's The Lad ne se dépare aucunement de son espièglerie et son galop final éclate sans la moindre peine et aussi sans la moindre dureté.

A vrai dire, cette restitution fait quasiment oublier qu'elle résulte d'une conversion numérique analogique. Peut-être est-ce dû à une limitation subtile de l'aigu ? En tous cas les cuivres sont brillants et conquérants, les cymbales sont bien cinglantes, et on perçoit aisément le léger tintement du triangle survolant la foule des instruments, mais toujours sans rudesse.

Pour info, le volume sur le lecteur réseau était au maximum, l'égalisation était en mode Flat et nous utilisions, comme à l'habitude, notre Sony UDA-1 avec nos enceintes Triangle Antal Anniversary et le streaming se faisait depuis notre serveur NAS.

L'écoute de nombreux extraits des Vespri per l'Assunzione di Maria Vergine de Vivaldi par Rinaldo Alessandrini dirigeant le Concerto Italiano montre moins de mordant qu'à l'accoutumée sur les attaques des cordes et révèle une restitution globalement très fluide et plus sage que de coutume et arrivant elle aussi à presque faire oublier la conversion numérique analogique.

En streamant l'album Size Isn't Everything des Bee Gees avec l'application Qobuz depuis BubbleUPnP sur notre tablette Android, les voix et le piqué de certains instruments paraissent très légèrement en retrait dans un restitution qui se montre ample et chaude avec une soubassement de graves solide.


Avec le titre Paradis Perdus de l'album Chaleur Humaine de Christine and the Queens on se laisse aller à apprécier une certaine retenue sur la voix de la chanteuse qui se tient un peu en arrière d'un accompagnement bien présent et aux graves très solides et bien enveloppants.

Nous avons également ré-écouté des extraits des Vespri per l'Assunzione di Maria Vergine de Vivaldi depuis la sortie casque du WFT-3 relié à notre Oppo PM-3. Malgré nos craintes, la puissance s'est montrée suffisante et nous avons retrouvé globalement la sonorité constatée lors de l'écoute de la même œuvre sur enceintes, ce qui n'est pas vraiment surprenant étant donné que les signaux traversent des composants identiques au sein du WFT-3 et que notre amplificateur Sony est plutôt du genre transparent.

Pour conclure, oublions les capacités de décodage que l'on pourrait considérer comme étant d'un autre temps, car pour ce qui est du reste ce lecteur réseau Sangean WFT-3 fait bien son job et fournit des prestations sonores bien séduisantes que certaines oreilles ne manqueront pas d'apprécier.

Caractéristiques
Mode d'emploi (Fr)
Site Sangean EU
Site Sonoprof (importateur)
Contact

Capacités de lecture

Certes, on a souvent vu mieux en termes de capacités de streaming, mais cela conviendra parfaitement à qui ne demande pas mieux que la qualité CD.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters